Navigation – Plan du site

Alain Corbin (dir.), La pluie, le soleil et le vent. Une histoire de la sensibilité au temps qu’il fait

Thierry Colmard
La pluie, le soleil et le vent
Alain Corbin (dir.), La pluie, le soleil et le vent. Une histoire de la sensibilité au temps qu'il fait, Paris, Aubier, coll. « Historique », 2013, 246 p., ISBN : 978-2-7007-0430-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple sur la perception des odeurs, Alain Corbin, Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et (...)
  • 2 Nom donné aux phénomènes atmosphériques : pluie, vent, neige, arc-en-ciel…

1L’historien Alain Corbin a dirigé cet ouvrage collectif où, fidèle à sa spécialisation dans les imaginaires sociaux1, le chercheur explore la sensibilité des hommes aux phénomènes météorologiques. La description du temps et des météores2 nous est présentée à travers sept chapitres, rédigés par des spécialistes manifestement passionnés par les phénomènes qu’ils décrivent. La pluie, le soleil, le vent, la neige, le brouillard, l’orage et enfin la météo en elle-même constituent le corpus du livre.

2Le cadre général de l’étude se situe en France, tout particulièrement au XIXe et XXe siècles ; dans certains cas cependant, des références plus anciennes sont mobilisées, comme l’Antiquité, les Flandres au XVIe siècle ou le moment de la Révolution française.

3Alain Corbin rappelle dans le premier chapitre que la fin du XVIIIe siècle se caractérise par une sensibilité accrue aux phénomènes météorologiques, repérable en particulier à travers les correspondances des plumes de l’époque. L’influence de la pluie ou du soleil sur l’humeur des protagonistes semble s’accentuer au tournant du siècle. Alain Corbin évoque une exacerbation de la météo-sensibilité. Le « mauvais temps » et la pluie renforcent la mélancolie chez les uns, comme Verlaine qui les a magnifiés, alors que, pour d’autres, la pluie colore les éléments de la nature et confère une beauté inattendue aux paysages. Le pasteur William Gilpin y voit une « noblesse lugubre » et Henri David Thoreau une exaltation de la nature. La pluie, bénédiction ou malédiction dans des sociétés rurales où l’agriculture dépend des caprices du ciel, suscite des actions de grâce à travers des syncrétismes mi-païen mi-chrétiens, où les prêtres sont tenus d’agir pour faire venir la pluie ou au contraire la stopper. La pluie s’invite aussi en politique comme lors de la fête de la Fédération à Paris le 14 juillet 1790, où il n’arrêta pas de pleuvoir, ce qui réjouit les aristocrates contre-révolutionnaires, interprétant l’événement comme une manifestation divine condamnant la révolution. Après avoir absorbé la déconvenue, les soldats-citoyens rassemblés pour célébrer la prise de la Bastille se mirent à danser avec fougue et ont écrit sans le savoir un épisode fondateur de ce que Corbin appelle « l’expérience partagée ».

  • 3 « Plus les hommes sont soumis au soleil, plus ils sont sanguins, cruels, passionnés et de mœurs fru (...)

4Après la pluie, le beau temps : « Le soleil ou la saveur des temps insoucieux » constitue tout naturellement le second opus du livre. Christophe Granger analyse l’attitude face au soleil. Celle-ci a connu des alternances entre méfiance, adoration et, de nouveau, distanciation. Hippocrate estime le soleil indispensable à la vie, mais aussi périlleux pour la santé car il altère les qualités de l’air et peut s’avérer mortel, ou du moins générer des affections spécifiques (insolation…). Jusqu’au XVIIIe siècle, cette conception domine et s’inscrit dans le cadre plus général de la théorie des climats. La population est influencée par le temps qu’il fait3. Au cours du XIXe siècle, un basculement se dessine peu à peu. Les peurs attachées au soleil s’estompent et ses vertus sont mises en avant. Humboldt remarque, lors de ses voyages, que les peuples soumis au soleil des tropiques se distinguent entre tous par la beauté de leurs corps. Au début du XXe siècle, le mot d’ordre « prendre le soleil » se diffuse, en particulier à destination des enfants. À partir des années 1920, l’astre du jour est paré de toutes les vertus. Le bain de soleil devient source de vitalité, d’autant plus lorsqu’il est associé aux congés dans les stations balnéaires. Le désir des temps ensoleillés s’épanouit ensuite massivement pendant les Trentes Glorieuses. Le soleil est devenu l’ingrédient indispensable des vacances réussies, à tel point que des compagnies d’assurance proposent dans les années 1960 une « assurance pluie » pour se prémunir du désastre du mauvais temps. La méfiance vis-à-vis du soleil ne réapparait qu’à la fin du XXe siècle (cancers, canicule de 2003) sans pour autant le discréditer fondamentalement.

5Dans « Par mots et par vents », Martine Tabeaud, Constance Bourtoire et Nicolas Schoenenwald énumèrent l’incroyable profusion d’expressions qui contiennent le terme de vent (« au gré du vent », « autant en emporte le vent », « être dans le vent »…), dont une grande partie provient des traditions maritimes mais trouve également de solides ancrages dans les différents terroirs. Vents et tempêtes abondent dans des contes et légendes, ils sont personnifiés, bénéfiques ou maléfiques, identifiés à un territoire précis. Certaines régions sont particulièrement inventives sur ce thème, comme la Provence, le Languedoc et la Bretagne.

  • 4 Voir Bruegel l’Ancien, Les chasseurs dans la neige (1565).

6Avec « Goûter, voir, toucher la neige », Alexis Metzger expose trois dimensions distinctes du rapport à ce météore. Le goût de la neige était fort apprécié dès l’antiquité romaine afin de rafraîchir mets et boissons. Pratique délaissée au cours du Moyen-Âge, elle connaît un nouvel élan à partir de la Renaissance. Symbole du motif hivernal, aussi bien pour les peintres que les poètes, la représentation de paysages enneigés paraît cependant relativement récente. Bruegel l’Ancien peut être considéré à ce titre comme un précurseur4. Les historiens de l’art ne proposent pas d’explication sur l’absence de ce motif dans les productions antérieures. Enfin, le plaisir des sports d’hiver émerge aussi au XVIsiècle. Comme en témoignent les enluminures françaises et flamandes, la neige devient festive avec ses boules et ses bonhommes. Le ski, dont la pratique est avérée depuis cette époque dans les pays scandinaves, ne s’impose dans les régions montagneuses d’Europe de l’Ouest qu’au XXe siècle.

7Le chapitre cinq du livre décrit le brouillard et son aura mystérieuse. Comme pour le vent, le terme même nourrit de nombreuses expressions (« nager en plein brouillard », « plonger dans le brouillard »…) qui traduisent le plus souvent la confusion et la cécité associées au phénomène. Celui-ci alimente un monde fantasque teinté d’étrange, de magie et d’inconnu. Il masque les formes, rend invisible ou métamorphose l’habituel. Dans les légendes, le brouillard peut protéger, comme c’est le cas de l’île d’Avallon, enveloppée dans une éternelle brume mauve. Dans la littérature fantastique comme dans les romans policiers, le brouillard est hanté par des personnages les moins recommandables – monstres et créatures, malfaisants et tueurs. Il autorise aussi à braver les interdits. L’auteure de cette partie, Lionnette Arnodin Chegaray, estime que l’urbanisation a atténué les effets du brouillard sur la population mais que son influence sur l’imaginaire reste bien vivace.

8Sous la plume d’Anouchka Vasak, l’orage constitue le dernier météore étudié en tant que tel dans l’ouvrage. Phénomène local associé à deux manifestations emblématiques, l’éclair et le tonnerre, il a en commun avec le brouillard d’être perçu comme un événement atmosphérique teinté de surnaturel. Il génère des émotions, en premier lieu la crainte, doublement renforcée par la relative imprévisibilité de l’orage et par le tumulte qu’il peut engendrer. L’orage alimente un imaginaire fécond comme expression du fantastique dans la peinture et la littérature. De ce phénomène violent et néfaste, les romantiques du XIXsiècle ont fait toutefois un objet esthétique et de désir. En parallèle, l’orage cristallise un attrait scientifique dès l’époque des Lumières, avec en particulier l’intérêt que suscitent les phénomènes électriques produits par la foudre et l’invention du paratonnerre (1752) par Benjamin Franklin.

  • 5 Sur le modèle des États-Unis, en 1996 est créée la première chaîne météo en France.
  • 6 On peut mentionner par exemple le savoureux SAD (Seasonal affective disorder) identifié – non sans (...)

9Un ethnologue, Martin de la Saudière, et une sociologue, Nicole Phelouzat, concluent l’ouvrage en proposant une réflexion générale sur la météo aujourd’hui, objet à la fois de passion et de soucis. La sérieuse météo a ainsi remplacé le bon sens populaire sur le temps qu’il fait. La lecture contemporaine du phénomène météorologique traduit l’émergence de ce « temps de la météo » qui érige en vedettes les présentateurs des bulletins météo. Ces derniers se sont introduits dans les foyers à heure fixe, et même en continu avec les chaînes de télévision dédiées5. Toute une série d’outils accompagne ce flux d’informations sur le temps qu’il va faire – cartes, prévisions, indices de confiance, températures réelles et ressenties, alertes, vigilance… De passion, la météo peut devenir un souci et même produire des pathologies spécifiques6. Paradoxe des temps présents : alors que la population vit désormais majoritairement loin de la nature, protégée dans un confort thermique, sa sensibilité au temps s’exacerbe.

10Au final, ce livre érudit réalise pleinement son objectif en faisant découvrir au lecteur une histoire méconnue de la sensibilité au temps qu’il fait. Le regard transversal proposé ici constitue incontestablement l’intérêt principal de l’ouvrage et justifie la citation de Roland Barthes mise en exergue en quatrième de couverture : « rien de plus idéologique que le temps qu’il fait ».

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple sur la perception des odeurs, Alain Corbin, Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviiie-xixe siècles, Flammarion, coll. « Champs », no 165, Paris, 1986 (1re éd. 1982).

2 Nom donné aux phénomènes atmosphériques : pluie, vent, neige, arc-en-ciel…

3 « Plus les hommes sont soumis au soleil, plus ils sont sanguins, cruels, passionnés et de mœurs frustes », Christophe Granger in Alain Corbin, La pluie, le soleil et le vent. Une histoire de la sensibilité au temps qu’il fait, Aubier, coll. « Historique », 2013, p. 44.

4 Voir Bruegel l’Ancien, Les chasseurs dans la neige (1565).

5 Sur le modèle des États-Unis, en 1996 est créée la première chaîne météo en France.

6 On peut mentionner par exemple le savoureux SAD (Seasonal affective disorder) identifié – non sans humour dans sa désignation – par le docteur Norman E. Rosenthal en 1984, qui désigne la dépression saisonnière hivernale récurrente dont souffre un certain nombre de nos contemporains (voir p. 188).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Colmard, « Alain Corbin (dir.), La pluie, le soleil et le vent. Une histoire de la sensibilité au temps qu’il fait », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14364

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page