Navigation – Plan du site

Charles Seignobos, La méthode historique appliquée aux sciences sociales

Audrey Levray
La méthode historique appliquée aux sciences sociales
Charles Seignobos, La méthode historique appliquée aux sciences sociales, Lyon, ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 2014, préf. Antoine Prost, EAN : 9782847885750, URL : http://books.openedition.org/enseditions/487.
Haut de page

Texte intégral

1La réflexion épistémologique et méthodologique de Charles Seignobos sur l’histoire et le métier d’historien s’inscrit dans un contexte de professionnalisation de l’histoire comme discipline scientifique, mais aussi d’émergence des sciences sociales. Expliquant en quoi il est nécessaire d’appliquer la méthode historique aux sciences sociales, et quels liens fondamentaux existent entre ces deux disciplines, Seignobos donne une leçon de méthode aux jeunes historiens, en leur détaillant les étapes de la démarche historique, qui repose toute entière sur une bonne lecture du document.

  • 1 Celle-ci est également rééditée, en même temps que cet ouvrage-ci, dans la toute nouvelle « Bibliot (...)

2Cet ouvrage tiré d’un cours professé à la Sorbonne dans les années 1890, est découpé en deux parties, qui répondent chacune à un but précis : la première fait référence à l’Introduction aux études historiques publiée quelques années plus tôt avec Charles-Victor Langlois1, et est un discours de la méthode destiné aux étudiants-chercheurs en histoire ; la seconde vise à établir les liens entre la méthode historique et l’histoire sociale, branche encore peu étudiée alors. L’auteur retient notre attention par la décomposition en parties et sous-parties, la classification et la partition poussées à l’extrême. Cette démarche, à la fois méthodique et progressive illustre le premier des enseignements que livre Seignobos : l’historien doit décomposer, grouper, trier, classer et hiérarchiser les faits pour construire son raisonnement.

3Dans son introduction, Seignobos définit la méthode historique comme « ce qui sert à déterminer scientifiquement les faits historiques, puis à les grouper en un système ». A la source de ce système : le document, qui doit être examiné au moyen de la méthode. L’histoire opère par raisonnement : elle n’est donc « pas une science, mais un procédé de connaissance » indirect. La méthode historique est à appliquer dès que l’étude d’un document entre en jeu, et dans deux buts : atteindre des ensembles concrets, ou connaître une évolution. Rappelant qu’il n’y a pas de faits historiques par essence, Seignobos insiste sur la différence entre les sciences « exactes » et les sciences sociales, qui ne peuvent se construire qu’au moyen d’observations indirectes de faits passés, ce qui induit nécessairement une part de subjectivité. C’est la raison pour laquelle les historiens doivent sans cesse analyser et critiquer les documents, comme autant de traces des faits qui se produisent en société : c’est l’étude de ces faits qui doit définir ce que sont les sciences sociales, et c’est cette définition qu’employait A. Comte. Seignobos produit, lui, une autre définition du mot « sociologie » : la sociologie est constituée de la convergence entre trois groupes d’études, à savoir les sciences statistiques (la démographie), les sciences de la vie économique et l’histoire des doctrines et des tentatives économiques, dont le caractère commun est d’étudier les phénomènes en lien avec les intérêts matériels des hommes.

4La première partie (la plus méthodique, reprise en partie de l’Introduction) débute par une théorie du document et l’énumération des précautions critiques. La critique est définie comme « le jugement porté sur la valeur du document ». Appliquer la critique, c’est adopter un mode de pensée contraire à la pensée spontanée ; or, il s’agit d’un moment important de l’analyse du document, qui doit examiner la provenance, l’interprétation, la sincérité et l’exactitude de celui-ci ; après ce premier temps du travail historique, le deuxième temps est celui du groupement des faits, autrement dit de la construction qui conduit à l’élaboration de répertoires et de monographies. Le classement des faits peut être effectué en fonction de leur nature (leur degré de généralité ou d’affirmation, qui est la différence la plus importante) ou bien en catégories d’observations (êtres matériels observables directement ou actions humaines passées non observables). Seignobos insiste sur l’importance du caractère construit des faits en sciences sociales. L’historien doit trouver les rapports qui unissent entre eux les faits sociaux. L’analyse historique ou sociale se fait, à ce titre, par métaphore ou abstraction : « en histoire, on ne travaille jamais que sur des images ». Il s’agit d’un procédé intellectuel de construction qui organise mais ne donne pas de nouvelles connaissances. Cette opération subjective est nécessaire, car l’historien ne peut comprendre ce qu’il étudie sans se le représenter. Imaginer les rapports entre les choses fait rentrer une part d’imaginaire et d’a priori que l’on retrouve dans la démarche – indispensable – du questionnaire. Enfin, le groupement des faits en vue de la construction peut se faire selon plusieurs méthodes conduisant à deux opérations nécessaires : une étude des faits simultanés, qui donne un tableau d’ensemble (on parle d’étude statique), et une étude des faits successifs pour connaître les évolutions (étude dynamique). La comparaison est enfin le terme de ces études. Puisque les actes des hommes sont complexes, l’histoire donne à voir par sa démarche que des usages sociaux différents peuvent coexister dans un même temps. Seignobos introduit alors la notion de Zusammenhang, qui traduit les liens intrinsèques qui existent entre les faits : il n’y a en effet que des hommes et des habitudes liés entre eux, et qui se modifient constamment.

5La seconde partie, consacrée au lien entre méthode historique et sciences sociales, est la plus innovante : Seignobos y élabore une véritable théorie de la recherche en sciences sociales, basée sur la méthode historique. Après un bref rappel sur la formation de l’histoire (occasion pour l’auteur d’affirmer que l’historien doit s’éloigner des préoccupations littéraires), Seignobos évoque la constitution de cette discipline en branches spécialisées. Cette séparation a laissé peu de place aux historiens non spécialistes. Or, l’histoire générale est nécessaire à la compréhension des histoires spécialisées : on voit apparaître, une fois de plus, le principe indispensable de division du travail et de coopération entre les diverses branches, les diverses sciences. Le point commun le plus évident entre l’histoire et les sciences sociales est la connaissance au moyen du document : or, dès qu’il y a document à étudier, la méthode historique doit être appliquée.

6L’état moins avancé de l’histoire sociale (chapitre XII) et son « infériorité » tiennent en premier lieu à sa formation plus tardive que les autres branches de l’histoire, mais aussi à des difficultés qui lui sont propres : la nature des faits qu’elle étudie, observables mais subjectifs, et l’espèce des documents sur lesquels elle peut se baser. De plus, la construction des faits sociaux est particulière : pour les questions actuelles, le questionnaire ne peut être qu’un « guide provisoire », car l’enquête de terrain (propre à la sociologie) amène à s’apercevoir de ses lacunes ; de plus, l’enquête sociale peut amener à la collecte totale de tous les faits, ce qui n’est pas possible en histoire au moyen des documents. Si la méthode historique est nécessaire à l’histoire sociale (qui doit être qualitative et quantitative), l’historien des faits sociaux doit donc malgré tout prendre des précautions plus sévères que dans les autres disciplines.

7En histoire sociale aussi la deuxième série d’opérations est consacrée au groupement des faits selon un mode successif, dans une étude dynamique, pour en tracer l’évolution (chapitre XV). Seignobos rappelle sans cesse que les faits sociaux restent des abstractions, et que leur connaissance dépend toujours de la connaissance du contexte, et du groupe d’hommes qui est à l’origine du fait (acte individuel ou collectif, singulier ou représentatif d’un groupe ou d’une société). La pluralité des groupes, qui se chevauchent entre eux, est une difficulté supplémentaire et constitue un danger pour les études. Il faut éviter deux écueils : personnifier un fait social, ou mal définir le ou les groupes d’hommes qui l’ont produit. La principale difficulté de l’étude de l’évolution est la comparaison. Seignobos met ses lecteurs en garde quant à la portée réelle de la notion d’évolution : elle ne désigne pas qu’une ressemblance qui peut parfois avoir son origine dans des transmissions héréditaires, mais qui a presque toujours des causes subjectives : il s’agit d’une continuité abstraite.

8Après avoir réduit sa méthode à l’histoire sociale, Seignobos élargit le champ de ses réflexions au besoin de combiner les différentes sortes d’histoires : pour une étude statique et dynamique des phénomènes humains, « il faut d’abord analyser les phénomènes pour les constater, mais il faut embrasser l’ensemble pour les comprendre ». L’histoire générale des sociétés est essentielle à la compréhension de chaque branche spécialisée de l’histoire (y compris les faits sociaux), et c’est pourquoi Seignobos met en garde contre la tendance naturelle à tout ramener à l’unité (chapitre XVIII), en recherchant une branche spéciale qui serait fondamentale. Les études sont à l’image des faits : imbriquées, liées entre elles, et aucune branche n’est explicative des autres en premier lieu (d’où sa critique du matérialisme économique). Il faut distinguer entre les causes et les conditions ; les faits sociaux n’étant que les conditions de la vie générale en société, leur étude est un « auxiliaire nécessaire » aux autres études sociales ou historiques.

9Vivement critiquée par l’école des Annales, puis réhabilitée par A. Prost2 qui a rédigé la préface de cette réédition électronique de l’ouvrage3, la méthode de Seignobos garde son intérêt en dépit de certains aspects problématiques, comme la séparation mécanique du temps de la critique et de celui de la composition. Malgré tout, la place d’honneur réservée au document, ainsi que l’incitation à la rigueur restent aujourd’hui, pour tous les étudiants en histoire, des conseils méthodologiques plus que valables.

Haut de page

Notes

1 Celle-ci est également rééditée, en même temps que cet ouvrage-ci, dans la toute nouvelle « Bibliothèque idéale des sciences sociales » : Charles Seignobos et Charles-Victor Langlois, 2014 [1897], Introduction aux études historiques, Lyon, ENS Editions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », http://books.openedition.org/enseditions/273.

2 Antoine Prost, 1994, « Charles Seignobos revisité », Vingtième Siècle, n° 43, juillet-septembre, pp.100-118, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1994_num_43_1_3072. Lire le compte rendu de Romain Castellesi : http://lectures.revues.org/13795.

3 http://books.openedition.org/enseditions/487.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Levray, « Charles Seignobos, La méthode historique appliquée aux sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 12 avril 2014, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14347

Haut de page

Rédacteur

Audrey Levray

Etudiante en M2 d’histoire médiévale, ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page