Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2014Vincent Duclert, Jaurès, 1859-191...

Vincent Duclert, Jaurès, 1859-1914. La politique et la légende

Sidonie Verhaeghe
Jaurès 1859-1914
Vincent Duclert, Jaurès 1859-1914. La politique et la légende, Éditions Autrement, coll. « Vies parallèles », 2013, 283 p., ISBN : 978-2-7467-3344-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet l’article de Gérard Noiriel, « Les usages de l’histoire dans le discours public de (...)

1En 2007, Nicolas Sarkozy fait de Jean Jaurès une figure centrale de sa campagne, qu’il mobilise à l’occasion d’un discours à Poitiers le 26 janvier, puis d’un autre à Toulouse, le 12 avril. L’enjeu n’est pas tant de se revendiquer des combats ou de l’héritage social et politique de Jaurès. La manœuvre consiste plutôt à se réapproprier un passé et à se positionner dans la compétition de la mémoire politique1. Jaurès mobilisé par Nicolas Sarkozy, la preuve est faite de sa consensualité. Figure du socialisme au tournant du XXe siècle, Jaurès fait désormais partie du panthéon des figures mobilisables, y compris par la droite.

2L’objectif de cet ouvrage, Jaurès. La politique et la légende, est donc de dévoiler et de comprendre comment Jaurès a été inscrit au répertoire des héros républicains, et quelles luttes politiques et mémorielles ont accompagné sa figure à partir de son assassinat, le 31 juillet 1914.

3La sortie de cet ouvrage coïncide avec le centenaire de la mort de Jean Jaurès, et l’année 2014 sera sans doute riche en hommages et célébrations, ne serait-ce qu’à partir de l’exposition et du cycle de conférences qu’organisent les Archives nationales et la Fondation Jean-Jaurès du 5 mars au 2 juin.

4Cet ouvrage ambitieux s’inscrit dans des perspectives croisées inspirées de la sociologie de la mémoire, de l’histoire des représentations et de la biographie politique. Il s’agit pour Vincent Duclert à la fois d’évaluer la mise en place et la perpétuation de la légende de Jean Jaurès après sa mort (c’est l’objet de la première partie), et de comprendre le rôle et la place de Jaurès dans l’histoire sociale et socialiste (à travers une deuxième partie biographique). La construction de l’ouvrage permet donc au lecteur d’avoir un aperçu des représentations qui se sont élaborées autour de la figure de Jean Jaurès, puis de les confronter aux réalités de ses engagements politiques.

5Le premier temps, centré sur « Jaurès dans l’histoire », est remarquable par la richesse des témoignages, la diversité des paroles convoquées et l’important travail d’archives mené par l’auteur. Vincent Duclert repère ainsi des séquences temporelles dans les mobilisations mémorielles de la figure de Jean Jaurès qui permettent de saisir « l’importance anthropologique des témoignages du souvenir » (p. 11). En effet, ces fragments de mémoire qu’il assemble révèlent la centralité de la figure de Jaurès comme « arrière-plan symbolique » (p. 15) de l’histoire du XXe siècle. En ce sens, cet ouvrage apporte une pierre à l’édifice scientifique de la socio-histoire du politique.

6Un chapitre consacré aux « images au présent » (p. 49) permet de partager de belles reproductions de photographies de Jaurès. Ce chapitre est éclairant pour l’ensemble de cette première partie, par la matérialité de la légende qu’il donne à voir, même si l’on peut regretter qu’il ne soit pas l’occasion d’interroger davantage la participation de Jaurès à la construction de sa propre légende par la mise en scène de son personnage.

  • 2 Les éléments de cette deuxième partie doivent sans doute être complétés par l’importante biographie (...)

7Le deuxième temps de l’ouvrage, consacré à « L’histoire de Jaurès » est une biographie politique2 qui donne un bon aperçu de l’engagement de Jaurès dans les différentes luttes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, notamment en faveur du capitaine Dreyfus. Le grand intérêt de cette partie réside dans l’accent mis sur les rencontres et les échanges politiques dans la construction du socialisme de Jaurès. Il faut malgré tout remarquer le silence de l’ouvrage sur le positionnement de Jaurès par rapport au féminisme, et notamment aux revendications autour du droit de vote des femmes. Cette partie permet donc de comprendre le rôle politique et historique de Jaurès grâce à une approche biographique assise sur l’analyse des réseaux. Vincent Duclert ne résiste cependant pas toujours à la tentation de la biographie « classique », notamment à travers d’épisodiques explications psychologisantes de la vie de Jaurès, comme de « rapporter éventuellement cette figure absente du père aux doutes, à l’insécurité, à la mélancolie, qui passent dans la vie de Jaurès et dont témoignent ses proches amis » (p. 162).

8Le découpage de cet ouvrage, s’il apporte un éclairage intéressant sur le « rôle historique [de Jaurès] en tant qu'unificateur du socialisme français et inventeur de nouvelles formes d'action politique » (p. 14), ne permet pas d’évaluer réellement comment se sont mis en place les dispositifs de reconstruction hagiographique qui parcourent sa légende. La vie des personnalités politiques est en effet largement retravaillée a posteriori, à la lumière de leurs engagements, et la deuxième partie biographique aurait pu permettre de mettre au jour ce processus. En ce sens, l’ouvrage manque peut-être de cadrage conceptuel sur la formation des légendes et des mythes politiques.

9L’étude que fait Vincent Duclert de la construction de « Jaurès dans l’histoire » est largement centrée sur les acteurs de la mémoire, ce qui a pour avantage de mettre en avant les « captations » (p. 135) politiques de la figure et de la légende de Jaurès. Mais ce parti-pris laisse assez peu de place au décorticage des images qui constituent et façonnent cette légende. Il est par exemple dommage que la figure du traître (p. 230) n’apparaisse que tardivement et ne soit pas analysée dans l’étude de la construction mémorielle. Cette absence révèle le peu d’informations présentes dans l’ouvrage sur les ambivalences de la figure de Jaurès et sur le rôle qu’ont pu jouer ses opposants dans la mise en place de la légende.

10Dès lors, Vincent Duclert semble distinguer bons et mauvais usages politiques de la figure de Jean Jaurès, sans que cette typologie soit véritablement explicitée. En ce sens, l’apparition de Jaurès dans les mémoires de l’extrême-gauche, notamment communiste, n’est que peu évoquée. On peut par exemple rester perplexe quand l’auteur affirme : « Nous doutons ainsi que Jaurès eût soutenu la révolution bolchevique, qui ne fut pas une réaction du prolétariat russe contre la guerre mondiale, mais la prise du pouvoir par un groupe d’hommes mobilisant les formes les plus extrêmes de violence politique » (p. 14). Il me semblerait au contraire plus judicieux d’interroger comment la figure de Jaurès a été mobilisée pour illustrer et appuyer cette révolution, et ce que cela révèle sur les potentialités légitimantes de cette figure ainsi que sur les luttes politiques et mémorielles entre communistes et socialistes (que l’on voit apparaître ponctuellement dans l’ouvrage, comme au moment de l’entrée de Jaurès au Panthéon).

11Vincent Duclert refuse que sa recherche soit « confondue avec les ouvrages d’apparence méthodique et érudite, et qui se révélaient en réalité très orientés, bienveillants ou à charge, et rarement conçus comme des entreprises de savoir » (p. 135). Pourtant, travailler sur des figures historiques, en particulier sur des personnalités politiques, amène nécessairement à mettre en jeu ses propres engagements et son positionnement politique, ce à quoi Vincent Duclert n’échappe pas. Cela n’enlèverait évidemment rien à la qualité scientifique de l’ouvrage si le rapport qu’entretient l’auteur à son objet avait été objectivé et assumé.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet l’article de Gérard Noiriel, « Les usages de l’histoire dans le discours public de Nicolas Sarkozy », publié sur le site du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire, le 8 mars 2007 : http://cvuh.blogspot.fr/2007/03/les-usages-de-lhistoire-dans-le.html.

2 Les éléments de cette deuxième partie doivent sans doute être complétés par l’importante biographie de Jaurès écrite par Gilles Candar et Vincent Duclert, qui vient d’être publiée aux éditions Fayard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sidonie Verhaeghe, « Vincent Duclert, Jaurès, 1859-1914. La politique et la légende », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 mars 2014, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.14190

Haut de page

Rédacteur

Sidonie Verhaeghe

Doctorante et ATER en science politique, CERAPS, Université Lille 2.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search