Navigation – Plan du site

Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard (dir.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle, Enjeux et héritages

Sophie Lefranc-Morel
Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle
Vincent Flauraud, Nathalie Ponsard (dir.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle. Enjeux et héritages, Nancy, Arbre bleu, coll. « Le corps social », 2014, ISBN : 9791090129078.
Haut de page

Texte intégral

1Le présent ouvrage collectif, dirigé par Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard, expose, en trois parties, différents enjeux liés à l’histoire et à la mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle.

  • 1 « Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle : regards croisés sur le Puy-de-Dôme e (...)
  • 2 La Charte d’Amiens est adoptée en 1906 par le 9e Congrès de la CGT. Elle marque, dans le mouvement (...)

2Les contributions réunies ici, issues d’un colloque organisé à Clermont-Ferrand en 20121, interrogent plus particulièrement l’histoire de la CGT ainsi que ses différentes mémoires, même si d’autres syndicats ouvriers sont cités. On retrouve également deux communications s’intéressant au syndicalisme agricole. Des moments fondateurs ressortent : le Front populaire, les différentes mobilisations à l’occasion de Mai 68, ainsi que des écrits « mythiques » comme la Charte d’Amiens2. Sont également analysés : les grèves dans les usines automobiles, les mouvements étudiants, le féminisme au sein de la CGT… Une première contrainte se pose alors : au vu de la diversité des sujets abordés, l’ouvrage manque de repères synthétiques sur l’histoire du syndicalisme français, peut-être basiques pour un lecteur averti, mais qui auraient eu le mérite de rendre le propos plus accessible. Quelques difficultés de compréhension du contexte peuvent handicaper une bonne perception de l’enjeu présent dans chaque analyse proposée : celui de la place de l’historien et des sources face à ce mouvement encore peu étudié.

  • 3 La collection « Archives » des Éditions René Julliard (p. 71).

3Quelles sont les valeurs du syndicalisme ? Comment s’organise la transmission de la mémoire ? Quels sont les apports du syndicalisme à l’histoire du travail en France ? À ces questions introductives se greffe donc celle de la place de l’historien, chargé de démêler les fils de la mémoire des acteurs et de les confronter aux sources. La première partie de l’ouvrage explore davantage cette histoire en cours d’écriture en questionnant les sources et les manières d’écrire l’histoire. Ainsi l’exemple de Georges Lefranc montre comment, dans le contexte d’une collection particulière3, l’historien qu’il est devenu peine à prendre de la distance lorsqu’il relate des évènements dont il a été un témoin très proche en 1936. Pourtant, trente années se sont écoulées entre le temps du militantisme et le temps de la rédaction. La contribution de Joël Hedde rappelle quant à elle l’importance de trouver un langage commun pour faciliter l’appropriation des données par les militants. On retrouve ici l’idée que l’histoire peut éclairer le passé : « Nous ne visons pas à leur raconter des histoires (contes de fées ou romans noirs) mais à leur faire faire l’expérience d’un travail sur leur histoire qui les rende lucides, plus efficaces, développe leur sens critique, suscite des questions, leur permette en un mot d’avoir une claire maîtrise du passé pour comprendre la réalité d’aujourd’hui et aller de l’avant » (p. 135). Un processus de co-construction entre historiens et militants peut se mettre en place, il est d’ailleurs facilité par des moments de rencontre comme le colloque à l’origine de cet ouvrage collectif. De telles initiatives permettent de réaffirmer les rôles de chacun des acteurs impliqués.

4La deuxième partie prend acte de la multiplicité des sources mobilisables par l’historien, qui sont écrites, orales et visuelles (films et photographies). Michel Pigenet présente les résultats d’une enquête menée dans le 11e arrondissement de Paris et portant sur les mémoires du travail en région parisienne. Les témoignages recueillis à cette occasion redonnent vie à la Maison des Métallos, terrain de 1 600 m2 occupé par six anciens bâtiments industriels, ayant appartenu à l’Union fraternelle des métallurgistes, liée aux syndicats CGT de la métallurgie de la région parisienne. La force du témoignage oral tient au souvenir certes, mais aussi aux mots, aux attitudes, voire à la position du témoin qui s’exprime sur des évènements passés. Plus loin, Vincent Porhel revient sur les questions méthodologiques soulevées par le recours aux sources orales. Il souligne notamment l’importance de confronter ces sources à d’autres types d’archives. En outre, toute parole n’est pas considérée légitime au départ et le chercheur peut travailler à susciter une nouvelle « voix », telle celle des ouvrières. Comme les témoignages oraux, les archives personnelles apportent un autre éclairage sur l’histoire : ainsi les archives de Robert Marchadier et d’Henri Verde sont mobilisées pour mieux comprendre le fait syndical dans l’entreprise clermontoise Michelin. Quant aux archives filmiques, Vincent Gay nous invite à ne pas les considérer seulement pour les images qu’elles nous apportent mais bien dans toutes leurs dimensions (contexte de tournage, impact immédiat et ultérieur, etc.). Enfin, Éliane Le Port présente dans sa communication une réflexion sur les témoignages écrits. Le passage à l’écriture d’anciens militants est singulier en ce qu’il relève souvent d’une volonté de reconstruire leur propre histoire.

  • 4 Georgette Vacher fut militante de l’Union départementale du Rhône de la CGT, responsable de 1975 à (...)

5La diversité des sources illustre aussi une diversité de la mémoire, qu’on aurait pu croire unitaire ou unifiée. Les communications de la troisième partie questionnent alors les processus d’appropriation de ces héritages mémoriels. Ainsi, Dominique Andolfatto et Dominique Labbé confrontent les conclusions du congrès d’Amiens de 1906 avec ses suites politiques réelles : un véritable travail de recherche sur la construction de la mémoire collective est nécessaire pour comprendre la portée des représentations qu’elle véhicule, alors que la réalité peut se révéler différente (exemple des relations entre les syndicats et les partis politiques). Le cas du syndicalisme agricole est à son tour abordé selon deux angles, celui de l’évolution des « jacqueries » au XXe siècle et celui de la transmission de la mémoire du Centre national des Jeunes agriculteurs (CNJA). La contribution d’Edouard Lynch montre comment une représentation peut être utilisée différemment selon le contexte et la compréhension qu’en ont les acteurs (médias et militants). Dans la seconde communication, Vincent Flauraud évoque les difficultés rencontrées par le CNJA dans la transmission de sa mémoire, du fait du jeune âge auquel la plupart de ses cadres se retirent (30 ans). Les deux communications suivantes s’interrogent sur la place des femmes dans le syndicalisme ouvrier et sur la mobilisation de leur mémoire, notamment à travers l’exemple de Georgette Vacher, dont le suicide est interprété différemment par la CGT et par ses amies syndicalistes4.

6Tout en provoquant une réflexion sur la place de l’historien dans la construction d’une histoire des syndicalismes, cet ouvrage fait surgir des mémoires multiples, parfois conflictuelles, sur divers moments plus ou moins connus de l’histoire collective. On en retient, outre l’importance de confronter les sources, celle d’interroger toutes les facettes de la source, de la mémoire et de l’histoire.

Haut de page

Notes

1 « Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle : regards croisés sur le Puy-de-Dôme et la France », colloque organisé par l’Université Blaise-Pascal et le Centre d’histoire Espaces et Cultures, 12-14 décembre 2012.

2 La Charte d’Amiens est adoptée en 1906 par le 9e Congrès de la CGT. Elle marque, dans le mouvement ouvrier de l’époque, la victoire du courant syndicaliste révolutionnaire. Son impact réel est étudié par D. Andolfatto et D. Labbé dans leur contribution (p. 241-255).

3 La collection « Archives » des Éditions René Julliard (p. 71).

4 Georgette Vacher fut militante de l’Union départementale du Rhône de la CGT, responsable de 1975 à sa mort en 1981 de la commission féminine. Elle se suicide à la veille du 29e Congrès de l’UD du Rhône. Certaines militantes ont voulu continuer son combat en politisant son acte, questionnant les positions de la CGT face aux femmes. Le syndicat a, quant à lui, mis en avant les difficultés personnelles de Georgette Vacher pour expliquer son geste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Lefranc-Morel, « Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard (dir.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle, Enjeux et héritages », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 avril 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14483

Haut de page

Rédacteur

Sophie Lefranc-Morel

Docteure en histoire contemporaine (histoire des coopératives agricoles).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page