Navigation – Plan du site

Laurent Mucchielli, Criminologie et lobby sécuritaire. Une controverse française

Sébastien Bauvet
Criminologie et lobby sécuritaire
Laurent Mucchielli, Criminologie et lobby sécuritaire. Une controverse française, La Dispute, 2014, 193 p., ISBN : 978-2-84303-217-2.
Haut de page

Texte intégral

1Laurent Mucchielli poursuit ici les travaux sur la délinquance et les politiques de sécurité intérieure qu’il mène depuis une quinzaine d’années, pour éclairer la controverse relative aux essais d’implantation de la criminologie dans le monde universitaire français, entre 2008 et 2012. Cette controverse participe d’une réflexion sur la « progression de l’influence et de la légitimité d’un puissant lobby sécuritaire lié à l’idéologie néoconservatrice » dans le champ politique, articulée à la situation de l’enseignement et de la recherche en sciences criminelles (p. 11-12).

2Une première partie inscrit historiquement et épistémologiquement les sciences criminelles dans les transformations intellectuelles et politiques de la seconde moitié XIXe siècle. Un premier chapitre en explore les consensus, comme l’explication naturaliste/biologique des dispositions à la criminalité, à travers les prises de positions et les polémiques dans le monde de la médecine et des sciences sociales naissantes. Les matériaux d’époque (publications, correspondances, parole publique) rendent bien compte de l’aveuglement à des présupposés qui nourrissent encore aujourd’hui les représentations stéréotypées de la criminalité. En mettant en perspective les postulats académiques et l’évolution de la justice pénale, l’auteur défend un impératif de lucidité face aux usages politiques des statistiques de la criminalité et de leurs discours d’ornement. Des objets comme la récidive sont resitués dans un mouvement plus large d’hygiène sociale, et les « criminels » ne sauraient être séparés du reste de la population : si, du point de vue académique, la spécialisation de l’analyse se situe sur des groupes sociaux et leurs déviances particulières, du point de vue politique, les glissements entre catégories obligent à conserver un regard critique vis-à-vis des catégorisations scientifiques.

3Le deuxième chapitre se concentre plus spécifiquement sur l’objet de la criminologie et sa faible institutionnalisation en France. Trois temps sont distingués : la difficulté d’un dialogue interdisciplinaire (1880-1940) – revendiqué actuellement par les experts de la sécurité –, puis un rapprochement entre disciplines, de la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 1970, suivi d’un éloignement, conjoint à l’explosion récente des sciences sociales. L’auteur donne à voir les paradigmes définissant le « criminel », éclairant entre autres la mainmise des sciences juridiques depuis le début du XXe siècle, les lignes de fractures entre la psychologie et la sociologie, ou encore la difficulté de cette dernière, jusqu’aux années 1990, à s’imposer sur ce terrain de recherche malgré quelques exceptions institutionnelles. La fin du chapitre insiste sur la division du travail entre un pôle sociologique, intéressé aux « grandes enquêtes » ou à la délinquance ordinaire, et un pôle psychologique, centré sur les affaires de sang, les crimes sexuels, etc. L’auteur évoque aussi une « grande distance épistémologique » (p. 97) entre sciences sociales et juridiques, relative à des formations de praticiens en interne, rarement liées à l’enseignement universitaire.

4Le troisième chapitre défend alors la thèse que la criminologie « ne peut exister qu’en tant que science appliquée et ne saurait être une science fondamentale » (p. 100). L. Mucchielli s’appuie sur le fonctionnement d’institutions étrangères (pourtant considérées comme des références par les défenseurs d’une « criminologie universitaire ») qui insistent sur le caractère appliqué et/ou sur l’affiliation de la criminologie à une discipline principale. Il faut ici regretter que l’auteur n’ait pas travaillé sur un plus large éventail d’institutions. Si l’illustre École de criminologie de Montréal est bien évoquée, il n’est pas donné à lire la manière dont le champ de la criminologie se constitue sur un plan international.

  • 1 Voir : Laurent Mucchielli, Violence et insécurité, Paris, La Découverte, 2001 ; Laurent Bonelli, La (...)
  • 2 Laurent Mucchielli (dir.), La frénésie sécuritaire, Paris, La Découverte, 2008.

5La seconde partie de l’ouvrage se concentre sur la controverse. Le quatrième chapitre, posant la question de l’existence d’une « criminologie d’État », s’appuie sur le rôle essentiel des criminologues revendiqués, en particulier Alain Bauer, mais également une poignée d’autres œuvrant à la frontière entre monde académique et expertise privée, pour décrire et critiquer leur travail de légitimation. Il est sûr qu’un personnage comme A. Bauer, multiplicateur de titres et de postes, inséré dans de nombreux réseaux d’influence, constitue une figure incontournable pour comprendre le fonctionnement du champ d’expertise de la sécurité. Mais au regard des précédents travaux universitaires critiques, dont ceux de L. Mucchielli lui-même1, on aurait souhaité une exploration plus systématique des outils de légitimation, en particulier ceux en lien avec le champ économique. Si l’auteur plaide à plusieurs reprises pour l’approfondissement des recherches sur la sécurité privée, c’est justement parce que les criminologues travaillent à forger une « demande », opération nécessitant plus que le charisme de personnages influents, lorsque l’on sait que la « frénésie sécuritaire »2 des décideurs économiques peut largement s’apaiser lorsqu’il s’agit précisément de supporter les coûts de l’équipement sécuritaire.

6De fait, L. Mucchielli ne prétend pas expliquer entièrement le fonctionnement de la criminologie en France. Le dernier chapitre fait la chronique de l’instauration d’une section « criminologie » au Conseil national des universités et d’une chaire de criminologie au CNAM, détaillant une bataille captivante d’où la criminologie « à la française » ressort doublement affaiblie : formellement, car un arrêté d’août 2012 supprime la section CNU créée quelques mois auparavant, contre laquelle l’institution s’était d’ailleurs élevée ; symboliquement, au regard du faible succès des cours d’Alain Bauer au CNAM. L’auteur met toutefois en garde les détracteurs de la criminologie contre l’illusion de victoire, et conclut en soulignant que les lignes caractéristiques du champ universitaire contemporain, marqué notamment par l’individualisation des parcours, la précarité des jeunes chercheurs et l’importance de la commande d’agence, fragilisent les principes d’indépendance et d’approche critique de la recherche. Ceci pourrait ouvrir de nouvelles brèches à un « lobby sécuritaire » qui, s’il s’est déjà suffisamment sécurisé ailleurs, n’est pas prêt de renoncer à gagner ses derniers galons symboliques, comme l’illustre par exemple l’investissement du « concept » d’intelligence des risques.

Haut de page

Notes

1 Voir : Laurent Mucchielli, Violence et insécurité, Paris, La Découverte, 2001 ; Laurent Bonelli, La France a peur, Paris, La Découverte, 2008 ; Mathieu Rigouste, L'ennemi intérieur, Paris, La Découverte, 2009.

2 Laurent Mucchielli (dir.), La frénésie sécuritaire, Paris, La Découverte, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bauvet, « Laurent Mucchielli, Criminologie et lobby sécuritaire. Une controverse française », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 mars 2014, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14069

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page