Navigation – Plan du site

Richard Lachmann, What is Historical Sociology ?,

Dominique Vidal
What is Historical Sociology?
Richard Lachmann, What is Historical Sociology?, Polity, 2013, 176 p., ISBN : 978-0-7456-6009-7.
Haut de page

Texte intégral

1Sociologue spécialiste de l’Europe moderne, Richard Lachmann débute sa présentation de la sociologie historique par une courte phrase qui donne sa tonalité à l’ouvrage. « La sociologie, écrit-il, a été créée pour expliquer le changement historique » (p. 1). Puis il rappelle que, en dépit de divergences notables sur la nature des processus à l’oeuvre, les auteurs habituellement tenus comme les Pères fondateurs de la discipline (Tocqueville, Marx, Durkheim, Weber) avaient pour souci partagé de rendre compte des causes et des effets des transformations sociales dont ils étaient les contemporains. La sociologie – en particulier aux États-Unis – s’est pourtant, considère Lachmann, progressivement centrée sur le présent, les sociologues trouvant maintenant principalement leurs objets de recherche dans leur biographie et leur environnement immédiat.

2Le constat est sévère, mais, hélas, non dénué de fondement : seule une faible part de la production sociologique se préoccupe aujourd’hui du changement historique et de la comparaison dans le temps. Or – c’est un des principaux arguments du livre – « la sociologie est spécialement équipée, analytiquement et méthodologiquement, pour analyser les implications des transformations de ce début de vingt-et-unième siècle, tout comme elle avait été créée pour expliquer l’ensemble de changements inédits et déstabilisants qui ont accompagné l’avènement des sociétés capitalistes modernes » (p. 3).

3Richard Lachmann se donne donc pour objectif d’exposer les centres d’intérêt, les méthodes et les grands résultats de la sociologie historique afin de redonner toute sa place à l’étude du changement dans l’interrogation sociologique. Mais quelle est au juste la différence entre la démarche de la sociologie historique et celle de l’histoire si toutes deux s’intéressent aux mêmes processus ? Lachmann la voit dans ce que la première s’organise autour de questions théoriques qui reposent sur la mise en relations de périodes et d’espaces, alors que la seconde repose sur l’étude de configurations singulières situées dans des temporalités et des lieux circonscrits. Là où, par exemple, l’historien étudie une révolution, la genèse d’un système de protection sociale ou les structures familiales d’une région à une époque précise, la sociologie historique s’emploie à théoriser les causes des révolutions, les variations de politiques sociales et les modalités d’évolution des formes de la famille. Faire de la sociologie historique ne consiste donc pas, selon lui, à faire un travail d’historien en utilisant ses méthodes tout en recourant aux concepts de la sociologie – comme le font en France beaucoup de sociologues et de politistes qui s’en réclament – mais à ne pas hésiter à brasser large par-delà les frontières spatiales et temporelles. Mais qu’on ne se méprenne pas : l’histoire n’est en aucun cas pour Lachmann une discipline ancillaire de la sociologie. L’ambition théorique de la sociologie historique se paie même d’une énorme dette à l’égard du travail des historiens qui lui fournissent l’essentiel de ses matériaux et sans lesquels ce qui est au cœur de sa démarche – la possibilité de la comparaison et la recherche systématique de liens de causalité – serait impossible.

4What is historical sociology ? s’organise en neuf chapitres courts et denses qui répondent chacun à un problème donné. Après avoir défini l’objectif de la sociologie historique dans le chapitre introductif, Richard Lachmann consacre le second à la question des origines du capitalisme. Transition logique, puisqu’on y retrouve ces deux grands auteurs au cœur de l’interrogation sociologique que sont Marx et Weber, ainsi que les contributions passées et présentes de ceux (Maurice Dobb, Robert Brenner, Perry Anderson, Immanuel Wallerstein, entre autres) qui, à des titres divers, se sont inscrits dans leur prolongement. Il en ressort une série de constats méthodologiques qui permettent d’appréhender les évolutions postérieures du capitalisme, en s’intéressant notamment aux rapports entre structure et changement contingent. Le chapitre 3 porte sur les révolutions et les mouvements sociaux. Les travaux séminaux de Theda Skocpol et Charles Tilly en fournissent l’ossature principale. La contingence du changement historique se manifeste de façon saillante dans ce champ de recherches, où le déclenchement des événements révolutionnaires et leurs conséquences, s’ils peuvent être rétrospectivement expliqués par l’analyse sociologique, ne sont jamais donnés d’avance, ni parfaitement prédictibles. La formation et les trajectoires des Empires, un autre domaine de prédilection de la sociologie historique, est l’objet du chapitre suivant. Lachmann part de l’imposant The Political Systems of Empires de S. N. Eisenstadt, paru en 1963, et des critiques qui lui ont été adressées pour présenter une série d’ouvrages qui répondent aux difficultés méthodologiques posées par l’étude des Empires. La question des rapports entre sociétés pré-coloniales et types d’Empires, et celle des caractéristiques spécifiques des États formés après la colonisation, occupent une place importante dans ces questionnements, d’où ressort l’intérêt de comparer entre eux des Empires à des périodes différentes.

5Les États entendus comme entités qui résultent de la dislocation des empires sont d’ailleurs le thème du chapitre 5. Le point de départ en est cette fois une discussion poussée du modèle de formation de l’État moderne proposé par Charles Tilly. Il se prolonge par une discussion de recherches plus ou moins connues (celles notamment de Margaret Somers, Gøsta Esping-Andersen et Monica Prasad) sur le développement de la protection sociale et les effets des politiques néolibérales. Les importants acquis de la sociologie historique à ce sujet montrent comment, au fil du temps, se déplacent les frontières entre l’État et la société civile et, avec elles, le sentiment d’inclusion des groupes sociaux, ainsi que les alliances que ces derniers tissent entre eux. Charles Tilly, au travers d’un ouvrage sans doute moins connu du lecteur français (Durable Inequality, 1998), est encore au début de la présentation des approches de l’inégalité par la sociologie historique (chapitre 6). À la différence des modèles dominants centrés sur des variations mesurées à partir de données concernant des individus, celle-ci s’intéresse aux processus qui créent différents types d’inégalités liées à la classe sociale, au genre, à l’ethnicité ou à la parenté. Le recours aux comparaisons entre des périodes et des espaces différents fait apparaître dans les différences observées entre contextes nationaux le rôle essentiel de processus politiques de grande ampleur, principalement lors de phases de transition. Consacré au genre et à la famille, le court chapitre qui fait suite évoque dans une perspective similaire des travaux dévoilant l’impact considérable de forces politiques et économiques sur les relations au sein des couples et des groupes de parenté.

6Les deux derniers chapitres renvoient à des questions au cœur de l’actualité des sciences sociales : la place de la culture dans le changement historique et la possibilité de se représenter l’avenir. En revenant sur l’impact de la désormais célèbre introduction de l’ouvrage collectif dirigé Julia Adams, Elisabeth Clemens et Ann Shola Orloff (Remaking Modernity : Politics, History, and Sociology, 2005), Richard Lachmann expose dans le chapitre 8 la façon dont la sociologie historique aborde aujourd’hui les faits de culture. Son ambition ne se limite plus en effet à comprendre le passage de la tradition à la modernité et l’influence des structures ; elle entend maintenant accorder toute sa place aux dimensions culturelles des questions soulevées par les mouvements féministes, homosexuels et de minorités ethniques. L’intérêt de la sociologie historique pour la culture se manifeste encore dans les travaux qu’elle a consacrés à la constitution de champs littéraires nationaux et à leur globalisation, comme par exemple ceux de Pascale Casanova sur la formation d’une République des lettres qui transcende les frontières nationales. Enfin, le chapitre 9 se demande comment les acquis et les méthodes de la sociologie historique pourraient contribuer à prédire le futur. S’il en appelle à la prudence en la matière, Lachmann n’en est pas moins convaincu que la façon d’établir des liens de causalité qui caractérise cette démarche permet d’étayer les spéculations sur ce que pourrait être le monde de demain. Il suggère en particulier de recourir à l’analyse contrefactuelle pour établir différentes voies d’évolution, et il esquisse, plus qu’il ne développe, ce que la sociologie historique peut apporter à la réflexion sur les conséquences du réchauffement climatique, de la hausse du chômage et de l’accroissement des inégalités dans les pays occidentaux.

7Richard Lachmann conclut son livre en rappelant la difficulté qu’il y a à trouver le « sentier de la cause à l’effet » (p. 140) et combien la sociologie historique doit souvent le chercher loin des dynamiques et des moments historiques les plus évidents. Pour y parvenir, les sociologues disposent néanmoins de nombreuses méthodes (histoire contrefactuelle, étude de cas, recherche du cas négatif, comparaisons transnationales et de périodes différentes) qu’il leur appartient de choisir selon le problème étudié et les questions théoriques que celui-ci pose. Et ils pourront de la sorte, estime-t-il, renouer avec l’esprit des fondateurs de la sociologie en apportant une profondeur historique à des objets trop souvent abordés de manière statique.

8Incisive et dense, la synthèse de Lachmann est à bien des égards un modèle du genre. En peu de pages, elle permet au lecteur de se familiariser rapidement avec l’approche de la sociologie historique au travers d’exposés sur plusieurs des domaines centraux de la discipline organisés à chaque fois autour d’une série de questions théoriques et méthodologiques. L’apport des auteurs de référence est de même efficacement précisé dans un style sobre et précis qui donne envie de les lire. Si la France est au cœur d’un nombre non négligeable de travaux cités, on peut toutefois regretter que peu d’historiens et de sociologues français soient présents dans la bibliographie finale. Ainsi, pour n’en donner qu’une illustration, Les métamorphoses de la question sociale, de Robert Castel, n’y figure pas, alors qu’elles ont été traduites en anglais de longue date et auraient fort opportunément pu participer à l’argumentation de plusieurs chapitres. Mais c’est peut-être là, plus qu’une ignorance des sciences sociales françaises, la conséquence de la place toujours faible de ce type de sociologie historique en France et de la difficulté plus générale de la discipline à faire reconnaître ses résultats hors des frontières nationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Vidal, « Richard Lachmann, What is Historical Sociology ?,  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 mars 2014, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14107

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page