Navigation – Plan du site

Gabriel Finkelstein, Emil du Bois-Reymond. Neuroscience, Self, and Society in Nineteenth-Century Germany

Jean Andris
Emil du Bois-Reymond
Gabriel Finkelstein, Emil du Bois-Reymond. Neuroscience, Self, and Society in Nineteenth-Century Germany, MIT Press, 2013, 360 p., EAN : 9780262019507.
Haut de page

Texte intégral

1« Emil du Bois-Reymond est le plus important intellectuel oublié du XIXe siècle ». Cette phrase est la toute première de l’introduction du livre de Gabriel Finkelstein consacré à ce physiologiste allemand dont le souvenir n’a pas marqué les esprits. Et pourtant, à la lecture de l’ouvrage, on ne peut que donner raison à l’auteur et s’étonner avec lui de cet oubli.

2Le savant en question est né en 1818 à Berlin, second d’une famille de six enfants. Sa mère était d’origine française et son père venait de Neufchâtel. Ses parents ne lui voyaient pas un grand avenir et lui préféraient son aîné Gustave. Hélas, celui-ci mourut de scarlatine à l’âge de six ans. Il n’empêche que cette double origine parentale donna à Emil, à travers l’éducation et l’exemple, des qualités de combativité, d’ardeur au travail et de persévérance.

3Après une scolarité de base et des études secondaires sans particularité, au travers d’une adolescence plutôt heureuse, ce fruit hybride d’antécédents français, germaniques et suisses entra à l’université. Il entama d’abord des études religieuses mais ne les poursuivit pas. Il se tourna par la suite vers les sciences naturelles et se rendit à Bonn pour y étudier. Quelque temps après, il changea encore de direction en s’orientant vers la médecine, pour entrer au laboratoire du physiologiste Jean Muller. Doté d’un esprit critique très aigu et d’une verve pouvant être acerbe, du Bois-Reymond trouva là l’occasion d’une première querelle scientifique, estimant qu’un chercheur italien du nom de Matteucci, considéré aujourd’hui comme l’un des fondateurs de la neurophysiologie, n’avait pas réalisé de manière rigoureuse ses expérimentations.

4Cette dispute fut tenace mais l’arrivée de du Bois-Reymond dans ce laboratoire de physiologie fut le réel début de sa carrière scientifique. Il se révéla lui-même doté d’une extrême minutie et d’une très grande rigueur dans ses expérimentations, que son biographe nous rapporte d’une manière relativement détaillée. Mais il rencontra aussi les difficultés auxquelles se heurtent la plupart des chercheurs, de nos jours encore, notamment celle de trouver les fonds qui permettent de financer ses recherches. Ses multiples tentatives initiales pour obtenir un poste académique ne furent guère couronnées de succès non plus. Il faut reconnaître que les nominations étaient à la fois sous l’influence de la politique et des circonstances du moment, notamment le malaise naissant, puis la guerre avec la France. Mais grâce au soutien de la famille régnante, du Bois-Reymond finit par obtenir un poste à Berlin. Il avait même tenté de se fixer en Angleterre, s’y étant forgé quelques amitiés au fil de ses séjours scientifiques, mais les différences culturelles ne lui permirent pas de poursuivre une carrière parmi les sujets de Sa Majesté Britannique.

5À Berlin, ses qualités d’orateur firent de lui un enseignant très apprécié de la plupart de ses collègues et de ses étudiants. Il devint même recteur et, tandis que ses travaux avançaient, il était amené par sa charge à prononcer régulièrement des discours officiels. Ce fut l’époque d’un succès peu commun. Il vivait dans une grande aisance, jouissait d’une notoriété internationale, correspondait avec de très nombreux savants du monde entier et fréquentait la haute société de son pays. Mais tout a une fin et la conjoncture internationale vint tempérer cette insouciance. Il ne s’en préoccupa toutefois pas outre mesure, continuant à jouer le rôle qu’il s’était vu confier à l’université. Sans doute influencé par ses premières études et poussé par sa nature intellectuelle, du Bois-Reymond se livra ainsi en public à des réflexions épistémologiques qui ne plurent pas à tous. Une de ses fameuses diatribes dans ce contexte fut son apologie des théories de Darwin, qui venait de publier De l’origine des espèces et que du Bois-Reymond avait pu voir venir, grâce à ses amitiés anglaises évoquées plus haut. La thèse de Darwin n’avait pas reçu un accueil favorable de la part des milieux scientifiques allemands et cela décevait beaucoup du Bois-Reymond. Pour lui, le débat dépasse de loin la notion d’évolution et prend une envergure épistémologique et philosophique. Avec sa théorie, considère-t-il, Darwin n’a plus besoin des causes finales. La téléologie, qui prenait une place si importante dans les cénacles, n’a plus de raison d’être. Ce renversement du débat, qui balaye les idées reçues, entraîne également une tempête politique car les milieux catholiques et les conservateurs ne veulent pas entendre parler de ces idées nouvelles.

6Du Bois Reymond n’hésitait pas à proclamer son opinion dans d’autres sphères que celle de la science, qui était la sienne. Ainsi, sur le plan économique, après l’importante croissance des investissements favorisée par le paiement de dommages de guerre par la France vaincue, la vie à Berlin est devenue très chère. Elle est même trop chère pour permettre aux jeunes de venir étudier dans la capitale. Et du Bois Reymond s’insurge contre cette situation. Mais peu après, la bourse s’effondre et la France cesse ses paiements. Et le scientifique se plaint que Berlin, à cause de la situation précédente, ne soit plus la capitale intellectuelle de l’Allemagne.

  • 1 Emil du Bois-Reymond a lui-même repris cette problématique en anglais sous le titre « The Limits of (...)

7D’autres prises de position dans le même ordre d’idées vinrent ensuite, comme celle qui concerne les limites de la science1. Le succès de cet essai fut énorme : le texte connut de nombreuses éditions et traductions. Mais il n’y eut pas que des admirateurs de son opinion. Bien que du Bois-Reymond ait voulu exposer son opinion sans le moindre esprit querelleur, cette prise de position lui valut une volée de bois vert dans les milieux conservateurs et bien-pensants. Mais le savant était aussi patriote et, dans le contexte de la guerre de 1870, il ne manqua pas de prononcer cette année-là un discours dithyrambique en faveur de son pays et contre la France. Une autre de ses remarquables interventions fut en faveur des Juifs, alors que l’antisémitisme montait dans son pays. Il y en eut plusieurs autres encore. Il faut dire que le savant vivait à une époque où le débat des idées était d’une très grande vivacité. Du Bois-Reymond lui-même ne put s’empêcher de mener sa réflexion jusqu’au niveau métaphysique et de s’interroger sur la liberté, sur la condition de l’homme et sur dieu. Mais au travers de tous ces discours, on perçoit, ainsi que nous le montre Finkelstein, un homme tout empreint d’humanisme, de respect de l’autre (malgré ses critiques parfois virulentes à l’égard de ses collègues scientifiques) et de sens du devoir.

8Sur le plan privé, il s’est marié tardivement et eut plusieurs enfants mais, comme dans beaucoup de familles de cette époque, il eut à déplorer le décès d’une de ses filles. Par contre, tous ses autres enfants firent des carrières remarquables. Il s’est lui-même éteint à l’âge de 78 ans. Ses recherches sur l’électricité animale, montrant les modifications du potentiel de membrane lors de l’excitation nerveuse puis au cours de la stimulation musculaire, ont puissamment contribué à établir les fondements de la neurophysiologie et de la physiologie musculaire modernes.

9La biographie que nous livre Finkelstein est bien plus riche que le présent résumé ne peut le laisser entrevoir. Mais ce n’est pas une biographie classique, car elle ne suit pas d’ordre chronologique. Certes, elle doit bien commencer par le début et elle ne peut faire triompher son héros avant qu’il ne soit né. Mais les bases chronologiques étant posées, on peut dire que la biographie adopte nettement une structure thématique plutôt que séquentielle. Cela ne manque pas d’avantages. Le lecteur peut ainsi voir vivre le savant dans son contexte, bien mieux qu’il n’eût pu le faire au travers de l’énumération de dates et de faits successifs. Grâce aux choix délibéré de l’auteur, on comprend beaucoup plus de choses que l’évolution, si intéressante soit-elle, du personnage central. En observant avec le biographe le milieu dans lequel évolue le savant, on comprend bien plus aisément les choix de celui-ci. On pénètre presque dans sa pensée personnelle.

10Le récit qui nous est proposé ici est donc, bien au-delà de celui de la vie d’Emil du Bois-Reymond, celui d’un savant dans son époque. On peut le suivre dans sa vie quotidienne, comprendre les influences qu’il subit : sa double culture française et allemande, ses premières études religieuses et philosophiques, les sciences naturelles, ses maîtres, ses voyages, ses amitiés anglaises, etc. On assiste aux réactions qu’il manifeste, on enregistre et comprend les choix qu’il fait tout au long de sa vie. On observe la manière dont ses contemporains se comportent, dans la vie courante, face aux grands événements de l’époque et face au personnage central. On perçoit aussi à travers le récit combien Goethe a influencé cette époque et le savant lui-même. Mais pour lui, c’est en quelque sorte par opposition : il considère le Faust de Goethe comme inscrit dans un monde médiéval de superstition, rebelle à la science moderne. Bref, l’ouvrage qui retrace la vie d’Emil du Bois-Reymond est celui d’un historien qui s’intéresse à la science, avec toute la rigueur de sa discipline et toute la richesse de son érudition, et non pas le travail, si respectable soit-il, d’un spécialiste des sciences de la vie qui s’essaye à l’histoire.

11Au total, Finkelstein nous livre une fresque passionnante, mais exigeante sur le plan de la lecture. Le livre est de belle facture, bien que très sobre. Et comme pour nous attirer vers sa lecture, il est recouvert d’une chemise au toucher agréable. La mise en page est d’une grande noblesse. Le seul petit bémol est de voir l’auteur sacrifier à la mode anglo-saxonne, qui veut que les notes soient rejetées en fin d’ouvrage, ce qui est en réalité peu pratique lorsqu’on souhaite les consulter.

Haut de page

Notes

1 Emil du Bois-Reymond a lui-même repris cette problématique en anglais sous le titre « The Limits of the Knowledge of Nature », Popular Science Monthly, vol. 5, n° 2, 1874, p. 17-32. http://en.wikisource.org/w/index.php?title=Popular_Science_Monthly/Volume_20/February_1882/The_Seven_World-Problems&oldid=4118721.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Andris, « Gabriel Finkelstein, Emil du Bois-Reymond. Neuroscience, Self, and Society in Nineteenth-Century Germany », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14454

Haut de page

Rédacteur

Jean Andris

Docteur en médecine, ancien chercheur à la faculté de médecine de l'Université catholique de Louvain (UCL, Belgique) et ancien enseignant en anatomie et physiologie à la Haute école Léonard de Vinci (Académie de Louvain, Belgique). Maître en histoire (mémoire sur les expertises médicales judiciaires en Brabant au XIXe siècle). Lauréat 2013 de la Société française d’histoire de la médecine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page