Navigation – Plan du site

« La science, une activité sociale comme une autre ? Controverses autour de l’autonomie scientifique », L’Année sociologique, Vol. 63, n° 2, 2013

Clémence Emprin
La science, une activité sociale comme une autre ?
Michel Dubois (dir.), « La science, une activité sociale comme une autre ? Controverses autour de l'autonomie scientifique (T1) », Vol. 63, n° 2, 2013, 230 p., Paris, PUF, ISBN : 978-2-13-061790-7.
Haut de page

Texte intégral

1Précédé d’un hommage posthume à Raymond Boudon, ce dossier prolonge le combat de ce dernier contre le relativisme. Il propose une réflexion collective autour de l’autonomie scientifique : l’introduction de Michel Dubois, ainsi que les trois contributions du premier tome, se positionnent, plus ou moins explicitement, contre les approches qui abordent la science comme « une activité sociale comme une autre ». L’introduction condense les termes du débat en une confrontation de deux positions, dont l’auteur rappelle quelques figures emblématiques. Dans les deux courants, le caractère social de la science est reconnu, mais d’un côté il est garant de l’autonomie de la « science et de ses produits », de l’autre il doit être « dévoilé » pour mettre au jour « l’absence de spécificité » de la science. Trois conséquences sont tirées de cette controverse à la charge du second courant. La première, politique, fait porter à ce courant la responsabilité de la légitimation de pratiques managériales importées d’autres sphères sociales, notamment marchandes. La seconde, sociale, le rend responsable de ce qui est considéré comme une montée de l’irrationalité. Enfin, la troisième conséquence concerne l’usage de nouveaux concepts relevant, d’après l’auteur, d’un « prêt-à-penser » sociologique. Autant d’enjeux qui touchent directement les conditions de production des savoirs en sociologie, ce qui explique la vivacité du débat sans que l’on en comprenne exactement l’actualité. D’ailleurs, les impensés, les figures et les défis contemporains de l’approche défendue par l’auteur sont trop rapidement évoqués.

  • 1 L’internalisme s’intéresse à l’histoire des idées scientifiques qu’il explique par la logique propr (...)
  • 2 Pour un aperçu : Bonneuil Christophe et Joly Pierre-Benoît, Sciences, techniques et société, Paris, (...)

2L’article de Dominique Raynaud développe une étude empirique des déterminations de la vitesse de la lumière sur trois siècles, qui vise à réhabiliter une approche internaliste1 contre la sociologie constructiviste (notamment Latour et Woolgar, Knorr-Cetina, Mulkay). De ce corpus théorique, quatre propositions sont relevées par l’auteur afin d’être mises à l’épreuve de son terrain. Elles portent sur la nature littéraire des inscriptions scientifiques, la construction et la déconstruction des faits, la négociation des preuves et le recours à la persuasion. La détermination de la vitesse de la lumière de 1676 à 1983 fait intervenir différentes unités de mesure, d’appréciation de l’incertitude, une multitude d’équipes de recherche et douze méthodes décrites par l’auteur. Cette évolution méthodologique ayant abouti à une réduction continue de l’incertitude liée à la vitesse de la lumière, Raynaud corrige les quatre propositions initiales. Il dépeint un travail scientifique en prise avec l’état du monde extérieur, mû par l’exercice collégial de la critique rationnelle et les normes de scientificité, selon un processus « tendanciellement unidirectionnel et irréversible ». Enfin, il caractérise la spécificité de l’activité scientifique par une forme de compétition, qualifiée « d’émulation redistributrice », qui articule trois registres de compétition (entre méthodes, entre équipes et avec soi-même). Cette focalisation sur la spécificité de l’activité scientifique appelle, pour l’auteur, une approche internaliste incompatible avec la prise en compte de dimensions cognitives, techniques, matérielles, sociales et politiques (p 381). Après ce surprenant renoncement, il paraît difficile d’invalider l’apport des Sciences Studies sur ces autres dimensions2.

  • 3 À ce sujet, la thèse de Mathieu Quet (2013) analyse l’émergence et les différentes significations d (...)

3La contribution de Renaud Debailly aborde les liens entre science et politique, par l’analyse des mouvements de critique des sciences. Ces mouvements, particulièrement importants dans les années 1970, sont l’occasion d’une politisation de la science que l’auteur interroge, d’une part, par les correspondances entre critique des sciences et Sciences Studies, et de l’autre, par le travail de démarcation effectué par les chercheurs. Pour cela, Debailly repère trois conceptions historiques des relations entre science et politique à l’œuvre dans les études de sciences (celle de Merton, du Collège Invisible et de Bourdieu) et pointe les limites de l’approche qui ne différencie pas ces deux termes (Latour). Il décrit ensuite les acteurs et les organisations à l’œuvre aux États-Unis et en France. L’auteur argumente que si les mouvements américains déplacent les frontières entre science et politique en définissant une « obligation morale » des chercheurs, il en est tout autrement des chercheurs français qui s’en tiennent à une remise en question de l’autorité de la science et des hiérarchies. Néanmoins, plusieurs revues militantes constituent « un lieu de sociabilité incontournable » où s’exprime une diversité de critiques. L’analyse lexicométrique de trois revues militantes (Survivre et Vivre, Labo-contestation et Impascience) conduite sur 207 articles entre 1970 et 1977, met en évidence deux ensembles. Le premier concerne des problématiques internes à l’institution alors que le second regroupe les thématiques liées à l’activité scientifique et ses effets. L’étude des espaces de référence, si elle reflète d’abord les différences de lignes éditoriales, montre un déplacement de l’intérêt pour les mobilisations collectives vers celui porté aux études de science. D’ailleurs, en ouverture, Debailly attire l’attention sur les interactions possibles entre sphères militantes et académiques concernant la conception des sciences et techniques3. Si l’approche s’oppose à l’indifférenciation des activités scientifiques et politiques, les résultats de l’analyse rendent compte d’une perméabilité des espaces sociaux dédiés et appellent à davantage caractériser ces continuités.

  • 4 Global Monitoring for Environment and Security

4Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin étudient un programme européen d’observation de la Terre, nommé GMES4, et les transformations de la politique spatiale dont il témoigne. Le GMES, créé en 1998, marque en effet la convergence des enjeux de sécurité et des enjeux environnementaux ainsi que l’européanisation de la politique spatiale. L’enquête, menée entre 2012 et 2013, revient sur la répartition, au cours des années 2000, des responsabilités et des compétences au sein d’un ensemble hétérogène d’acteurs. La théorie des « écologies liées » d’Abbott est mobilisée pour comprendre la manière dont les acteurs luttent pour s’approprier le contrôle du territoire du spatial. Dans un premier temps, les auteurs décrivent l’écologie du spatial et les différentes logiques à l’œuvre. Agences, industriels, opérateurs privés, organisations pro-spatiales, etc. sont les acteurs de ce système et tentent de défendre leurs priorités selon des logiques scientifiques, technologiques, commerciales, militaires. Dans un deuxième temps, le système de gouvernance est analysé à travers ses dispositifs et instances. Le règlement et le « bureau GMES » sont les outils normatifs nécessaires pour gérer les tensions entre l’agence spatiale européenne et la commission européenne, dont les expertises, réciproquement techniques et politiques, ne sont pas sans poser problème en termes de division des pouvoirs et des rôles. Dans un troisième temps, l’article met en évidence l’enjeu pour l’Union Européenne de création d’un « marché des services GMES » où se mêlent les questions d’accès aux données chères au domaine public et de viabilité économique propre aux services privés. Finalement, l’article montre l’importance des modalités de démarcation entre différentes expertises. Cependant, il me semble que cette démarcation demande un travail particulièrement important qui ne va pas de soi : la répartition des expertises nécessite la mise en place de dispositifs et de procédures sans que l’expertise scientifique fasse l’objet d’un traitement spécifique identifiable.

  • 5 Ceci est moins vrai de la contribution de Lamy et Saint-Martin.

5La grande force de ce dossier est la qualité des enquêtes empiriques menées. Méthodes de détermination de la vitesse de la lumière, critiques exprimées dans les revues militantes ou modalités de répartition des responsabilités au sein de l’écologie du spatial sont données à voir dans leurs détails, mais également selon des représentations tabulaires synthétiques qui permettent une appréhension de la complexité des terrains abordés5. Si toutes les études argumentent que la science n’est pas une activité sociale comme une autre, sa spécificité est faiblement caractérisée voire disparaît de la focale des contributions. La qualification du « degré de continuité », pour reprendre les termes de Dubois, où « la part relative » entre les différentes stratégies mises en œuvre apparaît néanmoins comme un horizon pour les contributions de Debailly, Lamy et Saint-Martin. Ainsi, les résultats, parfois ambigus, montrent la complexité de ces problématiques.

6Le dossier échappe à une uniformisation des approches : le spectre des possibles est large entre l’approche internaliste de Raynaud, la politisation des sciences de Debailly et celle des écologies liées de Saint-Martin et Lamy. Cependant, la mise en dialogue avec les travaux des Sciences Studies fait un peu défaut, or, elle paraît d’autant plus nécessaire que les dimensions organisationnelles, politiques ou communicationnelles ont fait l’objet de nombreux travaux. Par son cadrage, le débat oscille entre les niveaux épistémologique, politique et méthodologique, dont l’opposition entre spécificité et non-spécificité de l’activité scientifique réduit la portée ; en effet la question du choix des variables empiriques aurait méritée d’être débattue en termes d’effets d’intelligibilité.

Haut de page

Notes

1 L’internalisme s’intéresse à l’histoire des idées scientifiques qu’il explique par la logique propre du développement scientifique ; il est communément opposé à l’externalisme qui souligne l’importance des facteurs extrascientifiques et des contextes de production dans l’histoire des sciences.

2 Pour un aperçu : Bonneuil Christophe et Joly Pierre-Benoît, Sciences, techniques et société, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2013. Pestre Dominique, Introduction aux Science Studies, Paris, La Découverte, 2006.

3 À ce sujet, la thèse de Mathieu Quet (2013) analyse l’émergence et les différentes significations de la notion de participation, au sein des mouvements critiques, mais aussi dans la nouvelle sociologie des sciences et dans les milieux de politique des sciences. Quet Mathieu, Politiques du savoir : sciences, technologies et participation dans les années 1968, Paris, Archives contemporaines, 2013.

4 Global Monitoring for Environment and Security

5 Ceci est moins vrai de la contribution de Lamy et Saint-Martin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Emprin, « « La science, une activité sociale comme une autre ? Controverses autour de l’autonomie scientifique », L’Année sociologique, Vol. 63, n° 2, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14518

Haut de page

Rédacteur

Clémence Emprin

Post-doctorante Labex Innovation et Territoires de Montagne, EDYTEM, Université de Savoie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page