Navigation – Plan du site

Cate Shortland, Lore

Cécile Campergue
Lore
Cate Shortland, Lore, Blaq Out, 2013.
Haut de page

Texte intégral

1La réalisatrice australienne Cate Shortland signe là un film atypique par l’angle d’attaque choisi : en effet, il s’agit de filmer non pas les victimes de l’Holocauste mais le devenir de plusieurs enfants nazis errant dans l’Allemagne d’après-guerre. Cate Shortland s’inspire d’un ouvrage, La chambre noire de Rachel Seiffert, un roman qui l’a bouleversée car il faisait, entre autre, écho à sa belle famille d’origine juive allemande qui a dû fuir l’Allemagne en 1936. Ce roman met en scène trois histoires en parallèle dont celle de Lore. La fin du film est cependant différente de celle du roman.

2Le film, sorti en 2012, raconte donc l’histoire d’une fratrie de cinq enfants menée par Lore, l’aînée, après la disparition de leurs parents dans l’Allemagne de l’après-guerre, juste après la capitulation et le suicide d’Hitler. Dès le début du film, on apprend que le père, haut gradé dans la hiérarchie du troisième Reich, membre SS éminent, est coupable de crimes de masse en Biélorussie. Les premières scènes sont de brèves scènes familiales sans vie, montrant une mère qui pleure la mort du Führer. Le père est sur le départ car il est recherché et il décide d’envoyer sa famille dans une maison à la campagne. L’esthétique du film est d’emblée donnée, une esthétique froide, parfois pesante d’une famille fasciste qui a épousé intégralement les idées du Führer. À la campagne, quelques jours après la capitulation, la mère prévient Lore qu’elle va partir, elle préfère effectivement se rendre aux autorités pour éviter la prison et aller plutôt dans un camp. Sans aucun regret, elle abandonne ses enfants dont son dernier né, un bébé de moins d’un an. Elle demande à Lore de s’occuper de ses frères et sœurs, et aussi du bébé, lui donne quelques bijoux de famille et un peu d’argent pour qu’elle puisse acheter de la nourriture et se rendre à Hambourg chez leur grand-mère. Elle part sans remords (« le camp n’est pas honteux », dit-elle à sa fille) et la grande traversée de Lore, livrée à elle-même, avec la responsabilité de ses frères et sœurs, commence alors. Il faut souligner que les enfants partagent tous la même idéologie et ont une foi inconditionnelle dans le Führer.

3Des scènes, tout le long du film, insistent sur les actes de dévotion et la certitude de la victoire allemande des enfants eux-mêmes, mais aussi des Allemands rencontrés (alors qu’on sait aujourd’hui que les tous les Allemands n’étaient pas pro-Hitler après la capitulation). La fratrie, au long de ses pérégrinations au sein de la campagne, lutte pour trouver de la nourriture ainsi qu’un lieu pour dormir et se laver ; elle rencontre sur son chemin un jeune homme, Thomas, Juif rescapé de Buchenwald, qui les aide à passer un contrôle américain et décide de les suivre. La relation qui naît entre lui et Lore est ambiguë, pleine de contradictions, de méfiance et de troubles. D’un côté, le désir sexuel naît chez Lore mais jamais ne disparaît sa détestation du Juif apprise dès l’enfance (« tu es un parasite », lui dit-elle). De l’autre, l’attachement de Thomas pour les enfants questionne la notion de responsabilité puisqu’il sympathise avec les enfants de l’un de ses bourreaux. Lore pense d’ailleurs qu’il reste avec eux uniquement pour profiter de la présence du bébé afin de trouver plus facilement de la nourriture.

4Si le rôle de Lore est admirablement joué, le rôle de Thomas est peut-être trop lisse, sans véritables émotions. Lore, qui peu à peu va être bouleversée dans ses convictions, est interpellée lorsqu’elle voit des photos des massacres nazis affichées par les Américains sur des panneaux d’information à destination de la population allemande et qu’elle y retrouve son père, en uniforme, du côté des bourreaux. Elle ne semble pas y croire mais le doute s’installe insidieusement en elle : elle déchire la photo et décide de l’enterrer avec une autre qu’elle gardait précieusement de son père. Le film rend bien compte de l’influence des idéaux politiques dont elle est nourrie depuis l’enfance et met en scène l’ambiguïté du personnage au fil des étapes traversées : son acharnement à croire à la victoire allemande alors que la défaite est criante, son antisémitisme et la réalité qui s’offre à elle à travers la figure de Thomas qui les aide à survivre. Au cours de son voyage, elle oscille entre des comportements agressifs et violents envers Thomas et des comportements désemparés (comme sa volonté de se prostituer afin de disposer d’une barque pour traverser une rivière puis sa tentative de suicide avec le bébé dans cette même rivière). Dans les deux cas, c’est Thomas, celui qui incarne le mal absolu pour Lore, qui la sauve.

5Le film souligne bien les conditions de vie de l’Allemagne d’après-guerre, même si ces thèmes sont traités de manière périphérique : les injustices (la mort du jeune frère de Lore, tué par erreur), les difficultés à trouver de la nourriture, l’afflux de réfugiés et les « campements » de fortune, et enfin les usurpations d’identité (à la fin du film, on apprend que Thomas a volé le passeport d’un Juif pour bénéficier d’un traitement préférentiel). L’arrivée chez la grand-mère maternelle (le but du voyage), est intéressante à plusieurs égards. Celle-ci, émue de retrouver ses petits-enfants, se montre pourtant d’une exigence sévère lorsqu’il s’agit de respecter la discipline. Elle souligne aussi que les parents de Lore n’ont rien fait de mal. Ce modèle de discipline imposé par la grand-mère dans les actes quotidiens indispose Lore qui, dans une dernière scène, transgresse les normes familiales et détruit le seul objet qui lui reste de sa mère (un petit cerf sculpté). Cette scène peut signifier l’émancipation de Lore face à un conditionnement familial qui lui a masqué la réalité des faits.

6Le film ne cherche pas à susciter de l’empathie envers la fratrie, ni à faire des enfants les complices malgré eux du régime, ou de simples victimes des crimes de leurs parents. Il s’agit, à partir du regard d’une jeune femme, de montrer l’ambiguïté et la complexité d’une éducation, d’une transmission d’un modèle de pensée dans lesquelles le mensonge et l’obéissance sont les maîtres mots. Dans ce cas précisément, les enfants de bourreaux ne peuvent être totalement assimilés à leurs parents. Produits d’une éducation, ils ont toutefois les moyens de s’émanciper de leur modèle familial et d’accéder à la vérité, ce que Lore semble expérimenter à la fin du film. Si la réalisatrice n’a pas cherché à séduire les spectateurs, il faut souligner que l’émotion a du mal à surgir tellement l’esthétique du film est froide, avec quelques lenteurs et longueurs. Mais la force du film tient non seulement au sujet traité mais aussi à la manière de filmer, au plus près des corps, le destin de cette famille allemande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Cate Shortland, Lore  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 avril 2014, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14405

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page