Navigation – Plan du site

Francis Lebon, Profession « musicien intervenant » à l’école

Maryvonne Dussaux
Profession « musicien intervenant » à l'école
Francis Lebon, Profession « musicien intervenant » à l'école, Paris, L'Harmattan, coll. « Sciences de l'éducation musicale », 2014, 104 p., ISBN : 978-2-343-01888-1.
Haut de page

Texte intégral

1Chanter, jouer de plusieurs instruments, inventer des musiques et concevoir des spectacles, telles sont les compétences de la profession de « musicien intervenant » qui demande aujourd’hui à être reconnue. Pour montrer qu’elle est mal connue et dévalorisée, l’auteur s’appuie sur un article écrit en 2011 par un journaliste de Télérama et publié sous le titre : « Enseigner la musique ? Un vrai cauchemar ». Le journaliste, spécialiste de musique classique, y brosse un tableau sombre de l’éducation musicale et conclut que dans ce domaine, la France est le « cancre de l’Europe ». Les vives protestations émises à la suite de cette publication montrent qu’une identité professionnelle est en train de se constituer.

2Francis Lebon a mené une enquête qualitative par questionnaire pour établir la sociologie de cette profession peu connue. Elle porte sur l’année 2011 et cible tous les musiciens intervenants qu’ils soient ou non diplômés et tous les musiciens qui interviennent régulièrement auprès de « jeune public » (éveil) ou de personnes handicapées, malades ou en situation de précarité. Un questionnaire a été diffusé auprès de nombreux centres spécialisés et en particulier les centres de formation de musiciens intervenants (CFMI), les centres musicaux ruraux (CMR), les conservatoires de France et la fédération nationale des musiciens intervenants. L’enquête a été bien acceptée puisque 564 personnes ont pris le temps de répondre au questionnaire, 14 % d’entre elles remerciant le sociologue pour son intérêt pour cette profession.

3L’étude conduite par Francis Lebon montre que la majorité des personnes qui ont répondu à l’enquête considère, comme cette animatrice d’éveil musical, que c’est « un métier génial mais précaire ». En effet, dans cette profession, il y a autant d’agents titulaires ou en CDI (46 %) que de salariés en CDD (42 %). Il s’agit pour l’essentiel d’un salariat intermédiaire féminin (2/3 de femmes) au niveau d’étude homogène et relativement élevé (90 % ont un niveau supérieur au bac). Les employeurs sont plutôt des collectivités locales (2/3) que des associations (1/3) mais les musiciens intervenants ont le plus souvent plusieurs employeurs : 35 % des personnes ayant répondu au questionnaire ont plus de trois employeurs. La profession se caractérise également par une pluriactivité (plusieurs métiers dans un même champ d’activité) : plus de ¾ des enquêtés travaillent dans plusieurs types d’organismes : école, conservatoire ou monde socio-culturel et allient travail artistique et travail pédagogique. Les salaires sont plutôt faibles puisque le salaire net mensuel moyen est de 1350 € et que trois quarts des individus gagnent entre 1 000 et 2 000 € par mois. Les musiciens intervenants ont plutôt des origines sociales bourgeoises : 37 % ont des parents qui relèvent des classes moyennes et 31 % des classes supérieures. Leurs conjoints exercent à 57 % une profession dans les domaines de l’enseignement et de la culture.

4Les origines de la profession remontent aux années 20. Pierre Chardon, inspecteur général de l’Instruction Publique déplore le manque de formation musicale des instituteurs. On envisage alors de faire intervenir des « moniteurs de solfège » dans les écoles. Dans les années 50, la fédération des centres musicaux ruraux propose de former des « professeurs itinérants » pour donner des cours de musique dans les écoles. Dans les années 60/70, on voit apparaître des critiques relatives à l’enseignement dans les écoles de musique et la volonté de renouveler les méthodes d’apprentissage. On invente l’éveil musical, moyen de développer les facultés du jeune enfant. Aujourd’hui, l’enseignement de la musique est vu comme un moyen de faciliter les apprentissages (concentration, écoute, expression verbale) et de lutter contre l’échec scolaire.

5Les musiciens intervenants refusent d’être considérés comme de simples animateurs. Selon Guy Maneveau, co-fondateur du département de musique de l’université de Pau, il doit être « plus disponible en face de la nouveauté que soucieux de transmettre l’héritage et d’organiser l’admiration, mais capable aussi de cette transmission. Il doit d’abord savoir exploiter sa créativité afin de mieux susciter celle des autres ». Depuis 1984, il existe un diplôme : le DUMI (Diplôme Universitaire de musicien intervenant) qui permet, au musicien qui s’engage dans ce métier, d’approfondir sa formation musicale et d’acquérir des compétences dans le domaine de la pédagogie. Conçu à l’origine pour les musiciens qui intervenaient dans les établissements scolaires, le DUMI donne aujourd’hui une qualification qui favorise l’accession à la filière culturelle de la Fonction Publique Territoriale.

6Les réponses aux questionnaires font état de difficultés spécifiques au métier : insertion tardive dans le métier, recherche constante de poste pour ceux qui n’ont que des CDD, nombreux déplacements entre les établissements. C’est une profession qui semble être dominée à la fois par les professeurs du collège qui assurent une mission d’éducation musicale » de masse » et les professeurs des écoles de musique spécialisés dans un instrument. Située au carrefour de l’école, du centre de loisirs et de l’école de musique, elle semble avoir une position marginale. Pourtant, de façon paradoxale, il conclut que « les musiciens intervenants ont encore de beaux jours devant eux ». Il semble en effet que, dans le contexte de la loi sur la refondation de l’école, leurs compétences soient recherchées afin de mettre la musique au service d’une remobilisation des élèves et de la réussite éducative. En 2013, le ministère de l’Éducation nationale a ouvert une chaîne vidéo afin de valoriser les écoles qui font de la musique en classe ou dans le cadre d’activités périscolaires. À l’heure où on demande aux établissements scolaires de construire des partenariats locaux avec les collectivités locales et les associations, le cas des musiciens intervenants apparaît comme l’illustration d’un partenariat qui a réussi au fil du temps à faire reconnaître à tous l’importance de la musique dans l’équilibre de l’enfant et son influence sur les apprentissages fondamentaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Francis Lebon, Profession « musicien intervenant » à l’école », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 04 avril 2014, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14266

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page