Navigation – Plan du site

Denis Merklen, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?

Edison Ferreira de Macedo
Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?
Denis Merklen, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?, Villeurbanne, ENSSIB, coll. « Papiers », 2013, 354 p., ISBN : 979-10-91281-14-0.
Haut de page

Texte intégral

1Denis Merklen montre, dans son étude socio-historique, combien les incendies de bibliothèques en France de 1996 à 2013 cristallisent de ressentiments et de malaises sociaux et culturels et ce que ces formes d’expression sociale ont de phénoménologique. Son ouvrage, composé de six chapitres, présente, dès son introduction, les interrogations qui ont guidé son enquête. Partant d’une liste de soixante-dix institutions bibliothécaires incendiées dans les banlieues parisiennes de 1996 à 2013, l’auteur pose plusieurs questions aux lecteurs, qu’il incite à réfléchir à la signification de cette violence tournée contre les bibliothèques. Il use d’une diversité de sources et d’informations remarquable, nourrie par son étude de terrain : témoignages, récits de vies, notes de terrain, archives rédigées en situation d’observation. La confrontation entre classes populaires, quartiers et bibliothèques impliquées est décrite à partir des marqueurs que sont la pauvreté, le chômage, les inégalités multiples, la délinquance et le racisme culturel et religieux. Cet ensemble de comportements et de réalités sociales différenciées est à l’origine de rapports sociaux complexes, qui entraînent l’implication de groupes de jeunes adultes dans la destruction physique des bibliothèques de leur quartier. Ces institutions, symboles d’un univers de savoir et des politiques publiques, ces « Temples du savoir », deviennent les icônes à détruire et matérialisent la haine que ressentent certains à l’encontre de pouvoirs publics dont ils ne reconnaissent pas l’utilité, même culturelle.

2L’auteur commence par présenter son terrain et les parcours vécus dans ces banlieues parisiennes. La pluralité culturelle des populations, les quotidiens divers forment la matière organique de sa recherche. L’implantation des bibliothèques dans ces quartiers et la disparition de la mémoire collective d’une identité sociale commune semblent concomitants. La culture perçue comme érudite et imposée par les « temples du savoir » se heurte à la culture populaire, à des cultures ethnosociales et religieuses et à une culture de la rue. Les programmes et les pratiques culturelles proposés par les bibliothèques sont dissociés des pratiques culturelles des populations banlieusardes dans les rues. Les violences contre l’institution publique du savoir peuvent être assimilées à un langage social de contre-culture.

3Au deuxième chapitre, l’auteur discute de la fonction et du rôle des bibliothèques, comme espaces de médiation vis-à-vis de l’école. Le discours de la bibliothèque, dans un contexte de discrimination « ethnique », dans les banlieues où la population est majoritairement d’origine maghrébine, africaine et asiatique, est inaudible. L’école didactique et sa structure systémique séculaire sont un symbole d’exclusion et d’échec pour une jeunesse banlieusarde nombreuse et désorientée. Le modèle de scolarisation français apparaît comme distant aux enfants des classes populaires, éloigné de leur propre identité française hybride. L’auteur montre comment ce modèle scolaire concentre les ressentis conflictuels et douloureux, combien il représente une ligne de démarcation, entre ceux qui vont réussir et ceux qui ne pourront pas quitter ces quartiers défavorisés, synonymes de stagnation sociale sans avenir. Les bibliothèques font face aux évolutions technologiques, à la culture de l’écran, qui menace d’entrainer inévitablement la mort du livre et du lecteur. Elles sont à la recherche d’une nouvelle légitimité et d’une nouvelle image plus attractive, nous dit l’auteur. La violence dénonce l’échec scolaire et l’ego d’une institution stigmatisée par une population de jeunes adultes, d’adolescents et d’enfants qui se trouvent comme laissés-pour-compte. Ces populations revendiquent l’intégration sociale. Cette situation fait de l’institution bibliothécaire une institution parascolaire, ce qui pourrait expliquer les attaques qu’elle subit. La bibliothèque se rapproche de l’école : autant l’une que l’autre représente l’Etat, l’autorité, les pouvoirs publics nationaux comme locaux. 

  • 1 Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Bellecombe-en-Bauges, Editions (...)

4Au chapitre suivant, l’auteur développe une approche historique du phénomène social des incendies de bibliothèques. En évoquant les mouvements de la Commune de Paris, en référence aux problématiques sociales des classes populaires d’alors, il fournit une explication sur les raisons qui conduisent les jeunes à cette violence dirigée contre les bibliothèques. Il interprète les faits de violence comme une volonté d’intégration face à un système politique aveugle et sourd à des revendications précises. Il existe, selon l’auteur, des formes de culture populaire à l’extérieur des institutions. Denis Merklen démontre que les cultures de rue ont rompu avec la tradition d’une culture populaire lettrée, « telle qu’elle avait été laborieusement travaillée par les traditions catholiques et de gauche au sein des mondes ouvriers et paysans »1. Culture populaire versus culture légitime, voilà ce que l’auteur aborde justement, citant des exemples nombreux, issus d’une vaste hétérogénéité au sein d’un même monde populaire, qui s’étend de l’école à la bibliothèque, en passant par le supermarché et les textos des téléphones portables. Les nouvelles technologies confèrent à leurs usagers une dimension temporelle plus éphémère que celle véhiculée lorsqu’on écrit sur le support papier.

5Après cette perspective historique, l’auteur montre, à partir des récits de vies des professionnels des bibliothèques, la dégradation de la situation économique et sociale dont souffrent les populations des banlieues où s’exprime la violence envers les bibliothèques. Il signale la présence massive des migrants, protagonistes d’un scénario de violence généralisé. L’auteur dépeint le processus historique de la migration. Son étude permet de vérifier que les migrants italiens, espagnols, portugais, russes et polonais du siècle passé n’avaient pas les mêmes problèmes, hors le déracinement, que les migrants d’aujourd’hui, maghrébins, africains ou asiatiques. La question des métiers et la diversité des professionnels des bibliothèques sont étudiées : leurs conditions de travail dans les quartiers, leurs origines sociales, la hiérarchie et la titularisation divisée en catégories. La parole et la mémoire des anciens et nouveaux bibliothécaires face aux violences subies par les bibliothèques témoignent de leurs visions sociétales différentes. Les récits de vie des bibliothécaires mettent en évidence un passé ouvrier où les solidarités faisaient penser à une certaine unité de classe. Une mémoire qui témoigne d’une homogénéité des conflits passés ou présents dès lors que l’on parle d’accès à la culture.

6Au cinquième chapitre, l’auteur analyse la relation entretenue par les politiques des bibliothèques et les politiques sociales. Les oppositions entre les habitants eux-mêmes et l’ensemble de la communauté « intellectuelle », les enseignants, les bibliothècaires, les universitaires, les politiques, les journalistes et les représentants de l’ordre sont importantes. L’auteur parle de « politicité populaire » à l’origine de divisions sociales, « source de tensions symboliques, de représentation de soi, de son espace et de celui des autres ». Les questions posées dans les messages envoyés avec les pierres dans les salles des bibliothèques interrogent la nature même de notre régime politique. L’auteur conditionne le retour au dialogue à une étude des conjectures qui définissent la séparation de plus en plus aggravée entre gouvernants et gouvernés.

7Au terme de son étude, l’auteur s’interroge sur les modalités des liens sociaux et politiques au sein de l’univers populaire et de son rapport à la société, aux classes sociales, à l’État et aux institutions. Une réflexion située à l’intérieur d’une conjoncture précise sur la catégorie populaire elle-même. Il précise sa pensée en décrivant ce « dernier héritage d’une tradition où « populaire » renvoie surtout à l’idée de « classe ouvrière » et, dans une moindre mesure, à la « paysannerie » et surtout à partir de la centralité des rapports de domination où la clé de voûte se situe au niveau symbolique de la culture plutôt que sur les plans économique ou politique ». L’auteur s’interroge donc sur les conditions de vie des habitants de ces quartiers, sur leurs origines sociales, s’intéresse à l’étranger, au jeune, au vieux, au Français, au fonctionnaire et au représentant de l’État. Pour Denis Merklen les évolutions récentes du capitalisme et de nos démocraties semblent autoriser à nouveau l’expression « classes populaires », aux contours incertains et à l’avenir ouvert. Le capitalisme pousse aujourd’hui vers un régime de temporalité plus diversifiée et incertaine, que l’État cherche à institutionnaliser, souvent en réponse à des demandes sociales. La prise de conscience de ces nouvelles dynamiques d’individuation nous oblige à repenser la manière dont les institutions, les bibliothèques de quartier, entrent en contact avec les classes populaires et leurs besoins culturels.

8Ainsi, face à ces conceptions libérales de l’individu et à tous les efforts des classes populaires pour se doter d’un point de vue critique, pour organiser collectivement leur expérience du social et pour se placer au sein de la société dans une dynamique majeure, nous devons prendre en compte les incendies de bibliothèques.

Haut de page

Notes

1 Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant, coll. Champs Social , 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edison Ferreira de Macedo, « Denis Merklen, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14102

Haut de page

Rédacteur

Edison Ferreira de Macedo

Docteur en Histoire Sociale Contemporaine – France et Amérique Latine – Chercheur Associé laboratoire DYSOLA – Université de Rouen – Professeur Chercheur à l’université Fédérale de la Paraiba au Brésil.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page