Navigation – Plan du site

Sébastien Lemerle, Le singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en France

Marianne Woollven
Le singe, le gène et le neurone
Sébastien Lemerle, Le singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en France, Presses universitaires de France, coll. « Science, histoire et société », 2014, 245 p., ISBN : 978-2-13-062159-1.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1970, la biologie est de plus en plus mobilisée pour rendre compte de phénomènes sociaux. Ce biologisme est habituellement analysé en termes politiques (les appropriations sociales et politiques des références biologiques) ou philosophiques (la « scientification » des visions du monde social). S. Lemerle envisage pour sa part l’idée que les biosciences sont d’abord des savoirs, qui peuvent être mobilisés par certains savants dans des débats intellectuels, mais aussi réappropriés par des intermédiaires culturels. L’objet de l’ouvrage est de montrer la dimension socio-historique du renouveau du biologisme, envisagé comme un phénomène idéologique global. Il s’intéresse aux réappropriations des progrès scientifiques et à leur transformation en messages culturels de grande consommation. Le biologisme est appréhendé comme un ensemble de pratiques sociales spécifiques : la production de textes porteurs de discours inspirés des sciences de la vie, puis leur diffusion et leur promotion par des instances et des agents spécifiques. L’auteur montre ainsi le pouvoir créateur des passeurs, qui instituent la légitimité des modes de pensée biologiques dans des contextes où ils paraissaient jusqu’alors exotiques.

2Le biologisme est d’abord étudié en tant que phénomène éditorial. Grâce à une enquête bibliographique portant sur plus de 350 livres, S. Lemerle montre le retour des références à la biologie entre 1968 et 2000, malgré l’hétérogénéité des thématiques traitées, des orientations des auteurs et de la forme des ouvrages. Ce retour s’effectue en trois temps. De 1965 à 1977, deux disciplines ayant obtenu un Prix Nobel - l’éthologie et la biologie moléculaire - sont investies par des éditeurs importants. Les ouvrages s’inscrivant dans ces deux approches ne proposent jamais de biologisation intégrale des comportements, mais s’inscrivent davantage dans une tentative de refondation des sciences humaines par le biais des sciences biologiques et médicales. La période qui va de 1977 à 1987 est celle de la sociobiologie, qui propose d’articuler psychologie comparée et théorie évolutionniste de la vie sociale. En 1983 et jusqu’en 1992 commencent les « années cerveau » (avec la publication de L'homme neuronal de J.-P. Changeux), qui sont marquées par des discussions d’ambition philosophique et anthropologique, menées par des spécialistes des sciences du cerveau, ainsi que des études davantage psychobiologiques consacrées à l’analyse des comportements et phénomènes sociaux, le plus souvent réalisées par des praticiens, voire la combinaison de ces deux tendances dans les publications de B.  Cyrulnik. Plutôt que de réduire le phénomène à sa dimension sociopolitique, S. Lemerle préfère parler d’une « constellation biopsychologique [qui] se caractérise par une épistémologie évolutionniste et/ou la volonté d'identifier les fondements biologiques des comportements humains » (p.46) et renvoie tant à un état de la recherche scientifique qu’à un état des débats intellectuels.

3L’auteur s’intéresse ensuite au rôle des « savants », auteurs des discours biologisants, et remet ainsi en question l’idée selon laquelle les avancées scientifiques seules auraient une influence directe sur les conceptions de la société. Tout au long de la période, la presse fournit des indicateurs de la légitimité croissante de la biologie comme forme supérieure de savoir et le recours aux sciences naturelles pour penser les sociétés mobilise une rhétorique de l'avant-garde. Pourtant, les différents domaines de savoir ne sont pas traités de la même manière. L’expansion des discours biopsychologiques sur le social se fait selon une logique propre qui ne correspond pas à une évolution des rapports entre sciences humaines et sociales et sciences de la vie. Les pensées biologiques ont d’abord peu d’écho en sciences sociales, puis les neurosciences suscitent plus d’attention, surtout sur les terrains de la psychologie et de l'anthropologie.

4Mais le statut social des savants auteurs de ces textes est un élément à part entière du phénomène. Ces personnalités apparaissent dans les années 1970, au moment où le monde social de la recherche scientifique s’autonomise et où les chercheurs deviennent une catégorie professionnelle. Dès les années 1950, les biologistes - alors dominés dans le champ scientifique - mènent un combat tant scientifique que politique et médiatique pour légitimer l’investissement public dans la recherche et identifier la modernité scientifique à leur discipline. La montée de la biologie, résultant de rapprochements avec la physique, est perceptible dans différents domaines (recherche médicale, émergence des sciences cognitives, etc.) et semble dériver de l' « idéologie professionnelle » des chercheurs en sciences biomédicales en tant que catégorie sociale à part entière et soutenue par l’État.

5L’une des idées centrales du livre est que l’accès de la biologie à une forme de magistère moral résulte d’un double mouvement de moralisation de l'approche biologisante et de biologisation du moralisme médical. Le premier mouvement est le fait d’auteurs académiquement légitimes (J. Monod, F. Jacob) qui vont jusqu’à synthétiser légitimité scientifique et stature morale (J.-P. Changeux). Le second mouvement s’intensifie dans les années 1980-1990, notamment chez des médecins auteurs d’ouvrages à visée pratique, qui routinisent la référence biologique. Cette évolution correspond à une mutation du rôle de l’intellectuel dans l’espace public : ce dernier est davantage un expert, figure traduisant un rapport spécifique au pouvoir. Elle est portée par une rhétorique du dépassement des approches traditionnelles, autrement dit une contestation du structuralisme et du marxisme, qui s’inscrit politiquement tant dans la Nouvelle droite que dans la Gauche réformiste. L’entrée des biologistes dans le champ intellectuel est en lien avec la multiplication des enjeux politiques liés à l’éthique et au corps. Cette démarche est consacrée avec la création en 1983 du Comité Consultatif national pour les sciences de la vie présidé par J. Bernard puis J.-P. Changeux.

  • 1 Par exemple l’ouvrage de D. Morris (1968) Le singe nu, Grasset.

6Dans un dernier temps, l’auteur étudie le rôle des éditeurs et journalistes dans la diffusion du biologisme. Il convient selon lui de relativiser l’hypothèse d’une « mise en culture » de la science, qui résulterait d’une politique de diffusion de la culture scientifique et des dispositifs de soutien au livre scientifique, étant donné la faible part de la vulgarisation dans l’édition scientifique et le déclin relatif des filières scolaires scientifiques. Au contraire, il met en évidence un renouvellement des politiques éditoriales. Si les modes de pensée biologisants sont d’abord promus comme une forme d’anticonformisme, le recours à la science apparait bientôt comme une niche éditoriale. Les stratégies mobilisées s’inscrivent dans les évolutions du monde de l’édition, comme le recours au marketing1 ou un positionnement sur le marché des livres pratiques en format poche, dans lesquels un discours d’apparence scientifique, soulignant les déterminations biologiques des comportements, fournit des instruments pour l’action en vue du bien-être individuel.

7L’auteur étudie ces positionnements grâce à deux cas exemplaires. Les ouvrages publiés par Odile Jacob occupent une place centrale dans le corpus bibliographique. Par sa réussite exemplaire, cette éditrice incarne une nouvelle génération d’entrepreneurs culturels, alliant une dimension managériale du métier et la promotion de la pensée scientifique comme ligne éditoriale. Sa politique éditoriale, labellisée dans le champ culturel et installée sur le créneau de la littérature psychologique, propose au public une « offre de distinction ». À travers l’étude du catalogue de la maison d’édition, S. Lemerle met en évidence une tendance à psychologiser l’explication des comportements individuels voire collectifs, présente dans différents types d’ouvrages, allant des synthèses scientifiques ou exposés épistémologiques aux essais sur des questions de société, en passant par des ouvrages davantage pratiques (sur les questions familiales notamment). Les approches biologiques et psychologiques du social servent de guides d’interprétation du réel, fournissant des moyens d’action sur le monde social. Pour sa part, Psychologie magazine est d’abord tourné vers la vulgarisation scientifique, avant de se réorienter en 1983 avec sa nouvelle formule (PsychologieS) d’une volonté de connaissance à une volonté de mieux-être. Sur toute la période, la ligne éditoriale du magazine s’inscrit dans le double mouvement déjà constaté de moralisation du biologique et de biologisation du moralisme médical, le moralisme médical biologisé étant envisagé comme une invitation à l’action.

8L’auteur conclut en soulignant le caractère à la fois ontologique et moral du biologisme contemporain. Il rappelle le poids des dimensions culturelles, idéologiques et historiques dans la procédure de transfert des discours scientifiques dans différents secteurs du monde social. Il montre enfin les affinités entre le « récit du sujet » promu par le biologisme et le mouvement de transfert à l’individu de la responsabilité de sa trajectoire de vie, observable dans de nombreux domaines.

9 Dans l’étude des usages sociaux des connaissances scientifiques, l’ouvrage de S. Lemerle propose une analyse détaillée d’une période charnière, qui voit la biologie accéder à un statut nouveau, en tant que discipline scientifique mais aussi en tant que grille de lecture socialement légitime. L’étude des textes permet de cerner la dimension idéologique du phénomène. L’intérêt porté à la production et plus encore à la diffusion des grilles de lecture biologisantes par des acteurs spécifiques apporte un éclairage sur les enjeux sociaux et médiatiques du biologisme.

Haut de page

Notes

1 Par exemple l’ouvrage de D. Morris (1968) Le singe nu, Grasset.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Woollven, « Sébastien Lemerle, Le singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 avril 2014, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14500

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page