Navigation – Plan du site

Nilüfer Göle (dir.), Islam and Public Controversy in Europe

Marion Maudet
Islam and Public Controversy in Europe
Nilüfer Göle (dir.), Islam and Public Controversy in Europe, Ashgate, coll. « Global Connections », 2014, 286 p., EAN : 9781472413130.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce que proposent par exemple certaines contributions à l’ouvrage Normes religieuses et genre, dirig (...)
  • 2 Habermas Jürgen, The Structural Transformation of the Public Sphere : An Inquiry into a Category of (...)
  • 3 Taylor Charles, « Rethinking Secularism : Western Secularity », The Immanent Frame, Calhoun Craig, (...)

1Cet ouvrage est le résultat de deux conférences internationales organisées par Nilüfer Göle, directrice d’étude au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) autour du thème de l’islam et des différences cultures et religieuses dans la fabrique des sphères publiques européennes (projet « EuroPublicislam »). Il n’est pas question, dans l’ouvrage, d’une étude de l’islam à travers ses préceptes religieux, ses normes et ses prescriptions1, mais plutôt d’une approche croisant les regards et les analyses autour de pratiques (alimentaires, religieuses, artistiques, juridiques) impliquant une rencontre (plus ou moins houleuse) avec d’autres pratiques, ou attentes, dans la « sphère publique ». Cette dernière est définie, en référence à Jürgen Habermas (1991)2, comme un espace à la fois concret, matériel, et organisé par les acteurs (rues, jardins, passages, cafés) et comme un espace de significations abstraites : un idéal démocratique, une communauté de débats et de consensus entre les citoyens. Elle est considérée, en Europe, par les auteurs, comme l’espace par excellence du « séculier », tandis que les pratiques religieuses seraient reléguées dans la sphère privée et l’intime. Une des hypothèses de cet ouvrage est ainsi la suivante : le second processus de sécularisation décrit par Charles Taylor (2012)3, qui se caractérise notamment par l’opposition entre des convictions privées et des comportements publics, ne s’applique pas à l’islam – la religion n’étant pas, en effet, déconnectée des pratiques « séculières ». Comme le souligne Nilüfer Göle, « les controverses autour de l’islam déstabilisent donc un espace public fondé sur la raison et définie par des frontières séculières. La possibilité de penser un espace public fondé sur la foi et une sphère publique régie par des normes religieuses entraîne des réactions de rejet » (p. 10).

  • 4 Les tribunaux islamiques de la charia (Sharia Council) sont des tribunaux islamiques basés à Londre (...)

2L’ouvrage aborde des questions diverses : les modes de visibilité et les prises de parole des musulmans en Europe, la façon dont les musulmans adaptent leurs pratiques et représentations religieuses au sein de l’espace européen, les catégories de musulmans qui prennent la parole dans l’ « espace public européen », et la manière dont l’Europe doit, elle-même, se resituer face à des individus qui « manifestent publiquement leur différence religieuse » (p. 4). Pour y répondre, les domaines abordés sont nombreux (sont notamment étudiés les arts, les relations intimes, les controverses autour des représentations du prophète, celles centrées sur la construction de mosquées dans les villes européennes, l’articulation entre droit séculier et droit religieux avec l’instauration, en Grande-Bretagne, de tribunaux islamiques4, ou la place de la mémoire et de l’héritage culturel et religieux dans la construction publique et politique d’un peuple), tout comme les pays analysés (l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne ou encore la Bosnie-Herzégovine sont représentés, les auteurs ayant soin de montrer à quel point la problématique de l’islam en Europe s’inscrit dans des contextes nationaux spécifiques, tout en les transcendant). Deux concepts sont en particulier mobilisés par les auteurs de cet ouvrage collectif. Il s’agit du concept d’« interpénétration » et de celui de « controverse ». Penser les relations entre musulmans européens et Europe, espaces du religieux et du séculier, à travers la notion d’« interpénétration », revient à refuser d’associer l’islam à une religion et une culture qui seraient insolubles avec les problématiques et pratiques séculières européennes. L’étude de Simone Maddanu sur les relations amicales et intimes pour les jeunes musulmans italiens s’appuie sur le concept d’« interpénétration ». Les situations amicales et intimes ne sont pas sans poser de problèmes aux jeunes musulmans italiens. En effet, le contact physique entre hommes et femmes, qui ne pose aucune question dans le monde occidental, est source de tensions et d’inquiétude pour les musulmans, coincés entre deux injonctions contradictoires : la piété musulmane et la quête de normalité. L’auteure montre qu’ils essaient de trouver un équilibre entre modes de vie occidentaux et religion musulmane. Aussi, pour saluer un non-musulman, les jeunes femmes musulmanes peuvent tendre la main, afin de ne pas paraître impolie aux yeux du non-musulman tout en respectant les attentes féminines de « modestie » (p. 204).

  • 5 Un hadîth est une communication orale du prophète Mahomet.

3La deuxième notion clé, celle de « controverse », constitue un point d’observation des modes d’ « interpénétration » entre pratiques religieuses et pratiques séculières en Europe. Les « controverses » sont considérées comme des moments charnières, caractérisés par leur « contemporanéité », une contemporanéité définie temporellement mais aussi « historiquement » : le contemporain est, selon Olivier Remaud, celui qui a conscience des changements et en est acteur. Les controverses sont marquées par l’existence simultanée de positions et opinions incommensurables. Elles constitueraient un moyen, pour les individus, d’exprimer sur la sphère publique leurs différences pour devenir citoyens (p. 12). Jeannette S. Jouili s’intéresse à la controverse sur les « arts hallal ». Elle s’interroge sur les formes de négociation, de réflexion et de discipline qui accompagnent le projet d’art hallal. Une des critiques associées à l’art hallal est celle de l’absence de liberté créative et d’autonomie artistique. Cependant, les artistes islamiques n’envisagent pas, selon elle, la beauté et l’esthétique indépendamment de l’éthique : « la beauté est définie à travers ce qui est ‘bon’. Dans les cercles artistiques de musulmans pieux, on évoque souvent le hadîth5 : « Dieu est beau et Il aime la beauté » (p. 143).

4Nilüfer Göle propose de penser la place de l’islam en Europe dans ses pratiques diverses, dans ses interactions, toujours prises dans des contextes particuliers, avec d’autres aspects culturels, légaux, politiques, qui constituent – de près ou de loin – des caractéristiques propres à l’Europe. Les auteurs montrent que l’interpénétration entre « islam » et « Europe » n’interroge pas uniquement les pratiques des musulmans mais aussi la manière dont se construit l’Europe, autant culturellement que politiquement. C’est ce qu’indique Halide Velioğlu dans le cas des musulmans bosniens. Ceux-ci font face, depuis la guerre de 1992-1995, à un besoin de créer un espace politique pour la subjectivité musulmane. L’auteure montre la place nouvelle accordée à l’ « héritage ottoman » qui pose les bases d’une interrogation sur la construction d’un espace politique aujourd’hui, non seulement pour les musulmans bosniens mais pour toute l’Europe (c’est en effet toute une partie de l’histoire européenne qui est remise en cause : celle de la migration de musulmans d’Espagne vers l’Europe de l’Est. Se réclamer de l’héritage ottoman invite notamment l’Europe à se tourner vers la Turquie actuelle).

5Cependant, il nous semble que plusieurs points restent encore dans l’ombre et auraient mérités d’être discutés de façon approfondie. Tout d’abord, les différentes notions fondamentales d’ « islam », de « sphère publique » et d’« Europe » ne sont jamais vraiment définies. De nombreuses incertitudes persistent en conséquence à la lecture des différents travaux. L’absence d’information sur ce que les auteurs entendent par « Europe » pose question, que ce soit en termes de limites géographiques (quelles sont les frontières de l’Europe ?) ou encore culturelles et politiques. En effet, un des enjeux de l’ouvrage est de montrer que les musulmans européens ne s’opposent pas à l’Europe, mais plutôt que se construit un islam européen dans l’interaction et la rencontre entre différentes cultures et pratiques. Il est cependant possible de s’interroger sur l’unité de cette Europe qu’elle soit linguistique, culturelle, religieuse ou politique. Jean Philippe Bras, dans son étude des tribunaux islamiques en Grande Bretagne, prend soin de montrer que généralement, France et Grande-Bretagne s’opposent dans leurs logiques juridiques (la France serait caractérisée par un modèle républicain légicentriste, avec une loi qui s’applique à tous, tandis que la Grande-Bretagne laisserait une place plus grande à l’approche au cas par cas). Cette hétérogénéité invite, selon nous, à préciser le concept d’« espace public européen ». Par ailleurs, l’espace du religieux et l’espace séculier sont souvent opposés au cours de l’ouvrage, le séculier étant souvent assimilé à l’ « espace public européen ». Il aurait été intéressant d’interroger cette notion d’ « espace séculier » en portant une attention particulière à la manière dont les autres religions peuvent aussi être en conflit, tension, confrontation ou dialogue avec les institutions séculières en Europe, et sur l’existence de controverses interconfessionnelles.

6Au-delà de ces quelques remarques, cet ouvrage apporte au total une intéressante contribution à la connaissance et à l’analyse des pratiques liées à l’islam en Europe aujourd’hui, en proposant en particulier des concepts opérationnels et un éclairage nouveau sur des controverses et débats souvent caricaturés et résumés en termes trop simplistes.

Haut de page

Notes

1 Ce que proposent par exemple certaines contributions à l’ouvrage Normes religieuses et genre, dirigé par Florence Rochefort et Maria Eleonora Sanna Rochefort Florence et Maria Eleonora Sanna, Normes religieuses et genre : Mutations, résistances et reconfiguration (XIXe-XXIe siècle), Armand Colin, 2013

2 Habermas Jürgen, The Structural Transformation of the Public Sphere : An Inquiry into a Category of Bourgeois Society, Cambridge, MA : MIT Press, 1991

3 Taylor Charles, « Rethinking Secularism : Western Secularity », The Immanent Frame, Calhoun Craig, Juergensmeyer Mark et Vanantwerpen Jonathan, USA, Oxford University Press, Oxford University Press, 2011, http://blogs.ssrc.org/tif/2011/08/10/western-secularity/

4 Les tribunaux islamiques de la charia (Sharia Council) sont des tribunaux islamiques basés à Londres qui fournissent aux Musulmans des règles légales et des conseils en accord avec la loi islamique. Ils n’ont aucune autorité légale et traitent principalement de cas de mariage et de divorce.

5 Un hadîth est une communication orale du prophète Mahomet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Maudet, « Nilüfer Göle (dir.), Islam and Public Controversy in Europe  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 04 avril 2014, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14277

Haut de page

Rédacteur

Marion Maudet

Élève à l’Ecole normale supérieure de Cachan et en Master 2 de sociologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page