Navigation – Plan du site

Catherine Colliot-Thélène, La sociologie de Max Weber

Elieth P. Eyebiyi
La sociologie de Max Weber
Catherine Colliot-Thélène, La sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2014, 128 p., 1ère ed., 2006, ISBN : 978-2-7071-7825-1.
Haut de page

Texte intégral

1Fournir quelques ficelles pour (re)lire et comprendre l’importante et diversifiée œuvre de Max Weber. Tel est l’objectif de Catherine Colliot-Thélène de la nouvelle édition de cet ouvrage synthétique de 125 pages.

2L’auteure rappelle la tardive découverte de l’œuvre de Max Weber en France, notamment en raison du succès du structuralisme et du marxisme à l’époque. Et ceci bien que L’Éthique protestante fut déjà enseignée en sociologie et en sciences politiques. Ce n’est que dans les années 1990, avec le vide laissé dans le champ théorique par le retrait du marxisme et l’essoufflement des paradigmes structuralistes, mais aussi l’influence de Pierre Bourdieu entre autres, que l’intérêt pour l’œuvre de Weber va se renouveler en France.

3L’ouvrage comporte cinq chapitres. Le premier passe en revue les parties essentielles de l’œuvre de Weber après avoir rappelé son profil et sa formation académique. Les deux chapitres suivants interrogent la « méthodologie » wébérienne en clarifiant son épistémologie, la « sociologie compréhensive » ou encore le rapport entre cette dernière et la psychologie et la théorie juridique. Le chapitre suivant traite des ambiguïtés entre trois notions essentielles dans l’œuvre de Max Weber : le rationnel, la rationalité et la rationalisation. Le cinquième et dernier chapitre examine les notions de « conduite de vie » et de puissance sociale pour interpréter les positions épistémologiques et les analyses concrètes formulées par Max Weber. L’auteure présente les travaux de Weber sur la base d’un classement thématique, et non chronologique, d’autant plus que l’essentiel de Weber s’exprime à travers de nombreux articles, publiés notamment dans la revue Archiv.

4Un premier point intéressant lorsque l’on étudie Max Weber, et Catherine Colliot-Thélène le rappelle, est la difficulté à classer l’auteur allemand dans une catégorie disciplinaire. Sociologue, Weber voit son œuvre également réclamée par plusieurs autres disciplines : l’histoire, l’économie, le droit, etc. Davantage historien et juriste de par sa formation académique, Max Weber a enseigné le droit puis intégré une chaire d’économie, et est resté très intéressé par l’activisme politique. Il est présenté comme un intellectuel très curieux et à la connaissance élargie.

  • 1 Voir Max Weber, 1965. Essais sur la théorie de la science, (traduction et introduction de J. Freund (...)

5Un second point est davantage méthodologique et épistémologique. Sur le plan méthodologique, Weber se positionne plutôt dans un constructivisme selon lequel la sociologie est amenée à constater que le point de vue dit « social » ne possède vraiment une précision suffisante pour délimiter les problèmes scientifiques qu’à la condition d’être accompagné d’un prédicat spécial déterminant son contenu1. Ce prédicat est la dimension économique, élément central selon Weber de tout processus de socialisation. Mais l’œuvre wéberienne insiste aussi sur la « signification historique » comme un facteur majeur de compréhension d’un événement. Il formule ensuite un troisième principe, celui de la neutralité axiologique au sens duquel le savant doit établir une solution de continuité entre l’analyse empirique des faits et l’énoncé de ses propres principes normatifs. Cependant, Weber ne considère pas que cette neutralité axiologique s’impose à l’engagement du savant dans l’espace public. La preuve reste son ardeur et son activisme dans les cercles politiques, comme en prolongement à la profonde réflexion qu’il mena sur les questions politiques mais aussi sur la posture du savant face au politique. Cette posture lui permet de ne pas reléguer le chercheur finalement dans une catégorie située hors de la société (politique) mais de lui réserver la possibilité active d’intervenir dans la gestion courante de la cité, accroissant l’ambiguïté entre la posture attendue du savant et celle réelle du politique.

  • 2 Sur la question centrale de la domination, on peut lire pour une rapide compréhension, par exemple (...)

6Si L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme permet à Weber de souligner les spécificités d’une puissance chargée de fatalisme, le capitalisme, l’auteur allemand montre que la rentabilité et le calcul rationnel restent au cœur d’une marchandisation de la société occidentale. Et ceci de manière spécifique. Pour sa part, Économie et société, reste l’ouvrage majeur de Weber bien qu’étant posthume. Cette sorte de traité de sociologie générale, examine à la fois la puissance, la lutte, ou encore des catégories fondamentales de l’économie, de la ville, du droit mais aussi de la domination2, qu’elle soit bureaucratique, patrimoniale, féodale ou encore charismatique. Dans ce travail, Weber définit la sociologie comme une science de l’action sociale, destinée à interpréter et déterminer la causalité de tout comportement humain auquel l’acteur attribue un sens subjectif qui en détermine directement le déroulement. La sociologie compréhensive telle que Weber la conçoit accorde alors une place importante à la psychologie dite vulgaire contre celle dite scientifique.

7La confrontation de Weber avec la psychologie afin de définir sa sociologie compréhensive est d’ailleurs soulignée par Catherine Colliot-Thélène aux pages 53 et suivantes. Pour Weber, la compréhension passe avant l’explication, car il pense que l’intelligibilité sociologique ne peut intervenir qu’avec l’interprétation compréhensive. De fait, il assigne pour tâche essentielle à la sociologie compréhensive, la fonction d’expliquer causalement l’action sociale, son déroulement et ses effets. Or, sur le chemin de la compréhension de l’action sociale, le sociologue rencontre des régulations juridiques (p. 58). Ceci permet à Weber d’interroger la question du droit, à laquelle il consacre par ailleurs un pan important de son travail, pour postuler les régulations juridiques comme étant des déterminants de l’action sociale. Weber en arrive conséquemment à une typologie des motivations subjectives, qui constituent ces déterminants de l’action sociale.

8Sur la question de l’État, le postulat wéberien reste évidemment très européo centré, et Weber identifie le phénomène de la bureaucratisation politique comme un processus génétique de l’État moderne. Afin de limiter le poids de ce phénomène, Weber suggère qu’il faut susciter et conforter des leaders charismatiques. Son souci en faisant cette proposition, d’ailleurs contestée par certains auteurs, est de rompre avec le fonctionnement quotidien de la bureaucratie, ce qui devrait à son sens permettre de minimiser (ou abolir ?) la routinisation qu’engendre tout fonctionnement bureaucratique. Certes l’analyse wébérienne, souvent opposée à celle marxiste, reste imparfaite mais elle constitue un fondement majeur pour de nombreuses disciplines, en particulier la science politique (et la sociologie politique) lorsqu’il s’agit d’examiner la question de la formation de l’État. L’État (néo) wébérien continue d’être marqué par une forte bureaucratisation, qui génère d’ailleurs des phénomènes de corruption, de (néo) patrimonialisation abondamment explorés aujourd’hui tant d’un point de vue théorique qu’empirique. En Afrique, l’exemple des travaux du Laboratoire d’études et recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL) sur la construction de l’État (notamment à travers le projet States at Work mené de concert avec plusieurs universités africaines et l’université de Mayence en Allemagne) reste éminemment illustratif quand à une analyse empirique de l’État, non européen, mais dans une perspective rigoureuse et empirique.

9L’immensité de l’œuvre de Weber est telle qu’on oublie souvent certains de ses travaux dont la pertinence n’est plus à prouver. C’est le cas par exemple de La Ville, qui demeure un classique pour les études urbaines, plutôt en vogue aux États-unis et au Canada, ainsi que faiblement en Europe, même si elles sont parfois introduites sous le couvert des départements de géographie ou d’aménagement. Weber y compare la ville orientale à la ville occidentale et dans le même temps la ville antique à celle médiévale. Là encore, Weber s’intéresse davantage à l’activité économique rationnelle qui selon lui conduit aux structures politiques de l’État moderne. Économie et État semblent être les deux lames de fond qui parcourent de long en large l’œuvre de Max Weber, qu’il s’agisse du droit, de la politique ou encore de la religion.

10Ce numéro de la collection Repères, consacré à une relecture de la sociologie wébérienne, telle que proposée par Catherine Colliot-Thélène, montre de manière assez condensée l’actualité incontestable de Max Weber tout en offrant un nouvel angle d’analyse de cet auteur aux casquettes multiples, et dont l’œuvre reste fort à propos vivante. Il s’agit d’une sorte de guide à la compréhension de l’œuvre de Weber et en cela réside avant tout son intérêt.

Haut de page

Notes

1 Voir Max Weber, 1965. Essais sur la théorie de la science, (traduction et introduction de J. Freund), Plon, Paris, p. 146.

2 Sur la question centrale de la domination, on peut lire pour une rapide compréhension, par exemple Hinnerk Bruhns et Patrice Duran, « Comment lire Max Weber, penseur de la domination ? », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2014, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 02 mai 2014. URL : http://lectures.revues.org/14096

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Catherine Colliot-Thélène, La sociologie de Max Weber », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 mai 2014, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14509

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page