Navigation – Plan du site

Guy Tapie, Sociologie de l’habitat contemporain. Vivre l’architecture

Romain Maurice
Sociologie de l'habitat contemporain
Guy Tapie, Sociologie de l'habitat contemporain. Vivre l'architecture, Marseille, Parenthèses Editions, coll. « Eupalinos », 2014, 240 p., ISBN : 978-2-86364-666-3.
Haut de page

Texte intégral

1L’habitat, en étant situé à l’interface entre sphère publique et sphère privée, constitue un espace support essentiel à la construction de l’identité individuelle et à celle d’une vie en société. Guy Tapie présente dans cet ouvrage en quoi certains projets architecturaux et urbanistiques contemporains, et surtout les pratiques des habitants, sont le reflet d’évolutions importantes de nos modes de vie. Il y dessine également les contours d’une approche méthodologique particulière sur ces questions, ce qu’il nomme une « socio-architecture de l’habitat », au « croisement de l’anthropologie, de la sociologie, de l’architecture et de l’urbanisme » (p. 7).

2Dans la première partie de l’ouvrage, l’auteur évoque des formes d’habitat particulières (les grands ensembles, les bidonvilles et les banlieues pavillonnaires), puis expose les mutations sociétales contemporaines, qui font évoluer les modes de conception et d’usage des logements et des espaces bâtis. Il identifie l’individualisation des pratiques habitantes, la « reconfiguration des lieux d’appartenance », liée à l’accroissement des mobilités et aux aspirations individuelles et collectives qui les génèrent, le sentiment d’insécurité qui s’étend, et enfin l’évolution des modes de vie, avec notamment la redéfinition de la place de la femme dans le foyer (p. 64). Ces facteurs concourent à faire évoluer les demandes des habitants en matière d’habitat vers une figure principale : le logement pavillonnaire.

3Que les habitants vivent dans une résidence fermée, dans un lotissement pavillonnaire ou dans ce que l’auteur nomme une « forme hybride » d’habitat individuel dense (forme aujourd’hui prônée par les urbanistes), Guy Tapie montre que les résidents adoptent des comportements et des discours qui traduisent des aspirations similaires, caractéristiques de nos sociétés contemporaines. Premièrement, la demande de plus en plus forte de dispositifs de sécurité manifeste une peur liée à l’introduction de personnes étrangères au quartier ou au logement. Deuxièmement, les habitants limitent fortement toute intrusion visuelle, sonore et olfactive du voisinage immédiat et des passants, signe d’une volonté de protection de leur intimité. Troisièmement, la volonté de resserrer les liens entre habitants d’un même quartier, qui est censée favoriser ce que l’auteur nomme une « idéologie villageoise », c'est-à-dire le sentiment d’appartenance à un groupe familier (p. 166), qui facilite une « co-veillance attentionnée » et l’émergence d’une dynamique collective d’activités partagées. Guy Tapie en arrive à la conclusion qu’aujourd’hui, « une culture urbaine se diffuse, qui reconnait la ségrégation comme naturelle au nom d’une valeur partagée : le bonheur pour soi dans un cadre qui le permet » (p. 144). Cette phrase résume l’idée principale qui ressort de la lecture du livre, à savoir que pour jouir d’un sentiment de sécurité et de partage de valeurs communes, les populations sont aujourd’hui prêtes à restreindre leur propre liberté (ce qui peut aller jusqu’à l’enfermement par des murs), que ce soit à l’échelle de leur quartier ou à celle de leur logement.

4Guy Tapie insiste sur le fait que la préoccupation sécuritaire (qui n’est pas uniquement physique, mais nait également d’une peur « du chômage, de la précarité, du recul de l’État providence, de la crise des identités sociales ou de la critique de la science », p. 61) n’est pas seulement l’apanage des classes aisées et ne se traduit pas uniquement par la création de quartiers physiquement fermés (les gated communities). En France, cette préoccupation porte également l’aspiration à vivre en lotissements pavillonnaires. Ces derniers, s’ils sont rarement fermés, présentent une structuration du quartier, des parcelles et de leurs franges qui engendre une « multiplication des seuils entre l’espace privé et l’espace public » (p. 123). Cette organisation spatiale rend difficile leur traversée par des non-résidents. L’auteur évoque également la résidentialisation, qu’il définit comme une volonté de « transmuer une cité [de grands ensembles] en une résidence » (p. 167), afin de marquer clairement les limites entre espaces publics et privés. L’objectif est de créer ou recréer un sentiment d’appartenance à la résidence et de limiter l’intrusion de non-résidents, éléments supposés être le gage d’une tranquillité retrouvée. Il en ressort une contradiction peu évidente à gérer pour les pouvoirs publics, entre la volonté d’ouvrir les immeubles et les quartiers concernés vers l’extérieur (dans le cadre du désenclavement des quartiers de grands ensembles) et le désir de protection des résidents.

5La propriété immobilière apparait également pour les ménages comme un gage de sécurité physique et financière supplémentaire. Guy Tapie synthétise cette idée dans la formule « d’accédants à la sécurité » (p. 93). Être propriétaire induit ensuite d’importantes différences de perception et d’usage « sur la valeur attribuée au bien immobilier, sur l’ajustement des pratiques, sur les attentes en matière de vie collective » (p. 66). Dans un même quartier, ces différences se traduisent parfois par une crainte des propriétaires immobiliers envers leurs voisins locataires, qu’ils supposent être des usagers moins respectueux de leurs logements et de leur cadre de vie.

6Guy Tapie traite principalement des quartiers d’habitat contemporain, comme l’indique le titre de l’ouvrage. Il évoque également les grands ensembles et les bidonvilles, mais la focalisation globale sur des cas d’étude constitués de projets urbains et architecturaux aux concepts relativement nouveaux (quartiers d’habitat intermédiaire et d’habitat individuel denses, résidences fermées, projets de résidentialisation) a pour conséquence de laisser penser qu’il n’existe qu’un seul imaginaire consensuel lié à l’habitat collectif, qui serait quasi exclusivement assimilé aux grands ensembles, donc à une forme urbaine et une densité globalement rejetées par la population. Le dynamisme des marchés immobiliers dans les quartiers « historiques » des grandes agglomérations laisse pourtant à penser que l’habitat collectif très dense constitue un mode d’habitat également plébiscité par les habitants. Cette aspiration à vivre dans les centres urbains, où l’on trouve bien souvent une certaine mixité sociale et une diversité d’usages de l’espace, ne vient-elle pas limiter la conclusion de l’auteur quant à la généralisation des phénomènes de repli volontaire dans la société française actuelle ? Certes, Guy Tapie précise en conclusion qu’il faut prendre garde à ne pas minorer ou majorer ces mouvements de repli, mais seulement pour mentionner le fait que le repli physique s’accompagne dans le même temps d’une croissance des mobilités et des liens sociaux dématérialisés (internet, téléphone), qui ne nécessitent pas de fréquenter l’espace public pour être en contact avec d’autres individus (p. 225).

7Si l’ouvrage traite bien, dans sa troisième partie, de l’influence des choix architecturaux sur les modes d’appropriation et d’usage du logement et du bâtiment, il couvre un champ plus large que ne le laisse supposer le sous-titre « vivre l’architecture ». Il traite de l’habitat et des modes d’habiter contemporains en France, définis comme les modes d’usage et de représentation du logement et de son environnement bâti immédiat (nous pouvons d’ailleurs regretter que, si l’auteur définit les termes de « ville » (p. 13) et de « quartier » (p. 19), ce n’est pas le cas du terme « habitat », pourtant central dans l’ouvrage). De plus, contrairement à ce que peut laisser penser le titre et ce qui annoncé en quatrième de couverture, ce livre ne constitue pas à nos yeux un manuel de sociologie de l’habitat. L’auteur le reconnaît d’ailleurs en introduction, précisant que d’autres grands thèmes de la sociologie de l’habitat (politiques publiques, dynamiques de marchés, systèmes d’acteurs) ne sont pas abordés dans ce livre et que les choix des ouvrages et recherches cités sont « partiaux et partiels » (p. 9). L’auteur n’a pas pour objectif de tendre vers une présentation exhaustive des travaux sur chacun des sujets abordés. Ce constat est renforcé par l’absence d’une table des matières détaillée, ce qui limite la capacité du lecteur à utiliser l’ouvrage de manière ponctuelle, suivant les volontés d’éclaircissement sur telle thématique, tel courant de pensée ou tel auteur.

8Finalement, le livre de Guy Tapie est de qualité, écrit de façon très claire et agréable. De par ses conclusions et ses prises de position, c’est également un ouvrage qui interpelle, fait réagir le lecteur, aussi bien dans sa pratique personnelle de l’espace que dans sa pratique scientifique. Sur ce dernier point, Guy Tapie propose en conclusion de réinterroger l’approche des chercheurs lorsqu’ils traitent des questions d’habitat. Il soumet un modèle d’analyse qui place au centre des recherches le concept d’appropriation. Ce dernier permet de mesurer l’adéquation entre le lieu de vie (son « architecture ») et le style de vie des habitants sur la base de trois éléments : l’identification des représentations liées à l’imaginaire résidentiel, l’analyse des liens de sociabilité, en particulier entre voisins, enfin, le décryptage des pratiques et comportements individuels dans leur sphère privative, « qui ne se réduit pas au logement mais intègre tous les lieux de vie », (p. 226). Ainsi, la construction d’un espace doit s’analyser dans une « relation dynamique entre les caractéristiques spatiales du cadre de vie, les attentes et les pratiques des habitants » (p. 226), ce qu’il nomme une « socio-architecture de l’habitat ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Maurice, « Guy Tapie, Sociologie de l’habitat contemporain. Vivre l’architecture », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14355

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page