Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2014Sébastien Broca, Utopie du logici...

Sébastien Broca, Utopie du logiciel libre. Du bricolage informatique à la réinvention sociale

Erwan Briand
Utopie du logiciel libre
Sébastien Broca, Utopie du logiciel libre. Du bricolage informatique à la réinvention sociale, Le Passager Clandestin, 2013, 282 p., préf. Christopher Kelty, ISBN : 978-2-916952-95-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Propos recueillis dans un entretien publié sur le site Framablog, par ailleurs cité dans les remerc (...)
  • 2 Ernst Bloch, Le principe espérance, tome II, Les épures d’un monde meilleur, Paris, Gallimard, 1982
  • 3 Cela apparaît comme emblématique de « l’aptitude du capitalisme à réintégrer en son sein tout ce qu (...)

1Comment le mouvement du logiciel libre, porteur d’une certaine éthique, a-t-il pu s’étendre hors du champ de l’informatique ? Comment l’appréhender, dans quoi s’inscrit-il et que crée-t-il ? Voilà des questions que Sébastien Broca, sociologue, pose avec cet ouvrage. Ainsi, selon lui, cette extension du logiciel libre depuis le domaine de l’informatique vers les domaines plus larges de la revendication sociale peut « éclairer certaines questions liées au travail, à la technique ou à la connaissance »1. Son propos est donc d’appréhender le mouvement du logiciel libre dans ses deux dynamiques propres : mouvement social plus ou moins proche d’une certaine sensibilité libertaire, d’un côté, et tendance managériale, de l’autre, où l’idéologie comme « légitimation de l’existant » prouve qu’il est « possible de trouver de nouveaux modèles économiques tirant parti du logiciel libre ». Afin d'arguer que le logiciel libre est un mouvement social, l’auteur définit en prologue le concept central d’utopie concrète, qu’il empreinte au philosophe Ernst Bloch2. Naissant de « l’insatisfaction face au monde », l’utopie concrète revient à « inscrire ses désirs d’ailleurs dans la matérialité de ce monde ». Sébastien Broca met ainsi en lumière un récent regain de la pensée critique ainsi que l’éclosion d’une nouvelle gauche qui favorisent, selon lui, l’émergence de cette utopie comme message alternatif. Ainsi, c’est parce que le « Libre » est « dès son origine un mouvement social » qu’il a de ce fait « activement contribué à politiser des questions, qui étaient auparavant presque absentes du débat public ». Mais l’auteur interroge aussi son parti pris d’aborder le Libre comme une utopie concrète : en effet, il admet qu’en ce que l’utopie « suppose […] une rupture radicale avec l’existant », il peut apparaître « excessif de considérer comme telle un mouvement aussi profondément inscrit dans le monde contemporain ». Enfin, il relève la tension entre utopie et idéologie, en ce que les logiciels libres sont « profondément intégrés aux secteurs les plus dynamiques de l’économie capitaliste »3.

2À la suite de ce prologue, l’ouvrage se découpe en trois grandes parties. Dans une première partie, Broca nous décrit l’historique du Libre, de la résistance des programmeurs face à des impératifs technico-commerciaux bouleversant leurs habitudes à l’invention de nouvelles pratiques de collaboration dans le travail. Broca parle d’ailleurs « [d’]expérimentations en matière organisationnelle ». Selon la vision de l’auteur, la création des premiers logiciels libres amorce une véritable lutte entre plusieurs agents, tenants de l’idéologie d’un côté et de l’utopie de l’autre, s’affrontant autour d’une vision tantôt utilitariste, tantôt philosophique de l’informatique libre. Après ces quelques observations historiques, l’auteur s’attache à nous présenter trois pratiques de collaboration différentes dans le travail. Pour cela, il se penche sur trois projets libres différents. Son analyse du fonctionnement interne de ces projets se révèle être très précise et minutieuse. Elle est d’ailleurs éclairante en ce que le logiciel libre n’a, de par son caractère informatisé et mondialement distribué, rien à voir avec les structures habituelles d’organisation du travail. Ainsi, le premier projet, Linux (un élément d’un système d’exploitation), se révèle être « organisé de façon hiérarchique et il a à sa tête un leader charismatique ». Ensuite, le projet Debian (un système d’exploitation complet) est vu comme un système égalitaire et construit selon une « méritocratie technique ». Enfin, le projet Wikipédia est fortement caractérisé par l’importance et la nécessité de « procédures complexes ». L’auteur nous montre ici que le Libre invente et expérimente des modèles organisationnels adaptés à la structure du projet, « il n’y a pas à proprement parler de modèle organisationnel du Libre. Il y a une méthode, fondamentalement expérimentale et liée à la valorisation de l’apprentissage par le faire ».

3En deuxième lieu, Broca s’attache à décrire un ethos du Libre qui, bien que peuplé par des agents différents, serait partagé par chacun d’entre eux (comme il l’a montré plus tôt, deux visions du Libre s’affrontent mais aussi deux catégories d’acteurs : salariés d’un côté, bénévoles de l’autre). Cet ethos se définit premièrement par l’autonomie dans le travail, du fait qu’il est souvent dans une « zone intermédiaire entre travail et loisir ». Par ses caractères organisationnels, cette autonomie pousse à interroger le dépassement de la « norme du salariat ». De même, selon l’auteur, la production de biens immatériels (les logiciels), la difficulté de quantifier la part de valeur produite par un programmeur parmi tous ceux travaillant sur un projet, ainsi que l’importance du bénévolat et des bénéfices non financiers constituent des « limites de l’application au Libre d’une analyse marxiste en termes d’exploitation ». Vient ensuite la créativité technique, véritable passion pour la hackability : il s’agit d’un intérêt pour les nouvelles technologies, dès lors qu’elles ouvrent des « possibilités d’actions créatives », ainsi que d’un rejet des outils permettant de « contrôler les usages grâce à la technique », ouvrant la porte à une réflexion sur « la place des technologies dans le monde contemporain ». Enfin, le dernier caractère de cet ethos est la libre circulation de l’information, qui suppose la « critique […] de la marchandisation des échanges informationnels » via les luttes contre les brevets logiciels ou des traités et projets de loi relatifs à la contrefaçon et aux droits de la propriété intellectuelle tels que DADVSI, Hadopi et Acta. L’auteur montre comment les tenants du Libre créent des associations sur le modèle du « lobbying citoyen » pour défendre leurs opinions et s’intéresse à la distance entre le dire et le faire. Reprenant la figure architecturale de Bentham permettant à un surveillant de prison de garder un œil sur toutes les cellules en même temps, cette libre circulation de l’information est présentée comme le moyen « de retourner le Panopticon vers les lieux de pouvoir, tout en préservant la sphère privée des regards indiscrets ».

4Dans une troisième partie, l’auteur s’intéresse aux processus et conséquences de l’ouverture du Libre « à d’autres milieux et à d’autres acteurs sociaux ». Il pose ainsi la question des biens communs, en ce que « la création directe de ressources partagées et d’outils juridiques alternatifs » et « la contestation de lois ou d’accords jugés néfastes » découlent justement de l’activité du Libre. Ainsi, Broca voit la mutualisation du mouvement des communs (caractérisé par une « critique théorique de l'absolutisme de la propriété privée, et porté par diverses mobilisations issues de la société civile ») comme indissociable de l’activisme libriste. Il qualifie cet activisme de contradictoire en raison de sa « distance envers la politique partisane » qui pourrait le priver, vu le poids de la politique institutionnelle, d'avoir à lui-seul la force nécessaire pour réaliser ses objectifs. Mais il l’érige tout de même en modèle parce qu’il met en œuvre « une nouvelle manière d’aborder les questions de propriété intellectuelle et de [production] des biens informationnels ». De même, en partant de l’analyse marxienne du general intellect, il met alors en lumière les contradictions du capitalisme par rapport au travail immatériel non-prescrit, avant de discuter de quelques solutions défendues par certains : remise en cause des droits de la propriété intellectuelle, mais aussi le dépassement du salariat par le revenu universel… C’est aussi le moment pour Broca d’opposer les visions d’André Gorz et de Yann Moulier Boutang sur le Libre : « utopie concrète, qui existe déjà et ne demande qu’à s’étendre » pour l’un, « outil de compréhension du présent et […] indice d’un avenir possible » pour l’autre.

5Ce que l’on peut retenir de cet ouvrage, c’est sa présentation exhaustive et très précise de ce qu’est le logiciel libre, de son histoire et de ses différentes catégories de contributeurs. Bien que l’auteur n’explique pas précisément la méthodologie suivie par sa recherche, on apprend dans les annotations qu’il se base notamment sur des entretiens, sur l’observation de communautés virtuelles ainsi que sur des articles et ouvrages rédigés par des tenants du Libre. La précision de ses descriptions nous montre une très bonne connaissance du terrain. On notera aussi la fine description des formes d’organisation de certains projets Libres et des axes de l’ethos partagé par ces programmeurs. Du fait de cet ethos caractérisé par « l’émancipation dans le travail, la construction d’un autre rapport aux technologies et la participation du plus grand nombre à la vie culturelle et politique », l’auteur montre que le Libre permet l’apparition de nouvelles formes d’organisation du travail et, en cela, augure des bouleversements de la société. Broca rappelle aussi que le logiciel libre, en ce qu'il « constitue une manière de conduire l'action collective en adéquation avec les objectifs qu'elle se donne », peut permettre la réinvention sociale, mais mobilise toutefois tant des discours de la pensée libérale que ceux de la pensée de gauche. En fin d’ouvrage, il nous invite à questionner le travail via l’angle du dépassement du salariat et pose la question d’une rémunération juste pour tous les membres d’une même société, « les collectifs du Libre [soulignant] qu’il est possible de recréer du lien social et des formes d’affiliation sur d’autres bases que celle du travail salarié ». En conclusion, il s’agit là d’un ouvrage éclairant tant pour découvrir que pour mieux appréhender le logiciel libre et le terreau social sur lequel il est né, ainsi que les débats qu’il provoque et auxquels il prend part.

Haut de page

Notes

1 Propos recueillis dans un entretien publié sur le site Framablog, par ailleurs cité dans les remerciements de l’auteur en tant que « source d’information incomparable » (p. 5).

2 Ernst Bloch, Le principe espérance, tome II, Les épures d’un monde meilleur, Paris, Gallimard, 1982.

3 Cela apparaît comme emblématique de « l’aptitude du capitalisme à réintégrer en son sein tout ce qui semble à un moment donné vouloir contester son hégémonie » (p. 32).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erwan Briand, « Sébastien Broca, Utopie du logiciel libre. Du bricolage informatique à la réinvention sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 mars 2014, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14019

Haut de page

Rédacteur

Erwan Briand

Étudiant en sociologie, master 2 recherche « Mutations des sociétés contemporaines » à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search