Navigation – Plan du site

Patrick Macquaire, Le cercle des homards. Hoëdic, une île entre rumeur et naufrage. Ethnographie d'une catastrophe maritime

Anatole Danto
Le cercle des homards. Hoëdic, une île entre rumeur et naufrage
Patrick Macquaire, Le cercle des homards. Hoëdic, une île entre rumeur et naufrage. Ethnographie d'une catastrophe maritime, Paris, Editions Pétra, coll. « Des îles », 2013, 227 p., ISBN : 978-2-84743-066-0.
Haut de page

Texte intégral

1Patrick Macquaire, dans cet essai primé au salon international du livre insulaire de Ouessant, présente de façon romancée une partie de ses recherches en ethnologie menées sur l'île d'Hoëdic, au large du Morbihan, à la fin des années 1980. Il s'est intéressé à la forte et brutale baisse démographique qui touche l'île à partir de 1930, causée par de multiples facteurs, mais qui, dans l'imaginaire insulaire, est essentiellement due à un naufrage et à ses victimes, dont les corps auraient servi de nourriture aux poissons et crustacés débarqués par les marins-pêcheurs hoëdicais.

2Dans le premier chapitre, il explique avoir choisi Hoëdic comme terrain de recherche longtemps après avoir fortuitement découverte cette île, lors d'une excursion en voilier, choix appuyé par ses professeurs. Les trois chapitres suivants décrivent les prémices de la problématique.

3Le 14 juin 1931, un navire à vapeur, le Saint-Philibert, construit aux chantiers Dubigeon de Nantes, et affrété par l'Union des Coopérateurs de Loire-Inférieure va sombrer à la sortie de l'estuaire de la Loire, au large de la pointe de Saint-Gildas, entraînant avec lui près de 500 passagers dans les flots déchaînés par une imprévisible tempête. Parti le matin de Nantes pour une excursion à la journée vers l'île de Noirmoutier, le navire embarque bien plus de personnes que ne l'autorisent ses caractéristiques techniques. Le trajet aller se déroule sans encombre. Après la journée d'excursion, une cinquantaine de voyageurs n'embarque pas, préférant soit un retour par car via le passage du Gois, soit passer une nuit sur l'île. Le reste des passagers reprend la mer, formée, qui fait chavirer le navire. Sous-équipé en matériel de sauvetage, le bateau coule rapidement, et malgré l'intervention rapide des secours de Noirmoutier et Saint-Nazaire, déployés sur ordre d'un sémaphore, il entraîne par le fond la quasi totalité des voyageurs. On ne comptera que huit survivants. Les semaines qui suivent, deux centaines de cadavres sont rejetés sur les plages environnantes, les corps restants ne seront jamais retrouvés. C'est à ce moment-là que les polémiques enflent dans les paroisses de l'estuaire ligérien, et qu'à Hoëdic, la rumeur apparaît.

4En parallèle de cette description de l'embarquement et de la catastrophe, l'ancien étudiant de l'EHESS explique entre les lignes comment son enquête a pris forme analysant les coupures de presse de l'époque au sein des archives départementales de Loire-Atlantique, ainsi que divers registres, rapports et autres bulletins paroissiaux. Il est aidé dans ses recherches par un des archivistes, avec qui il s'est discrètement lié d'amitié. On y apprend notamment que le navire a été affrété pour un groupe de syndicalistes, militants ouvriers et libres-penseurs de Loire-Inférieure, dont très vite le manque d'assiduité aux cérémonies religieuses a été critiqué : au lieu d'assister à la Fête-Dieu du 14 juin, ces travailleurs ont préféré faire une excursion en bateau (les congés payés de 1936 naîtront cinq ans plus tard). Certains voient dans le naufrage la main de Dieu. Une bataille écrite interposée s'engage entre les bulletins paroissiaux et les quotidiens syndicalistes locaux, l'auteur n'hésitant pas à ponctuer son essai de larges extraits.

5Cette querelle trouve rapidement un écho national, le pays étant alors en proie à de nombreux débats d'ordre politiques et religieux pendant cette période trouble, où les prémices de la Seconde Guerre Mondiale commencent à se faire sentir, alors que la loi de 1905 est encore sujette à d'abondantes controverses, le tout au coeur de l'importante crise économique de 1929. Qui plus est, le rapporteur de la loi de séparation de l'Église et de l'État, Aristide Briand, en poste en tant que ministre des affaires étrangères, est député de Loire-Inférieure. Il est vivement interpellé par les milieux catholiques et royalistes parisiens. La fédération nationale des Camelots du roi de Charles Maurras pense même savoir où la politique socialiste de Briand, originaire de la ville ouvrière de Saint-Nazaire, mène : au naufrage. Tout cela se retrouve dans les discours captés par Patrick Macquaire lors de ses entretiens ethnographiques menés sur l'île, auprès de familles de pêcheurs exilées après la catastrophe, revenues ensuite. Il s'est notamment entretenu avec la famille Allanic (dont plusieurs membres furent maire de l'île) : le grand-père était pêcheur à Hoëdic lors de la catastrophe, tandis que le petit-fils, cinquante ans après le drame, apporte au chercheur de nombreux éléments oraux, colportés à travers les générations.

6À Hoëdic, malgré la distance séparant l'île de l'agitation continentale, la colère divine semble s'être également abattue, non sans rappeler, comme le fait judicieusement remarquer Patrick Macquaire, la légendaire cité d'Ys, submergée par les flots à une époque antérieure. L'anthropologue étaye les retranscriptions de ses entretiens par des données quantitatives ou qualitatives, trouvées auprès de l'INSEE, de la Société d'Histoire et d'Archéologie, ou même d'écrivains de passage, à l'image de Daudet. Après avoir atteint un maximum démographique au milieu des années 1920, avec plus de 425 habitants, l'île va perdre une grande part de sa population, pour atteindre 185 insulaires au sortir de la guerre. Les causes de cet exode vers le continent sont multiples, outre la crise économique que traverse le pays ou la fréquence des tempêtes, le système communautaire de gestion de l'île, régi par la Charte d'Hoëdic, en vigueur depuis sa rédaction par les premiers recteurs en 1822, est en perte de vitesse. Des querelles interviennent pour la gestion de la Grosse, le fonds coopératif d'aide aux pêcheurs de l'île, financé par la Cantine (établissement marchand où était vendu de l'alcool et des denrées alimentaires aux marins de passage comme aux îliens), dévolue jusque-là au recteur, est récupérée par une communauté de bonne-soeurs. La perte d'influence de l'église s'accentue sur de l'île, avec le renforcement de la fonction de maire. En parallèle, la rumeur porte un coup dramatique à la population locale. Arrivée du continent, cette rumeur indique que des bijoux de naufragés du Saint-Philibert auraient été découverts dans les crustacés. Vivant presque exclusivement de la pêche, les insulaires connaissent vite d'importants problèmes financiers, n'arrivant pas à écouler leurs produits. Stigmatisés, ils sont nombreux à quitter petit à petit l'île pour les ports du continent, ce qui accroîtra les difficultés des habitants qui resteront (baisse des recettes de la Cantine, entraînant la fin de la Grosse au profit des banques, qui n'hésitent pas à saisir les biens des pêcheurs). Ces explications sont recueillies par l'auteur auprès du clergé local : recteur de l'île (avec qui il finit par avoir une entrevue), mais aussi bonne du curé (la Carabassen, qui lui prête le livre de bord des curés de la paroisse dont différents passages sont retranscrits). Une autre grande source d'informations provient de certains pêcheurs, ou sont retrouvées dans les mémoires d'un lointain abbé, lui permettant une fine analyse de l'évolution de la traditionnelle économie solidaire insulaire, en pleine déliquescence dans les années 1930.

7Dans le quinzième chapitre de l'ouvrage, Patrick Macquaire replonge dans les archives départementales de Nantes. À l'été 1933, un procès a lieu dans cette même ville. Le chercheur cite quelques extraits de rapports d'expertise ou de prises de parole d'avocats, trouvés dans la presse. Le jugement, décevant pour les familles, blanchit toutes les personnes accusées. Le tribunal décide, en outre, de sceller l'intégralité des archives du procès pendant un siècle. Reste à savoir si l'été 2033 et la réouverture du dossier judiciaire apporteront un nouvel éclairage sur cette catastrophe, et tout ce qui en a découlé, notamment à Nantes et à Hoëdic. Car pour le chercheur, la réponse à la question est encore en suspend : la rumeur a-t-elle entraîné la chute démographique de l'île, ou cette dernière était-elle déjà enclenchée avant, et inévitable ?

8L'ensemble de cet essai est étayé par de nombreuses recherches, notamment aux archives départementales de Loire-Atlantique, mais aussi par la retranscription de passionnants entretiens, enjolivés d'anecdotes, de citations et de chants populaires, et menés sur l'île auprès des habitants, pour qui, aujourd'hui encore, la rumeur a entraîné l'exode de nombreux pêcheurs...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anatole Danto, « Patrick Macquaire, Le cercle des homards. Hoëdic, une île entre rumeur et naufrage. Ethnographie d'une catastrophe maritime », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 avril 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14503

Haut de page

Rédacteur

Anatole Danto

Étudiant en double-cursus Master 1 Géographie et Licence 2 Langues et Cultures Étrangères à l'Université de Bretagne Occidentale (Brest)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page