Navigation – Plan du site

Peter Brook, Tell Me Lies

Patrick Cotelette
Tell me lies
Peter Brook, Tell me lies, Blaq Out, 2014.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Romans comme Une journée sentimentale de Sterne ou Sa majesté des mouches de Golding, ou pièces de (...)

1Grâce à l’intervention de la Fondation Groupama Gan Pour le Cinéma et la Fondation Technicolor pour le Patrimoine du Cinéma, un des films phare de la contestation de la guerre du Vietnam a pu retrouver une deuxième jeunesse. Primé en 1968 lors de la Mostra de Venise, Tell Me Lies de Peter Brook est repassé en 2012 à la même Mostra et a connu depuis une sortie DVD. Plus connu pour son activité théâtrale que cinématographique, Peter Brook a pourtant à son actif treize longs-métrages, tous inspirés d’une œuvre littéraire originale1. À ce titre, Tell Me Lies est le seul film adapté d’une pièce de théâtre écrite par Peter Brook lui-même, US et soutenu par la Royal Shakespeare Company. Film unique dans la filmographie de son auteur, il l’est aussi par son contenu et sa forme.

2Au niveau formel, l’œuvre de Peter Brook est une véritable œuvre cinématographique. On aurait pu craindre, sachant que l’ensemble est tiré d’une pièce de théâtre, assister à une simple reprise de la pièce sous forme de saynètes filmées en plans fixes. Mais, comme l’indique Peter Brook dans l’interview accompagnant les bonus DVD, le théâtre simplement filmé est une fraude car le spectateur en est absent. Peter Brook a en effet, depuis son enfance été fasciné par le cinéma et sa dimension dynamique. Rétrospectivement, il indique que son objectif avec Tell Me Lies était de trouver un langage cinématographique, reposant donc sur le découpage et le montage, qui aurait le même effet que le théâtre, c'est-à-dire capable de donner à voir l’actualité de l’événement et de la représentation. Autrement dit, trouver une manière de découper les saynètes et d’alterner les saynètes pour, d’une part, faire sentir au spectateur le caractère essentiellement vivant du propos, et, d’autre part, pour empêcher le spectateur d’avoir une interprétation univoque du film. Le film est ainsi composé de fragments épars avec des plans fixes sur des discussions ou des témoignages, des reconstitutions de ce qu’ont pu dire ou faire certains participants de la guerre de Vietnam et de la mobilisation contre la guerre du Vietnam, des comédies musicales, des images d’archives, des scènes de théâtres filmées, des mises en abyme où les monteurs du film discutent de l’intérêt du film, etc.

3Pour toutes ces raisons, le propos de Tell me lies ne peut se résumer en une phrase. En une heure trente de film, c’est plus d’une cinquantaine de scènes qui alternent et dont la diversité constitue un kaléidoscope de ce que la guerre du Vietnam et sa réception par un public occidental non directement touché, dans sa chair peut donner à penser. Le sous-titre du film donne d’ailleurs une indication de l’objectif de Peter Brook : en faisant de Tell Me Lies « A film about London », Peter Brook entend moins parler de la guerre elle-même que de sa réception et de la manière dont un Anglais (et plus généralement n’importe quel humain) peut se positionner face à elle. L’écueil principal du film politique est alors évité : ce n’est pas une réponse que propose Peter Brook mais bien un ensemble d’interrogations, ouvrant ainsi l’éventail des possibles.

4Cela étant posé, on peut dégager plusieurs axes. D’une part, l’arc narratif principal du film est construit autour de l’image d’un jeune enfant brûlé au 3e degré par du napalm. C’est le deuxième plan du film, qui déclenche la première partie chantée dont le contenu est tout un programme :

« J’ai été renversé par la vérité un jour ; depuis l’accident, je marche toujours ainsi ; […] chaque fois que je ferme les yeux, je ne vois que des flammes ; j’ai sculpté les noms dans mon carnet d’adresses en marbre ; […] ça sent le brûlé j’espère que ce n’est pas mon cerveau ; de leurs avions, ils larguent des fleurs et des bonbons ; […] celui qui passe son uniforme laisse sa conscience au placard ; et joue avec l’homme comme avec une poupée de chiffon ; donc frictionnez mon corps avec des femmes ; enchaînez-moi la langue avec du whisky ; bouchez moi le nez avec de l’ail ; enduisez-moi les yeux de beurre ; remplissez mes tympans d’argent ; plâtrez-moi les deux jambes ; racontez-moi des mensonges à propos du Vietnam ».

5Face à la guerre du Vietnam, deux réactions s’enclenchent alors : d’un côté, un homme politique ne peut que mentir étant donné ce qui se passe durant un tel événement ; d’un autre côté, on ne peut que réclamer des mensonges, dans un but consolatoire, face à un tel événement. D’une certaine manière, l’ensemble des scènes du film déclinent ces deux réactions jusqu’à arriver à la scène finale, reprenant l’image du jeune enfant brûlé au 3e degré par du napalm. Étant donné l’ensemble des interrogations que soulève le film, l’un des personnages principaux pose à son ami, et donc au spectateur, deux questions finales : « Combien de temps peux-tu regarder ce cliché avant que tu ne t’en désintéresses ? » ; « Si c’était à ta porte, que ferais-tu ? ».

6Ces deux questions découlent du deuxième arc narratif du film, construit autour de la mobilisation occidentale face à la guerre du Vietnam. Face à un tel événement, comment se mobiliser ? Doit-on réaliser des happenings pour que le Vietnam fasse partie du quotidien des individus ? (« aller dans un lieu public et juste dire ce mot : Vietnam ») ? Doit-on persuader par des images chocs ou doit-on convaincre par les mots ? Quelle est l’utilité respective de chaque moyen ? Doit-on réaliser des actions violentes (auto-immolation, destruction de dossiers militaires, incendie d’une ambassade) ou non ? Doit-on lutter contre la guerre du Vietnam pour lutter contre l’impérialisme américain et libérer les peuples du Tiers-Monde ? Peut-on parler pour son peuple en se mobilisant ou ne parlons-nous uniquement que pour nous-mêmes en le faisant ? Est-il légitime de se mobiliser contre une guerre en général et la guerre du Vietnam en particulier ? À partir de quel moment un gouvernement doit-il changer son action face aux mobilisations ?

7Les deux questions finales impliquant le spectateur découlent également du troisième arc narratif du film, construit autour de la discussion sur ce qu’est une guerre et ce qu’est-ce une guerre juste, notamment dans le contexte de la guerre froide. À nouveau, différentes interrogations sont soulevées à travers de multiples scènes. Qu’est-ce qu’une révolution ? Est-ce que la violence est légitime dans une révolution ? Est-ce que l’intervention américaine est légitime ? Est-ce que la guerre est le signe d’un impérialisme américain ? Est-ce que l’intervention anglaise est légitime ? Est-ce qu’une guerre peut être juste ? Peut-on la justifier en comparant son nombre de morts au nombre de morts évité par l’intervention ? Est-ce que l’usage de la torture/des bombes/du napalm est légitime ? Qu’est-ce qu’un meurtre ? Est-ce qu’une guerre n’a pas aussi des effets positifs sur la population ? Qu’est-ce que la guerre fait aux soldats ? Est-ce que la guerre est un phénomène « normal » ?

8Étant donné la richesse du film, il est ainsi impossible de répondre à toutes ces interrogations. Là n’est d’ailleurs pas son objectif. Si nous y voyons une immense qualité, d’aucuns pourraient considérer cette ouverture comme un manque de courage de la part de Peter Brook. Une dernière interrogation se lève ainsi : qu’est-ce qu’un film politique ? À nos yeux, Tell Me Lies en est un puisqu’il donne à voir les choix possibles plutôt que des choix figés. Raison de plus pour un amateur des sciences humaines de s’y plonger.

Haut de page

Notes

1 Romans comme Une journée sentimentale de Sterne ou Sa majesté des mouches de Golding, ou pièces de théâtre comme Marat-Sade de Weiss, Le Roi Lear et La Tragédie d’Hamlet de Shakespeare, ou opéras comme L’Opéra des gueux de Gay ou La Tragédie de Carmen de Bizet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Peter Brook, Tell Me Lies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 09 avril 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14323

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page