Navigation – Plan du site

Jérôme Luther Viret, Le Sol & le sang. La famille et la reproduction sociale en France du Moyen Âge au XIXe siècle

Marine Carcanague
Le sol & le sang
Jérôme Luther Viret, Le sol & le sang. La famille et la reproduction sociale en France du Moyen Âge au XIXe siècle, Paris, CNRS, 2014, 491 p., préface de François-Joseph Ruggiu, ISBN : 978-2-271-07922-0.
Haut de page

Texte intégral

1L’enquête proposée par Jérôme Luther Viret se distingue par son ambition, qui est avant tout thématique, puisque l’auteur analyse la transformation des structures familiales, en étudiant des thèmes aussi divers que la transmission de patrimoine et les « régimes d’autorité » au sein de la famille. L’ambition est également chronologique : huit siècles sont pris en compte, ce qui permet à l’auteur de dégager les évolutions sur la très longue durée. Enfin, l’étude est prise en charge grâce à un vaste champ disciplinaire comprenant l’histoire du droit, l’anthropologie, la démographie et plus largement l’histoire sociale.

2Cet ouvrage cherche à démontrer comment le droit et les structures familiales interagissent, notamment dans le cas des successions. La réflexion est replacée dans un cadre plus global de recherches sur la famille et ses évolutions.

3La notion d’héritier se répand au XIIe siècle. L’auteur dégage deux modes majeurs de transmission de patrimoine. Au sud de la France, les stratégies familiales visent à conserver un domaine familial unique afin de ne pas disperser le patrimoine. Cela explique la valorisation du droit d’aînesse, qui consiste à désigner l’aîné comme héritier universel. Les premières manifestations du droit d’aînesse remontent à 1030. C’est donc « le sol » qui régit les transmissions familiales dans la France méridionale : cette règle de transmission permet la continuité de résidence du lignage sur le domaine. Au nord, le droit coutumier domine. La priorité est consacrée au « sang » puisque c’est avant tout le nom de la famille qui doit être perpétué. C’est ainsi le prestige du lignage qui est mis au centre des stratégies de transmission de patrimoine.

4La méthode employée par l’auteur pour étudier les régimes de transmission confronte l’historique au juridique. Le droit est envisagé par l’historien en lien étroit avec les structures sociales, comme il le souligne dans l’introduction « les notions juridiques […] se nourrissent de l’état de la société et des conflits qui la traversent » (p. 17).

5Le premier chapitre débute au XIe siècle. Ce siècle représente une césure : c’est en effet à cette époque que s’effectue la différenciation entre pays de coutume et pays de droit romain. Une synthèse des origines de la coutume, de ses fonctionnements, de ses applications et de sa réception, est alors proposée. Le XIe siècle met également au centre des préoccupations la transmission des biens des époux. L’historien dresse un panorama aussi complet que complexe des pratiques de transmission dans les couples, de la Bourgogne au Centre, en passant par la Normandie. Il remarque ainsi que les pratiques des pays de droit romain sont plus individuelles que celles des provinces régies par le droit coutumier.

6Le deuxième chapitre interroge le rôle de la terre dans la formation des élites. D’une part, la terre permet la perpétuation des élites. En effet, la terre devient un bien qui se transmet au tournant de l’an mil, puisque les biens fiscaux des officiers sont transformés en biens privés : le fief devient donc un élément du patrimoine familial. D’autre part, posséder une terre permet souvent d’intégrer les élites. En effet, la propriété d’un fief permet aux individus de témoigner d’« un semblant de noblesse ». Les voisins pensent alors que les possesseurs de terre sont nobles, ce qui conduit rapidement à un anoblissement par le pouvoir royal. La couronne permet également l’entrée dans la noblesse par la finance, les offices, ou l’état militaire.

7La terre permet donc la reproduction sociale des élites. Les familles sont tiraillées entre la puissance du lignage, qui se mesure au nombre d’enfants, et la puissance du fief, qui engendre plus de revenus s’il n’est pas divisé. C’est pour cela que le droit d’aînesse se développe fortement au XIVe et au XVe siècles. L’exclusion des filles est très fréquente dans ce mode de transmission du patrimoine.

8Les familles mobilisent des stratégies afin d’assurer leur reproduction sociale. Une analyse fine est faite de l’hypergamie masculine : les parents peuvent choisir de marier les garçons à des filles de rang social plus élevé. Une autre stratégie déployée par les parents consiste à ne marier que certains de leurs enfants afin de perpétuer une reproduction sociale forte. Les autres enfants se destinent alors (plus ou moins volontairement) à des carrières militaires ou religieuses. Les femmes ont largement mobilisé la justice en cas de mauvaise administration de la dot. Elles aboutissent souvent à une séparation de biens, dès le XIIIe siècle, et encore plus à partir du XVI e siècle. Au XVIII e siècle, l’analyse des archives judiciaire montre que les séparations de biens sont assez aisées à obtenir. Jérôme Luther Viret conclut alors que « la séparation de biens a été la meilleure arme dont disposaient les femmes […] pour défendre leurs intérêts » (p. 153).

  • 1 Frédérique Le Play, L’organisation de la famille selon le vrai modèle signalé par l’histoire de tou (...)

9Le troisième chapitre est particulièrement riche : Jérôme Luther Viret se propose de faire une étude croisée des différents types de structures familiales (familles souches, familles nucléaires, familles communautaires1) et des modes de transmission de patrimoine. L’historien interroge alors les motivations des inégalités engendrées entre les enfants, notamment dans le cas de la désignation d’un héritier universel, choisi par les parents. Est-ce que ce mode de transmission s’explique seulement par un contexte économique défavorable, c’est-à-dire par un état de saturation des terres qui invite les parents à ne pas morceler leur patrimoine ? Jérôme Luther Viret réfute cette hypothèse : cette pratique doit être interprétée comme le reflet « d’une certaine conception de la vieillesse, de la famille et du droit » (p. 290). L’héritier universel doit en effet soin, assistance et obéissance à ses parents jusqu’à leur mort.

10Il n’en demeure pas moins que ces pratiques successorales induisent des hiérarchies familiales : ce point est exploité par l’auteur. Les rapports de force au sein de la famille sont à comprendre grâce à la clé d’analyse du genre. Dans les pays coutumiers, l’héritage revient souvent à l’un des enfants choisi par les parents. Très majoritairement, c’est un garçon qui est désigné en tant qu’héritier universel, ce qui « instaure une hiérarchie et même une domination de fait et de droit » (p. 303) entre les filles et les garçons. La situation des veuves est elle aussi emprunte des rapports de force familiaux et genrés. La condition des veuves dépend de la volonté du conjoint, puisque le mari n’est pas contraint de désigner sa femme comme héritière universelle : il doit simplement lui restituer sa dot. Or, les femmes désignent plus souvent leur mari comme héritier universel que la réciproque. C’est enfin le « principe de masculinité » qui détermine les transmissions dans les communautés familiales. Les hommes introduisent souvent leurs épouses au sein de la communauté, ce qui contraint leurs sœurs à partir, et donc à ne pas recevoir l’héritage. L’on remarque une « fixation des hommes qui échangent des sœurs contre des épouses » (p. 352) ce qui revient à exclure les filles de la transmission.

11Le dernier chapitre s’intéresse aux effets de la Révolution française sur les pratiques de transmission familiale. La Constituante d’avril 1791 décide en effet d’abolir le droit d’aînesse : il est désormais interdit d’avantager des héritiers, selon le décret du 17 nivôse an II. Les lois révolutionnaires connaissent une réception différenciée, selon les aires géographiques (les pays coutumiers font largement obstacle à ces règles) et selon les générations (le rejet de l’arbitraire semble avoir été mieux reçu par les jeunes). D’importantes résistances se manifestent : de nombreuses stratégies de contournement permettent d’avantager l’aîné comme auparavant. Ces détournements n’auraient pu voir le jour sans la complicité des notaires et le consentement des cadets.

12Le XIXe siècle bouleverse également les structures familiales. L’émigration forte au cours de ce siècle a des conséquences sur les patrimoines familiaux. L’auteur donne l’exemple des modifications de transmission de patrimoine suite à l’émigration des Basques et des Béarnais vers l’Amérique latine. Au fur et à mesure du siècle, les choix individuels semblent progressivement l’emporter. Pour autant, la latitude du choix n’est pas la même pour les garçons que pour les filles, qui sont davantage soumises à l’autorité familiale et doivent revenir auprès de leur parents : « le fait que les filles disposent désormais de droits successoraux équivalents à ceux des garçons, le fait même qu’elles se constituent une épargne personnelle, ne suffit pas à les émanciper. La femme reste rivée à sa place » (p. 379).

13Malgré ces résistances, de nombreux changements voient le jour dans la reproduction familiale. Les petits paysans sortent renforcés de la Révolution française et la noblesse est profondément remaniée, ce qui modifie considérablement les transmissions.

14Cette étude constitue un remarquable outil de référence pour les historiennes et les historiens qui traitent de près ou de loin ces questions. Le coup de force de l’auteur est de réussir à relier sans cesse le droit à des approches sociales plus larges et à des problématiques historiques.

Haut de page

Notes

1 Frédérique Le Play, L’organisation de la famille selon le vrai modèle signalé par l’histoire de toutes les races et de tous les temps, Paris, Téqui, 1871.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Carcanague, « Jérôme Luther Viret, Le Sol & le sang. La famille et la reproduction sociale en France du Moyen Âge au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 21 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14439

Haut de page

Rédacteur

Marine Carcanague

Étudiante en master 2 d’histoire moderne et contemporaine, ENS Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page