Navigation – Plan du site

Nédra Ben Smaïl, Vierges ? La nouvelle sexualité des Tunisiennes

Marion Breteau
Vierges ? La nouvelle sexualité des Tunisiennes
Nedra Ben Smaïl, Vierges ? La nouvelle sexualité des Tunisiennes, Tunis, Cérès, coll. « D'Islam & d'ailleurs », 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis cinquante ans, les femmes tunisiennes ont accédé à un ensemble de droits qui ont transformé leurs quotidiens : de la scolarisation à l’accès au travail, du droit à la contraception à l’avortement, elles ont aujourd’hui un mode de vie qui diffère en beaucoup de points de celui de leurs aînées. Malgré tout, des crispations persistent, notamment lorsqu’il s’agit de problématiques liées à l’intimité et la sexualité. Un tabou, celui de la virginité et de l’interdiction de rapports sexuels avant le mariage, est remis en question et transgressé par certaines Tunisiennes aujourd’hui. Vierges ? Voici la question qui inaugure l’ouvrage de Nédra Ben Smaïl, psychanalyste tunisienne. Cet ouvrage s’inscrit dans un projet de recherche qui traitera de la sexualité dans le monde arabo-musulman1.

2La réflexion porte sur le phénomène de la médicalisation de la virginité, ou ce que l’auteure appelle « revirgination », terme qui désigne un ensemble de pratiques visant la réparation chirurgicale de l’hymen, apparues en Tunisie dans les années 1970. L’auteure s’attache à déceler les motivations qui poussent les femmes à recourir à cette pratique, tout en mettant en évidence le fait que celle-ci s’avère être révélatrice de tensions et dimensions plus larges. Paru en 2012, c’est d’une Tunisie « post-révolutionnaire » (p. 10) qu’il s’agit dans cet ouvrage, c’est-à-dire d’un paysage social dont le contexte religieux est en recherche de cohésion, une politique en reconsidération, et un cadre juridique en pleine évolution. La pratique de la revirgination se révèle alors être au cœur de problématiques plus lourdes de sens, comme celles du désir féminin, mais aussi masculin, et de ses implications psychologiques et sociales.

  • 2 Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.
  • 3 Mernissi Fatima, Sexe, idéologie, Islam, traduit de l’anglais par D. Brower et A-M. Pelletier, Pari (...)
  • 4 Lacoste-Dujardin Camille, Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb, Paris, L (...)
  • 5 Butler Judith, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, traduit de l’anglais par (...)

3L’auteure entame la discussion en rappelant le rôle social de la virginité féminine. Perçue comme le sceau de l’honneur, à la fois fragile et tout puissant, aux limes de la sacralité, celle-ci doit être préservée jusqu’à la nuit de noces qui célèbre le mariage. Elle est preuve de vertu et sa perte, dans un cadre non admis, c’est-à-dire en dehors du mariage, est signe d’indécence. Le modèle culturel tunisien étant patriarcal, la virginité des filles est dépositaire du pouvoir viril de l’homme, assimilant la femme au capital symbolique de la masculinité2. Aussi la virginité a un statut d’impératif, et sa transgression peut mener à une culpabilité de la part des femmes et dont la pression sociale ainsi que les hommes lui feront le reproche de sa perte. L’auteure demande alors : la revirgination permet-elle une émancipation grâce une « repossession » de son corps par la femme, repris aux mains des hommes, ou s’agit-il d’une tentative de subversion qui resterait malgré tout dans les ordres ? Nédra Ben Smaïl s’inscrit dans le prolongement d’une posture féministe classique telle que Fatima Mernissi3 ou Camille Lacoste-Dujardin4 qu’elle renouvelle à la lumière d’un autre paradigme, celui de la modernisation. S’agit-il d’un signe de modernité ou d’occidentalisation qui inspirerait l’émancipation ? Au contraire, est-ce le témoin d’une stagnation dans le modèle traditionnel tunisien, provoquant alors une culpabilité mal vécue par les femmes ? Le risque d’une telle problématisation est de tomber dans un essentialisme, celui à la fois du genre et de la culture. En effet, une réflexion qui favoriserait l’étude des pratiques en termes de stratégies individuelles5 permettrait peut-être de voir qu’il n’existe pas de « femme », mais « des femmes ». Ce problème est aussi posé par la méthodologie utilisée pour recueillir certains témoignages, comme la création d’un forum sur Internet, ce qui semble retirer les enquêtés de leur contexte, pourtant signifiant, et donner une impression de généralisation.

4Afin de comprendre la force qui caractérise le tabou de la virginité et le recours à la chirurgie, Nédra Ben Smaïl adopte une approche pluridisciplinaire instructive. À la fois sous l’angle du macro en prenant en compte les faits sociétaux dans leur ensemble, mais aussi du micro en recherchant les effets du social sur l’aspect inconscient des individus, la démarche se veut autant psychanalytique que sociologique. Les domaines évoqués, eux aussi pluriels, convoquent textes religieux, recours à la médecine ou encore jurisprudence islamique et système juridique tunisien dans un tout cohérent. L’auteure met néanmoins l’accent sur la dimension psychique de la revirgination, et pour cause. En s’appuyant sur la psychanalyse freudienne, le tabou de la virginité est expliqué à la lumière des figures mythiques de la mère et de la putain, l’une sacrée et inviolable, l’autre impure et symbole de jouissance. La revirgination sèmerait alors le trouble entre ces figures structurantes de l’inconscient. L’hymen, « enveloppe morale » (p. 48) qui permettait de résister à la tentation, une fois brisée créerait une confusion des frontières de l’interdit sexuel, le complexe œdipien pour toile de fond, et brouillerait le processus de sexuation qui en découle.

5En interrogeant des gynécologues et des médecins généralistes pratiquant la reconstruction de l’hymen, Nédra Ben Smaïl constate que le monde de la santé participe lui aussi à redéfinir les représentations symboliques de la virginité. Celui-ci peut être perçu comme un outil de légitimation et de déculpabilisation pour les patientes par le discours d’expertise qu’il produit. Mais il y participe aussi par un processus de transfert qui s’opère entre le praticien et sa cliente grâce à la figure d’autorité qu’il peut incarner, la culpabilité étant reléguée au mari. L’auteure montre ainsi que la médicalisation de l’hymen, elle-même tue au sein des professionnels, vue comme une pratique parallèle sans statut ni apprentissage en milieu institutionnel et dont on parle avec gêne, mène ces derniers à remettre en question leur statut et leurs pratiques. La revirgination fait alors de la médecine « l’instrument de cette pression sociale à laquelle elle se plie » (p. 83), car en acceptant d’opérer, les médecins approuvent la transgression de la virginité tout en reconnaissant son aspect normatif.

  • 6 Ben Dridi Ibtissem, « « Est-ce que ça marche ? » À propos du tasfih, rituel protecteur de la virgin (...)

6Malgré tout, Nédra Ben Smaïl perçoit dans la revirgination une possibilité d’accès à une forme d’autonomie pour les femmes, et produit une transformation des représentations de la sexualité et du rapport au corps. La sexualité devient envisageable avant le mariage et le rayonnement du tabou est réduit de l’interdiction des rapports sexuels à la défloration seule, maintenant toute relative puisque transgressive et presque réparable à l’envi. Mais il s’agit aussi d’un changement des relations affectives et des identités de genre. Les femmes prennent le pouvoir, tout du moins sur le plan inconscient, dans lequel les schèmes des relations de genre sont basés sur la domination masculine. Comme le notait déjà Ibtissem Ben Dridi (2010) concernant des pratiques rituelles et croyances visant à préserver la virginité des jeunes filles, ces procédés pourraient être compris comme une « potentialité créatrice de la femme » plutôt que la reproduction de l’image de la femme qui « accepte son sort avec résignation »6.

7En conclusion, plus que la simple brisure d’un hymen, Nédra Ben Smaïl « file la métaphore » et considère ces nouvelles pratiques comme la matérialisation d’une déchirure, celle de la société tunisienne marquée par les transformations. L’auteure nous offre ainsi une actualisation importante sur les représentations contemporaines de la sexualité et des femmes en Tunisie. Grâce à une démarche pluridisciplinaire, cet ouvrage permet d’être abordé de différentes manières, et d’être lu par un public plus large que les psychanalystes seuls. Enfin, il peut aussi être considéré comme une invitation à explorer davantage le sujet, à l’appui de méthodologies d’enquête plus observantes, telles que l’ethnographie, ce qui permettrait d’accéder aux subjectivités et représentations des enquêtés eux-mêmes.

Haut de page

Notes

1 Tuniculture.net, http://www.tuniculture.net/38967/403/179/culture-livres-olfa-youssef-et-nedra-ben-smail-signent-leurs-livres-au-stand-ceres.html

2 Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

3 Mernissi Fatima, Sexe, idéologie, Islam, traduit de l’anglais par D. Brower et A-M. Pelletier, Paris, Tierce, 1983.

4 Lacoste-Dujardin Camille, Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb, Paris, La Découverte Poches, 1996.

5 Butler Judith, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, traduit de l’anglais par C. Kraus, Paris, La Découverte, 2005.

6 Ben Dridi Ibtissem, « « Est-ce que ça marche ? » À propos du tasfih, rituel protecteur de la virginité des jeunes filles tunisiennes », LAnnée du Maghreb [En ligne], VI, mis en ligne le 10 juillet 2010, URL : http://anneemaghreb.revues.org/826

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Breteau, « Nédra Ben Smaïl, Vierges ? La nouvelle sexualité des Tunisiennes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14436

Haut de page

Sujet

Genre

Sexualité

Religions - croyances

Corps

Droit

Santé - médecine

Haut de page

Rédacteur

Marion Breteau

Doctorante en anthropologie, université d’Aix-en-Provence

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page