Navigation – Plan du site

James C. Scott, Two Cheers for Anarchism. Six Easy Pieces on Autonomy, Dignity, and Meaningful Work and Play

Igor Martinache
Two Cheers for Anarchism
James C. Scott, Two Cheers for Anarchism. Six Easy Pieces on Autonomy, Dignity, and Meaningful Work and Play, Princeton University Press, 2014, 200 p., EAN : 9780691161037.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En 2009 pour une publication originale en 1990. Son autre ouvrage traduit, Zomia ou l’art d’être go (...)
  • 2 Voir Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil, 1989
  • 3 Paris, Minuit, 1974
  • 4 Pour une introduction plus historique de ce courant, on pourra se reporter par exemple à Edouard Jo (...)

1Le mariage entre anthropologie et science politique donne décidément souvent de beaux enfants. Et James Scott, qui enseigne simultanément les deux disciplines à la prestigieuse université de Yale, est de ceux-là. Ses travaux sur les formes de résistances quotidiennes à la domination réalisés notamment auprès de populations paysannes en Asie du Sud-Est ont cependant été tardivement introduits dans l’espace francophone, et encore de manière parcellaire. La Domination et les arts de la résistance a ainsi attendu près de vingt ans pour être traduit par les éditions Amsterdam1. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir attiré l’attention de ses confrères, et déclenché de vives discussions concernant l’autonomie réelle qu’il accorde aux peuples subalternes qu’il a étudiés. Certains de ses adversaires reprochent ainsi à Scott d’exagérer cette dernière et de faire ainsi preuve de populisme, le pendant inverse du misérabilisme qui la sous-estimerait pour reprendre l’opposition classique de Jean-Claude Passeron et Claude Grignon2. Il est sûr en tous les cas que les thèses développées par Scott ne sont pas dépourvues d’implications politiques dépassant des enjeux purement « scientifiques ». Inscrivant ses travaux dans la lignée de ceux de Pierre Clastres, James Scott partage aussi le tropisme anarchiste de l’auteur précocement disparu de La Société contre l’État3 et c’est à un vibrant plaidoyer en faveur de cette idée politique aux traductions empiriques multiples4 qu’il se livre ici.

2Cet ouvrage ne s’appuie pas sur un matériau empirique rigoureux, mais constitue un essai écrit dans ce style assez libre (rien de plus logique !) mêlant anecdotes personnelles et résultats de recherches divers dont les auteurs anglo-saxons ont le secret. Il se décompose lui-même en six petits textes abordant chacun une dimension de nos sociétés contemporaines pour en montrer l’absurdité et suggérer par contraste tout l’intérêt d’accorder davantage de confiance aux capacités d’auto-organisation des membres subalternes de la société, aussi bien dans les politiques publiques que dans la pratique des sciences sociales – en appliquant par exemple les mêmes méthodes à l’étude des « élites » et des subalternes comme il le suggère dans sa préface.

  • 5 Et qui plus encore exercent un contrôle social puissant en exprimant fortement leur réprobation lor (...)
  • 6 Voir notamment Gérard Mauger, L’émeute de novembre 2005, Bellecombe-en-Bauges, 2006, recensé sur Li (...)
  • 7 Voir par exemple le dossier coordonné par Mounia Bennani-Chraïbi, Olivier Fillieule, « Retour sur l (...)

3Dans le premier texte, il fait ainsi l’éloge de la désobéissance réfléchie en partant de plusieurs situations qu’il a observées lors de séjours en Allemagne de l’Est : celle de piétons attendant que le feu soit vert avant de traverser la rue quand bien même aucun véhicule ne se profile à des kilomètres à la ronde5 et, toujours en ex-RDA, l’initiative d’artistes transportant de ville en ville une statue en papier mâché à la gloire des déserteurs anonymes des deux guerres mondiales. Un geste hautement anarchiste qui n’eut pas l’heur de plaire aux autorités de l’époque…Puis il reprend ses propres thèses pour rappeler que la résistance la plus ordinaire des peuples subalternes ne prend pas la forme de l’action collective ouverte, tant valorisée par les meneurs des mouvements sociaux comme par les sociologues spécialisés, mais celle de petits actes individuels et silencieux visant à contourner les règles pour des motifs tenant à la simple amélioration du quotidien, si ce n’est la survie. Scott va même jusqu’à reprendre l’antienne de la critique des organisations du mouvement ouvrier, partis ou syndicats, qui en institutionnalisant la colère permettraient sa domestication, tandis que ce serait au contraire les protestations inorganisées qui auraient permis les plus grandes avancées sociales, à l’instar des révoltes intervenues aux États-Unis durant la Grande Dépression des années 1930 ou de la décennie des droits civils trente ans plus tard. Une interprétation largement discutable s’il en est, et dont les récentes émeutes de novembre 2005 dans l’Hexagone6 ou celles, en Tunisie, en Égypte, au Yemen et ailleurs, réunies sous l’étiquette du « Printemps arabe »7 ont rappelé les défis que ce type de mobilisations dites « spontanées » posent aux analystes – sérieux s’entend. Dans ce même chapitre, Scott rappelle aussi à la suite de Max Weber, le caractère relationnel du pouvoir et en particulier du charisme, en s’appuyant sur l’exemple des discours de Martin Luther King Junior, afin de montrer surtout qu’une bonne part de ce pouvoir vient en fait d’en bas, et en l’occurrence des foules inorganisées.

  • 8 Un processus que Béatrice Hibou a d’une certaine manière mis en évidence à sa manière en insistant (...)
  • 9 Voir entre autres Jean-Pierre Warnier, La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, 2008

4L’auteur revient ensuite, dans le deuxième chapitre, sur le décalage toujours existant entre les représentations et usages vernaculaires et les officiels. Il part ainsi des désignations des routes dans sa bourgade natale du Connecticut en expliquant que les locuteurs les dénommaient la plupart du temps en fonction de leur destination en vertu d’un sens pratique impliquant cependant d’être nécessairement situé, et non par leur appellation officielle, répondant à une approche impersonnelle et universelle, mais moins « parlante » au premier abord à celui qui cherche justement sa route. Et James Scott de présenter implicitement et avec pédagogie toutes les analyses qui, de Max Weber à Pierre Bourdieu, ont mis en évidence la mise en ordre du monde qu’a impliqué l’essor de l’État moderne – forme d’organisation politique parmi d’autres qui est allée jusqu’à se naturaliser elle-même aux yeux de nos contemporains en masquant sa contingence et son apparition relativement récente au regard de l’histoire de l’humanité. L’auteur impute en particulier à l’État ainsi qu’aux organisations internationales la standardisation culturelle qui serait à l’œuvre à l’échelle planétaire8, réduisant les pratiques traditionnelles au rang de marchandises. Un argument qui rejoint le sens commun mais est démenti, non sans paradoxe, par les études qui mettent en œuvre des formes de résistance plus ou moins volontaires à cette uniformisation à travers des processus d’hybridation et de métissage9.

  • 10 Voir Jean Gadrey, Florence Jany-Catrice, Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte (...)
  • 11 On notera au passage que cette approche de l’homme par ses aptitudes n’est pas sans faire écho à la (...)

5En produisant des normes de comportement, mais aussi de pensée, les institutions façonnent en fait un certain type d’être humain, comme le pointe l’auteur dans le chapitre suivant. Il s’appuie ainsi sur des exemples aux deux extrémités de la vie, les aires de jeux pour enfants et les maisons de retraite, pour montrer que la conception de ces institutions peut stimuler ou au contraire brider le développement de certaines facultés humaines, à commencer par la créativité personnelles. Or, celles-ci ne sont pas seulement essentielles à notre bien-être, mais elles sont également le ferment de notre capacité d’adaptation à un environnement changeant, condition essentielle s’il en est de notre survie collective. De ce fait, la conception dominante de l’efficacité avec tout ce qu’elle implique de rigidité s’avère bel et bien erronée, et dans la lignée des critiques des indicateurs de richesse10, il propose de substituer au triomphant PIB un « Produit Humain Brut » qui se focaliserait sur les capacités et talents que le système social permettrait de développer parmi les membres de la société11. Une approche qui ferait apparaître soudainement le travail à la chaîne comme le système éducatif vertical bien contre-productifs…

6La partie la plus surprenante de l’ouvrage est sans doute le quatrième chapitre, où Scott se livre à un éloge de la petite bourgeoisie – en l’occurrence constituée de la classe en déclin des commerçants et autres travailleurs indépendants, mettant en avant sa volonté d’autonomie, sa propension particulière à l’innovation et ses autres externalités positives en termes de convivialité vis-à-vis de ses riverains, soit autant de fonctions auxquelles la grande entreprise ne pourrait se substituer. Là encore, l’idéalisation des indépendants -et la condamnation réciproque du salariat- pourra apparaître quelque peu simpliste à certains lecteurs, et semble surtout amener à bousculer certaines routines intellectuelles.

  • 12 Voir notamment Isabelle Bruno, Emmanuel Didier, Benchmarking. L’Etat sous pression statistique, Par (...)
  • 13 Dans une perspective cousine, pour une réhabilitation récente de la place des discours dans la prod (...)

7En la matière, le chapitre suivant mériterait d’être diffusé dans toutes les institutions éducatives – et même bien au-delà. L’auteur y revient en effet sur la diffusion des tests standardisés pour mesurer le niveau des élèves – et la performance de leurs établissements et enseignants-, ainsi que sur celle des normes bibliométriques comme indicateurs de la productivité des chercheurs. On y retrouve les critiques que certains auront déjà entendues à l’égard des (contre-)réformes de l’école et de l’Université, et plus largement du benchmarking comme forme de gouvernementalité d’autant plus efficace qu’elle est inaperçue12, exposées cependant avec un souci pédagogique particulièrement percutant – l’auteur n’hésitant pas à prendre, pour s’en moquer, l’exemple de sa propre université, dont la nouvelle présidente, une certaine Condoleeza Rice, a poussé la logique de l’indice de citations jusqu’à l’absurde. Le dernier chapitre revient une dernière fois sur la dialectique entre le particulier des situations et la montée en généralité – et en abstraction- que nécessite la pensée et la pratique de l’Etat, mais aussi du marché et de la science modernes. Il rappelle ainsi les biais que comporte la (re)présentation traditionnelle des phénomènes sociaux et historiques, adoptant une vue aérienne qui n’est en fait celle d’aucun de ses acteurs. « Une grande part du travail symbolique du pouvoir officiel est précisément de dissimuler la confusion, le désordre, la spontanéité, les erreurs et l’improvisation du pouvoir politique tel qu’il est effectivement exercé sous la surface lisse comme une boule de billard de l’ordre, de la délibération, de la rationalité et du contrôle », écrit-il ainsi, ce qu’il résume sous l’expression de « miniaturisation de l’ordre », condensant lui-même la pensée de nombreux auteurs, comme Hanna Arendt ou Pierre Bourdieu, concernant la fonction de mise en ordre symbolique du pouvoir13.

  • 14 Voir Le monde jusqu’à hier, Paris, Gallimard, 2013, recensé sur Lectures : http://lectures.revues.o (...)
  • 15 Voir par exemple celles que met en évidence la thèse de Simon Luck, Sociologie de l’engagement libe (...)

8Stimulant et vivant, l’essai de James Scott l’est sans conteste pour penser notre société comme nos manières de pratiquer les sciences sociales. Reste que comme tout plaidoyer, celui-ci peut sembler un peu trop unilatéral, à la différence du miroir que peut tendre, par exemple, un Jared Diamond sur notre modernité14. À l’instar d’autres idées, l’anarchisme présente de nombreuses contradictions lorsqu’on s’efforce de le mettre en pratique15. Ce qui n’empêche pas de le considérer comme un aiguillon pertinent pour enrayer certaines routines institutionnelles absurdes et même délétères.

Haut de page

Notes

1 En 2009 pour une publication originale en 1990. Son autre ouvrage traduit, Zomia ou l’art d’être gouverné a cependant été traduit en 2013 au Seuil, quatre ans « seulement » après l’édition originale (voir la recension de Nicolas Delalande sur La Vie des Idées : http://www.laviedesidees.fr/Zomia-la-ou-l-Etat-n-est-pas.html

Mais ses premiers ouvrages, The Moral Economy of the Peasant (1979) et Weapons of the Weak (1985) restent encore inédits dans la langue de Molière…

2 Voir Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil, 1989

3 Paris, Minuit, 1974

4 Pour une introduction plus historique de ce courant, on pourra se reporter par exemple à Edouard Jourdain, L'anarchisme, Paris, La Découverte, 2013, recensé sur Lectures par Celia Poulet : http://lectures.revues.org/10613

5 Et qui plus encore exercent un contrôle social puissant en exprimant fortement leur réprobation lorsque quelqu’un n’en fait pas autant – situation qui se retrouve d’ailleurs encore aujourd’hui, et dans d’autres sociétés que la seule allemande…

6 Voir notamment Gérard Mauger, L’émeute de novembre 2005, Bellecombe-en-Bauges, 2006, recensé sur Liens socio : http://www.liens-socio.org/L-Emeute-de-novembre-2005

7 Voir par exemple le dossier coordonné par Mounia Bennani-Chraïbi, Olivier Fillieule, « Retour sur les situation révolutionnaires arabes », Revue Française de Science Politique, vol. 62 (1-2), octobre-décembre 2012, dont Lilian Mathieu a rendu compte sur Lectures : http://lectures.revues.org/10169

8 Un processus que Béatrice Hibou a d’une certaine manière mis en évidence à sa manière en insistant plus spécifiquement pour sa part sur la coproduction croissante de normes par les institutions publiques et marchandes sous le concept de bureaucratisation du monde. Voir La bureaucratisation du monde à l'ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012 (dont une recension est disponible à ce lien : http://lectures.revues.org/9684) et l’ouvrage collectif qu’elle a dirigée à la suite : La bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte, 2013

9 Voir entre autres Jean-Pierre Warnier, La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, 2008

10 Voir Jean Gadrey, Florence Jany-Catrice, Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte, 2012 [2005]

11 On notera au passage que cette approche de l’homme par ses aptitudes n’est pas sans faire écho à la figure de l’homme complet que Karl Marx voulait ériger en fin première de l’organisation sociale

12 Voir notamment Isabelle Bruno, Emmanuel Didier, Benchmarking. L’Etat sous pression statistique, Paris, La Découverte, 2012

13 Dans une perspective cousine, pour une réhabilitation récente de la place des discours dans la production des politiques publiques, voir notamment Philippe Zitoun, La fabrique politique des politiques publiques, Paris, Presses de Sciences-po, 2013

14 Voir Le monde jusqu’à hier, Paris, Gallimard, 2013, recensé sur Lectures : http://lectures.revues.org/13099

15 Voir par exemple celles que met en évidence la thèse de Simon Luck, Sociologie de l’engagement libertaire dans la France contemporaine, Université Paris 1, 2008

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « James C. Scott, Two Cheers for Anarchism. Six Easy Pieces on Autonomy, Dignity, and Meaningful Work and Play », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 avril 2014, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14415

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page