Navigation – Plan du site

Bibia Pavard, Michelle Zancarini-Fournel, Luttes de femmes. 100 ans d’affiches féministes

Pascal Décarpes
Luttes de femmes
Bibia Pavard, Michelle Zancarini-Fournel, Luttes de femmes. 100 ans d'affiches féministes, Les Échappés, coll. « Documents », 2013, 136 p., ISBN : 978-2-35766-069-4.
Haut de page

Texte intégral

1« La visibilité des femmes et de leurs combats est un enjeu majeur du féminisme. […] La révolution féministe est porteuse d’une subversion de la culture visuelle […]. Elle induit un autre regard… ». C’est par ces propos de Florence Rochefort que s’ouvre ce bel ouvrage, dans une typographie marquante et épurée. La brève introduction qui s’en suit retrace le parcours des mouvements féministes, les inscrivant dans un vingtième siècle durant lequel tous les combats des femmes furent entrepris, ce non sans résistance quasi-naturelle des structures dominantes. Le livre présent offre une approche multiple du féminisme, à la fois comme théorie politique, comme cause représentant les intéressées elles-mêmes, et comme mouvement collectif et pluriel. À titre d’illustration, une des premières affiches de l’ouvrage est issue de la revue satirique L’assiette au beurre, datée de 1909 avec pour titre « féminisme et féministes », montrant des femmes aux airs peu joyeux et avec le commentaire suivant prêté à l’une d’elles : « Ce qui fait notre force, à nous autres apôtres, c’est la chasteté, la continence absolue que nous observons, malgré la convoitise masculine posée sur nous ! ». Cette affiche pose les marques de nombreuses luttes féministes, notamment face au mépris et aux caricatures dont elles furent et font encore l’objet.

  • 1 Sophie Rétif, Logiques de genre dans l’engagement associatif. Carrières et pratiques militantes dan (...)
  • 2 Christine Bard, Bibia Pavard (dir.), « Femmes outsiders en politique », Parlement[s], n° 19, 2013, (...)

2L’ouvrage est divisé en cinq parties intitulées « Tout est politique ! », « Au travail ! », « Mon corps est à moi ! », « Voix féministes d’ailleurs » et « Créatives », couvrant ainsi quasiment tous les pans du féminisme, social, politique, économique, etc., et faisant écho tant à l’engagement associatif1 qu’aux trajectoires des « femmes outsiders en politique »2.

3Dans la première partie, « Tout est politique ! » apparaît comme un des slogans des années 1968 qui tenait à mettre fin à la division entre les sphères politique et privée, alors que les dominations masculines s’exerçaient également au sein de la famille et du foyer et qu’elles étaient indissociables de la place des femmes dans les champs publics. Il est fait ici surtout écho au mouvement pour le suffrage des femmes, connu également sous le nom de mouvement des suffragettes, avec notamment une affiche annonçant l’International Woman Suffrage Congress de juin 1913 à Budapest. Dès cette époque, les différents arguments qui plaident en faveur du droit de vote pour les femmes traduisent la diversité des courants féministes. Si certaines affiches argumentent principalement avec le simple mais essentiel droit à l’égalité entre hommes et femmes, la Société pour l’amélioration du sort de la femme et la revendication de ses droits revendique pour sa part que « la femme doit voter pour protéger l’enfance, endiguer l’immoralité, […] », et prête aux femmes une supériorité morale par rapport aux hommes.

4Dans la partie « Au travail ! », les auteurs de l’ouvrage détaillent également les divers champs de pensée et d’action qui traversent le féminisme, notamment au regard des revendications en termes de politique familiale. Ainsi, le féminisme chrétien et le rôle de la femme en tant que mère font apparaître un « féminisme maternaliste » (p. 47), tandis que d’autres mouvements plaident pour des places de crèche. Plus largement, ce sont des thèmes comme le droit au divorce, le droit au travail ainsi que le droit à l’égalité de salaire (pour un travail égal) qui porteront les luttes sociales des femmes. Les affiches montrent par ailleurs que le combat pour le droit au travail a évolué dans les récentes années vers un droit à être protégée contre les dominations au travail, notamment le harcèlement sexuel ou la discrimination due à la maternité.

5C’est à partir des années 1970 que la question du corps englobe à la fois les questions de maternité, de sexualité et de violences physiques et sexuelles. Ce sont des affiches du planning familial, du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) ou de l’association (progressiste) Choisir qui illustrent cette thématique. L´affiche de l’association Choisir montre ainsi les trois slogans suivants : « Ma liberté : la contraception ; mon ultime recours : l’avortement ; mon choix : donner la vie » (p. 77).

6La partie suivante est précieuse en ce qu’elle ouvre sur une perspective altruiste, multiculturelle et internationaliste des combats féministes. L’affiche du Mouvement des femmes noires dresse un tableau relativement complet des luttes en cours ; en relayant un appel à mobilisation pour une « journée des femmes mutilées, excisées, infibulées, violées, battues, prostituées, stérilisées, exploitées » (p. 97).

7Quant aux « créatives », il s’agit d’affiches dont l’esthétique et le graphisme sont particulièrement novateurs, s’inspirant notamment des comics et faisant référence aux mouvements de contre-culture.

8La place principale est donnée aux affiches, et c’est donc avant tout un ouvrage visuel, d’une grande qualité (papier glacé et couleurs haute définition), qui est présenté ici, agrémenté de commentaires étoffés et solidement référencés, qui éclairent les évolutions et les contextes de ce phénomène politico-graphique. La richesse illustrée de cet ouvrage ne peut cependant trouver un plein écho dans ce compte rendu, qui conseille fortement aux lecteurs une confrontation directe avec ces affiches.

Haut de page

Notes

1 Sophie Rétif, Logiques de genre dans l’engagement associatif. Carrières et pratiques militantes dans des associations revendicatives, Dalloz-Sirey, coll. « Nouvelle Bibliothèque de Thèses », 2013. Compte rendu de Lilian Mathieu pour Lectures : http://lectures.revues.org/12729.

2 Christine Bard, Bibia Pavard (dir.), « Femmes outsiders en politique », Parlement[s], n° 19, 2013, Paris, L’Harmattan. Compte rendu de Sarah Guillemet pour Lectures : http://lectures.revues.org/13017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Bibia Pavard, Michelle Zancarini-Fournel, Luttes de femmes. 100 ans d’affiches féministes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 mars 2014, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14087

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page