Navigation – Plan du site

Claude Lessard, Didier Demazière, Joëlle Morrissette (dir.), « Métiers de relation et nouvelle gestion publique », Éducation et Sociétés, n° 32/2, 2013

Dalila Bahmed
Métiers de relation et nouvelle gestion publique
« Métiers de relation et nouvelle gestion publique », Éducation et Sociétés, n° 32, 2013, De Boeck, ENS Éditions, ISBN : 9782804185633.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la nouvelle gestion publique (NGP), sans doute plus connue sous les noms de new public management ou nouveau management public, suscite fortement l’intérêt scientifique, ce dossier proposé par la revue Éducation et Sociétés tombe à point nommé. En effet, loin de n’envisager que les seuls préceptes de la NGP – son « idéologie » –, il interroge, à travers six études de cas, les pratiques professionnelles qui en découlent dans des secteurs où la relation sociale est au cœur du métier. Ce dossier se veut d’autant plus éclairant qu’il esquisse une comparaison intersectorielle et internationale de l’application de la NGP.

2Les trois premiers articles portent sur les recompositions locales des pratiques enseignantes sous l’effet de la NGP dans les secteurs éducatifs français, belge et nord-américain. Par l’analyse de la transformation de la profession de proviseur de lycée et de principal de collège en France, et celle de la mise en œuvre des évaluations nationales des acquis des élèves en Belgique francophone et dans la ville de Chicago, ils évoquent les modalités de passage des logiques de la NGP de l’échelon central vers l’échelon local. Le quatrième article, en comparant les secteurs de l’éducation et de la santé somatique et mentale en France, montre qu’il n’existe pas d’uniformité dans l’application des préconisations de la NGP. Le cinquième article de ce dossier décrit les possibles inflexions de la NGP sous l’effet des discours des syndicats d’enseignement québécois. Enfin la dernière contribution, située elle aussi au Québec, aborde la rationalisation des pratiques socio-médicales et leurs limites concernant la prise en charge des personnes âgées en situation de dépendance physique.

3L’enquête menée par Anne Barrère auprès de proviseurs de lycées et principaux de collèges du Nord de la France montre que, depuis les lois de décentralisation des années 1980 et 1990, la transformation de la fonction de chef d’établissement s’inscrit dans une adhésion croissante aux nouveaux modes de gestion des établissements publics, établis selon les principes de la NGP. Rejetant l’immobilisme bureaucratique, les proviseurs de lycées et principaux de collèges interrogés perçoivent la NGP comme le moyen de mettre, sous leur impulsion, l’école « en mouvement ». Séduits par les discours d’efficacité, de gestion managériale et de concurrence prônés par la NGP, ils déplorent cependant leur manque d’autonomie face aux collectivités territoriales d’une part, principales gestionnaires des moyens matériels alloués aux établissements d’enseignement secondaire, et face à l’administration centrale d’autre part, qui conserve la main sur la gestion du personnel enseignant. Bien que favorables aux principes de la NGP, les proviseurs de lycées et principaux de collèges n’en restent pas moins sceptiques quant à l’application qui en est faite par l’administration centrale.

4Portant sur l’évaluation externe des acquis des élèves en Belgique francophone, l’article de Branka Cattonar, Xavier Dumay et Christian Maroy met en exergue les contradictions et l’ambiguïté qui apparaissent dans la perception par les personnels éducatifs des « outils de régulation par les connaissances ». Si les équipes pédagogiques semblent a priori manifester une adhésion au principe de l’évaluation des acquis des élèves et aux principes de régulation issus de la NGP, la perception qu’elles en ont et la mise en pratique qu’elles en font sont quant à elles relativement différenciées. Perçu par les dirigeants d’établissement et les inspecteurs de circonscription comme une solution d’efficacité scolaire, le principe de l’évaluation externe des connaissances des élèves représente pour les enseignants un mode de contrôle a posteriori de leurs pratiques pédagogiques. Alors que ces derniers semblent en feindre l’acceptation, ils entretiennent en fait au quotidien un rapport très distancié aux résultats qui en découlent.

5Dans les écoles primaires de la ville de Chicago, les évaluations standardisées des connaissances des élèves en mathématiques et en anglais jouent un rôle essentiel dans ce que les auteurs, James P. Spillane et Lauren Anderson, appellent le « recouplage » de la politique scolaire gouvernementale aux pratiques pédagogiques locales. Ces mesures de performance scolaire des élèves ont des effets fortement structurants sur les établissements et les pratiques des équipes enseignantes. Les directeurs d’école, suivant les préconisations de l’administration centrale, incitent les enseignants à définir des contenus de cours ayant pour objectif la réussite des élèves aux tests gouvernementaux d’évaluation de leurs acquis. Mais ceci ne se fait pas sans résistance de la part des enseignants, ce qui contraint les directeurs d’école à mettre en œuvre, au moins discursivement, des stratégies visant à remporter leur adhésion.

6Après avoir rappelé les différences fondamentales entre les secteurs de l’éducation et de la santé en France, Lise Demailly montre que l’application de la NGP y est là aussi différenciée. Alors que la NGP appliquée à l’éducation repose sur une obligation de résultats observables par la mesure des acquis des élèves, la NGP appliquée au secteur de la santé repose quant à elle sur une obligation de moyens. En effet, les outils de régulation se focalisent sur la rationalisation économique et scientifique des processus de prise en charge des malades. Concernant le domaine de la santé mentale, l’auteure relève les effets de la NGP sur les pratiques des personnels hospitaliers à deux niveaux. Au niveau organisationnel d’une part : on assiste à une recomposition des pratiques psychiatriques qui reposent sur une nouvelle division du travail médical, ainsi qu’à une standardisation internationale des processus de prise en charge des malades conduisant à « l’hétéronomie » des pratiques. Au niveau relationnel, d’autre part : les anciennes générations de praticiens, socialisées à des modes plus traditionnels de prise en charge des patients, ont bien des difficultés à composer quotidiennement avec les nouvelles « logiques médico-économiques ».

7Dans le secteur éducatif québécois, la NGP prend forme sous les traits de « ce qu’il est convenu d’appeler la Gestion axée sur les résultats (GAR) ». Par l’analyse interne et externe – relationnelle – qu’ils font des discours des deux principaux syndicats d’enseignants québécois, Christian Maroy et Samuel Vaillancourt montrent que la GAR ne représente pas le type pur et parfait de la NGP néolibérale. Les prises de position des syndicats enseignants face aux discours institutionnels permettent de maintenir une présence forte de l’État dans la mise en œuvre des politiques scolaires dans la province du Québec.

8Le secteur médico-social est, selon les observations et analyses empiriques d’Yves Couturier, Dominique Gagnon et Louise Belzile, un secteur propice à la rationalisation des pratiques et des procédures telle qu’elle est prônée par la NGP. Le foisonnement des connaissances et des pratiques scientifiques a fait émerger, sous l’effet de la NGP, la nécessité de modèles d’action médicale standardisés et efficaces, c’est-à-dire producteurs de résultats positifs pour les patients et économiquement rentables. Ces modèles sont référencés dans des manuels de bonnes pratiques à destination des équipes médicales, en l’occurrence, pour le secteur médical, l’Evidence Based Practice (EBP). Facilitant le contrôle des bonnes pratiques par la communauté scientifique et médicale, l’EBP constitue dans le même temps pour l’État et les institutions médicales de régulation un outil de contrôle d’une utilisation rationalisée des moyens. L’exemple de la prise en charge des personnes âgées en situation de dépendance physique met au jour les limites de l’EBP et de l’approche de la NGP dans le domaine médico-social. La NGP et le EBP imposent aux différents intervenants médicaux des standards et des routines de prise en charge des patients alors même qu’est inscrit au cœur de la relation médicale le principe de la gestion individuelle des cas.

  • 1 Béatrice Hibou, « La bureaucratisation néolibérale, ou la domination et le redéploiement de l’État (...)

9Les apports de ce dossier sont doubles. Si la NGP est appliquée dans l’ensemble des pays occidentaux, elle n’y est cependant pas mise en œuvre de façon uniforme. Au-delà d’un mouvement international de transformation de « l’État en action », des particularités internes propres à chaque État et à chaque secteur appliquant la NGP demeurent. Ensuite, loin de considérer la NGP comme un principe d’action publique homogène et unifié, l’ensemble des contributions de ce dossier montre qu’elle s’incarne dans des pratiques professionnelles différenciées, faisant ainsi l’objet d’appropriations individuelles et collectives diverses. Les études de cas présentées ici permettent de révéler ce qui apparaît comme une contradiction de la NGP. Prônant d’un côté l’autonomie des unités auxquelles elle s’applique, elle impose de l’autre des routines d’action, des catalogues de bonnes pratiques, ainsi que des standards d’évaluation toujours plus contraignants pour les professionnels. Alors que les auteurs notent, pour la plupart, que la standardisation des pratiques imposée par la NGP fait l’objet de nombreuses adaptations et contournements locaux, on aurait apprécié que leurs contributions insistent davantage sur la ou les façons dont les résistances locales prennent forme et s’expriment. Reste une dernière note positive : ce dossier, qui reprend l’idée selon laquelle la NGP ne signe pas la mort de l’État mais son « redéploiement »1, est une véritable invitation à dépasser les analyses traditionnelles relatives à la NGP par l’attention qu’il porte à la diversité de ses mises en œuvre locales.

Haut de page

Notes

1 Béatrice Hibou, « La bureaucratisation néolibérale, ou la domination et le redéploiement de l’État dans le monde contemporain », in B. Hibou (dir.), La bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2013, p. 7-20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dalila Bahmed, « Claude Lessard, Didier Demazière, Joëlle Morrissette (dir.), « Métiers de relation et nouvelle gestion publique », Éducation et Sociétés, n° 32/2, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 avril 2014, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14328

Haut de page

Rédacteur

Dalila Bahmed

Doctorante en science politique, université Paris Ouest Nanterre-La Défense.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page