Navigation – Plan du site

Pierre-Etienne Bourneuf, Bombarder l’Allemagne. L’offensive alliée sur les villes pendant la Deuxième Guerre mondiale

Éric David
Bombarder l'Allemagne
Pierre-Etienne Bourneuf, Bombarder l'Allemagne. L'offensive alliée sur les villes pendant la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Genève, PUF, Graduate Institute Publications, coll. « International », 2014, 342 p., ISBN : 978-2-940503-33-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Eddy Florentin, Quand les alliés bombardaient la France : 1940-1945, Paris, éditions Perrin, 1997, (...)

1Certains se souviendront peut-être du livre de l’historien et ancien résistant Eddy Florentin, Quand les alliés bombardaient la France : 1940-19451. C’est dans une veine similaire que Pierre-Etienne Bourneuf nous propose, dans une somme remarquablement documentée, un travail d’expertise historienne sur les bombardements anglo-américains subis par l’Allemagne à la même époque. Très structuré, le livre se compose de trois parties mais ce n’est que dans la dernière que l’auteur aborde, à proprement parler, ces bombardements dits « stratégiques » contre le Reich. Alors que les bombardements « tactiques » sont un soutien direct aux troupes et se limitent aux zones de combat, les bombardements « stratégiques », menés en profondeur sur le territoire ennemi pour neutraliser ses capacités matérielles, tendent à provoquer un impact psychologique suffisamment fort pour affecter l’adversaire dans sa volonté de combattre.

2La distinction faite, l’auteur opère dans un premier temps (de l’apparition de l’aviation à la fin de la Première Guerre mondiale) une genèse de ces bombardements afin d’expliquer comment la destruction systématique des villes allemandes, au cours de la Deuxième Guerre mondiale, a pu avoir lieu. Traitant du cheminement des idées et débats qui prirent forme dès les applications militaires de l’aéronautique, Bourneuf constate que la Grande Guerre fut, à ce sujet, un « tournant majeur ». En effet, c’est durant ce conflit que les premières offensives aériennes stratégiques surgissent : les raids de dirigeables allemands entre 1914 et 1916, puis de bombardiers, à partir de mai 1917, sur la Grande-Bretagne, contraignent cette dernière à créer en 1918 la Royal Air Force (RAF), laquelle lancera en retour ses premiers bombardements longue distance destinés à produire un effet tant matériel que moral. Après la guerre justement, « l’effet moral » des bombardements sera une véritable obsession de la pensée aérienne britannique et Hugh Trenchard, le « père de la RAF », l’érigera en objectif prioritaire. Si la Grande Guerre donna une vision exagérée des potentialités des bombardements stratégiques, elle fit aussi émerger les premières formes de théorisation de l’arme aérienne (axées sur les bombardements stratégiques) et contribua à développer le mythe des potentialités apocalyptiques du bombardier.

  • 2 Dès 1937, la RAF commença à planifier une offensive aérienne contre l’Allemagne (p. 115).

3La deuxième partie, consacrée à l’entre-deux-guerres, présente les dynamiques ayant marqué la formulation des doctrines aériennes en Grande-Bretagne et aux États-Unis – seuls pays à avoir développé des doctrines aériennes fondées sur les bombardements stratégiques – et montre l’ambiguïté de la place des populations civiles dans le raisonnement des dirigeants anglo-saxons. Les bombardements stratégiques apparurent lors du premier conflit mondial mais c’est durant l’entre-deux-guerres qu’ils sont l’objet d’une réflexion théorique. À ce titre, l’influence de Douhet (1921) sera notable. Pour ce général italien, le bombardier était une arme offensive révolutionnaire, déterminante dans les guerres à venir car capable de frapper l’adversaire là où il était le plus faible : à l’arrière. De fait, la distinction entre combattants et populations civiles s’estompa. Alors que le terror bombing (frappes indiscriminées) visait à terroriser la population, le morale bombing devait constituer un effet indirect : briser la volonté de combattre de la population allemande via la destruction d’objectifs légitimes. La réalité de la guerre ne permit pas cette distinction. Influencée par des aviateurs soucieux de leur indépendance institutionnelle et par l’extrapolation de la menace allemande2, la doctrine des bombardements stratégiques devint la raison d’être de la RAF : le véritable objectif de la guerre était le moral de la nation ennemie, et le mythe de l’invulnérabilité du bombardier la clé de voûte de la pensée aérienne britannique. Fondé initialement sur une politique de bombardement dont les cibles étaient militaires et industrielles, l’« effet moral » (morale bombing) ne fut toutefois pas négligé puisque lors du déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, les Britanniques considéraient le moral comme un objectif essentiel des bombardements stratégiques.

4Contrairement à la RAF, l’aviation américaine qui restait l’auxiliaire des troupes au sol, avait pour clé de voûte doctrinale le bombardement sélectif d’objectifs précis (precision bombing). Officiellement rejetés, les « bombardements indiscriminés » n’étaient cependant pas totalement exclus par les Américains. Le général William Mitchell, acteur majeur dans l’émergence d’une nouvelle doctrine de guerre aérienne, estimait que le bombardier était plus qu’une arme nouvelle : il était une nouvelle façon de faire la guerre par sa capacité d’intimidation des populations civiles. Pendant les années 1920 et 1930, une pensée aérienne alternative, où les bombardements stratégiques avaient un rôle central, émergea au sein de l’École de l’air de l’armée » (ACTS). « Hérétique », cette doctrine sera celle des États-Unis lors de son entrée en guerre en 1941 et le morale bombing la ligne directrice de l’ACTS, malgré son caractère ambigu. Rédigée en août 1941 par une poignée d’aviateurs, la planification de l’offensive contre l’Allemagne privilégia la destruction d’objectifs industriels sans pour autant écarter le morale bombing ou le terror bombing. Il est vrai qu’au moment du conflit, aucune règle juridique ad hoc n’était applicable à la guerre aérienne : il était seulement reconnu que les bombardements – contre les objectifs militaires – qui causaient involontairement des victimes civiles ne pouvaient être considérés comme illégitimes. Ce principe opportuniste de nécessité militaire restait central pour définir la licéité des bombardements aériens.

5La troisième partie, relative à l’évolution de l’offensive aérienne contre l’Allemagne et aux facteurs ayant influencé cette politique de bombardement systématique, souligne le glissement de la RAF vers l’area bombing, mais aussi l’écart entre la politique américaine du precision bombing et la pratique de son aviation, l’USAAF (United States Army Air Forces). Rapidement, constate Bourneuf, l’offensive aérienne contre l’Allemagne dériva vers la destruction systématique des villes allemandes. Incapable de mener des frappes de précision, la Grande-Bretagne ne tarda pas à se convertir aux bombardements nocturnes et adopta la politique de l’area bombing : la directive du 14 février 1942 qui érigea le moral de la population allemande en objectif prioritaire n’était qu’une façade pour masquer la violation systématique du principe de distinction entre civils et militaires. De son côté, l’USAAF poursuivit une politique de bombardement sélective - de jour - contre les centres vitaux : ses dirigeants souhaitaient démontrer qu’ils pouvaient être décisifs tout en respectant les valeurs américaines. Mais peu à peu, leurs attaques glissèrent vers les bombardements de zone sur les centres urbains (printemps 1941), soulignant ainsi l’écart entre les certitudes doctrinales et les capacités opérationnelles.

6Tournant notable dans l’offensive aérienne, le début de l’année 1942 voit la Grande-Bretagne reprendre les bombardements stratégiques, avec pour priorité la destruction systématique des villes allemandes. Cette radicalisation de l’offensive aérienne (présente dans la directive de février 1942) porta l’empreinte d’Arthur Harris, farouche partisan de l’area bombing, mais aussi celle de Lord Cherwell, favorable à une politique de « délogement » (dehousing) : détruire de façon systématique des zones résidentielles pour briser le moral de l’ensemble de la population allemande. Proche de ces deux hommes, Churchill indiqua que le moral de cette dernière était alors l’objectif principal, et que la destruction massive et systématique des villes devait offrir la victoire finale. Le début de l’offensive anglo-américaine sur l’Allemagne en janvier 1943 marqua donc l’intensification des bombardements stratégiques et, entre mars 1943 et mars 1944, priorité sera donnée à cette politique de destruction massive et systématique des zones résidentielles, politique suivie par les dirigeants de l’USAAF qui usèrent comme la RAF de « bombardements aveugles ». Bien que perçu comme exceptionnel, le blind bombing sera la première étape du glissement américain vers une politique de moins en moins sélective. Si ces opérations furent peu critiquées en Grande-Bretagne et aux États-Unis car officiellement les objectifs –militaires et industriels – étaient légitimes, il faut savoir que le mythe du precision bombing était aussi soigneusement entretenu par les Américains pour ne pas ternir leur image, même si le mythe s’écornait. En effet, l’idée d’asséner un coup de grâce à l’Allemagne par des bombardements stratégiques massifs (terror bombing) faisait son chemin. Les derniers mois de 1944 le prouvent : la hausse des bombardements sur les centres urbains fut telle que certains historiens ont estimé que les destructions infligées aux villes allemandes étaient semblables à celles d’une guerre nucléaire !

7Bien qu’écrit sur un ton mesuré et nuancé, c’est un livre inédit et assez « explosif » que nous propose Bourneuf. Car, avec toute la rigueur scientifique qui s’impose, l’auteur n’hésite pas à dire les choses sans crainte de déplaire. Doté de supports récapitulatifs précieux et d’une bibliographie certes sélective mais dense, au regard du nombre impressionnant de notes et références en bas de pages, ce travail méthodique, agrémenté de photos d’époque, alimente un ouvrage de belle facture. Il intéressera les amateurs ou les spécialistes d’histoire, notamment politique, mais aussi les passionnés d’aviation ou plus généralement les simples curieux de la Deuxième Guerre mondiale, guerre durant laquelle les Alliés déversèrent près de 523 000 tonnes de bombes sur les villes allemandes et firent 300 000 morts, pour la plupart des non-combattants. Cette ampleur, preuve de « la dérive de la politique alliée », montre que les destructions collatérales reposèrent sur une politique planifiée et rationnellement exécutée dont le principe était : « afin de détruire quelque chose, il faut tout détruire ». Loin d’être le fruit de contraintes stratégiques ou d’une réaction désespérée face aux nazis, il est important de retenir que le processus intellectuel conduisant à la destruction des villes allemandes trouve son origine bien avant le déclenchement du conflit ; et que certaines théories (morale bombing), en raison de leur flou, permirent de légitimer militairement la destruction de villes, en dehors de toute considération… morale.

Haut de page

Notes

1 Eddy Florentin, Quand les alliés bombardaient la France : 1940-1945, Paris, éditions Perrin, 1997, 480 p.

2 Dès 1937, la RAF commença à planifier une offensive aérienne contre l’Allemagne (p. 115).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Pierre-Etienne Bourneuf, Bombarder l’Allemagne. L’offensive alliée sur les villes pendant la Deuxième Guerre mondiale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14445

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en sociologie politique (Université Paris Ouest Nanterre), ministère de l’Éducation nationale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page