Navigation – Plan du site

Johannes Kananen, The Nordic Welfare State in Three Eras. From Emancipation to Discipline

Fabien Escalona
The Nordic Welfare State in Three Eras
Johannes Kananen, The Nordic Welfare State in Three Eras. From Emancipation to Discipline, Ashgate, 2014, 218 p., ISBN : 978-1-4094-5773-2.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Johannes Kananen, un jeune chercheur finlandais, offre une mise en perspective, sur la longue durée, de la construction et des transformations de l’État social dans l’Europe nordique. L’étude comparée de cette trajectoire historique constitue pour lui un moyen d’évaluer, via un objet concret, dans quelle mesure la promesse de la modernité a été tenue. La réalisation de cette dernière dépend en effet de l’équilibre trouvé entre d’un côté l’émancipation des individus, encouragée par des dispositifs réglant la répartition des richesses, du savoir et du pouvoir, et de l’autre côté le maintien ou le renouvellement des contraintes sociales qui limitent l’expression du potentiel de chaque être humain.

2En se concentrant sur les cas suédois, danois et finlandais, Kananen distingue clairement trois périodes historiques au cours desquelles cette tension entre émancipation et contrainte s’est à chaque fois reconfigurée : dans un premier temps, l’émergence lente et heurtée d’un « ordre social moderne », depuis les Lumières jusqu’aux deux guerres mondiales ; puis la stabilisation du fameux « modèle nordique » d’État social jusqu’aux années 1970 ; enfin, après cette décennie, la renégociation de l’ordre social d’après-guerre, tant au niveau des institutions que sur le terrain idéologique. Ce faisant, l’auteur entend apporter sa pierre au débat académique portant sur la réalité de la résistance du modèle social nordique dans le monde contemporain. Sa grille de lecture analytique, défend-il, a en effet pour avantage de lui fournir des critères pour évaluer cette résistance, tout en échappant aux pièges des discours convenus et peu historicisés sur « la » globalisation.

3Écrit dans un anglais clair et accessible, l’ouvrage se structure de la manière suivante : après une préface résumant le sens de son projet, l’auteur passe par les figures imposées de tout travail académique dans un chapitre introductif, sans que cela soit pour autant fastidieux. Il situe ainsi son travail dans la littérature existante en sciences sociales, et justifie la sélection de ses cas d’étude, à chaque fois de manière assez claire, avant d’expliquer la logique de son argumentation dans le reste du livre. Dans le deuxième chapitre, assez théorique, Kananen convoque plusieurs auteurs ayant fourni des approches ou des concepts utiles pour appréhender le processus de la modernité dans sa complexité. Les thèses de Marx, Weber, T.H. Marshall, Sen, Giddens ou Foucault sont ainsi mobilisées intelligemment, aidant l’auteur à justifier la périodisation historique évoquée plus haut.

  • 1 Selon l’économiste et philosophe Amartya Sen, la liberté et la justice sociale ne doivent pas seule (...)

4Pour lui, les temps médiévaux et féodaux se caractérisaient par l’imposition de contraintes sociales extrêmement fortes, au profit d’une minorité privilégiée extrêmement réduite. Leurs avantages se sont ensuite démocratisés, notamment grâce à la création et à l’approfondissement continu de la catégorie de citoyenneté, mais dans des économies capitalistes structurellement inégales. Dans ce cadre-là, des institutions ont permis d’augmenter les « capabilités »1 des individus égaux en droit, et d’élargir l’espace disponible pour exprimer leur créativité individuelle et façonner leur propre biographie. Kananen ne cite pas Castoriadis, mais aurait pu résumer son propos en indiquant que l’ordre social qui s’est édifié des Lumières jusqu’au second après-guerre a posé les jalons d’une « société de l’autonomie ». Les travaux de Weber sur la bureaucratie et de Foucault sur les techniques de normalisation lui permettent cependant d’équilibrer cette vision optimiste, en montrant à la fois que les contraintes sociales n’ont pas disparu pour autant, et que la contestation néolibérale s’est appuyée sur leur existence pour triompher à partir des décennies 1970-1980.

5Dans le reste du livre, l’auteur examine systématiquement comment chaque pays a traversé les trois périodes de la modernité qu’il a distinguées. S’agissant de l’émergence d’un ordre social moderne, il met en évidence les moments où se sont déclenchées les trois principales impulsions émancipatrices de ce processus, à savoir la modernisation de l’agriculture, la généralisation de l’éducation et la démocratisation du système politique. Il observe que dans les pays nordiques, elles se sont produites simultanément (bien que plus tardivement en Finlande), ce qui aurait renforcé leurs effets émancipateurs respectifs et expliquerait en partie les performances ultérieures des États sociaux. Le volet comparatif de cette démonstration est cependant inabouti, le seul cas posé en contraste étant la Grande-Bretagne, alors que la France apparaît comme un pays où les révolutions démocratique et éducative ont aussi précédé celle de l’agriculture.

  • 2 Ce consensus était fondé sur les travaux de John M. Keynes, qui avait montré que le capitalisme ne (...)

6Deux autres caractéristiques singulières de la période – des mécanismes redistributifs précoces et des structures de gouvernement local et responsable – ont facilité la mise en place et le succès des institutions d’après-guerre. L’originalité nordique repose alors sur la nature universelle des prestations sociales, le fort interventionnisme de l’État (d’ailleurs linguistiquement assimilé à la société) et un système éducatif particulièrement égalitaire. Autant de traits expliquant que les fruits de la croissance économique n’ont pas fait l’objet d’une appropriation par une minorité sociale mais ont au contraire servi à bâtir des sociétés parmi les plus inclusives d’Europe. L’auteur aborde aussi l’arrière-plan idéologique de ce stade historique, à savoir les versions domestiques du relatif consensus « social-démocrate/keynésien »2 de l’époque. Il rend ainsi compte de l’état d’esprit d’ingénierie sociale qui dominait, sans en occulter les aspects les moins reluisants, qui se sont parfois traduits par des politiques publiques choquantes (comme la loi eugéniste permettant les stérilisations forcées, en vigueur en Suède de 1934 à 1975).

7Les chapitres suivants sont consacrés à la remise en cause du modèle social nordique depuis une trentaine d’années. Selon Kananen, la vague d’émancipation d’après-guerre s’était déployée dans le cadre d’un ordre social « collectiviste ». Par ce terme, il exprime le fait que le fonctionnement de cet ordre reposait sur l’exercice par les individus de rôles prédéfinis, au sein d’institutions rigides et peu personnalisées. « Plus les potentiels créatifs individuels étaient libérés comparés à la situation antérieure », résume-t-il, « plus [ce] caractère collectiviste devenait une limite à davantage de libération et d’émancipation » (p. 90). Alors que cette situation laissait a priori ouvert le destin des États sociaux, la direction dans laquelle leur organisation allait être renégociée fut largement déterminée par la grande crise économique des années 1970 et les rapports de forces internationaux, qui se sont révélés défavorables pour les classes laborieuses.

8Examinant pour chaque pays les modifications de politiques publiques cruciales (marché du travail, secteur public, fiscalité) et les évolutions de l’idéologie inspirant les élites politico-administratives, l’auteur conclut à l’adaptation de ses cas d’étude au paradigme de « l’État dans la compétition internationale ». Concrètement, celui-ci a eu pour conséquence la définition de politiques sociales au niveau individuel et non plus collectif, l’abandon de politiques keynésiennes au profit de politiques de l’offre, et surtout le passage des principes d’universalité, d’inclusion et de redistribution à ceux de sélectivité, de ciblage et d’incitation au travail. Le caractère punitif de ce tournant a été plus accentué en Finlande qu’en Suède et au Danemark, où l’accommodement aux impératifs du nouveau paradigme compétitif s’est cependant vérifié, malgré une rhétorique confuse de la part des élites politiques et leur volonté réelle de préserver un degré élevé de protection sociale. Dans tous les cas, l’auteur affirme qu’un fossé s’est creusé entre la population et les élites souhaitant s’adapter de plus en plus à ce paradigme.

9La publication du travail de Kananen s’avère salutaire. Tout d’abord, cet auteur déploie une argumentation convaincante pour montrer à quel point les principes et les piliers du modèle social nordique ont été érodés voire retournés, non pas « en une nuit » (p. 167) ni complètement, mais d’une façon assez nette pour que l’on puisse diagnostiquer une halte du processus d’émancipation, et même une phase de recul vers plus de discipline sociale. Cette analyse contraste ainsi de façon positive avec la mythification dont les États sociaux d’Europe du Nord font parfois l’objet, soit qu’ils apparaissent comme congelés dans un statut d’éternels « paradis sociaux-démocrates », soit que leur adaptation à la globalisation soit considérée comme une réussite aux coûts négligeables pour les populations concernées.

10Par ailleurs, l’ouvrage est important en raison de la démarche intellectuelle et scientifique qui l’inspire. Bien sûr, certains regretteront une administration de la preuve essentiellement qualitative, qui rend difficilement généralisables les résultats obtenus. On peut aussi déplorer l’absence de discussion systématique sur les facteurs expliquant les ressemblances et différences entre les cas mobilisés, ainsi que des passages trop rapides sur les bilans respectifs des sociaux-démocrates et des conservateurs nordiques. Cela dit, il faut reconnaître qu’à l’heure de l’hyperspécialisation et de la parcellisation de la recherche, l’interdisciplinarité (tant vantée mais si peu pratiquée dans les faits) marque véritablement cet ouvrage, ce qui correspond à l’ambition de l’auteur de se situer à « la jonction entre sociologie, science politique et histoire » (p 4). Cette publication est d’autant plus bienvenue qu’en s’attaquant à des notions aussi complexes et essentielles que la modernité, l’émancipation ou l’État social, Kananen n’hésite pas à traiter de « grandes questions » (big issues) dont les courants dominants des sciences sociales semblent de plus en plus se méfier, alors que leur mise en débat est essentielle à la vie civique.

Haut de page

Notes

1 Selon l’économiste et philosophe Amartya Sen, la liberté et la justice sociale ne doivent pas seulement s’évaluer par la nature ou la quantité de biens que possèdent les individus, mais aussi par leur capacité effective à utiliser ces biens pour choisir leur propre mode de vie. Voir notamment Sen, Amartya, Repenser l’inégalité, Paris, Seuil, 2000.

2 Ce consensus était fondé sur les travaux de John M. Keynes, qui avait montré que le capitalisme ne conduisait pas naturellement au plein emploi et que lors d’une récession, la puissance publique devait intervenir pour empêcher toute spirale dépressive. Plus largement, ce consensus supposait certes la préservation de la propriété privée des moyens de production et la quête de gains de productivité élevés, mais aussi des régulations fortes de la finance privée et du libre-échange, des compromis institutionnalisés entre les représentants du patronat et des salariés, et la garantie de progrès réguliers de la protection sociale et des services publics.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Escalona, « Johannes Kananen, The Nordic Welfare State in Three Eras. From Emancipation to Discipline », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 avril 2014, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14388

Haut de page

Rédacteur

Fabien Escalona

ATER à Sciences Po Grenoble, collaborateur scientifique au Cevipol (ULB).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page