Navigation – Plan du site

Malik Aït-Aoudia, Séverine Labat, Le Martyre des sept moines de Tibhirine

Benjamin Ducol
Le Martyre des sept moines de Tibhirine
Malik Aït-Aouadia, Séverine Labat, Le Martyre des sept moines de Tibhirine, Éditions Montparnasse, 2013.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 René Guitton, Si nous nous taisons... Le martyre des moines de Tibhirine, Calmann-Levy, 2001 ; René (...)
  • 2 Emmanuel Audrain, Le Testament de Tibhirine, Mille et Une Films, 2006 ; Romain Icard, Algérie : qui (...)

1Près de vingt ans après les faits, les interrogations entourant l’enlèvement et l’assassinat des sept moines trappistes du monastère de Tibhirine demeurent encore entières. En témoigne la production abondante d’ouvrages1 et de documentaires2 parus sur cet événement ces dernières années. En pleine guerre civile algérienne, cet épisode sanglant avait engendré une vive émotion en France comme en Algérie. Il continue aujourd’hui de marquer les mémoires des deux côtés de la Méditerranée, notamment en raison des zones d’ombres qui perdurent dans cette affaire.

  • 3 Sur cette thèse, consulter l’ouvrage de Jean-Baptiste Rivoire.
  • 4 Sur ce point, consulter les extraits de la déposition du général François Buchwalter publié en 2009 (...)

2Enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 dans leur monastère situé à proximité de la ville de Médéa, à 90 kilomètres au sud d’Alger, les religieux seront assassinés quelques semaines plus tard. Leur assassinat sera revendiqué par un communiqué du Groupe islamique armé (GIA) et leurs têtes retrouvées le 30 mai 1996 au bord d’une route de montagne, non loin de Médéa. En l’absence des dépouilles des moines, de nombreuses hypothèses ont depuis circulé quant aux raisons et au scénario de leur mort. Deux thèses s’affrontent en vue d’éclairer cet événement tragique. D’un côté, la thèse de la responsabilité des autorités algériennes accusées d’avoir sciemment éliminé les moines devenus des témoins gênants dans un contexte de guerre civile sanglante3 ou alternativement, d’avoir passé sous silence une bavure militaire ayant conduit à la mort des religieux au cours d’une opération de ratissage dans le massif blidéen4. De l’autre, la thèse de la responsabilité de la nébuleuse islamiste algérienne réunie autour du GIA et de son émir Jamel Zitouni. C’est cette seconde thèse que défend ici le documentaire réalisé par Malik Aït Aoudia, journaliste-réalisateur et Séverine Labat, chercheuse au CNRS et spécialiste des mouvements islamistes algériens. Un film qui bénéficie d’un matériel documentaire riche et très largement inédit, composé à la fois d’images d’archives (vidéos de propagande du GIA, entretiens avec les moines de Tibhirine) et d’entretiens réalisés avec une série de témoins-clés dans l’affaire de Tibhirine.

  • 5 Sur ce point, consulter notre recension de l’ouvrage de Jean-Pierre Schumacher et Nicolas Ballet, L (...)

3À partir de cette fameuse nuit du 26 au 27 mars 1996 au cours de laquelle les sept moines de Tibhirine vont être enlevés, le documentaire retrace la succession d’événements reliés au destin tragique des moines, tout en prenant soin d’éclairer avec rigueur le contexte historique, politique et social plus large dans lequel ils se déroulent. Après avoir mis en contexte la fondation à partir de 1938 de cette communauté cistercienne de Notre-Dame de l’Atlas, le documentaire s’intéresse à la philosophie de cette présence chrétienne en terre d’islam. La narration insiste en particulier sur les liens fraternels que la communauté monastique de Tibhirine a su tisser au fil des ans avec son environnement proche. Les soins médicaux offerts par la communauté contribuent par exemple à transformer les rapports entre les moines et les habitants du village voisin, ouvrant la voie à la création d’une coopérative agricole et la construction d’un véritable dialogue spirituel révélateur de cet « esprit de Tibhirine »5.

4La seconde partie du documentaire propose une excellente remise en contexte de la montée en puissance du mouvement islamiste en Algérie au tournant des années 1990 et des tensions préalables au déclenchement de la guerre civile. À partir d’images d’archives, les auteurs illustrent la colère d’une jeunesse déshéritée et la progression du Front islamique du Salut (FIS) comme force politique d’ampleur. Alors que l’annulation des élections législatives en décembre 1991 déclenche un cycle de protestations-répressions-violences, un entretien avec Omar Chikhi, membre fondateur du GIA, permet de mieux comprendre le basculement de plusieurs factions du FIS vers la clandestinité violente et l’agrégation des islamistes les plus radicaux autour du GIA.

5Le documentaire offre une fenêtre ouverte sur la fondation du GIA et sa radicalisation au fur et à mesure de l’avancement de la guerre civile. À travers des entretiens comme celui mené avec Sid-Ali Benhadjar, ex-émir local du GIA actif dans la région de Médéa, le film illustre la montée des violences et l’extension du « jihad » en Algérie. Alors que les premières cibles du GIA s’avèrent être les symboles de l’État (gendarmerie, police, armée), les islamistes en viennent progressivement à cibler tous leurs opposants, figures religieuses comme intellectuelles. À partir de 1993, le conflit civil algérien prend une tournure internationale puisque désormais ce sont les ressortissants étrangers qui sont directement ciblés par les groupes armés. Alors que les attaques se multiplient à l’encontre des figures étrangères et chrétiennes en Algérie (assassinats de plusieurs religieux et religieuses au cours de l’année 1994), le documentaire accrédite l’idée que les moines vont être épargnés en raison d’un échange de bons procédés avec les maquisards islamistes. Afin de rester présents à Tibhirine, les moines n’ont d’autres choix que d’accepter de soigner les blessés du GIA. Cette collaboration contrainte avec l’émir local Sayyat Attiya permet en retour aux religieux de bénéficier d’un statut de protection de la part des islamistes opérant dans la région de Médéa.

6Pour Malik Aït Aoudia et Séverine Labat, ce sont bien les changements internes au GIA et l’arrivée à la tête de l’organisation de Jamel Zitouni qui scellent le destin des moines. Au-delà de la personnalité obscure et controversée de Zitouni, les auteurs affirment que c’est ce dernier qui aurait choisi de procéder à l’enlèvement des moines de Tibhirine en mars 1996. Découvrant la présence des moines à proximité de Médéa, Zitouni exprime alors son profond désaccord quant au pacte de protection initié par Sayyat Attiya. Au même moment, les tensions au sein de l’organisation clandestine sont nombreuses, et ce alors même que la participation massive aux élections de 1995 sonne comme un désaveu de la stratégie violente prônée par le GIA. Le documentaire retrace bien cette radicalisation de la nébuleuse islamiste et la série de massacres qui s’en suit. À partir des témoignages recueillis auprès des proches de Zitouni, les auteurs du documentaire affirment que l’émir du GIA souhaite kidnapper les moines dans une tentative de monter les autorités françaises contre l’Algérie et par la même occasion démontrer sa capacité d’action au sein des réseaux islamistes. Malgré les protestations de plusieurs émirs locaux du GIA, dont Sid-Ali Benhadjar, Zitouni va néanmoins enlever les sept moines du monastère de Tibhirine. Un enlèvement dont le documentaire apporte le récit détaillé à partir du témoignage d’un ex-membre du groupe de Sid-Ali Benhadjar, lui-même enlevé au côté des moines par le groupe de Jamel Zitouni, en guise de représailles.

7La dernière partie du documentaire s’intéresse aux « tractations de couloirs » entre les autorités françaises et le GIA. Les auteurs démontrent les multiples facteurs qui pèsent sur la négociation d’une libération des moines qu’il s’agisse du refus des autorités algériennes de voir la France négocier directement sur le sol algérien avec des représentants du GIA ou des tensions internes à l’appareil d’État français. Si plusieurs pourraient pointer du doigt les responsabilités ambiguës des hommes politiques en charge du dossier, pour les auteurs un élément déclencheur va venir précipiter les événements tragiques. Alors que dans le maquis Jamel Zitouni est opposé à un autre chef du GIA très puissant, son garde du corps personnel, interrogé comme témoin dans le documentaire, décide de se rendre aux autorités algériennes. Pour l’émir national du GIA, cette trahison aurait été perçue comme une catastrophe dans la mesure où l’armée était dorénavant en capacité de localiser les moines. Les témoignages des plusieurs geôliers recueillis dans le documentaire viennent corroborer cette version des faits. Au même moment, le pouvoir algérien enclenche une vaste opération de ratissage dans le massif blidéen, manœuvre désespérée destinée à retrouver à tout prix les moines. Se sentant pris au piège, Zitouni aurait ordonné lui-même l’exécution des moines. Afin d’accréditer cette thèse, les auteurs du documentaire interrogent face camera deux témoins directs de l’assassinat des moines. Si certains ne manqueront pas de remettre en doute cette version de l’affaire de Tibhirine, force est de constater que les témoins appelés devant la caméra accréditent cette lecture de l’histoire selon laquelle les moines ont été sacrifiés par un concours de circonstances.

8Au-delà de cette piste explicative inédite que propose le film et qui constitue l’intérêt premier du documentaire, les témoignages et entretiens mobilisés par Malik Aït Aoudia et Séverine Labat s’avèrent extrêmement intéressants pour ce qu’ils révèlent sur la « décennie noire » algérienne. Illustrant la montée d’un islamisme radical en Algérie, les relations étatiques ambiguës et complexes entre la France et l’Algérie, ainsi que la spirale sans fin de la violence terroriste, ce documentaire ouvre vers d’autres horizons, dépassant le simple cas des moines de Tibhirine.

9En prolongement du documentaire, le DVD propose en bonus une série de courtes vidéos complétant le film principal. Le bonus intitulé « Djamel Zitouni par ceux qui l’ont connu » s’avère sans aucun doute le plus intéressant, car il propose de retracer brièvement l’itinéraire de cette « figure obscure » du GIA, objet de fantasmes et de toutes les hypothèses. Ce bonus revient sur l’arrivée de Jamel Zitouni à la tête de la direction nationale GIA dans un contexte de tensions entre les différents clans qui forment alors cette structure clandestine. Cette plongée dans l’histoire des mouvements islamistes algériens s’avère salutaire en vue de démêler une période d’histoire clandestine encore trop peu éclairée par les chercheurs français.

Haut de page

Notes

1 René Guitton, Si nous nous taisons... Le martyre des moines de Tibhirine, Calmann-Levy, 2001 ; René Guitton, En quête de vérité : le martyre des moines de Tibhirine, Calmann-Levy, 2011 ; Jean-Baptiste Rivoire, Le Crime de Tibhirine, La Découverte, 2011.

2 Emmanuel Audrain, Le Testament de Tibhirine, Mille et Une Films, 2006 ; Romain Icard, Algérie : qui a tué les moines français ?, Lignes de Mire, 2009 ; Gilles Cayatte, Raison d’État : Le Jardin de pierres de Tibhirine, France Télévisions/Algéria Productions, 2010.

3 Sur cette thèse, consulter l’ouvrage de Jean-Baptiste Rivoire.

4 Sur ce point, consulter les extraits de la déposition du général François Buchwalter publié en 2009 par RFI : http://www1.rfi.fr/actufr/articles/115/article_82514.asp. Consulté le 20 mars 2014.

5 Sur ce point, consulter notre recension de l’ouvrage de Jean-Pierre Schumacher et Nicolas Ballet, L'Esprit de Tibhirine : http://lectures.revues.org/9951

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Ducol, « Malik Aït-Aoudia, Séverine Labat, Le Martyre des sept moines de Tibhirine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14230

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Ducol

Doctorant en science politique (Université Laval), chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada sur les conflits et le terrorisme

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page