Navigation – Plan du site

Pratik Chakrabarti, Medicine and Empire. 1600-1960

Thibault De Meyer
Medicine and Empire
Pratik Chakrabarti, Medicine and Empire. 1600-1960, Palgrave Macmillan, 2013, 280 p., EAN : 9780230276352.
Haut de page

Texte intégral

1La coïncidence entre certains événements coloniaux et les progrès de la médecine moderne est frappante. Dans Medicine and Empire, Pratik Chakrabarti montre que cette coïncidence n’est pas due au hasard ; au contraire, la médecine moderne et l’impérialisme se sont en fait entremêlés et « co-constitués ».

2Au XVIe siècle, Christophe Colomb et Vasco de Gamma ouvrirent deux nouvelles routes maritimes qui permirent à l’Europe de l’Ouest d’étendre ses marchés vers les Amériques et les Indes. C’étaient alors pour les Portugais, les Espagnols, les Français, les Anglais et les Hollandais les premiers contacts avec des contrées lointaines. Ces voyages très dispendieux étaient en fait fortement liés à des intérêts économiques. Ainsi, Colomb écrit dans ses carnets : « J’imagine qu’il y a ici [aux Caraïbes] beaucoup de plantes et d’arbres qui pourraient être de grande valeur en Espagne comme teinture et comme médicaments » (cité p. 6). La bioprospection – l’intérêt pour la nature en tant qu’elle renferme une valeur scientifique et commerciale – se développa : les explorateurs envoyaient de façon systématique des échantillons de plantes locales – en particulier celles à usage thérapeutique – aux botanistes restés en métropole. Les médicaments venant des colonies connurent rapidement un vif succès (au XVIIe siècle, 25 % des médicaments vendus en Angleterre en provenaient). Les apothicaires, cherchant à mettre en exergue les nouveaux produits, créèrent de nouvelles classifications des plantes médicinales. Cependant, il n’était pas simple de distinguer à l’œil nu entre les différentes espèces de plantes ; les vendeurs frauduleux en profitèrent. La révolution chimique, amenée par Lavoisier, prit toute son importance dans la lutte contre ces fraudeurs. Ainsi, depuis le début du XIXe siècle, les pharmaciens sont capables d’extraire le « principe actif » de plusieurs plantes (la morphine de l’opium, l’émétine de l’ipéca, la quinine du cinchona...) et de vérifier de la sorte l’authenticité des médicaments.

3Si elles ont permis de connaître de nouvelles substances médicinales, les nouvelles routes commerciales sont surtout à l’origine des grands empires maritimes. Mais en retour, la pérennisation de ceux-ci a requis de nouveaux savoirs. En effet, au cours du XVIIIe siècle, d’importants contingents de soldats étaient envoyés en Asie, en Afrique et en Amérique pour y mener des guerres à distance (la guerre anglo-espagnole en 1739, la guerre d’indépendance de 1776 à 1782, les guerres napoléoniennes de 1799 à 1814,…). Les chirurgiens, qui étaient alors les seuls médecins à bord des navires, se rendirent vite compte que ces soldats mouraient plus souvent de maladies qu’au combat. La principale théorie épidémiologique était à l’époque celle des miasmes, théorie selon laquelle les putréfactions, les maladies, apparaissent en raison de déséquilibres supposés entre le corps et son environnement. Les chirurgiens, qui jusque-là n’avaient eu qu’un rôle curatif, commencèrent à mettre en place des mesures préventives (ils prônèrent notamment l’ordre et l’aération des navires pour soigner l’environnement, mais aussi la discipline des marins pour soigner les corps). Les antiseptiques – terme qui signifie étymologiquement « contre la putréfaction » – étaient vus comme des agents régénérateurs qui permettaient aux malades de suivre à nouveau les mesures disciplinaires et ainsi éventuellement guérir. James Lind appliqua par hasard du jus de citron sur les plaies de malades souffrant de scorbut dans le navire Salisbury. Il remarqua ainsi empiriquement, par comparaison statistique, et ce, sans connaître l’existence de la vitamine C, qu’il s’agissait d’un excellent traitement. C’est ainsi que l’utilisation du citron pour soigner le scorbut se popularisa. Henry Marshall, au début du XIXe siècle, critiqua la consommation d’alcool et encouragea la mise en place de disciplines plus strictes à bord des bâtiments. McGregor prônait, en parallèle, un meilleur régime alimentaire et demandait qu’on augmente le nombre d’hôpitaux sur les côtes des colonies. La découverte empirique de nouveaux traitements, la mise en place de mesures disciplinaires et la construction d’hôpitaux se traduisirent dès le XIXe siècle par une baisse drastique de la mortalité à bord des navires. Sans ce contrôle de la mortalité, il est peu probable que les colonies eussent pu s’étendre et se maintenir si facilement.

4Les Européens qui, à la fin du XVIIIe siècle, étaient présents dans le monde entier (à l’exception de l’intérieur de l’Afrique) se demandaient s’ils pouvaient survivre dans les climats chauds. Avant le XIXe siècle, la médecine ne liait pas les maladies à la race ou au climat. Les maladies qui touchaient alors les populations dans les colonies semblaient similaires à celles que l’on rencontrait en Europe. Par ailleurs, conformément à la théorie des miasmes qui était alors en vigueur, les voyageurs pouvaient s’adapter à différents environnements, en adoptant les régimes alimentaires et les traitements médicaux locaux. Cependant, avec l’étude plus fine des maladies et l’expansion des colonies, apparut l’idée que la santé pouvait avoir un lien avec le climat. Par ailleurs, le contraste entre la métropole et les colonies se marqua davantage encore avec l’amélioration des conditions sanitaires en Europe au XIXe siècle et la réduction concomitante des épidémies. Si le monogénisme – théorie selon laquelle tous les humains descendent d’une même lignée – était alors largement accepté, la notion de race joua néanmoins un rôle important dans l’instauration de la médecine des climats chauds. En effet, cette médecine se constitua sur l’idée qu’il y a un environnement naturel pour l’humanité (un environnement tempéré comme en Europe) et que tout autre climat est une déviation qui putréfie le corps et l’esprit humain. Ainsi, la chaleur des tropiques était vue comme la cause des épidémies qui y sévissaient. Alors même que les explications climatiques et raciales des maladies étaient le fruit de l’avancée coloniale, elles participaient à un pessimisme général au XIXe siècle. En effet, bien que l’expansion coloniale fût à son apogée, les Européens se demandaient comment ils pourraient survivre dans les contrées chaudes afin de les dominer.

5Ce pessimisme général concordait en fait avec l’exploration de l’Afrique. Cette exploration, qui débuta au XIXe siècle, fit suite à la fin du commerce esclavagiste. Tandis que les marchands cherchaient d’autres richesses en Afrique, les missionnaires cherchaient à tarir, grâce à l’évangélisation, la source de l’esclavagisme. Lors de ces premières pénétrations, le taux de mortalité des Européens était très élevé, dépassant de loin celui des Africains qui les accompagnaient. Ce contraste renforça la théorie des races, mais aussi l’idée que l’Afrique et les pays chauds en général n’étaient que des « tombes pour les blancs ». Lors d’une expédition au Niger en 1841, les docteurs Thomson et McWilliam organisèrent les premières expériences systématiques pour tester l’efficacité des prophylactiques. Ils se rendirent compte que la quinine, administrée correctement, permettait de faire baisser significativement la mortalité (notons qu’on ne connaissait pas à l’époque l’étiologie des « fièvres », ce n’est donc que de façon empirique que furent obtenus les premiers prophylactiques). La quinine, dont l’utilisation se généralisera parmi les explorateurs est décrite par certains historiens comme l’arme principale de la colonisation en Afrique. La découverte des prophylactiques, mais aussi l’émergence de la théorie des germes et les premiers vaccins, que Pratik Chakrabarti étudie également dans son ouvrage, redonnent de l’optimisme aux Européens.

6De même, l’auteur examine la façon dont le colonialisme a propagé certaines maladies dans le monde. Il en est ainsi de la variole qui a été apportée au Nouveau Monde au XVIe siècle. L’augmentation des voyages et les mauvaises conditions de ceux-ci étaient également propices à l’extension des épidémies. Ce sont ces épidémies qui poussèrent les Européens à mettre en place notamment des systèmes de quarantaines, systèmes qui ne se standardisèrent qu’au début du XXe siècle. Le livre présente aussi une vue d’ensemble du développement de la médecine coloniale en Inde, où l’on apprend entre autres comment cette médecine a encouragé la partition des villes en quartiers blancs et noirs. Enfin, le dernier chapitre montre combien les médecines traditionnelles sont en fait des inventions modernes qui ont joué un rôle important dans les mouvements anticoloniaux. Il en est ainsi de la médecine ayurvédique en Inde. Quoique celle-ci se transmette normalement de maître à disciple, lorsque, à partir des années 1900, des instituts commencent à l’enseigner de manière magistrale, cette médecine traditionnelle connut des changements importants (elle devint notamment plus théorique et moins pratique ; elle incorpora aussi des éléments de la médecine européenne). Ces instituts étaient soutenus par des nationalistes, entre autres Gandhi qui en inaugura un en 1920.

  • 1 Isabelle Stengers critique les explications externalistes des sciences : il est vrai qu’elles ont b (...)
  • 2 Ted Kaptchuk, « Intentional ignorance: a history of blind assessment and placebo controls in medici (...)
  • 3 Adriana Petryna, When experiments travel: Clinical trials and the global search for human subjects, (...)

7Ce livre de Pratik Chakrabarti, qui se lit aisément, a pour but de donner aux étudiants d’histoire une présentation générale des liens entre colonialisme et médecine. Même s’il ne peut recenser toutes les intrications entre ces deux institutions, le livre en présente néanmoins suffisamment de façon synthétique pour en donner une bonne représentation. Il est cependant dommage que cet ouvrage n’offre qu’une vision externaliste des liens entre les deux entreprises. Le colonialisme a donné les moyens et les motivations pour développer la médecine, mais le livre n’évoque pas ce qui rend la médecine moderne singulière, irréductible aux conditions socio-économiques du colonialisme1. De même, seules les influences externes de la médecine sur le colonialisme sont explorées. Pourtant, certaines études de la sociologie des sciences montrent combien, non seulement les résultats, mais aussi les dispositifs scientifiques ont une structure coloniale. Il en est ainsi du test placebo, utilisé une première fois en 1784 et employé systématiquement depuis 19622. Adriana Petryna montre en effet comment ce test, dans sa structure même, pousse à produire des populations subordonnées3. D’autres dispositifs de la médecine moderne présentent probablement des structures coloniales comparables.

8En conclusion, Medicine and Empire est une excellente étude concernant les rapports étroits entre colonialisme et médecine ; cependant, le tableau des rapports entre ces deux entreprises ne serait vraiment achevé que s’il analysait et décrivait également la façon dont les dispositifs des sciences médicales sont eux aussi construits sur un schéma intrinsèquement colonial.

Haut de page

Notes

1 Isabelle Stengers critique les explications externalistes des sciences : il est vrai qu’elles ont besoin d’énormément de facteurs économiques, sociaux, psychologiques... mais les sciences ne peuvent néanmoins pas être réduites à ces facteurs. Ainsi, le plan incliné de Galilée apparaît certes dans un contexte socio-politique particulier, mais, quelque chose d’irréductible à ce contexte fait que les boules, dans ce dispositif, continuent encore à tomber au même endroit alors qu’aujourd’hui le contexte est fort différent. Dans Medicine and Empire, on observe un certain nombre de facteurs externes qui ont été indispensables au développement de la médecine, mais on ne nous donne aucune indication sur ce qui pourrait néanmoins être irréductible à ces facteurs. Cf. Isabelle Stengers, L’invention des sciences modernes, Paris, La Découverte, 1995.

2 Ted Kaptchuk, « Intentional ignorance: a history of blind assessment and placebo controls in medicine », Bulletin of the Historty of Medicine, n 78, p. 389-433, 1998.

3 Adriana Petryna, When experiments travel: Clinical trials and the global search for human subjects, Princeton, Princeton University Press, 2009. Isabelle Stengers, sans rentrer vraiment dans les débats sur le colonialisme, montre également comment le dispositif placebo fonctionne sur le mode de l’exclusion. Cf. Isabelle Stengers, « Le médecin et le charlatan », in Tobie Nathan et Isabelle Stengers, Médecin et sorciers, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault De Meyer, « Pratik Chakrabarti, Medicine and Empire. 1600-1960 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14357

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page