Navigation – Plan du site

Elisabeth Anstett, Jean-Marc Dreyfus (dir.), Cadavres impensables, cadavres impensés. Approches méthodologiques du traitement des corps dans les violences de masse et les génocides

Nicolas Patin
Cadavres impensables, cadavres impensés
Elisabeth Anstett, Jean-Marc Dreyfus (dir.), Cadavres impensables, cadavres impensés. Approches méthodologiques du traitement des corps dans les violences de masse et les génocides, Paris, coll. « Les cadavres dans les violences de masse et les génocides », 2013, 152 p., ISBN : 978-2-84743-060-8.
Haut de page

Texte intégral

1Comment expliquer l’oubli, au sein des disciplines qui s’intéressent aux violences de masse, de la matérialité des cadavres ? Les recherches sur les génocides ont pourtant connu un intérêt massif ces dernières années, tout comme, dans un champ encore plus vaste, les travaux sur le corps dans toutes ses dimensions. Comment comprendre alors que le corps, une fois devenu cadavre, disparaisse de l’intérêt des chercheurs et qu’« en changeant d’état », cet objet singulier « change de statut » ?

  • 1 On peut, à ce titre, faire référence à un livre pionnier concernant les pays communistes : Katherin (...)
  • 2 « Operation 1005 : les mesures mises en œuvre par les Nazis pour effacer les traces des meurtres de (...)
  • 3 Notamment : Klaus-Michael Mallmann, Die “Ereignismeldungen UdSSR” 1941, Dokumente der Einsatzgruppe (...)

2C’est pour essayer de répondre à cette question qu’un certain nombre de chercheurs se sont réunis en 2011 lors d’une journée d’étude dont les travaux sont publiés dans le présent ouvrage. Il s’agissait de montrer que les génocides nombreux du XXe siècle n’avaient pas laissés derrière eux que des « traumatismes, de la mémoire et des mémoriaux » relativement « désincarnés », mais bien un « traitement politique des morts1 ». Force est de constater qu’en ce qui concerne l’Holocauste, mises à part les recherches2 sur l’opération 1005 – cette tentative des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale de détruire par le feu les milliers de cadavres qu’ils avaient eux-mêmes enterrés dans des fosses communes dans les années 1941-42 –, la question des « corps morts » a moins intéressé les chercheurs, notamment les historiens, que celles des diverses dégradations avant la mort et de leur signification politique. L’attention qui s’est récemment portée de manière plus approfondie3 sur les Einsatzgruppen et leurs opérations de « fusillades à ciel ouvert » n’est certainement pas étrangère à cet intérêt nouveau porté au corps : il n’empêche, les analyses s’arrêtent bien souvent une fois le « corps vivant » devenu un « corps mort ». La co-directrice de l’ouvrage soulève à ce titre une question qui laisse deviner une des raisons de cet angle mort : « au plan éthique, comment éviter le voyeurisme et produire une intelligibilité des faits sans verser dans l’obscénité ? » (p. 130). Le pari de l’ouvrage, premier volume de la collection intitulée « Les cadavres dans les violences de masse et les génocides », est relativement réussi, dans la mesure où ses neuf contributions nous permettent de mieux cerner un certain nombre de dynamiques à l’œuvre dans ces moments paroxystiques que sont les meurtres de masse.

3Pour analyser au mieux cet objet malaisé, l’équipe associe des compétences pluridisciplinaires puisqu’elle est composée de trois anthropologues, deux juristes, deux historiens, un criminologue et un médecin-légiste. C’est en même temps l’un des atouts de l’ouvrage et l’une de ses limites : si les apports des différentes disciplines sont enrichissants, certaines d’entre elles ont une tradition de discussion inter-disciplinaire moins longue et partagent donc plus difficilement leur vocabulaire. Le chapitre de Jon Shute propose ainsi une relecture particulièrement ambitieuse des raisons qui ont tenu la criminologie éloignée de la question des violences de masse ; en revanche, le chapitre de Marc Taccoen sur les pratiques concrètes de la médecine légale, bien que très intéressant, pourra déstabiliser le lecteur par son caractère très descriptif et par un certain manque de clarté dans son apport méthodologique. Les deux chapitres liés à la définition des corps dans le droit national et international montrent le grand intérêt qu’il est possible de tirer de démarches méthodologiques différentes : dans les divers tribunaux pénaux internationaux, le concept de « dignité humaine » prend souvent le pas sur la notion même de « corps », ne se positionnant pas réellement sur le lien qui unit ces deux notions. Dans le cas argentin des « vols de la mort », la disparition des corps a conduit la justice nationale a créé des procédures tout à fait spécifiques et a transformé la mission du juge d’une activité punitive à une activité déclarative : pour combler le manque dû à la disparition des cadavres, la justice enquête systématiquement, pour établir une réelle reconnaissance judiciaire.

  • 4 L’auteur en donne la définition suivante à la page 94 : « agression acharnée sur une population civ (...)

4Un autre point fort de l’ouvrage est de ne pas enfermer le propos dans des débats maintes fois soulevés sur les typologies et distinctions entre « génocide » et « violences de masse ». Les outils de l’anthropologie – qui conduisent, malgré tout, à une relative décontextualisation historique – permettent cependant aux auteurs d’évoquer une grande variété de configurations et de les comparer : la « solution finale de la question juive », le génocide rwandais, le génocide khmer au Cambodge mais aussi les morts et disparus de la dictature militaire en Argentine ou encore le goulag d’ex-Union soviétique… La question de l’usage des corps amène par exemple le chercheur Nigel Eltringham à reformuler les distinctions possibles entre les « cultures de la terreur4 » et les « génocides », les premières ayant plus souvent recours à une exhibition des cadavres qui deviennent un « véhicule clé [du] discours » de la violence ; les seconds à une dissimulation des cadavres, ce que confirme l’historien Robert Jan van Pelt en montrant comme Heinrich Himmler avait conceptualisé le génocide et Auschwitz de manière à ce que « toute trace du camp [disparaisse] de la surface de la terre » (p. 82). Eltringham estime cependant que la distinction « exhibition / dissimulation » des cadavres n’est pas suffisante pour comprendre, en l’occurrence le génocide rwandais, où des logiques culturelles antérieures étaient à l’œuvre et conduisaient à des situations locales très variées.

5L’ouvrage est court : il prend avant tout la forme d’un plaidoyer, même s’il est fondé sur quelques études de cas intéressantes. Celle de Jean-Marc Dreyfus, en s’interrogeant sur les activités de la « Mission française de recherche des cadavres de déportés en Allemagne », montre ainsi l’ampleur de cet impensé des cadavres : en 1957, cette Mission de recherche avait ainsi exhumé 50 000 corps en Allemagne, phénomène massif qui tient une place infime dans les narrations traditionnelles de l’après-guerre allemand. La recherche d’Elisabeth Anstett sur les fosses communes soviétiques révèle, elle aussi, l’ampleur de la « présence-absence de restes humaines en masse » (p. 128), ceux des millions de corps produits par le système des camps du Goulag. Les corps étaient le plus souvent enterrés dans des fosses communes, ou immergés sous la glace quand le sol était trop dur. On lit, en creux, l’importance du déni de cette réalité dans la société russe actuelle, les fosses communes étant souvent découvertes lors de travaux sur la voie publique.

6Ces études de cas complètent donc bien les ambitions méthodologiques, en montrant que le sujet des cadavres, dont le XXe siècle a été si prolixe, est loin d’être périphérique. Reste, une fois les attendus du projet ici exposés, à voir si les volumes à venir tiendront l’équilibre toujours difficile dans ce genre d’entreprise interdisciplinaire entre prise en compte du contexte et généralisation possible des phénomènes observés dans les études de cas.

Haut de page

Notes

1 On peut, à ce titre, faire référence à un livre pionnier concernant les pays communistes : Katherine Verdery, The Political Lives of Dead Bodies. Reburial and postsocialist change, Columbia University Press, 2000.

2 « Operation 1005 : les mesures mises en œuvre par les Nazis pour effacer les traces des meurtres de masse en Europe centrale et orientale, 1942-1944 », conférence internationale tenue les 15 et 16 juin 2009 à Paris.

3 Notamment : Klaus-Michael Mallmann, Die “Ereignismeldungen UdSSR” 1941, Dokumente der Einsatzgruppen in der Sowjetunion, WBG, Darmstadt, 2011.

4 L’auteur en donne la définition suivante à la page 94 : « agression acharnée sur une population civile dans laquelle la menace, la torture, le travail forcé et l’emprisonnement deviennent des formes endémiques de contrôle sociopolitique » (d’après la définition de J.A. Margold).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Patin, « Elisabeth Anstett, Jean-Marc Dreyfus (dir.), Cadavres impensables, cadavres impensés. Approches méthodologiques du traitement des corps dans les violences de masse et les génocides », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14419

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Patin

Nicolas Patin est ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, agrégé et docteur en histoire contemporaine. Il est actuellement chargé de recherches à l’Institut historique allemand de Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page