Navigation – Plan du site

Pamela Lannutti, Experiencing Same-Sex Marriage. Individuals, couples, and social networks

Maks Banens
Experiencing Same-Sex Marriage
Pamela J. Lannutti, Experiencing Same-Sex Marriage. Individuals, Couples, and Social Networks, New York, Peter Lang, 2014, 140 p., ISBN : 978-1-4331-2102-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce compte rendu utilise l’abréviation GLBT employée par l’auteure de l’ouvrage : « gay, lesbian, bi (...)

1Ce petit ouvrage passe en revue dix années d’enquêtes auprès des couples de même sexe étatsuniens, principalement des résidants de l’État de Massachussetts. Toutes ces enquêtes ont le même objet de recherche : l’expérience du mariage. Mais elles le déclinent selon ses effets sur les relations avec des proches, avec la communauté GLBT1, avec l’environnement social et professionnel, ou encore avec la société dans son ensemble. Pamela Lannutti présente ses propres résultats de recherche, mais ne s’y limite pas. Elle les situe dans le débat étatsunien. Le sujet du livre est donc à la fois restreint et pluriel. Restreint, car il s’agit toujours d’étudier comment les individus et couples GLBT font l’expérience du mariage. Pluriel, car il comprend aussi bien les conséquences intimes que familiales, sociales et professionnelles, et s’intéresse à différentes sous-populations particulières telles les couples plus âgés, les couples avec enfants et les couples de femmes dont l’une est bisexuelle.

  • 2 Lannutti P.J., « For better or worse: Exploring the meanings of same-sex marriage within the lesbia (...)
  • 3 Voir Yep G.A., Lovaas K.E. et Elia J.P., « A critical appraisal of assimilationist and radical ideo (...)

2Après une introduction générale, l’auteure consacre le premier chapitre à l’analyse du nouveau contexte créé par le mariage de même sexe. Légalement introduit dans quelques États, banni dans d’autres, le mariage de même sexe est en débat partout aux États-Unis. Le mariage est devenu un nouveau point de référence et a modifié l’horizon de chaque individu et de chaque couple GLBT. La première enquête de Lannutti, réalisée en 2004 auprès de 288 personnes s’identifiant comme GLBT, confirme l’importance du débat pour les personnes GLBT2. Toutes considèrent que le mariage modifiera leur cadre de vie et celui de la communauté. Mais les effets attendus sont jugés aussi bien positifs que négatifs. Les enquêtés sont nombreux à penser que la communauté sortira renforcée du débat sur le mariage de même sexe, mais tout aussi nombreux à penser le contraire. D’une part, les couples seront davantage reconnus et participeront davantage à la vie de la communauté, ce qui la renforcerait. D’autre part, le mariage apportera inévitablement un rapprochement avec la culture mainstream, ce qui serait susceptible d’affaiblir la communauté GLBT. Ces attentes contradictoires reflètent les débats politiques entre assimilationnistes et radicaux, qui traversent la communauté GLBT depuis les années 19903. Mais contrairement à ce que suggère le débat politique, l’enquête a montré que les deux positions cohabitent dans le discours des mêmes personnes. Les enquêtés ne se partagent pas entre assimilationnistes et radicaux, ils conjuguent les deux positions sans y voir contradiction ni incohérence. Le nouveau contexte suscite donc simultanément des espoirs et des craintes.

3Les effets se font ressentir dans la vie quotidienne, notamment au sujet du couple. Certains jugent positive la reconnaissance de leur couple dans l’espace public et en tirent bénéfice dans les relations avec leurs familles d’origine, leurs collègues, leur voisinage, etc. D’autres s’effraient devant cette même reconnaissance, car ils ne partagent pas le modèle romantique véhiculé par le mariage. Les uns se réjouissent du surcroît de reconnaissance sociale, les autres ne s’y reconnaissent pas. Au sujet de leur couple, ils ne conjuguent donc pas des attentes contradictoires, mais se partagent plus nettement entre réjouissance et inquiétude. Ainsi, la simple existence du débat sur le mariage de même sexe a des répercussions jusque dans les espoirs et craintes de chaque individu, au cœur même des couples.

  • 4 Lannutti P.J., « The influence of same-sex marriage on the understanding of same-sex relationships  (...)
  • 5 Badgett M.V.L., When gay people get married: What happens when societies legalize same-sex marriage(...)
  • 6 Weston K., Families we choose: Lesbians, gays, kinship, New York, Columbia University Press, 1991.

4L’enquête suivante4 a étudié les motivations concrètes des couples de même sexe pour se marier ou non. Sur le modèle de Lee Badget5, Pamela Lannutti distingue trois niveaux de réflexion concernant l’opportunité du mariage. Le premier niveau englobe des réflexions sur la société en général, c’est-à-dire sur les droits et devoirs, l’importance symbolique et la visibilité de l’homosexualité et du couple de même sexe. Le second niveau concerne des réflexions par rapport à l’environnement social de l’individu, notamment sa famille d’origine, ses ami-e-s GLBT ou non, ses collègues et son voisinage. Enfin, au troisième niveau, viennent des réflexions sur le rapport à soi et à son partenaire. Tous les enquêtés mentionnent ces trois niveaux. Cependant, si les effets sociétaux sont généralement considérés comme bénéfiques, les effets sur l’environnement plus ou moins proche et sur soi-même sont considérés aussi bien comme favorables que défavorables. C’est surtout la famille d’origine qui est évoquée parfois comme un facteur en faveur du mariage, parfois comme obstacle. Le mariage peut être l’occasion d’une reconnaissance publique du couple au sein de la famille. Mais la famille peut aussi empêcher le mariage. En fait, elle est l’obstacle le plus fréquemment mentionné par les enquêtés. La famille d’origine tient donc une place plus importante dans l’environnement social des couples de même sexe qu’on a pu le penser suite au livre de Kate Weston6.

5La réactivation des liens avec la famille d’origine s’accompagne d’un nouveau round de coming out. L’annonce du mariage, l’organisation de la cérémonie, le choix des invités, les faire-part : à chaque étape, le couple fait face aux deux familles d’origine, et celles-ci, bien souvent, font face à elles-mêmes. Jusque-là, les parents étaient en général maîtresse de la communication vers les autres membres de la famille au sujet de l’homosexualité de leur enfant. Elle en informait certains membres, d’autres non, en fonction de l’affinité personnelle et du degré supposé d’homophobie. Avec le projet de mariage, elle ne peut plus gérer l’information comme bon lui semble. Le mariage induit l’obligation d’un coming out de la part des parents. Il devient un enjeu de communication entre les futurs mariés et leurs parents. Conflictuelle ou non, la réactivation du lien familial est ainsi constatée ou redoutée par de nombreux couples enquêtés par Pamela Lannutti.

  • 7 Goldberg A.E. and Kuvlanka K.A.., « Marriage (in)equality: The perspectives of adolescents and emer (...)

6La famille homoparentale est elle aussi affectée par le mariage. Tous les couples homoparentaux enquêtés considèrent l’officialisation du lien conjugal importante pour la reconnaissance de leur famille dans ses rapports avec les institutions. Il en va probablement de même pour les enfants vivant dans ces familles, même si peu d’enquêtes ont été menées sur cette question auprès des enfants. Goldberg et Kuvlanka suggèrent que ceux-ci se disent conscients que le mariage de leurs parents les aide à considérer et à présenter leur famille comme légitime7.

  • 8 Lannutti P., « “This is not a lesbian wedding”: Examining same-sex marriage and bisexual-lesbian co (...)

7Le chapitre cinq est parmi les plus intéressants et originaux du livre. Il décrit l’effet du mariage sur plusieurs sous-populations peu étudiées, et notamment sur les couples lesbienne-bisexuelle8. La partenaire lesbienne se dit le plus souvent rassurée par le projet de mariage. En disant cela, elle montre que la bisexualité de sa partenaire était ressentie comme inquiétante. Le projet de mariage lève le doute sur le choix pour le couple et réconcilie la partenaire lesbienne avec la bisexualité de sa conjointe. Symétriquement, il peut signifier une déception pour les parents de la partenaire bisexuelle, qui ont pu maintenir l’espoir de voir leur fille finir par fonder une famille hétérosexuelle. Pour la partenaire lesbienne comme pour la famille d’origine, le projet de mariage de même sexe signifie donc la fin d’un suspens, sans pour autant remettre en cause la bisexualité de l’intéressée. Ce n’est pas le cas pour l’environnement GLBT du couple. Celui-ci, souvent mal à l’aise avec la bisexualité, tend à vivre le projet de mariage comme une victoire pour l’identité lesbienne. Enfin, la bisexuelle aurait choisi son camp. Le mariage ne reflétant pas un choix identitaire mais un choix de conjoint, la réaction de l’environnement GLBT est souvent mal ressentie par le couple. D’où le titre de l’article qui résume l’enquête : « Ceci n’est pas un mariage lesbien ».

8Le livre de Pamela Lannutti est une introduction très utile aux recherches sur l’expérience du mariage de même sexe par les couples et les individus GLBT aux États-Unis. Il présente avant tout les travaux de l’auteure, mais également les débats dans lesquels ceux-ci prennent place. Une seule réserve, toutefois : toutes les recherches, quantitatives comme qualitatives, ont été menées avec beaucoup de sérieux mais sur la base d’un recrutement par Internet au sein de la communauté GLBT. Un tel recrutement est susceptible d’entraîner de forts effets de sélection, affectant directement l’expérience du mariage, objet des recherches. Malgré cette réserve, l’ouvrage reste riche d’idées et de pistes de recherche.

Haut de page

Notes

1 Ce compte rendu utilise l’abréviation GLBT employée par l’auteure de l’ouvrage : « gay, lesbian, bisexual, and transgender ».

2 Lannutti P.J., « For better or worse: Exploring the meanings of same-sex marriage within the lesbian, gay, bisexual and transgendered community », Journal of Social and Personal Relationships, n° 22, 2005, p. 5-18.

3 Voir Yep G.A., Lovaas K.E. et Elia J.P., « A critical appraisal of assimilationist and radical ideologies underlying same-sex marriage in LGBT communities in the United States », Journal of Homosexuality, n° 45, 2003, p. 45-64.

4 Lannutti P.J., « The influence of same-sex marriage on the understanding of same-sex relationships », Journal of Homosexuality, n° 53, 2005, p. 135-151.

5 Badgett M.V.L., When gay people get married: What happens when societies legalize same-sex marriage. New York, NYU Press, 2009.

6 Weston K., Families we choose: Lesbians, gays, kinship, New York, Columbia University Press, 1991.

7 Goldberg A.E. and Kuvlanka K.A.., « Marriage (in)equality: The perspectives of adolescents and emerging adults with lesbian, gay, and bisexual parents », Journal of Marriage and Family, n° 74, 2012, p. 34-52.

8 Lannutti P., « “This is not a lesbian wedding”: Examining same-sex marriage and bisexual-lesbian couples », Journal of Bisexuality, n° 3-4, 2007, p. 239-260.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maks Banens, « Pamela Lannutti, Experiencing Same-Sex Marriage. Individuals, couples, and social networks », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 31 mars 2014, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14193

Haut de page

Rédacteur

Maks Banens

Philosophe et démographe. Actuellement maître de conférences à l’université Lumière – Lyon 2. Membre du Centre Max Weber.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page