Skip to navigation – Site map

Denis Glasson, Les Cantonniers des routes. Une histoire d’émancipation

Aldo Haesler
Les cantonniers des routes
Denis Glasson, Les cantonniers des routes. Une histoire d'émancipation, L'Harmattan, 2014, 365 p., préf. André Guillerme, ISBN : 978-2-343-02373-1.
Top of page

Full text

  • 1 Comme nous l’apprend une page Wikipédia étonnamment bien renseignée, c’est en 1947 que les appellat (...)
  • 2 Il faut rappeler cependant la belle thèse de Christophe Pornon, soutenue à Grenoble II en 2005 : Du (...)

1Le cantonnier a disparu de nos routes, remplacé par l’agent d’entretien dans son flamboyant véhicule de service1. Peu se rappellent encore ces êtres solitaires, taiseux et pauvrement vêtus, faucardant les fossés pour faire s’écouler les eaux, comblant les nids-de-poule avec du bitume et des gravillons, trainant derrière eux leur « point-à-temps », curant les flaches, damant les aspérités de la route du matin jusqu’au soir. André Dhôtel avait écrit quelque part qu’une route, a fortiori une route départementale ou un chemin vicinal, avait beau être un lieu déshérité entre tous, jamais on ne manquait d’y voir un cantonnier à son labeur. Il y avait une étrange poésie dans ces présences. Elles semblaient faire partie du paysage, s’y fondre en y bougeant sans cesse. Où que l’on portait son regard dans les vastes campagnes françaises, on ne tardait à y déceler un cantonnier ou deux, petits points noirs qui évoluaient doucement le long des voies, quelles que soient les saisons ou les aléas de la météo. Mais de même qu’on ne les voit plus guère depuis près d’un demi-siècle, il ne viendrait plus à l’idée de personne de fouler à pied ces chemins qui mènent nulle part. Aussi le cantonnier a-t-il disparu, presque sans laisser de traces ; presque, puisque c’est à son histoire qu’est consacré l’ouvrage de Denis Glasson, qui rapporte avec une diligence toute particulière la mémoire d’un petit peuple sans nom dont la sociographie n’avait pas été faite jusque-là2. Ce livre est exemplaire car il réunit avec une acribie (et une tendresse) d’historien une somme d’archives tout à fait considérable, couvrant les débuts de cette profession, son apogée dans les années 1920 et jusqu’à son déclin dans les années 1950.

2L’intérêt sociologique de ce groupement professionnel presque marginal est cependant indéniable. Nous avons d’une part des ouvriers non qualifiés dont le statut est le plus bas de toute la hiérarchie des professions ; si n’était son salaire, toujours au niveau le plus modeste des échelles salariales, le cantonnier se distinguerait à peine du forçat qui, lui aussi, cassait des cailloux à longueur de journée. Son équipement est tellement rudimentaire qu’il ne lui reste que sa force de travail brute, exposée à tous les dangers et aux éléments de toutes les saisons. Et c’est un solitaire qui ne connaît pas – ou ne connaît qu’indirectement – les élans de la solidarité ouvrière. Il est seul du matin au soir, avec sa feuille de service, visité inopinément par son chef, le « piqueur », sans fréquenter ses camarades en dehors de rares meetings que par bonheur les syndicats mettent en place. En même temps, il est pris dans une hiérarchie impitoyable : au pinacle, les ingénieurs des Ponts et Chaussées, pour qui il n’est qu’une fourmi laborieuse qu’on remplace au gré des besoins. Mais cela n’empêche pas le Règlement de mettre le métier en classes, de former des chefs-cantonniers chargés de veiller au grain, d’être particulièrement vétilleux quand, pour deux sous de plus, un cantonnier de 5e classe prétend passer en 4e. C’est bel et bien un groupement d’individus dont il s’agit, mais d’individus privés de parole, privés de conscience de classe, ou presque.

  • 3 Le règlement de 1835 vaut le détour. En effet, il stipule que le cantonnier devait assurer l'écoule (...)

3La France est le pays affichant le plus grand réseau viaire du monde. Or, une route est une construction en dur, et à la fois un vide. Des deux, c’est le vide qui résiste le mieux à l’usure du temps. C’est un pays zébré de petites routes, maintenant de plus en plus délaissées, des routes qui faisaient le gagne-pain du cantonnier dont on attendait qu’il s’occupe des chaussées de son canton de façon assidue, de manière qu’elles soit sèches, unies, sans danger en temps de glace, fermes, et d'un aspect satisfaisant en toute saison3. Il ne restera bientôt plus que les vides, témoignages muets d’une vie passée où les traverses de village en village irriguaient une vie commune qu’on peine aujourd’hui à s’imaginer.

4L’ouvrage de Denis Glasson est une mine de renseignements originaux. Il nous brosse tout d’abord la longue histoire des corvées, l’invention du cantonnier à la fin du XVIIIe siècle et les longues luttes pour en faire un service public tout au long du XIXe siècle. La partie la plus importante de l’ouvrage (p. 136-274) est consacrée à l’émancipation des cantonniers ; c’est elle qui intéressera l’histoire sociale et la sociologie du syndicalisme tout particulièrement. À mesure que les routes en cailloutis sont remplacées par des revêtements en macadam, la profession se spécialise et s’organise syndicalement. L’émancipation aura réussi dans la mesure où le cantonnier, souvent moqué, presque toujours brimé, ouvrira la route aux automobiles. C’est à cet aspect qu’est dédié la dernière partie du livre (p. 274-362).

5Ainsi l’histoire syndicale des cantonniers est-elle l’histoire lente et toujours difficultueuse de leur émancipation. Le rôle joué par Jean Vésone avec son journal, Le Réveil des cantonniers, est à ce titre exemplaire. On y voit à l’œuvre des patrons d’un genre particulier, puisqu’il s’agit du corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées, pour qui ces cantonniers ne sont qu’une légion de pions infiniment reproductibles dans leurs parties d’échecs intercorporatistes. On y voit une administration publique surtout soucieuse de pousser à ses limites l’esprit du Règlement et de veiller à ce que ses sujets soient aussi lisses que ne le sont les routes qu’ils entretiennent. On voit la caporalisation de ces individus qui, n’étant pas soumis à la discipline de l’atelier, étaient susceptibles de tirer au flanc, si ce n’est de se saouler allègrement dans leurs abris respectifs. Dans ces conditions-là, l’action syndicale était particulièrement critique : autant les revendications étaient nombreuses et parfaitement recevables, autant la mobilisation de ces individus éparpillés dans les campagnes s’avérait difficile. Denis Glasson est à juste titre particulièrement sensible à cette question. Le matériau qu’il nous livre illustre de manière exemplaire la coopération entre historien et sociologue, et il serait bienvenu que ce dernier, s’il est intéressé par les arcanes du processus de syndicalisation, s’y penche un jour.

6S’il fallait écrire une anthropologie de la solitude, celle du cantonnier figurerait à une place à part. Ce serait en quelque sorte la solitude du métier, qui serait comme un outil nécessaire à l’accomplissement de sa tâche. Le cantonnier n’est pas solitaire par choix, mais par vocation. Cette vocation, il doit la supporter car ses choix ne sont pas nombreux, et il doit la supporter car ses journées sont longues. Il était courant, au XIXe siècle, de pratiquer une semaine de 78 heures et de s’attendre à ce que le cantonnier soit même corvéable le dimanche, si son concours était nécessaire. Parcourant ses 15 kilomètres quotidiens entre 6 heures du matin et 7 heures du soir, mangeant sur place, s’attendant à tout moment de voir son « chef » fondre sur lui, il est un corps sans identité de qui ne semble compter que l’assiduité, c’est-à-dire la peine à la tâche. Nulle poésie pour lui-même qui ne pratique que les gestes mornes d’une mise en état sans cesse répétée.

7On connaît le premier couplet de Sur la route de Louviers4, et l’on sait peut-être encore qu’il s’y trouvait un cantonnier. Que celui-ci s’en prenne à la belle dame qu’il laisse passer dans son beau carrosse, en lui disant qu’il préférerait lui aussi rouler en carrosse, mais qu’il avait des garçons à nourrir, qu’on lui fasse le grief d’une telle insolence, tout cela montre à quel point le seul droit concédé au cantonnier était bien celui de se taire.

Top of page

Notes

1 Comme nous l’apprend une page Wikipédia étonnamment bien renseignée, c’est en 1947 que les appellations de cantonnier-chef et de cantonnier des Ponts et Chaussées sont respectivement remplacées par « conducteur de chantier des Ponts et Chaussées » et « agent de travaux des Ponts et Chaussées ». Ces derniers deviendront des agents d’exploitation en 1991 avec la création du corps des agents d’exploitation des Travaux Publics de l’État pour les agents travaillant en Direction départementale de l’Équipement ou des agents d'exploitation de la route ou agent d'entretien de la voirie pour la fonction publique territoriale.

2 Il faut rappeler cependant la belle thèse de Christophe Pornon, soutenue à Grenoble II en 2005 : Du cantonnier à l’agent d’entretien. La rationalisation d’un emploi public, qui, comme son titre l’indique, est moins consacrée à l’histoire du cantonnier, qu’à sa « transformation » en agent privé, donc en sous-traitant, si ce n’est en place vide.

3 Le règlement de 1835 vaut le détour. En effet, il stipule que le cantonnier devait assurer l'écoulement des eaux au moyen du curage des cassis, gargouilles, arceaux, et de petites saignées faites à propos partout où elles étaient nécessaires, en observant que ses saignées ne soient jamais faites dans le corps de la chaussée. « Faire, en saison convenable, les terrasses pour ouvrir et entretenir les fossés, régler les accotements et talus, jeter les terres excédantes sur les terrains voisins, s'il n'y a pas d'opposition, ou les emmétrer pour faciliter leur mesurage ou leur enlèvement ; Enlever, dans le plus court délai possible, au rabot ou à la pelle, les boues liquides ou molles sur toute la largeur de la chaussée, quand même il n'y aurait ni flaches ni ornières, et accumuler, jusqu'à nouvel ordre, sur l'accotement ces boues en tas réguliers ; Régaler ces boues, lorsqu'elles seront sèches, sur les accotements qui auront perdu leur forme, et jeter le surplus sur les champs voisins, s'il n'y a pas d'opposition ; Redoubler de soin aux approches de l'hiver pour l'exécution de ce qui est prescrit aux deux paragraphes précédents, afin d'éviter les bourrelets de terre gelée ; Dans les temps secs, enlever la poussière et la déposer sur les accotements ; Déblayer les neiges sur toute la largeur du chemin, ou au moins de la chaussée, notamment aux endroits où elles s'accumulent et gênent la circulation ; les jeter immédiatement sur les champs voisins, s'il est possible, ou les mettre en tas sur les accotements, de manière à indiquer aux conducteurs de voitures l'emplacement de la voie ; Casser les glaces de la chaussée, les enlever et répandre du sable et des gravats, notamment dans les côtes et les tournants brusques ; Casser aussi les glaces des fossés et les enlever dans les endroits où elles s'accumulent de manière à faire craindre l'inondation de la voie lors du dégel ; Au moment du dégel, favoriser l'écoulement des eaux et enlever les fragments de glaces et de boues, afin que les effets de ce dégel nuisent le moins possible et au roulage et au chemin ; Rassembler, casser et emmétrer, en tas distincts et d'une forme particulière, toutes les pierres errantes, mobiles, saillantes, ou seulement apparentes, lorsqu'elles ont trop de volume, et celles qui seraient à proximité dans les champs voisins et dont on pourrait disposer pour les approvisionnements du chemin ; Casser les matériaux destinés à l'entretien, quand ce cassage ne devra pas être fait par l'entrepreneur de la fourniture ; Couper ou arracher les mauvaises herbes et les chardons, surtout avant la floraison ; Débarrasser la chaussée de tout ce qui peut porter obstacle à la circulation ; Nettoyer, par l'enlèvement des terres, plantes et corps étrangers, les plinthes, cordons et parapets des ponts, ponceaux et autres ouvrages d'art ; Veiller à la conservation des bornes kilométriques et des poteaux indicateurs ». Le cantonnier devait encore apporter une très grande attention et surveiller si les laboureurs n'empiétaient pas sur les bermes avec leur charrue, vérifier si les approvisionnements de matériaux étaient conformes au marché et le caillou de grosseur convenable et exempt de terre. Si, en cas de fraude, il n'avertissait pas son supérieur, il se rendait coupable d'intelligence avec l'adjudicataire et était sévèrement réprimé.

4 http://sedlouviers.pagesperso-orange.fr/histoire/25questions/surlaroute.htm.

Top of page

References

Electronic reference

Aldo Haesler, « Denis Glasson, Les Cantonniers des routes. Une histoire d’émancipation », Lectures [Online], Reviews, 2014, Online since 18 April 2014, connection on 22 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14409

Top of page

About the author

Aldo Haesler

Professeur de sociologie, Normandie Université, Caen Basse-Normandie, équipe de recherche « Identité et subjectivité » (EA 2129).

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page