Navigation – Plan du site

Yves-Marie Davenel, Renouveau culturel et diversité nationale au Kazakhstan

Elmira Prmanova
Renouveau culturel et diversité nationale au Kazakhstan
Yves-Marie Davenel, Renouveau culturel et diversité nationale au Kazakhstan, Paris, Editions Pétra, coll. « Sociétés et cultures post-soviétiques en mouvement », 2013, 314 p., ISBN : 9782847430714.
Haut de page

Texte intégral

1Le présent ouvrage étudie la position de la minorité nationale tatare au sein du Kazakhstan. Comment cette minorité se situe-t-elle dans ce dialogue interethnique ? Quelles réponses apporte-t-elle à ce dialogue ? L’auteur analyse le renouveau culturel des Tatars pour montrer la façon dont ils mettent en scène leur culture et envisagent leur rôle dans ce dialogue.

2La république du Kazakhstan, située au cœur de l’Asie Centrale, est un État souverain et indépendant depuis la chute de l’Union soviétique en 1991. Le Kazakhstan, avec ses 16 millions d’habitants, présente un paysage multiculturel, comptant plus d’une centaine de nationalités reconnues. Le pouvoir officiel, via le président Nazarbayev, maintient un statu quo interethnique et développe une idéologie de l’unité : les différentes composantes de la population formeraient une nation unie dépassant les appartenances ethniques particulières. Aujourd’hui, environ 6,6 millions de personnes dans le monde se reconnaissent en tant que Tatar. Au Kazakhstan, 204 229 d’entre elles se déclaraient de nationalité tatare en 2009 (soit 1,3 % de la population totale).

  • 1 Kazan est la capitale du Tatarstan, république de la Fédération de la Russie.

3La problématique du livre est la suivante : sous quelles formes et dans quels contextes la minorité nationale tatare est-elle admise ? Comment se perçoit-elle et définit-elle sa place dans la société kazakhstanaise et dans l’espace public ? Pour répondre à ces questions, l’auteur recourt à une enquête ethnographique menée entre 2004 et 2007 auprès des associations culturelles tatares d’Almaty, d’Astana, de Petropavlovsk, de Semipalatinsk et d’Ust’-Kamenogorsk au Kazakhstan, mais aussi auprès des institutions chargées des relations avec la diaspora tatare à Kazan1. L’auteur a mené des entretiens approfondis avec 74 personnes. La traduction des entretiens a posé certaines difficultés linguistiques, par exemple la traduction et l’emploi de termes venant de la langue russe, dont un certain nombre n’ont pas de réels équivalents en français.

4L’ouvrage est composé de trois parties et de neuf chapitres. La première partie s’intitule « La politique des nationalités au Kazakhstan post-soviétique » et présente une analyse du pluriculturalisme kazakhstanais en interrogeant le discours de l’État kazakhstanais sur la nation et celui sur la gestion de la diversité culturelle. L’auteur souligne les ambiguïtés du discours officiel sur la nation kazakhstanaise, qui utilise des notions telles que nation, peuple, minorités ethniques sans en donner de définitions exactes. L’objectif est d’homogénéiser et de lisser les différences internes à chaque groupe. Le danger est que la polysémie de chacun de ces termes rend leur usage particulièrement propice à introduire plusieurs niveaux de discours.

5En effet, il y a trois grandes catégories de discours relatifs aux minorités ethniques qui circulent dans la société kazakhstanaise : un discours dénonçant la discrimination à l’égard des minorités nationales (tenu par des responsables de centres culturels des minorités nationales) ; un discours déclarant que les minorités ne font pas l’objet de discrimination à cause de leur appartenance nationale (émanant à la fois de scientifiques et du président Nazarbayev lui-même), et un discours faisant la promotion d’une re-ethnification multiple (tenu par de nombreux membres de l’élite kazakhstanaise).

6Selon l’auteur, la politique étatique envers le dialogue interethnique, basée sur la primauté de la nation kazakhe, est héritée de la période soviétique, notamment de la conception d’une « culture première parmi les égaux » pour légitimer le rôle et la place de la culture russe. L’auteur parle de l’impact de ce processus sur des problèmes existant dans la société kazakhstanais moderne, notamment le déséquilibre entre représentants de nationalité kazakhe et des autres nationalités dans certaines activités (l’administration, l’éducation, la politique).

  • 2 La ville de Semipalatinsk est devenue Semej en 1994.

7Yves-Marie Davenel évoque le processus de « kazakhisation » après l’indépendance du pays. Ce processus se traduisait par une prégnance de l’histoire des Kazakhs dans les manuels scolaires et les ouvrages historiques, mais aussi dans les noms de rues, de places, et même de villes qui se sont vues « kazakhisés »2. Selon l’auteur, le pouvoir politique a cherché à remplacer une mythologie soviétique par une autre, kazakhe.

8Toutes les ethnies, y compris l’ethnie kazakhe, sont représentées par l’Assemblée du peuple du Kazakhstan. Créée le 1er mars 1995, cette association reflète et prolonge la politique présidentielle de gestion de la question nationale, et a pour mission de préserver la concorde interethnique et la stabilité au sein de l’État, de développer des propositions permettant de mener une politique favorisant des relations amicales entre les nationalités résidant sur le territoire du Kazakhstan, et de les aider dans leur renaissance spirituelle et culturelle. Les représentants des minorités nationales sont favorables à cette association, car elle leur offre la possibilité de se rencontrer et d’échanger entre eux et avec le pouvoir officiel.

9La deuxième partie s’intitule « Les Tatars du Kazakhstan aujourd’hui ». Dans une perspective ethnohistorique, elle présente la façon dont s’est construite la catégorie tatare au Kazakhstan et comment elle est aujourd’hui décrite, revendiquée et investie respectivement par l’État kazakhstanais, par les militants associatifs et par les non-militants.

10Les ouvrages écrits par des Tatars et/ou sur les Tatars du Kazakhstan présentent deux particularités. Premièrement, elles témoignent d’une lecture nationaliste assumée de l’histoire des Tatars vis-à-vis de la Russie, caractérisée par une sélection et une présentation subjective de certains faits et par la dénonciation sans concession de la politique tsariste. Deuxièmement, ces ouvrages mettent en avant le rôle des Tatars comme partie intégrante de la société kazakhstanaise. Les auteurs placent constamment au premier plan l’amitié ancienne et profonde entre Tatars et Kazakhs, présentée comme celle de deux peuples parents par la langue, par la croyance religieuse, par la perception du monde et par leur destin historique. Mais en même temps, ils insistent sur le fait que les Tatars ont su préserver leurs spécificités tout en contribuant à enrichir une culture kazakhstanaise commune.

  • 3 Sabantuj était à l’origine une fête agricole organisée avant les premières moissines de printemps. (...)

11La troisième partie a pour titre « Le renouveau culturel tatar : affirmation de soi et inscription dans l’espace public » et explore les enjeux identitaires, culturels et politiques à l’œuvre dans le mouvement de « renaissance » culturelle engagé depuis la fin des années 1980. Le renouveau culturel passe par le réseau des centres socioculturels tatars, qui couvre l’ensemble du territoire du Kazakhstan. Leur mission est la renaissance et le développement de la culture nationale tatare, la préservation de l’originalité des Tatars, ainsi que l’enseignement des langues. L’enseignement de la langue tatare est dispensé dans trois types de structures. La première, la plus répandue, est l’école privée du dimanche. La seconde est l’école publique primaire où des cours sont aménagés dans le cursus scolaire des enfants. La troisième est une école de la « renaissance nationale », qui offre la possibilité aux enfants d’étudier leur langue « d’origine ». En outre, le renouveau culturel s’exprime par la construction de l’image de soi des Tatars à travers des pratiques culturelles folklorisées (danse, chansons), ainsi que l’organisation de fêtes entre soi (la fête nationale Sabantuj3) et de fêtes ouvertes aux autres (les commémorations de héros nationaux illustres). L’auteur a assisté lui-même aux fêtes de Sabantuj et nous livre ses observations et ses commentaires.

12En conclusion, Yves-Marie Davenel remarque qu’au sein de la population tatare kazakhstanaise, c’est parmi les militants que l’on trouve les personnes les plus attachées à la conception d’une citoyenneté kazakhstanaise. Ce qui ressemble à première vue à un paradoxe s’explique en réalité par la conception duelle de leur appartenance que partagent la plupart des Kazakhstanais. Sur le plan culturel, et dans une moindre mesure linguistique, les militants tatars se définissent avant tout par rapport à une identification ethnique : l’ethnos tatar. Sur le plan juridique, par contre, ils se considèrent comme citoyens à part entière. Ces deux identifications ne sont pas perçues comme antithétiques, mais au contraire comme complémentaires et nécessaires.

13Après la chute de l’Union Soviétique l’État kazakh a rencontré plusieurs problèmes, notamment concernant la gestion des minorités ethniques. La politique officielle présente des ambivalences : d’un côté, elle valorise une identité nationale kazakhe mais en même temps elle favorise le renouveau culturel et le développement national des minorités ethniques.

14Pourtant, nous sommes réservée concernant l’emploi négatif du terme « kazakhisation », car nous ne trouvons rien d’anormal au fait que la langue kazakhe et l’histoire de son peuple aient un rôle particulier, en tant que base de construction de la nouvelle identité du peuple kazakhstanais, et en tant que vecteur principal de coordination de dialogue interethnique.

15Les autres nationalités ethniques ont la possibilité d’apprendre et de parler leurs langues au même titre que les deux langues principales du Kazakhstan, le kazakhe et le russe. Elles ont la possibilité de créer des centres culturels et des écoles privées. Les minorités disposent de chaînes de télévision et de radio, ainsi que d’une presse dans leurs langues. De plus, en comparaison avec les processus similaires dans d’autres pays de l’Asie Centrale, le processus de « kazakhisation » n’apparaît pas comme brutal, et n’a pas imposé d’interdiction totale d’utiliser le russe ou les autres langues.

Haut de page

Notes

1 Kazan est la capitale du Tatarstan, république de la Fédération de la Russie.

2 La ville de Semipalatinsk est devenue Semej en 1994.

3 Sabantuj était à l’origine une fête agricole organisée avant les premières moissines de printemps. Elle est devenue une fête nationale célébrée non plus à l’arrivée du printemps mais au mois de juin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elmira Prmanova, « Yves-Marie Davenel, Renouveau culturel et diversité nationale au Kazakhstan », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 avril 2014, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14331

Haut de page

Rédacteur

Elmira Prmanova

Doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’Université Lumière Lyon 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page