Navigation – Plan du site

Olivier Christin, Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel

Rémy Caveng
Vox populi
Olivier Christin, Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel, Paris, Seuil, coll. « Liber », 2014, 277 p., ISBN : 978-2-02-062948-5.
Haut de page

Texte intégral

1À l’heure où les Français – plus probablement une courte majorité, voire une minorité, d’entre eux – s’apprêtent à se diriger vers les urnes pour élire leurs représentant-e-s au parlement d’une Union Européenne dont le caractère démocratique est régulièrement contesté, il n’est pas inutile de rappeler qu’il fut d’autres façons de voter et que celles que nous connaissons aujourd’hui n’en sont pas les héritières directes. C’est à cette double rupture que nous invite Olivier Christin dans cet ouvrage érudit dont l’érudition, comme le souligne l’auteur dans les toutes dernières lignes (p. 273), ne tient pas à la simple curiosité, mais à une volonté de rendre compte de tout ce que les institutions et les systèmes électoraux contemporains doivent à un héritage composite fait de pratiques et de représentations de ce que doit être l’ordre politique, c’est-à-dire de visions concurrentes du monde social et des rapports entre les groupes qui le composent. Double rupture donc avec tout un pan de l’historiographie de la décision et de la représentation politiques qui fait s’enraciner nos pratiques électorales dans la République athénienne (entretenant ainsi la confusion entre république et régime représentatif) puis dans les institutions médiévales les lesquelles auraient vu leur rôle minimisé par la vague de l’absolutisme moderne avant que les Lumières ne nous en libèrent et que nous renouions avec quelque-chose qui constituerait une sorte d’invariant de la civilisation occidentale, l’esprit démocratique s’incarnant dans l’élection des représentants du corps politique par le vote individuel à bulletin secret sur le principe « un homme, une voix ». C’est donc « cet étrange mélange d’anachronisme tranquille et d’ethnocentrisme heureux » que l’ouvrage dissout en quatre chapitres en montrant qu’il fut un temps où toutes les voix n’avaient pas droit au chapitres, que celles qui y avaient droit ne pesaient pas nécessairement du même poids, que la règle majoritaire n’a pas toujours été considérée comme naturelle, que les campagnes électorales qui nous semblent tout aussi naturelles ont longtemps été proscrites ou encore que le principe du vote secret et en toute conscience a fait l’objet d’intenses débats avant de s’imposer comme une évidence.

2Le premier chapitre porte sur les transformations du gouvernement des villes entre le Moyen-Âge et l’époque moderne. Partant d’un constat assez partagé chez les historiens selon lequel les pratiques électives ainsi que les institutions représentatives des communes furent largement affaiblies par de nouveaux types de gouvernement liés à l’emprise croissante du pouvoir central sur les décisions locales par le biais d’une élite restreinte, l’auteur entend monter qu’on ne saurait pour autant en conclure à une confiscation pure et simple du pouvoir par quelques élites locales avant le retour à des pratiques plus démocratiques. Bien au contraire, ce qui se joue au sein des communes n’est ni plus ni moins que l’invention du représentant légitime moderne et une transformation profonde des conceptions de la décision collective au cours du 18ème siècle via la rotation des charges, l’invention d’un désintéressement non plus indexé à une morale des passions, mais pensé comme engagement pour le service public et le bonheur collectif.

3Le deuxième chapitre s’intéresse aux « sociétés électives », associations, fraternités, corporations, universités et académies. Il montre de quelle manière la théorie des groupes et celle de la décision sont liées à travers, par exemple, le fait que la progression de la décision majoritaire est liée à l’affirmation et à l’autonomisation croissante de certains groupes constitués en collèges et qui cherchent à préciser leurs prérogatives. De manière plus générale, les outils intellectuels élaborés pour penser les institutions de l’Occident médiéval sont indissociables de réflexions concomitantes portant sur les règles et pratiques de décision. De manière singulière, si le vote apparaît bien comme le mode privilégié d’élection – comprise comme moyen de sélection des meilleurs – et de prise de décisions au sein de ces « sociétés électives », l’auteur monte qu’il s’agit « souvent d’une République de façade soumise aux interventions du Prince » (p. 134) notamment parce que l’autonomie qu’elles ont acquise ne peut se garantir d’elle-même et qu’elle ne l’est que par le geste princier ou, pour le dire autrement, parce que l’État constitue à la fois la condition et le garant des différents champs (artistiques, savants, professionnels) en cours de constitution.

4Le troisième chapitre traite des pratiques d’élection et de décision au sein de l’institution ecclésiastique. Cet intérêt se justifie pleinement si on tient compte du fait que « le droit canon constitua la matrice des procédures électorales modernes » (p. 135) au point que le lexique de l’élection continue, au 18ème siècle, par être en grande partie déterminé par lui, même si un glissement des significations s’observe. L’auteur souligne en outre que c’est au sein de cette institution que les débats demeurent les plus pointus au sujet des bonnes pratiques électorales. Néanmoins et même si c’est bien au sein de l’église que, par exemple, la règle majoritaire s’impose en même temps que celle du secret, il reste délicat d’établir un lien généalogique direct avec l’exercice contemporain de l’élection en particulier parce qu’il s’agit moins de prendre des décisions que de faire reconnaître le choix de Dieu lequel, tel qu’il est exprimé par ceux qui sont dotés du pouvoir de le faire, tend à la reproduction de l’institution. Il n’y a donc pas une institution unique qui serait à l’origine de la constitution des règles de l’élection moderne telles qu’elles se formalisent au 18e siècle car c’est bien plus dans la rencontre entre des pratiques issues de différentes institutions (communes, « sociétés électives », église…) qu’il faut aller chercher les causes de la discontinuité historique introduite qui fonda les pratiques électorales contemporaines.

5Le dernier chapitre, consacré à la relation entre représentation juridique et représentation politique, s’ouvre sur la manière dont l’ordonnancement de l’espace des assemblées remplit la fonction d’expression et de confirmation de l’ordre social par la répartition des personnes en fonction de leur statut et de leur rang. Là encore, contre l’illusion selon laquelle les assemblées d’Ancien Régime auraient préfiguré les assemblées modernes, Olivier Christin montre que 1789 introduit une rupture historique au moment où les états généraux se transforment en Assemblée nationale et que, à l’inverse des pratiques antérieures, les représentants sont mis en situation d’égalité. L’intérêt de la réflexion dépasse cette fonction de réaffirmation d’un ordre social, égalitaire ou non. En effet, les dispositifs spatiaux de délibération, en même temps qu’ils affirment des positions, posent des règles tacites de fonctionnement dont celles touchant à l’ordre de la prise de parole et, plus fondamentalement, aux conditions de possibilité de cette prise de parole et à celles de ses effets, ce qui n’est pas sans intérêt pour une ethnographie des espaces contemporains de délibération et de participation. À travers cette question de l’espace de la représentation nationale, de son occupation, de la répartition des acteurs et de ce qu’il symbolise se joue ainsi celle des formes et des cadres de la représentation politique qui se dessinent, en France, au milieu du 18e siècle et qui opèrent une rupture avec l’héritage antérieur : fin de formes de démocratie directe et délégation du pouvoir à des représentants élus par le peuple, sur des territoires et pour le temps d’un mandat.

6Outre la démonstration centrale selon laquelle les institutions et pratiques électorales modernes n’avaient rien de nécessaires et n’étaient pas déductibles de celles qui les ont précédées, l’ouvrage d’Olivier Christin présente trois intérêts majeurs. Tout d’abord, il apparaît, au fil des pages, que les acteurs accordaient une importance considérable aux procédures et à leur respect et qu’elles constituaient une source déterminante de la légitimité de l’élection et de la décision. La question du caractère par trop procédurier de notre système politique peut ainsi être posée à nouveaux frais. Non seulement ce caractère n’est ni nouveau ni spécifique, mais, surtout, les procédures engagent et expriment bien d’autres choses qu’elles-mêmes. Si la légitimité d’une décision en dépend, c’est qu’elles sont avant tout porteuses des principes qui définissent l’exercice de la représentation politique et qui eux-mêmes sont le produits et les enjeux de conflits entre groupes sociaux. Si on se place du point de vue de la critique de la démocratie telle qu’elle se pratique, le problème n’est donc pas la procédure en elle-même, et la critique doit se faire porteuse d’autres procédures fondées sur d’autres principes. Ensuite, et cela en découle en partie, l’ouvrage montre que si l’histoire n’était pas faite, elle n’est pas non plus terminée et que les critiques actuelles du mode de décision majoritaire et l’incapacité de ce dernier à représenter réellement l’ensemble des forces sociales annonce une transformation profonde qui ne touche pas uniquement l’aspect « technique » du problème. Enfin, en raison même de ce qui vient d’être énoncé, l’ouvrage pose de façon radicale la question de la participation politique du plus grand nombre entendue comme la possibilité d’avoir droit au chapitre dans la définition de ce qui vaut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Caveng, « Olivier Christin, Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 avril 2014, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14506

Haut de page

Rédacteur

Rémy Caveng

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Picardie Jules Verne, chercheur au CURAPP-ESS (Centre universitaire de recherche sur l'action publique et le politique - Épistémologie et sciences sociales, UMR 6054), chercheur associé au CSE-CESSP (Centre de sociologie européenne - Centre européen de sociologie et de science politique, UMR 8209, Université Paris 1 - EHESS) et au CREST-LSQ (Insee)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page