Navigation – Plan du site

Jean-Jacques Delfour, La Condition nucléaire. Réflexions sur la situation atomique de l’humanité

Federico Brandmayr
La condition nucléaire
Jean-Jacques Delfour, La condition nucléaire. Réflexions sur la situation atomique de l’humanité, Paris, L'Échappée, coll. « Pour en finir avec », 2014, 296 p., ISBN : 978-29158307-9-8.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple : Gunther Anders, L’Obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième ré (...)

1Jean-Jacques Delfour, agrégé de philosophie et auteur notamment de Télé, bagnole et autres prothèses, se livre dans cet ouvrage à une tâche hardie : porter un regard philosophique sur les technologies nucléaires et dévoiler leurs implications sur la vie humaine, en s’inspirant pour ce faire des travaux de Gunther Anders, penseur allemand qui a consacré une large partie de son œuvre à la critique de la technologie et de la modernité1. L’objectif du livre de Delfour n’est donc pas de peser les avantages et les inconvénients des technologies nucléaires – l’auteur part du principe que celles-ci sont dangereuses, inefficientes et meurtrières – mais de fournir une vue d’ensemble, un « point de vue synoptique » qui s’opposerait à la simple reconstruction historique des événements liés à cette énergie et devrait permettre de saisir le « fait nucléaire » dans sa totalité. La délimitation que donne l’auteur de ce « fait nucléaire » inclut les centrales nucléaires, les bombes atomiques, les déchets radioactifs – bref tous les matériaux et technologies qui sont capables de libérer des « êtres radioactifs » dangereux pour l’homme – ainsi que le cadre institutionnel qui soutient leur existence. L’auteur insiste longuement sur la spécificité de son objet en le distinguant d’autres formes d’énergie, d’armes et de déchets : les bombes nucléaires ne sont pas simplement des bombes plus destructives, les déchets radioactifs ne sont pas simplement des déchets dont la durée de vie est particulièrement longue, et ainsi de suite. Reconnaître la spécificité du « fait nucléaire » conduirait à voir dans ses conséquences pour l’humanité le trait le plus significatif de notre époque : la « condition nucléaire » dans laquelle nous sommes tous plongés. La tâche du philosophe, ainsi que conçue par l’auteur, est toute tracée : diagnostiquer le mal, établir son étiologie, puis y remédier, en indiquant la route pour sortir de cet état d’aliénation.

2La première partie de l’ouvrage est ainsi dédiée au diagnostic. La question est de savoir pourquoi l’humanité est entrée dans une condition qui est, selon l’auteur, si manifestement contraire aux intérêts vitaux du plus grand nombre d’hommes. Comment est-il possible, en d’autres termes, qu’il y ait des individus favorables ou même indifférents aux technologies nucléaires ? Pour y répondre, Delfour déploie deux registres explicatifs fonctionnant conjointement : premièrement, l’intérêt d’un petit nombre d’acteurs dans la diffusion des technologies nucléaires ; deuxièmement, une sorte de jouissance technologique largement partagée qui pousse même ceux qui n’en tirent aucun avantage à idolâtrer ces machines meurtrières. Dans les deux cas, les motivations profondes n’ont aucun rapport avec les justifications invoquées par les acteurs et sont conçues par Delfour comme imperméables à leur conscience.

  • 2 La critique de ces « tactiques sémantiques » est un aspect important de l’ouvrage. Parmi les termes (...)

3Le premier ensemble d’explanantia renvoie aux outils conceptuels typiques des analyses utilitaristes : il existe une caste de « nucléocrates », c’est-à-dire des décideurs qui contribuent à l’existence et à la poursuite du nucléaire parce qu’ils en tirent un intérêt : les industriels font des profits exorbitants ; les hommes politiques dominent mieux la population de leur pays en jouant sur la peur du nucléaire (étant donné qu’un peuple effrayé par la perspective d’une catastrophe est un peuple obéissant et docile) ; les ingénieurs, les techniciens et les physiciens gagnent de l’argent et du prestige en travaillant dans le secteur. D’après Delfour, ces groupes ont su persuader le reste de la population de l’utilité du nucléaire en s’appuyant sur des techniques de propagande : la diffusion via les médias d’une information déformée et trompeuse ; l’imposition d’une novlangue qui vise à minimiser le danger nucléaire2 ; la mise à l’écart des voix discordantes. En somme, que l’on soit en Russie, en France ou au Japon, des élites organisées imposent la condition nucléaire au public et ce dernier, abruti par la propagande, ne parvient pas à se mobiliser pour exiger l’élimination des technologies qui le dominent.

  • 3 Daniel Boy, Pourquoi avons-nous peur de la technologie ?, Presses de Sciences Po, 2009, p. 13-19.

4Le deuxième registre explicatif renvoie à des concepts plus proches des analyses psychanalytiques. Delfour remarque en effet l’existence d’une fascination perverse et généralisée pour la chose nucléaire qui relève d’une véritable pulsion de mort : « Quoi de plus séduisant, extraordinaire, fascinant que l’irradiation, la contamination, la mort atomique ? » se demande-t-il (p. 75). Les preuves avancées pour étayer cette hypothèse suscitent parfois la perplexité du lecteur : ainsi, l’auteur note que la forme du champignon atomique conduit à des associations avec des expériences orgasmiques, et il s’interroge sur le fait que le bikini tient son nom de l’atoll où eut lieu l’explosion d’une bombe atomique. C’est en tout cas une pulsion profonde, enfouie et inconsciente qui serait à la base du projet nucléaire : ce dernier sous-tend en effet une volonté cachée de transformation radicale de l’homme, de dépassement de toutes ses limites, jusqu’à faire de lui une machine sans finitude, sans faiblesse, sans émotion. Il est intéressant de noter en passant qu’une interprétation « psychologisante » était souvent adoptée dans les années 1970 pour expliquer non pas le désir des technologies nucléaires mais plutôt leur rejet3. Delfour renverse cette lecture tout en employant la même méthode : au lieu d’une « angoisse atomique » il révèle un désir irrationnel et suicidaire pour les choses nucléaires.

5Dans la deuxième partie du livre, Delfour se concentre sur les prescriptions pour extirper le mal : tous les citoyens ont le droit et le devoir moral de désobéir à l’État si ce dernier n’élimine pas toutes les machines nucléaires, puisque – en suivant les justifications propres à la tradition libérale – on a le droit de désobéir à un État qui ne protège pas la vie de ses citoyens, et on a le devoir moral de désobéir à un État qui ne protège pas la vie des générations futures. La lutte pour la sortie de la condition nucléaire passera par le militantisme et les associations non gouvernementales, les partis étant des organisations oligarchiques qui ne servent qu’à distribuer des postes d’élus et empêchent la formation d’un débat vraiment public.

  • 4 Du point de vue logique, constater les effets des politiques d’armement n’implique aucun jugement d (...)

6L’auteur ne s’arrête pas longuement sur la question du régime énergétique dans un monde dénucléarisé : il se limite au vœu pieux d’une biotechnique humble et respectueuse des besoins objectifs des vivants plutôt que soumise à leurs désirs déchaînés et leurs intérêts égocentriques. Les deux seules indications à ce sujet concernent l’optimisation de la consommation d’électricité (éliminer l’éclairage nocturne continuel dans des voies désertes) et un changement de priorités au niveau des financements de la recherche (dépenser moins pour des projets inutiles, comme le LHC, et plus pour les technologies liées aux énergies renouvelables). On a l’impression que cette absence de détail concernant la thérapie n’est pas seulement due au choix de privilégier la dénonciation à l’élaboration d’un projet précis, mais aussi au fait que toute discussion relative au coût d’opportunité de l’abandon des technologies nucléaires impliquerait de considérer celles-ci comme une option légitime, ce qui est simplement inacceptable pour l’auteur. Toute nuance, tout contre-exemple ou détail qui pourrait mettre en question la certitude sur la nécessité d’abandonner le nucléaire est liquidé en tant qu’argument idéologique qui relève de l’asservissement à la propagande. Pour ne citer que deux exemples : l’auteur qualifie d’« absurde » l’argument de l’indépendance énergétique et s’en débarrasse en quelques lignes dans une note ; et il arrive à nier ce qui est positif, à savoir que la possession d’armes nucléaires est un facteur qui a contribué à dissuader les superpuissances de déclencher une guerre d’invasion sur une vaste échelle, comme si admettre ce fait signifiait justifier les politiques d’armement des pays en question4.

7Cette approche est bien entendu le résultat d’un choix intentionnel et réfléchi : Delfour refuse la « modération prétendument objective » et affirme que « les raisonnements sont moins vrais s’ils sont anesthésiés par des ambages détaillées » (p. 22). Pour susciter l’indignation, stimuler l’action et sortir de la condition nucléaire, il faut renoncer à la prudence, à la précision, à la faillibilité des hypothèses. On pourrait alors se demander si cette attitude péremptoire ne conduit pas – quoique avec des conséquences bien moins tangibles – au même dogmatisme que celui que Delfour dénonce à juste titre chez les scientifiques et experts qui prétendent avoir une parfaite maîtrise des technologies nucléaires.

8Une autre conséquence du style polémique de l’auteur est l’aspect répétitif du livre. Les mêmes idées, les mêmes données, les mêmes expressions sont répétées sans cesse, à l’instar de chants de batailles, de slogans qui sont conçus pour mettre le lecteur dans un état d’excitation favorable à l’action. Combien de fois Delfour nous rappelle-t-il qu’il n’y a pas lieu de distinguer les centrales des bombes nucléaires ? Combien de fois dénonce-t-il l’impéritie des techniciens, l’irresponsabilité des politiques, la rapacité des industriels ? Combien de fois utilise-t-il l’expression « dizaines de millénaires » pour souligner la longévité des déchets ?

9En conclusion, la Condition nucléaire de Delfour est un ouvrage dans lequel se mêlent l’ambition théorique d’un traité de philosophie et la manière sentencieuse d’un manifeste politique. La lecture ne fera probablement que conforter les convictions du militant, qu’il soit ou non du même côté de la barricade que l’auteur, mais stimulera peut-être la réflexion du lecteur critique, s’il passe outre l’approche très emphatique et parfois superficielle des questions nucléaires.

Haut de page

Notes

1 Cf. par exemple : Gunther Anders, L’Obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, Paris, L’Encyclopédie des nuisances, 2002.

2 La critique de ces « tactiques sémantiques » est un aspect important de l’ouvrage. Parmi les termes et expressions dénoncés par Delfour comme idéologiques, on peut rappeler : « catastrophe », « essai [nucléaire] », « combustible », « nuage radioactif » et bien d’autres.

3 Daniel Boy, Pourquoi avons-nous peur de la technologie ?, Presses de Sciences Po, 2009, p. 13-19.

4 Du point de vue logique, constater les effets des politiques d’armement n’implique aucun jugement de valeur à propos des politiques d’armement elles-mêmes. Mais c’est précisément la différence entre constat et jugement axiologique que rejette l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federico Brandmayr, « Jean-Jacques Delfour, La Condition nucléaire. Réflexions sur la situation atomique de l’humanité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14361

Haut de page

Rédacteur

Federico Brandmayr

Doctorant en sociologie, Université Paris-Sorbonne (GEMASS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page