Navigation – Plan du site
Marx et la double structure de la religion

Marx et la double structure de la religion

De l'opium du peuple au fétichisme de la marchandise
Norbert Lenoir, Marx et la double structure de la religion. De l'opium du peuple au fétichisme de la marchandise, Nantes, Editions Cécile Defaut, coll. « Petite bibliothèque de l'athéisme », 2014, EAN : 9782350183534.
Notice publiée le 01 avril 2014

Présentation de l'éditeur

La formule de la religion comme l'opium du peuple fait partie de la définition consacrée de ce qu'on appelle l'idéologie chez Marx : la religion est ce système de représentations qui à la fois empêche de critiquer et qui légitime un ordre social existant. Mais ce rapport entre la religion et l'idéologie chez Marx demande à être problématisé. En effet non seulement évolue-t-il, car Marx prend conscience que le capitalisme ne peut pas se justifier avec une promesse que les pauvres auront une vie meilleure post-mortem, mais encore il ne cesse de ré-élaborer sa critique de la religion tout au long de son oeuvre à travers trois concepts : l'aliénation, l'idéologie et le fétichisme. Cette ré-élaboration conceptuelle nous permet de poser cette question : la théorie du fétichisme des marchandises chasse-t-elle encore sur les terres de l'idéologie ? Un fétiche n'est-il pas autre chose dans sa production et ses effets qu'une idole ? C'est pour cette raison que nous proposerons trois textes de Marx. Le premier appartient au Marx de la jeunesse, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel (1843). Le second, qui appartient aussi à la pensée du jeune Marx, est une partie des Manuscrits de 1844. Enfin le troisième est une partie du livre premier du Capital (1867).

Haut de page