Navigation – Plan du site

Marie Duru-Bellat, Pour une planète équitable. L’urgence d’une justice globale

Lionel Njeukam
Pour une planète équitable
Marie Duru-Bellat, Pour une planète équitable. L'urgence d'une justice globale, Seuil, coll. « La république des idées », 2014, 116 p., ISBN : 978-2-02-115885-4.
Haut de page

Texte intégral

1Brillamment rédigé, ce livre, d’une centaine de pages, traite d’un problème contemporain qui concerne l’écrasante majorité de la population mondiale, à savoir les inégalités. Celles-ci sont certes socioéconomiques mais également écologiques. Sans tomber dans le militantisme ou la dénonciation, l’auteure plaide pour un monde où les inégalités doivent s’amoindrir. Tout d’abord, elle rappelle quelques données poignantes sur les écarts de richesse et d’accès à diverses ressources entre les individus, à travers le monde. Sont ainsi distingués « les inégalités entre pays pris comme unités d’analyse (sans tenir compte de leur taille…) », encore nommée « inégalités internationales », puis « les inégalités entre pays pondérés par leur taille » et enfin « les inégalités entre citoyens du monde ». De cette différenciation découle alors l’idée que le facteur primordial des inégalités entre les habitants de la Terre est d’ordre géographique ou territorial. Ce facteur est tellement significatif qu’il faut tenir compte d’une prime à la naissance (birth premium) car, en fonction du pays où l’on naît, on aura la chance d’avoir un bon revenu ou la malchance de ne pas en avoir (p. 17). Il s’agit d’un véritable bouleversement : si au xixe siècle les revenus dépendaient du groupe social auquel on appartenait, depuis le xxe siècle c’est bien plus le pays où l’on vit qui détermine notre niveau de revenu (p. 18).

2En fait, comme le souligne l’auteure, les inégalités telles qu’on les connaît aujourd’hui à l’échelle mondiale datent de la fin des empires coloniaux. C’est la prise en compte des pays nouvellement indépendants dans les statistiques mondiales qui a révélé les réalités de la pauvreté des habitants des pays du sud (p. 15). Il n’est pas alors surprenant de constater que l’écrasante majorité de la population mondiale place les écarts de richesses au sommet de l’échelle des problèmes mondiaux.

3Le livre se divise en quatre chapitres clés. Le premier décrit les origines possibles des inégalités que l’on retrouve déjà au sein de chaque pays, mais de façon encore plus frappante entre pays, notamment ceux du nord face à ceux du sud. On apprend ainsi, à l’opposé des idées reçues, que la mondialisation a considérablement accru les inégalités, notamment dans les pays qui ont, bon gré mal gré, accepté d’ouvrir leurs frontières. Concrètement, « la libéralisation du commerce est largement asymétrique et les estimations de la Banque mondiale montrent que les protections tarifaires dont se dotent les pays industrialisés coûtent aux pays en voie de développement au moins 100 milliards de dollars par an, soit l’équivalent de toute l’aide publique au développement » (p. 22).

4Dans le second chapitre, l’auteure aborde les enjeux philosophiques et éthiques des inégalités entre individus. Ainsi, sont mis en vis-à-vis les penseurs que l’on pourrait classer dans la catégorie des « étatistes » (statist) et qui inscrivent les questions de justice au sein des États ou de communautés organisées, et d’autres intellectuels que l’on classerait dans la catégorie des « cosmopoliticiens » (cosmopolitans) et qui, eux, voient en une justice globale la solution la plus pertinente pour réduire les inégalités. Pour les premiers, une redistribution équitable des richesses ne peut s’effectuer qu’au sein d’un État parce qu’il existe en son sein un réseau d’interactions mobilisable. Pour les seconds, il existe à l’échelle mondiale une interdépendance entre sociétés et individus très éloignés, et par conséquent il est illusoire d’envisager une intangibilité de la justice sociale délimitée par des frontières géographiques. En somme, il s’agit d’une opposition philosophique entre « citoyens d’un pays » et « citoyens du monde ».

5Dans le troisième chapitre, Marie Duru-Bellat souligne la nécessité d’une prise de conscience générale, notamment dans les pays riches, face aux inégalités qui sont la cause indéniable de plusieurs déséquilibres que les politiques essaient de combattre, sans vraiment s’attaquer à la racine du problème : qu’il s’agisse des vagues d’immigration des pays du sud vers les pays du nord ou de celles des pays pauvres vers les pays riches, qu’il s’agisse encore des bouleversements écologiques observés à l’échelle de la planète à cause de la surconsommation de nos ressources, tout converge vers la nécessité de penser le développement des pays pauvres autrement que suivant le modèle occidental. Par ailleurs, l’auteure démonte l’idéologie libérale selon laquelle les inégalités seraient favorables à la croissance économique : au contraire, elles tendraient même à la freiner. De même, on constate que la violence est bien plus manifeste dans les zones à forte inégalité qu’ailleurs.

6Le quatrième chapitre traite de la justice socioéconomique. Pour ce faire, l’auteure nous amène à comprendre la nécessité d’un rééquilibrage des ressources à l’échelle mondiale. Cette dynamique est tellement essentielle qu’il en va de la survie de l’humanité. Le livre pose bien la question de l’avenir d’une planète où on consomme sans se soucier du lendemain ni de ses voisins. Une telle situation ne saurait perdurer. En outre, l’extrême pauvreté peut et doit être considérée comme une violation des droits de la personne, et ce constat est d’autant plus important que les questions d’inégalités dans les pays émergents relèvent, en grande partie, de la politique intérieure.

7Notons que cet ouvrage s’intéresse également à ce qu’on peut qualifier de causes endogènes de la pauvreté. L’une des causes présentées serait le taux de natalité plus élevé dans les pays pauvres que dans les pays riches. À ce sujet, il faudrait apporter une nuance puisque les données statistiques les plus récentes montrent une baisse notoire des taux de natalité à l’échelle de la planète, notamment dans lesdits pays pauvres. Le très renommé professeur Hans Resling, médecin et statisticien, aime à rappeler combien nous restons souvent figés sur les statistiques des années 1970 alors que les choses évoluent considérablement à travers le monde. D’après les statistiques de l’Organisation mondiale pour la Santé (OMS), la moyenne des taux de natalité est passé de plus de 5 enfants par femme en 1963 à 2,5 enfants par femme en 2012, et ce changement est dû essentiellement à des transformations observées dans les pays en voie de développement.1

8Somme toute, Marie Duru-Bellat rappelle l’existence d’un lien très direct entre les inégalités sociales et les problèmes environnementaux dans le monde contemporain. En effet, puisque nous partageons la même planète, les difficultés qui affectent certains à une extrémité de la Terre, concernent plusieurs individus à l’autre extrémité. La solution à cette double crise, à la fois sociale et environnementale, a déjà été intégrée à travers le monde et on la connaît sous le nom de développement durable. Par conséquent, on est invité à opté pour une « décroissance des inégalités », en opposition à l’idéologie dominante qui milite obstinément en faveur de la « croissance des niveaux de vie ». En effet, l’expérience montre que cette dernière favorise systématiquement les plus nantis au détriment des pauvres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Njeukam, « Marie Duru-Bellat, Pour une planète équitable. L’urgence d’une justice globale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14215

Haut de page

Rédacteur

Lionel Njeukam

Docteur en science politique, université de Picardie Jules Verne, Amiens, Membre d’Avocats Sans Frontières – France (2007-2012)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page