Navigation – Plan du site

Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973, Mille jours qui ébranlèrent le monde

Thomas Posado
Chili 1970-1973
Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973. Mille jours qui ébranlèrent le monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Amériques », 2013, 345 p., préface de Michael Löwy, ISBN : 978-2-7535-2663-1.
Haut de page

Texte intégral

1La courte expérience du gouvernement de l’Unité Populaire, la coalition de gauche qui a gouverné le Chili sous la direction de Salvador Allende de 1970 à 1973, est un épisode majeur de l’histoire latino-américaine. Elle clôt une longue décennie de multiples mobilisations sociales et politiques progressistes et ouvre une période de dictatures militaires alliant terrorisme d’État et néo-libéralisme. Cet ouvrage de Franck Gaudichaud détaille la mobilisation par en bas, c’est-à-dire à l’échelle des actions collectives dans les entreprises ou les quartiers populaires plutôt que dans les institutions, au sein de ce processus politique, pour mieux l’appréhender. L’objet est limité au seul gouvernement de l’Unité Populaire et à l’action collective de ses partisans ; les agissements de l’opposition comme ceux de la dictature de Pinochet, qui a succédé à l’Unité Populaire, ne s’inscrivent pas dans le cadre de cet opus. La démarche de l’auteur associe les outils de la recherche historique et la méthode sociologique de l’enquête orale afin de restituer les contradictions de l’Unité Populaire du point de vue de la lutte des classes, rompant ainsi avec les approches institutionnalistes traditionnelles.

2Cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat en science politique, commence par une introduction érudite qui fixe le cadre épistémologique. Le contexte est ensuite décrit à travers la situation de la classe ouvrière, les orientations des différentes composantes de la gauche sociale et politique chilienne et le programme de l’Unité Populaire. L’auteur décrit plus particulièrement les différents instruments d’auto-organisation dont se dotent les classes populaires : les Commandos Communaux au sein des quartiers populaires mais surtout les Cordons Industriels dans les entreprises, qui rassemblent à leur apogée entre 20 000 et 30 000 salariés dans la capitale, Santiago, et entre 40 000 et 60 000 dans l’ensemble du pays. Une majorité des manifestations ont lieu à l’initiative de ces organes. L’auto-organisation des classes dominées est catalysée par résistance à des offensives de l’opposition de droite, telle que la grève des camionneurs d’octobre 1972. Durant cette phase de radicalisation, un maximum de personnes participe aux conseils d’auto-organisation.

3L’auteur ne dépeint pas pour autant une vision idéalisée des Cordons Industriels. Loin de décrire des « soviets » à la chilienne, Franck Gaudichaud démontre, enquête documentée à l’appui, qu’ils ne sont actifs que dans des conjonctures déterminées et défensives. Les Cordons Industriels sont élus par une forme de système mixte, entre la démocratie directe qu’ils revendiquent et une cooptation des partis de gauche. Ces organes se développent durant les mille jours de l’Unité Populaire et profitent de cette nouvelle structure d’opportunité politique. Une des principales limites des Cordons Industriels est leur manque, jusqu’à la fin de l’Unité Populaire, de coordination au niveau national.

  • 1 Peter Winn, Weavers of revolution: the Yarur workers and Chiles road to socialism, New York, Oxford (...)
  • 2 Ibid.

4Les radicalisations de l’opposition mènent à une accentuation des différenciations au sein de la gauche chilienne et même à des affrontements sporadiques entre le mouvement ouvrier et le gouvernement de Salvador Allende. D’une part, le pôle gradualiste, constitué par le leader de l’Unité Populaire, une aile du Parti Socialiste (PS) et le Parti Communiste Chilien (PCC), souhaite réformer le Chili par étapes en respectant la légalité institutionnelle. Ce courant va diriger le processus politique pour une « Révolution par en haut » selon l’historien Peter Winn1. Ses partisans souhaitent consolider les bases du changement social avant d’avancer. Dans ce but, ils voudraient contenir les avancées de l’auto-organisation de la base, condamnant l’occupation des entreprises non planifiée par le gouvernement. Dans le même temps, ce pôle multiplie les initiatives de conciliation avec la démocratie-chrétienne en vue d’obtenir une majorité parlementaire, avec le patronat des petites et des moyennes entreprises pour élargir la base sociale du gouvernement, et avec l’armée afin que cette dernière préserve la stabilité du pays. D’autre part, le pôle rupturiste, constitué par le Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR), l’aile gauche du PS et les chrétiens de gauche du Mouvement d’Action Populaire Unitaire (MAPU) et de la Gauche Chrétienne (IC), souhaite poursuivre les avancées sans transiger, afin de mobiliser les classes populaires chiliennes. Cette stratégie implique un renforcement des dispositifs de participation à la base et la préparation à l’affrontement inéluctable avec l’opposition, par l’armement s’il le faut, dans une « Révolution par en bas sacrifiée par Allende »2. Cette description duale de la gauche n’est pas pour autant manichéenne. L’auteur souligne l’hétérogénéité et les faiblesses des uns et des autres. Ainsi, les limites du MIR, comme le fossé entre le parti et le mouvement social ou certains traits de verticalisme, sont soulignées. Le rôle du PCC est lui aussi questionné pour sa méfiance à l’égard du mouvement social. Les uns et les autres, opposés sur les options politiques à suivre, s’accordent d’ailleurs sur la subordination des Cordons Industriels à la centrale syndicale.

5L’auteur conclut son propos sur la tragédie finale de l’Unité Populaire, durant les dernières semaines précédant le coup d’État d’Augusto Pinochet du 11 septembre 1973. Selon l’historien Luis Corvalán Márquez, « la gauche est déjà défaite et la contre-révolution en marche » (p. 270). L’enquête de Franck Gaudichaud montre que les Cordons Industriels sont démobilisés dès les dernières semaines d’août 1973, à la fois par la répression du gouvernement et par la division de la gauche. L’armée poursuit les perquisitions provocatrices dans les entreprises du Cordon Industriel, où peu d’armes sont retrouvées, à l’exception de matraques, de cocktails Molotov, de bâtons et d’armes à feu de faible calibre. La Révolution pacifique est désarmée : aucun parti de gauche, ni ceux du pôle gradualiste, ni ceux du pôle rupturiste, aucun Cordon Industriel n’a de préparation substantielle pour résister au rouleau compresseur armé des putschistes pinochetistes. La répression est brutale et immédiate : quatre-vingt dix ouvriers sont abattus dans le seul Cordon Industriel Vickuña Mackenna de Santiago.

6Ces mille jours de l’Unité Populaire sont une période-clé de l’Amérique latine et sa fin tragique eut des répercussions mondiales. Cet ouvrage retraçant fidèlement son histoire devrait sans aucun doute devenir une référence incontournable sur la question. Le principal atout de cette étude est de parvenir à rendre vivante une expérience passée sans négliger une rigoureuse méthode scientifique. La lecture de Chili 1970-1973 Mille jours qui ébranlèrent le monde est recommandée, riche d’enseignements pour tous ceux qui souhaitent repenser la démocratie et le changement social.

Haut de page

Notes

1 Peter Winn, Weavers of revolution: the Yarur workers and Chiles road to socialism, New York, Oxford University Press, 1986.

2 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Posado, « Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973, Mille jours qui ébranlèrent le monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 mars 2014, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14076

Haut de page

Rédacteur

Thomas Posado

Doctorant en sciences politiques à l'Université Paris-VIII, et membre du Centre Cultures et Sociétés Urbaines (CSU, composante du CRESPPA, UMR 7217). ATER à l'Université de Haute-Alsace.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page