Navigation – Plan du site

Patrick Vassort, Contre le capitalisme. Banalité du mal, superfluité et masse

Erwan Briand
Contre le capitalisme
Patrick Vassort, Contre le capitalisme. Banalité du mal, superfluité et masse, Le Bord de l'eau, coll. « Altérité critique », 2014, 47 p., ISBN : 978-2-35687-295-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Patrick Vassort, L’Homme superflu. Théorie politique de la crise en cours, Congé-sur-Orne, Le Passa (...)

1Avec ce petit livre de 47 pages signé – après la dernière phrase – du 15 septembre 2013, Patrick Vassort nous propose un véritable opuscule oscillant entre la critique du capitalisme et la mise en valeur de ses caractères et, ce faisant, de ses contradictions. En prologue, l’auteur dresse le constat de « sociétés contemporaines […] enchâssées dans la globalisation capitaliste, [qui] connaissent des crises de plus en plus violentes et rapprochées » (p. 5). Selon lui, cette globalisation capitaliste a profondément changé la société via l’un des caractères centraux du capitalisme : la superfluité. Par ce terme de superfluité, il s’agit pour l’auteur de montrer que « l’homme lui-même est appelé à devenir superflu […] [voué] à la digestion perpétuelle des productions de la machine capitaliste qui [le] digère à son tour »1. À la suite de ces quelques remarques préliminaires, l’ouvrage se construit en cinq petites parties suivies d’un épilogue.

2Dans une première partie, il s’agit pour Vassort d’aborder ce qu’il nomme la banalité du mal, concept qu’il reprend d’Hannah Arendt et sur lequel il désire apporter quelques remarques. Pour ce faire, il discute des critiques de Howe et Syrkin à Arendt et se base sur les travaux de quelques historiens pour affirmer qu’il ne faut pas confondre superficialité du mal et banalité du mal en ce que celle-ci ne relève pas de « l’effacement [du mal] par la dissolution des responsabilités [mais] au contraire, [de] la radicale responsabilité de tous » (p. 11).

3Ensuite, Vassort s’attache à démontrer dans la seconde partie que le capitalisme a colonisé tous les espaces géographiques, économiques et sociaux. En énumérant de très nombreux exemples, il soutient que le système économique capitaliste règne désormais sur tous les pays, ainsi que sur les mers et les sous-sols, tout en effleurant les questions écologiques inhérentes à cet état de fait. L’auteur rapproche aussi le développement économique chinois, présenté comme une « incroyable mécanique capitaliste qui impose ses quotas de production, sa productivité, sa compétitivité » (p. 15), et la violence dont il fait preuve : exactions gouvernementales, concentration des travailleurs, torture des opposants politiques… C’est donc par « cet esclavagisme moderne que le capital, et non pas la Chine, met la pression sur l’ensemble des travailleurs du monde » (p. 15). Assimilant la mainmise des entreprises privées sur les économies des pays émergents à une nouvelle phase de colonisation, Vassort affirme aussi que les technologies de l’information et de la communication, encensées et présentées comme libératrices dans nos pays, n’ont pas tant aidé aux processus révolutionnaires arabes qu’à transmettre une certaine vision occidentale du monde dans ces pays.

4En troisième lieu, l’auteur traite de la question de la masse. Selon lui, une « transformation anthropologique majeure » est que l’accélération, notamment due à l’accumulation primitive du capital chez Marx, a eu pour effet de transformer les peuples en masse (p. 21). Après avoir proposé une revue étymologique des concepts de peuple, de foule et de masse, il met en lumière deux types de masses. La première, liée au fascisme et au nazisme, fut « construite sur des relents identitaires collectifs » (p. 24). La seconde est liée à l’accélération capitalistique et à la « spectacularisation du monde » (p. 22). Enfin, il relève que la « société capitaliste, par nécessité de reproduction, a pour intérêt toutes les formes de massification » (p. 26). En ce que la masse humaine « produit le travail de masse […], la production de masse, la consommation de masse », elle « crée une société de masse totale et cette société de masse totale accroît la masse humaine en tant qu’agrégation d’individus “désaffiliés” » (p. 26-27).

  • 2 Raymond Aron, Démocratie et totalitarisme, Paris, Gallimard, 1965, p. 287-288.
  • 3 Hannah Arendt, Les Origines du totalitarisme. Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, 2002, p. 808.

5Dans un quatrième temps, l’auteur aborde le concept de superfluité. Pour cela, il confronte les définitions du totalitarisme de Raymond Aron2 et d’Hannah Arendt. Se rangeant du côté d’Arendt, pour qui le totalitarisme ne « tend pas vers un règne despotique sur les hommes, mais vers un système dans lequel les hommes sont superflus »3 (p. 29). Or, c’est précisément de ces « marionnettes ne présentant pas la moindre trace de spontanéité » qu’il parle lorsqu’il décrit la superfluité, devenue une « réalité hors des pays fascistes, dans des conditions où il semble possible de manifester sa différence » (p. 29-30). En d’autres termes, le mouvement de massification relevé au début de l’ouvrage et menant à la superfluité des individus fait que ceux-ci ne sont pas exclus de la modernité mais qu’ils sont la modernité. L’auteur argumente ainsi que le capitalisme a besoin pour se développer d’une société massifiée d’individus uniformes et déclassés. De la disparition de l’altérité naîtrait la modernité capitaliste, les masses étant « le bois qui permet au foyer capitaliste de s’étendre et de s’intensifier » (p. 30). Cette superfluité, en ce qu’elle est un caractère du totalitarisme, ferait donc craindre la possible résurgence de ce dernier, l’auteur prenant comme exemple la situation des Roms.

  • 4 Wendy Brown, Les habits neufs de la politique mondiale. Néolibéralisme et néo-conservatisme, Paris, (...)

6Dans la cinquième partie, Vassort fustige l’inanité de l’idée selon laquelle un nouveau capitalisme, régulé et moralisé, peut s’avérer être émancipateur. Ainsi, il y aurait deux voies possibles : la première est celle d’un capitalisme continuant de se renforcer et où les formes d’accélération, de spectacularisation, de massification et de superfluité se développeraient pour mener à un chaos totalitaire. La seconde voie, que l’auteur considère comme la seule manière de mettre un coup d’arrêt à ce mouvement historique, nécessite de créer des oppositions franches, capables tant d’avoir une vision à long terme que de vouloir dépasser le capitalisme. En effet, selon lui, les contestations actuelles sont sans effet sur le capitalisme. Traitant de l’exemple d’ATTAC ou des partis politiques, il montre que des revendications telles que la création d’emplois ou la taxation des transactions financières ne sont pas de nature à régler les problèmes sociaux inhérents au capitalisme. Observant que les travailleurs « participent, contradictoirement, de leur exploitation accrue et du renforcement de l’incroyable mécanique capitaliste », il en appelle à une « critique marxienne hétérodoxe et ésotérique » (p. 40-42). Ainsi, si « les partis politiques de gauche n’inventent rien » (p. 39), il s’agirait donc pour eux, comme le montre par ailleurs Wendy Brown, de s’opposer à l’émergence d’une gouvernementalité néolibérale par le refus de la norme de l’homo œconomicus, et le rejet des conceptions, notamment économiques, qui en découlent4.

  • 5 Patrick Vassort, Op. cit.

7Enfin, dans un épilogue teinté de pessimisme, l’auteur oppose un capitalisme décrit comme un « camp de travail géant » (p. 47) à la nécessité d’un mouvement social digne de ce nom. Délaissant les élections, qui reviennent à « choisir le parti barbare de l’aliénation » (p. 43), il propose la voie de l’abstention : le « non-vote […] c’est la possibilité de rendre illégitime les décisions portées » (p. 44). En guise de conclusion, l’auteur avance que la massification de tout (hommes et biens de production confondus) est une « nouvelle forme de barbarie, et l’humanité disparaît dans une forme de totalitarisme porté par la superfluité qu’impose le capitalisme à toute chose »5 (p. 27). Dans cet ouvrage, Patrick Vassort nous assène ses observations et ses – brèves – analyses, sans prendre réellement le temps de les confronter au terrain ni de les argumenter. Le choix d’écrire un court essai pousse forcément l’auteur à ce parti pris qui, s’il apparaît de prime abord assez déroutant, est en fait le moyen pour lui de toucher succinctement à plusieurs problématiques et d’aborder les idées qu’il a pu développer dans ses précédents ouvrages. C’est en cela que la lecture de ce livre ne se suffit pas à elle-même et qu’elle devra notamment s’accompagner de celle des nombreux ouvrages cités par l’auteur.

Haut de page

Notes

1 Patrick Vassort, L’Homme superflu. Théorie politique de la crise en cours, Congé-sur-Orne, Le Passager Clandestin, 2012. Compte rendu de Gérard Creux pour Lectures : http://lectures.revues.org/10370.

2 Raymond Aron, Démocratie et totalitarisme, Paris, Gallimard, 1965, p. 287-288.

3 Hannah Arendt, Les Origines du totalitarisme. Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, 2002, p. 808.

4 Wendy Brown, Les habits neufs de la politique mondiale. Néolibéralisme et néo-conservatisme, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2007, p. 84.

5 Patrick Vassort, Op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erwan Briand, « Patrick Vassort, Contre le capitalisme. Banalité du mal, superfluité et masse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 mars 2014, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14106

Haut de page

Rédacteur

Erwan Briand

Étudiant en sociologie, master 2 recherche « Mutations des sociétés contemporaines » à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page