Navigation – Plan du site

Dominique Schnapper, L’esprit démocratique des lois

Eric Keslassy
L'esprit démocratique des lois
Dominique Schnapper, L'esprit démocratique des lois, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2014, 321 p., ISBN : 978-2-07-014362-7.
Haut de page

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Dominique Schapper poursuit son inlassable et utile analyse des dynamiques démocratiques. Une nouvelle fois, elle s’intéresse aux tensions internes qui se développent au sein même du système démocratique d’aujourd’hui, rappelant comme une évidence les plus belles pages de La démocratie en Amérique (1835 et 1840) d’Alexis de Tocqueville.

2Dominique Schnapper a pourtant retenu son titre, L’esprit démocratique des lois, en référence directe à l’ouvrage magistral de Montesquieu – L’esprit des lois (1748) – pour indiquer que le risque de « corruption » du régime démocratique est toujours une réalité et qu’il convient plus que jamais de l’anticiper. La sociologue cherche en effet à nous faire prendre conscience de l’existence d’un « malaise démocratique », d’autant plus difficile à cerner que jamais les peuples n’ont été aussi libres, les mœurs aussi tolérantes et les sociétés aussi riches. En dépit de ce tableau, la démocratie serait en train de se dévoyer sous nos yeux et sans que l’on réagisse. Dès lors, l’ambition de Dominique Schnapper est de décrire les dangers qui guettent actuellement l’évolution démocratique pour éviter qu’ils adviennent dans toute leur force.

3Un risque majeur de la dynamique démocratique actuelle se retrouve dans la volonté des individus de toujours satisfaire leurs intérêts matériels en occultant le « bien commun ». À l’instar de l’individualisme décrit par Tocqueville, Dominique Schnapper regrette profondément que les grands projets ne soient plus portés par une véritable conviction républicaine. De nos jours, les hommes ne sont plus suffisamment unis par des valeurs communes, si bien que la société démocratique se délite au profit d’une civilisation du confort immédiat et individuel. Le danger est connu et de plus en plus présent : l’individu et ses aspirations personnelles prennent la place du citoyen. La société de consommation remplace peu à peu la communauté politique.

4Autre risque important pointé par Dominique Schnapper dans son premier chapitre : « La tentation de l’illimité ». Alors que l’homme est soumis à des limites biologiques, les progrès de la science paraissent peu à peu introduire l’idée qu’un jour, il sera possible de les lever. L’auteure dénonce ici les propos des scientifiques qui visent à changer une caractéristique fondamentale de la condition humaine : sa finitude. Puisqu’il viendra nécessairement un temps où les hommes vivront pendant des siècles, où les médecins seront capables de changer toutes les parties du corps, alors il n’y a plus de nature dont les contraintes s’imposent à l’homme. Dominique Schnapper relie cette vision importante de la science, celle qui ne s’impose plus de limite, à l’approche dominante d’une démocratie qui serait illimitée : au fond, convaincus que la société démocratique ne peut s’éteindre, les « citoyens » n’en prennent pas soin et s’attachent d’abord à la satisfaction de leurs intérêts personnels. En dépit des lois qui posent des limites, les individus des temps démocratiques actuels ont tendance à refuser toutes les normes sociales ou les limites naturelles. Sans engagement citoyen, à la recherche de la plus grande indépendance possible, ils risquent de ne plus admettre la légitimité des lois qui, pourtant, organisent et protègent leur liberté. Des lois qui permettent aussi de « vivre ensemble » mais qui, en contrepartie, empêchent trop souvent de céder à sa pulsion individuelle, à son petit « caprice » personnel…

5Derrière le rejet des règles, il faut également voir le rejet de ceux qui sont chargés de les créer et de les faire appliquer. C’est l’autorité qui est ici remise en cause au travers de ce que Dominique Schnapper appelle l’« ultradémocratie » ou la démocratie « radicale » : une évolution de la société démocratique qui effacerait les autorités liée à l’âge, à l’expérience, à la compétence et au rôle institutionnel. Cette remise en cause de l’autorité parait se diffuser très rapidement dans la société démocratique et, selon l’auteur, il conviendrait d’y mettre un terme tant elle oblige à revoir l’ensemble de l’édifice social.

6Au bout du compte, avec L’esprit démocratique des lois, Dominique Schapper nous livre une leçon salutaire : la démocratie n’est pas un régime politique et social donné une fois pour toute. Il s’agit au contraire d’un système fragile qui peut tout à fait disparaître comme l'a montré le XXe siècle mais aussi la période actuelle – dans des dimensions moins dramatiques. Si la société démocratique est si fragile, c’est en grande partie parce que la pratique démocratique n’est spontanée mais repose sur un long apprentissage – moins en phase avec l’époque actuelle. Apprendre notamment à respecter les institutions démocratiques qui garantissent la solidité et la souplesse de notre démocratie. Une voie à suivre… Reste que l’on ressort de la lecture de l’ouvrage en se disant que la société démocratique est un joyau qu’il convient de davantage protéger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Dominique Schnapper, L’esprit démocratique des lois », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 avril 2014, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14284

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page