Navigation – Plan du site

Gabriel Segré, Fans de… Sociologie des nouveaux cultes contemporains

Stéphane Héas
Fans de...
Gabriel Segré, Fans de... Sociologie des nouveaux cultes contemporains, Paris, Armand Colin, 2014, 256 p., ISBN : 978-2-200-28311-7.
Haut de page

Texte intégral

1Les vedettes de la chanson, du cinéma, de la télé ou du sport sont légion. Certaines de ces personnalités sont admirées par des supporters au sein de groupes ad hoc, plus ou moins organisés. Comme l’indique la quatrième de couverture : « Les adeptes de ces nouvelles idoles se comptent par millions ». L’ouvrage précise à la fois qui sont ces fans et comme ils sont passionnément attachés à ces vedettes, telles qu’Elvis, Dalida, ou Lady Diana. L’auteur s’interroge sur les fondements anthropologiques de cet attachement, en même temps que sur ses réalités contemporaines, plus ou moins mâtinées de religiosité, de rituels.

  • 1 Cf. les analyses dans : Lewis L. A. (dir.), The Adoring Audience : Fan Culture and Popular Media, L (...)

2La thèse souligne que les vedettes sont reconnues de leur vivant et plus encore après leur mort (survenue souvent dans la fleur de l’âge). Elles deviennent, au niveau collectif, des références culturelles, (inter) nationales et participent, ainsi, aux processus de patrimonialisation, d’hagiographisation (mise en récits de leur vie, de leurs actes, réels ou supposés) et parfois d’héroïsation. Au niveau plus individuel, les vedettes sont présentées par les fans comme des guides spirituels ; ils constituent, parfois, de véritables coachs au quotidien. Dans les investissements les plus profonds, les vedettes adulées sont l’alpha et l’oméga de la vie des fans : sans elles, la vie n’a plus de sens… au risque du suicide. Collectionner les disques, les produits dérivés, les objets que la vedette a pu posséder ou toucher occupe une bonne part de leur temps, de leur argent. Cette consommation parfois frénétique et compulsive a été présentée pendant longtemps avec condescendance par les élites et les pouvoirs culturels, par des théories critiques également, non exemptes d’accents ethnocentristes. Le fan constituait alors une version dominée, populaire, de l’amateur d’une pratique ou d’un art plus noble, plus élevé. Désormais, la fan attitude apparaît moins dominée, davantage créatrice de liens sociaux, mais aussi d’activités de productions de biens et de services1.

3Le deuxième élément de la thèse souligne la marchandisation bien comprise de ce phénomène par les producteurs culturels eux-mêmes. Aux boîtes postales, ou bien aux émissions ou magazines créés par les maisons de disque, par exemple pour amplifier l’aura de leurs artistes, mais aussi parfois aux magazines produits par les vedettes elles-mêmes, se sont adjointes les mobilisations des spectateurs, et notamment des admirateurs les plus fervents. En se reconnaissant mutuellement, en s’organisant, ces derniers ont progressivement pris le relais de cette communication-publicisation de l’image de la vedette de leur choix. Ces fans participent alors à un travail d’édulcoration ou d’aseptisation des carrières, en soulignant les qualités, voire en en construisant de toutes pièces, et en élaguant les défauts ou bien les travers des vedettes.

4Le troisième élément de la thèse qui parcourt ce livre souligne la construction mémorielle effectuée par les communautés de fans, parfois concurrentes. Là, les rites mis en place renforcent l’admiration et l’attachement à la vedette, tout en amplifiant les émotions partagées ensemble sur les lieux désormais cultes : résidences du chanteur, lieu de son accident, de ses principaux succès, etc. Les rites liés à ce fanatisme culturel rassurent et protègent les vivants, les fans ; parfois, ils les aident à mieux vivre leur propre vie sous le couvert de l’aura bienveillante de la star.

5Ce livre constitue d’une part une revue actualisée de la littérature biographique emplie de « misérabilisme et (de) sensationnalismes débridés ». Or, ces/ses exagérations sont à peine évoquées (p. 83), alors qu’elles constituent un biais important de ces sources. D’autre part, il s’agit d’une revue de la littérature scientifique avec les approches étayantes d’E. Morin, N. Heinich ou G. Di  Méo, et les approches critiquées par l’auteur de l’École de Francfort ou celles de P. Bourdieu. Toutefois, quelques coquilles sont présentes, dans les patronymes des chercheurs par exemple, ou bien des informations restent manquantes, notamment en ce qui concerne les méthodes employées, le nombre d’entretiens réalisés (p. 22), ou les concepts évoqués, telle la « rupture biographique » (p. 94) ou bien le « croire sans croire » de J.C. Vernant (p. 200). Quelquefois, ce sont des erreurs qui entachent les développements, comme le lieu d’inhumation de Dalida qui sur la même page navigue de Montparnasse à Montmartre (p. 60). Les répétitions d’exemples de pratiques peuvent irriter comme celle qui consiste à arracher des brins d’herbe de la maison sanctuarisée d’Elvis. Quelques listings, censés synthétiser les avancées, ne sont pas du meilleur effet, sans compter une table des matières intitulée « sommaire » où les répétitions sont foison et laissent une impression de non-maîtrise de l’organisation des idées avec une succession de sous-titres « la réponse politique, anthropologique », etc. ou bien « le fan comme “missionnaire”, comme “pratiquant” »… En outre, il faut attendre la moitié de l’ouvrage pour lire les premiers verbatim des fans eux-mêmes ; encore, ces verbatim sont-ils le plus souvent de seconde main puisqu’ils proviennent d’enquêtes réalisées par d’autres chercheurs ou alors des verbatim anciens utilisés déjà dans les livres antérieurs de l’auteur. Des pistes sont toutefois annoncées çà et là. Ainsi, les fans des sport (if) s, seulement évoqués, constituent à n’en pas douter une population intéressante et riche d’une variété à la hauteur de la diversification des pratiques sportives depuis plusieurs décennies.

6Malgré ses quelques faiblesses, ce livre permet de découvrir la complexité de cet engagement fanatique, la « fanitude » de N. Heinich, où l’inaptitude au bonheur personnel de la vedette, et finalement sa vulnérabilité, apparaît proportionnelle au bonheur diffusé (son don de soi) pour les autres. L’activité souvent intense des fans, les émotions reçues de ces célébrités participent à la ferveur de ces cultes contemporains.

Haut de page

Notes

1 Cf. les analyses dans : Lewis L. A. (dir.), The Adoring Audience : Fan Culture and Popular Media, London, Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Héas, « Gabriel Segré, Fans de… Sociologie des nouveaux cultes contemporains », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 avril 2014, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14478

Haut de page

Rédacteur

Stéphane Héas

Sociologue, UFR APS de Rennes 2, Université Européenne de Bretagne, laboratoire VIP & S (Violences Identités Politiques & Sports), EA 4636

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page