Navigation – Plan du site

Jérôme Bourdieu (dir.), « Théorie du champ », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, décembre 2013

Igor Martinache
Théorie du champ
Jérôme Bourdieu (dir.), « Théorie du champ », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, décembre 2013, 125 p., Seuil, ISBN : 978-2-02-114198-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Fabien Truong, « Enseigner Pierre Bourdieu dans le 9-3 : ce que parler veut dire » (...)
  • 2 Outre Laurent Joffrin, l’ex-patron du Nouvel Observateur, évoqué dans ce numéro par Patrick Champag (...)

1Tout plutôt que l’indifférence. La formule résume à merveilles les diverses réceptions de la sociologie de Pierre Bourdieu. Quel que soit son objet de recherche ou sa propre posture épistémologique, tout-e sociologue qui se respecte se doit en effet d’exprimer sa position par rapport aux travaux de Pierre Bourdieu, et en particulier vis-à-vis de la théorie du champ qu’il a élaborée tout au long de sa trajectoire de recherche. Or, en dépit – ou peut-être plutôt à cause – de cette patiente élaboration, cette approche fait elle-même l’objet de nombreux malentendus et d’incompréhensions qui restent tenaces jusqu’à aujourd’hui, comme en témoignent les difficultés à l’enseigner, à l’université comme au lycée1, et les commentaires souvent agressifs qui émanent de certains agents plus ou moins médiatisés qui reprochent, à des titres divers, à la sociologie de Pierre Bourdieu de dire ce qu’elle ne dit pas, et notamment de proposer une lecture substantialiste et/ou déterministe du monde social2. C’est pour tenter de corriger ces lectures erronées tout en s’interrogeant sur ses limites et prolongements contemporains que la revue fondée par Pierre Bourdieu lui-même a décidé de consacrer son numéro 200 à la théorie du champ – on notera le singulier.

  • 3 « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie », Actes de la recherche en sc (...)
  • 4 Sur l’État, Paris, Seuil, 2012 et Manet. Une révolution symbolique, Paris, Seuil, 2013.

2À tout seigneur, tout honneur : le numéro s’ouvre sur une longue transcription d’extraits choisis du séminaire que Pierre Bourdieu avait consacré au concept de champ à l’École pratique des hautes études entre 1972 et 1975, soit avant la publication de son célèbre article sur le champ de la haute couture co-écrit avec Yvette Delsaut pour le premier numéro des Actes3, ou encore de La Distinction et du Sens pratique, parus respectivement en 1979 et 1980, où le sociologue met en œuvre et approfondit sa théorie. À l’instar de la récente publication de ses cours au Collège de France sur l’État et le champ pictural français au XIXe siècle par l’entrée de la figure d’Édouard Manet4, ce texte donne ainsi à lire une pensée en train de s’élaborer dont on peut voir les résultats a posteriori, le tout dans un style forcément oral qui en rend la lecture plus aisée que la plupart des écrits du sociologue. Si nombre des idées ici développées seront déjà connues des familiers de l’œuvre de Pierre Bourdieu, ce texte n’en apporte pas moins une série de clarifications utiles concernant la théorie du champ, s’agissant par exemple de la manière dont elle s’oppose à la démarche typologique, de la délimitation des frontières d’un champ, ou encore du rapport entre cette approche et l’analyse des rapports de classes.

  • 5 Sur cet ouvrage et ses réceptions, voir notamment Philippe Coulangeon, Julien Duval (dir.), Trente (...)
  • 6 Voir entre autres l’ouvrage co-écrit avec Bryant Garth sur l’espace sud-américain : La mondialisati (...)

3Plusieurs recherches s’efforcent ensuite de montrer la pertinence de cette analyse en termes de champ à l’époque actuelle et au-delà de la société française, comme pour contrecarrer certaines critiques adressées notamment à La Distinction selon lesquelles l’analyse de la stratification développée dans cette dernière serait circonscrite à la société française des années 1960-19705. Thomas Medvetz s’intéresse ainsi à l’émergence et l’évolution des think tanks dans le champ du pouvoir aux États-Unis et s’applique en particulier à montrer comment, sur cet objet faiblement institutionnel à l’intersection entre recherche et politique, la théorie du champ s’avère plus pertinente que celle des champs d’action stratégique développée par Neil Fligstein et Doug McAdam, deux auteurs bien dotés en capital académique. À partir notamment de ses propres travaux sur un autre enjeu politiquement majeur6, Yves Dezalayse montre pour sa part comment le concept de champ juridique permet de rendre compte du processus d’internationalisation concernant ce dernier, éclairant notamment un certain nombre d’angles morts du courant montant dit Law and Society, qui s’efforce pourtant de sociologiser l’étude du droit et de ses usages.

  • 7 « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 20-21, 1978, p. 3-82. Accessible en (...)

4Dans sa contribution, Gisèle Sapiro s’interroge également sur les frontières nationales du champ, à partir cette fois de l’exemple de la littérature, dont elle s’est fait une spécialité. D’une manière particulièrement pédagogique, elle revient ainsi sur les processus historiquement situés d’autonomisation et de nationalisation des champs, eux-mêmes indissociables de la constitution des États-nations modernes, puis sur la transnationalisation aujourd’hui à l’œuvre et les guerres de frontière qui la traversent, avec des tensions non seulement entre champs nationaux, mais aussi entre État et marché. Joshs Hjelbrekke et Olav Korsnes proposent enfin une analyse en composantes multiples (ACM) sur le champ du pouvoir en Norvège à partir des données à la fois précieuses et parcellaires d’une enquête intitulée « The Leadership Survey 2000 » réalisée auprès de 1 710 personnes occupant des responsabilités politiques et économiques au début de la décennie précédente. Plus que leurs résultats, qui donnent à voir une structuration du champ du pouvoir dans le pays scandinave quelque peu différente de celle que Pierre Bourdieu et son équipe avaient mise en évidence dans la France dans La Noblesse d’État ou dans son article avec Monique de Saint-Martin sur le patronat7, leur contribution vaut surtout pour leurs réflexions méthodologiques et leur présentation didactique de la méthode de l’ACM.

  • 8 Voir Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1982].

5Trois autres – brefs – articles signés par des membres du comité de rédaction de la revue viennent compléter ce numéro-dossier sur la théorie du champ. Également auteur d’une introduction aux extraits du séminaire sur le champ, Patrick Champagne vient ainsi pointer quelques réceptions erronées du concept de champ, émanant non seulement de journalistes dominants, ayant mal réagi à la parution de Sur la télévision en 1996, que de sociologues, parfois pourtant aussi généralement pertinents qu’Howard Becker, dont la critique mal fondée du concept de champ semblait servir à grandir la valeur de celui de « monde » qu’il a lui-même forgé8. Par ces lectures stratégiques, les uns et les autres ont surtout bien involontairement mis en évidence les luttes de classement et de définition de la doxa au cœur des analyses de Pierre Bourdieu. De leur côté, Frédéric Lebaron et Brigitte Le Roux d’une part et Julien Duval de l’autre reviennent sur l’analyse géométrique des données statistiques, et plus particulièrement l’ACM, en montrant l’étroite affinité de cette dernière avec la théorie du champ. Celle-ci permet en effet de déterminer et de représenter graphiquement les distances sociales relatives entre les agents participants à un champ considéré en même temps que des modalités des variables par lesquelles ils sont caractérisés, autrement dit la structure éminemment relationnelle dudit champ. Cela étant, en dépit de ses vertus – comme le fait de ne pas postuler par avance les principaux axes déterminant les positions au sein de chaque champ mais de les déduire des données –, cette méthode n’en comporte pas moins un certain nombre de limites, bien pointées par Julien Duval, qui résident notamment dans les réductions nécessaires opérées a priori par le chercheur concernant le périmètre des participants pertinents de ce champ ainsi que les variables choisies pour résumer ces individus nécessairement artefactuels. En d’autres termes, résume-t-il, « les données ne peuvent être construites que sur la base d’une connaissance préalable du champ, nécessairement acquises par d’autres moyens, et les champs sociaux ne peuvent sans doute pas être intégralement appréhendés par des instruments statistiques » (p. 123). Une manière de rappeler une fois de plus combien, loin de s’opposer, méthodes quantitatives et qualitatives, sont complémentaires, et même indissociables, Pierre Bourdieu lui-même ayant largement recouru aux entretiens et aux observations.

  • 9 Contre une mauvaise lecture des fameuses conférences de Max Weber réunies dans Le Savant et le Poli (...)

6Alors que beaucoup déplorent aujourd’hui une réticence des chercheurs en sciences sociales à édifier de nouveaux cadres théoriques ambitieux, la théorie du champ constitue sans doute à la fois l’une des plus récentes et des plus fécondes propositions en la matière. Sa relative complexité en fait cependant un défi pédagogique, tandis que son effet de dévoilement la rend propice aux entreprises de résistance de la part des agents de tous bords, dominants en tête. Les clarifications apportées par ce dossier s’avèrent ainsi particulièrement utiles aux chercheurs, enseignants et étudiants, tant d’un point de vue épistémologique et méthodologique que politique. Car ce n’est aussi pas le moindre intérêt des travaux de Pierre Bourdieu que de rappeler combien les enjeux scientifiques et politiques étaient indissociables9.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Fabien Truong, « Enseigner Pierre Bourdieu dans le 9-3 : ce que parler veut dire », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, n° 5, 2010. En ligne : http://socio-logos.revues.org/2446.

2 Outre Laurent Joffrin, l’ex-patron du Nouvel Observateur, évoqué dans ce numéro par Patrick Champagne (p. 41), on peut penser aux deux « philosophes » bien distants dans le champ intellectuel qui s’en prennent régulièrement à la sociologie de Pierre Bourdieu, notamment en matière d’éducation, que sont Alain Finkielkraut et Jean-Claude Michéa.

3 « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, 1975, p. 7-36. Accessible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1975_num_1_1_2447.

4 Sur l’État, Paris, Seuil, 2012 et Manet. Une révolution symbolique, Paris, Seuil, 2013.

5 Sur cet ouvrage et ses réceptions, voir notamment Philippe Coulangeon, Julien Duval (dir.), Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, 2013, et la note critique que Patrick Cotelette lui a consacrée sur Lectures : http://lectures.revues.org/12492.

6 Voir entre autres l’ouvrage co-écrit avec Bryant Garth sur l’espace sud-américain : La mondialisation des guerres de palais, Paris, Seuil-Raisons d’Agir, 2002. Dans une perspective moins directement « bourdieusienne », voir aussi les travaux d’Antoine Vauchez qui montrent notamment le poids déterminant des juristes dans le processus de construction européenne, notamment L’Union par le droit, Paris, Presses de Sciences-po, 2013.

7 « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 20-21, 1978, p. 3-82. Accessible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1978_num1_2592.

8 Voir Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1982].

9 Contre une mauvaise lecture des fameuses conférences de Max Weber réunies dans Le Savant et le Politique (1919) érigeant en norme pour le premier une impossible « neutralité axiologique ». Cette lecture est elle-même promue par Raymond Aron pour délégitimer les chercheurs marxistes, comme l’a récemment bien montré Isabelle Kalinowski en retraduisant Weber. Il n’est d’ailleurs pas fortuit que Pierre Bourdieu ait lui-même progressivement assumé une posture militante, notamment après les grandes grèves de l’hiver 1995 (voir notamment Julien Duval et al., Le « décembre » des intellectuels français, Paris, Raisons d’agir, 1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Jérôme Bourdieu (dir.), « Théorie du champ », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, décembre 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 mars 2014, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14086

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales à l’université Lille 1.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page