Navigation – Plan du site

Alain Brossat, Le plébéien enragé. Une contre-histoire de la modernité de Rousseau à Losey

François Cloutier
Le plébéien enragé
Alain Brossat, Le plébéien enragé. Une contre-histoire de la modernité de Rousseau à Losey, Le Passager Clandestin, 2013, 248 p., ISBN : 978-2-916952-96-3.
Haut de page

Texte intégral

1Alain Brossat fait une étude d’œuvres littéraires et cinématographiques sous le prisme du politique pour rétablir leur condition de « politicité » en analysant la figure du plébéien qui se retrouverait dans chacune d’entre elles. Cette figure est inséparable de la lutte qui, dans la société romaine, opposait les patriciens à la plèbe, puisque qu’il y avait un antagonisme entre des catégories sociales que tout séparait : l’origine, le destin historique, les droits, etc. Le plébéien « moderne » est ainsi une sorte de « personnage-concept », c’est-à-dire un personnage « type », tendu vers son devenir problématique et conflictuel. Il est un solitaire, une singularité rétive, un rebelle et un « fauteur de trouble et de désordre » qui entre en conflit avec la société. L’auteur repère cette figure principalement dans cinq œuvres différentes.

  • 1 Jean-Jacques Rousseau, Confessions (3 volumes), Le Cercle du Bibliophile, Genève, Edito-Service S.A (...)

2Dans les Confessions1, Jean-Jacques Rousseau ne nourrit aucun rêve d’ascension sociale. Il ne supporte cependant pas « d’être perçu, classé et traité comme un serviteur » (p. 26). Il tente de s’arracher au destin de dépendance et d’humiliation auquel il semble promis en se montrant égal en savoir et en intelligence face à ceux qui occupent un rang social plus élevé. Brossat rappelle l’épisode turinois quand Rousseau, employé chez le comte de Gouvion, montre une fine connaissance de la langue. Il agit alors en plébéien, en « dynamiteur » des logiques sociales, en manifestant des mérites et des capacités qui devraient lui promettre un sort meilleur. Le « je » larmoyant des derniers livres de l’autobiographie montrerait ce qu’il en coûte de ne pas respecter sa condition de subalterne : Jean-Jacques est « anéanti par la méchanceté de ses contemporains, puni pour le trouble qu’il produit dans les régularités sociales » (p. 57).

  • 2 Stendhal, Le Rouge et le noir, préface et notes de Victor del Litto, Lausanne, Éditions Rencontre, (...)

3Julien Sorel, dans Le Rouge et le Noir2, permettrait de voir comment le plébéien s’empare du thème de l’égalité. Dès le début du roman, il tente de s’extraire de son milieu social par l’instruction et par sa lecture de livres, ce qui l’oppose à son père. Il est également un fin stratège qui trouve toutes sortes de moyens pour parvenir à ses fins. Par exemple, il essaie de s’attirer les faveurs du curé du village en apprenant par cœur le Nouveau Testament en latin. Il emploie la ruse « en cultivant des capacités qui sont plutôt basses que hautes » (p. 81), comme la dissimulation, l’hypocrisie et le mensonge. Il aurait ainsi intériorisé la règle « Je vous vaux bien ! » en souhaitant être admis dans la classe aristocratique pour laquelle il n’éprouve cependant que « haine et horreur ». Il est donc un homme révolté qui souhaite intégrer la société à la fois en tant que membre distingué et en tant que réprouvé, mais cette révolte ne peut alors se conclure que de façon tragique.

  • 3 Emily Brontë, Les Hauts de Hurlevent, traduit de l'anglais par Frédéric Delebecque, Paris, Le Livre (...)

4Heathcliff, personnage violent du roman Les Hauts de Hurlevent3, est un étranger qui vient bouleverser le monde clos des maîtres en y apportant un vent de folie. Après la mort de son père, M. Earnshaw, son fils Hindley peut donner libre cours à la haine que lui inspire Heathcliff. Ce dernier se rapproche alors de Catherine, sœur de Hindley, avec qui il noue une passion tiraillée entre deux pôles antagoniques : un penchant pour la violence et la vengeance, mais aussi une aspiration à la beauté et à un amour hors d’atteinte de toutes les vicissitudes humaines. Pour Brossat, ce personnage incarne cette malédiction du plébéien qui est repoussé par la haute société et qui cultive la rancune et le désir de rétribution. Il deviendra progressivement un homme du ressentiment violent, notamment en apprenant le mariage de Catherine avec le riche Edgar Linton et, suite à la mort de cette dernière, lorsqu’elle donne naissance à sa fille.

  • 4 D.H. Lawrence, L’Amant de Lady Chatterley, traduit de l'anglais par Frédéric Roger-Cornaz, Paris, F (...)

5Dans L’Amant de Lady Chatterley4, Constance perçoit chez Mellors, le garde-chasse, une inquiétante étrangeté dès leur première rencontre, puisqu’il la fascine et la déconcerte à la fois, particulièrement en raison de ses mystérieuses origines. Dépressive, lassée de son mari Sir Clifford, elle entreprend alors une liaison amoureuse avec le garde-chasse. Brossat considère qu’il s’agit, en fait, d’une idylle entre une patricienne et un homme issu de la plèbe, ce qui est un désordre contre l’ordre des choses, contre les barrières élevées par les classes sociales de l’un et de l’autre. Mellors symbolise ainsi le plébéien qui permet le renouveau de la vie et l’ouverture à la sexualité, bien que cet amour avec Constance ne puisse être que tragique, car la réalité des différences sociales rattrape tous ceux qui tentent de fuir le monde dans une idylle amoureuse.

  • 5 Joseph Losey, The Servant, 1963.

6Dans le film The Servant5, Tony, riche héritier, prend possession d’un hôtel particulier dans un quartier cossu de Londres et embauche Hugo Barrett comme serviteur. Il va progressivement s’en remettre à ce dernier pour plusieurs tâches de son quotidien, comme choisir les couleurs des murs de l’appartement, surveiller les ouvriers, décider quel vin accompagnera le dîner, etc. Il devient progressivement incapable d’incarner la figure du maître traditionnel, sûr de son autorité, et il se retrouve alors sous l’emprise de son serviteur. Selon Brossat, le but que poursuit Barrett est celui de « l’assouvissement d’une obscure vengeance, venue du plus loin de sa condition subalterne, nourrie de toutes les humiliations subies antérieurement » (p. 216). Son appétit de vengeance paraît insatiable, puisqu’il réussit même à convaincre Tony de chasser sa fiancée Susan. Néanmoins, ni le maître ni le serviteur ne sont parvenus à s’émanciper l’un de l’autre ; ainsi le film met en lumière la crise de la reconnaissance entre le maître et son serviteur.

  • 6 Octave Mirbeau, Le journal d'une femme de chambre, Paris, Le livre de poche, 1986 (1900).

7Ces différents exemples permettent finalement à l’auteur de compléter son analyse de la figure plébéienne : d’une part, celle-ci peut aussi bien s’incarner dans des personnages féminins, comme celui de Célestine, dans Le Journal d’une femme de chambre6, qui est une domestique indocile et observatrice des vices et des forfaitures de ses employeurs. D’autre part, la révolte peut prendre différentes formes selon les difficultés rencontrées par le personnage qui incarne le plébéien : l’indignation, le ressentiment, la violence, la fatigue, la mélancolie, etc.

  • 7 Voir à ce sujet Karine Gros, « Éléments d’introduction à l’influence du politique dans les genres l (...)

8La force de cet ouvrage est sans contredit l’analyse de la dimension politique sous-jacente dans des œuvres littéraires et cinématographiques grâce à une figure spécifique permettant d’envisager les « correspondances et affinités électives qui s’établissent entre des tracés individuels » des personnages (p. 17). Par exemple, l’auteur explique comment l’énergie du ressentiment à la fois est présente chez Julien Sorel et trouve son écho chez Heathcliff et Mellors. Cette interprétation aurait peut-être gagné en profondeur en cherchant à identifier non seulement un topos, mais aussi comment le politique se construit dans et par des stratégies textuelles7 clairement identifiées, comme par le biais de métaphores, de procédés ironiques, de mise à distance, de modes narratifs, etc. Néanmoins, par la finesse de ses analyses, sa clarté et son souci des détails, Brossat fait une étude politique d’œuvres classiques qui est originale, puisque la tendance est à la « dépolitisation » dans les études littéraires et spécialisées, au profit de la valorisation de leurs qualités esthétiques et littéraires ou de l’acte de création.

Haut de page

Notes

1 Jean-Jacques Rousseau, Confessions (3 volumes), Le Cercle du Bibliophile, Genève, Edito-Service S.A, s.d. (1782).

2 Stendhal, Le Rouge et le noir, préface et notes de Victor del Litto, Lausanne, Éditions Rencontre, 1961 (1830).

3 Emily Brontë, Les Hauts de Hurlevent, traduit de l'anglais par Frédéric Delebecque, Paris, Le Livre de poche, 2007 (1847).

4 D.H. Lawrence, L’Amant de Lady Chatterley, traduit de l'anglais par Frédéric Roger-Cornaz, Paris, Folio « Classique », 2007 (1932).

5 Joseph Losey, The Servant, 1963.

6 Octave Mirbeau, Le journal d'une femme de chambre, Paris, Le livre de poche, 1986 (1900).

7 Voir à ce sujet Karine Gros, « Éléments d’introduction à l’influence du politique dans les genres littéraires au XIXe siècle », Les cahiers psychologie politique, n° 17, juillet 2010. En ligne : http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=1710.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Cloutier, « Alain Brossat, Le plébéien enragé. Une contre-histoire de la modernité de Rousseau à Losey », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 avril 2014, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14390

Haut de page

Rédacteur

François Cloutier

Doctorant en études littéraires à l’Université Laval.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page