Navigation – Plan du site

« L'agence financière (volume 1) », Sociétés contemporaines, n° 92, 2013

Melissa Paulet
L'agence financière (volume 1)
« L'agence financière (volume 1) », Sociétés contemporaines, n° 92, 2013, 108 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3330-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agirait d’une sociologie d’objets traditionnels de l’économie, où des thèmes tels que les rése (...)

1Si l’on veut comprendre les processus des décisions d’investissement et in fine des distributions des ressources monétaires, il faut faire le deuil de l’image de l’investisseur comme acteur unique et stéréotypé. Ce numéro et le suivant proposent des études empiriques sur l’agence financière, alors présentée comme la descendante de la figure de l’investisseur individuel, et conçue comme un ensemble de dispositifs et de représentations sur lequel s’appuient les divers acteurs et institutions participant aux décisions d’investissement. Plus précisément, le pari pour les auteurs de ce dossier, sociologues ou économistes, est de présenter une socio-économie1 de l’agence financière en offrant aux lecteurs des travaux sous-tendus par des méthodologies différentes.

  • 2 Les auteurs en donnent la définition suivante : les gestionnaires d’actifs collectent des fonds aup (...)

2S. Montagne et H. Ortiz retracent les soubassements théoriques autour desquels se rassemblent les auteurs de ce numéro, et du prochain, dont l’objet est l’étude des processus sociaux conduisant à l’investissement. Ces travaux sont intéressants en ce qu’ils ne présentent pas l’investissement comme l’expression d’intérêts bien définis et d’un mode de raisonnement unique : celui-ci procède au contraire de processus de négociation, de coopération, de confrontation des intérêts de chacun des acteurs en présence et la rationalité financière ne préside pas exclusivement les prises de décision en la matière. Plus encore, les processus sociaux étudiés transcendent le cadre de l’industrie financière regroupant les professionnels du secteur de la gestion d’actifs2 ; on ne peut en effet opposer le politique, l’économique et le financier car tous ces espaces sociaux sont interdépendants. Toutefois, si les auteurs se refusent à mobiliser les concepts d’investisseur et de marché, inspirés de la théorie économique néo-classique, afin de les confronter au réel, ils ne nient pas l’ancrage de telles conceptions tant dans la réglementation financière que dans les représentations de certains acteurs. Il s’agit alors pour eux de présenter les processus qui ont construit et entretenu ces concepts. Après avoir situé l’ouvrage dans l’évolution de la problématique de l’investisseur au sein des sciences sociales, S. Montagne et H. Ortiz donnent une cohérence aux articles qui suivent, en déclinant la manière dont chacun des auteurs suit la trame précédemment évoquée, tout en soulignant la disparité des travaux qui s’exprime notamment par le choix d’objets d’étude plus ou moins vastes.

3Parmi les agents de l’industrie financière, on trouve des fonds investissant dans des obligations, des actions et des produits dérivés pour le compte de clients propriétaires de l’argent. Toutefois, ni ce propriétaire de l’argent, ni le gestionnaire qui agit à sa place en représentant ses intérêts ne répondent au modèle de l’investisseur indépendant et singulier qui serait à l’origine de la décision d’investir : telle est la thèse présentée par H. Ortiz à la suite de son observation participante menée en 2004 à Acme – multinationale française de services financiers. Bien que les employés d’une telle entreprise présentent la décision d’investir comme étant le fruit d’un acte personnel basé sur des croyances fortes, l’auteur relève que leur décision est en réalité le fruit non seulement de rapports de force avec les autres employés de l’entreprise mais également d’interactions dans le réseau commercial. Les employés doivent en effet composer avec la vision des clients apportant les ressources monétaires les plus importantes et celle d’agents dont l’expertise est considérée comme supérieure – les agences de notation. Si l’auteur explique que le système des bonus est une incitation à bien incarner la figure de l’investisseur pour le compte du client, nous pouvons regretter que ne soit pas identifié l’auteur de « l’injonction de considérer l’acte d’achat comme une décision personnelle ». L’auteur conclut son analyse sur la reconduction de la théorie financière de la représentation par les États et leurs normes adoptées à la suite de la crise de 2007 : si les réformes visent à rétablir un certain équilibre, elles restent guidées par l’idée du caractère optimal de la distribution du crédit par la finance. Bien que nous trouvions cette analyse sérieuse et pertinente, nous pouvons regretter que ce dernier point relatif aux réglementations ne soit que très succinctement développé et non justifié.

  • 3 Catillon Vincent, Le droit dans les crises bancaires et financières systémiques, Droit et économie, (...)
  • 4 Sénat, La régulation bancaire à l’épreuve de la crise financière, Les documents de travail du Sénat (...)
  • 5 Si l’auteur énonce qu’il a réalisé soixante entretiens semi-directifs, il ne précise cependant pas (...)
  • 6 Créée le 8 février 2001 par arrêté du ministère de l’Économie, des Finances et du Commerce extérieu (...)

4En dépit du mouvement de désintermédiation, la thèse de la fin des banques n’est pas valide selon de nombreux observateurs3 ; les banques sont en effet devenues des acteurs majeurs des marchés de capitaux4. Parties intégrantes de l’industrie financière, leur place dans la mise sur le marché des titres émis par l’État fait l’objet de l’article de B. Lemoine. Plus précisément, l’auteur montre les rapports d’interdépendance entre les banques et l’administration publique ; il donne ainsi à voir l’État comme étant à l’origine d’un savant dosage entre la mise en concurrence des établissements de crédit et l’émission de la dette publique en grande quantité, afin d’en diminuer le coût d’une part et sa sensibilité aux intérêts privés des banques qui permettent le rayonnement de la dette publique d’autre part. La recherche de l’auteur s’appuie sur le dépouillement de la presse financière, la consultation des archives du Ministère des finances ainsi que des entretiens menés entre 2008 et 2011 auprès des agents ou anciens agents de la direction du Trésor et des responsables chargés de la relation avec le Trésor au sein des banques5. La pertinence de la plupart des entretiens et l’un des principaux intérêts de la conclusion de son enquête repose sur un même fait : les flux de ressources humaines entre banques et fonction publique au sein de l’Agence France Trésor6. L’enquête révèle en effet que les mêmes individus, après un stage en banque, travaillent généralement consécutivement à l’AFT puis dans une banque ou une organisation privée de la finance, ce qui permet une parole libérée des anciens agents sur l’institution publique qu’ils ont quitté lors des entretiens et explique en partie les liens étroits entre le secteur bancaire et l’État. L’auteur revient par ailleurs sur les différentes techniques et règles qui structurent les relations entre banque et administration publique ; il relève en particulier le caractère peu avouable publiquement de la plupart des transactions passées avec les banques. Mais nous pouvons regretter que certains éléments de sa conclusion sur la légitimité de cette politique dédiée à la place financière de Paris ne soient pas plus explicités : nous pensons notamment aux discours de certains ministres, qui seraient très techniques lorsqu’ils s’adresseraient aux investisseurs et ce afin de ne pas assumer publiquement la position du Trésor, exempte de méfiance vis-à-vis des marchés financiers ; nous pensons également à l’intérêt étatique dans les transactions avec le secteur bancaire, qui aurait un caractère très indirect même aux yeux de certains hauts fonctionnaires.

  • 7 S’il n’existe aucune définition légale ou réglementaire du microcrédit, on peut en distinguer de de (...)
  • 8 Article 23, Loi n° 2010-737 du 1er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation.

5Les mécanismes d’octroi du microcrédit7 conduisent à élargir la conception de l’industrie financière à des agents tels que les travailleurs sociaux. Ces derniers conseillent ainsi à des personnes qui auraient « besoin de rebondir » de se tourner vers des microcrédits ; ces mêmes travailleurs s’adressent à des « banquiers solidaires » afin qu’ils traitent cette demande ; les bénéficiaires du prêt peuvent alors profiter d’un fonds qui a pour objet de garantir des prêts à des fins sociales et qui est financé par l’État8. P. Moulévrier traite de ce sujet en s’interrogeant sur l’engouement des agents participant à l’octroi du microcrédit et les relations qui les lient, ainsi que sur la place qu’y occupe l’État. S’agissant du premier point, l’auteure identifie les intérêts des banques et des organismes sociaux impliqués d’une part. Elle s’intéresse d’autre part aux agents employés par ces institutions et qui y traitent des dossiers relatifs au microcrédit. Elle dresse ainsi un portrait du capital social et du capital professionnel de ces derniers et décrit la perception qu’ils ont de leur travail ainsi que de l’utilité du microcrédit. P. Moulévrier complète son étude par la hiérarchisation des tâches entre travailleurs sociaux et banquiers telle qu’apparemment suggérée par la loi et ressentie par ces agents dont les relations peuvent être conflictuelles. De telles conclusions procèdent d’enquêtes aux supports variés (entretiens, analyse d’échanges de mails, traitement des dossiers de demandes de prêts). S’agissant du second point, si l’auteure explique qu’une série de lois favorisent l’expansion du domaine et du recours au microcrédit, elle ne démontre pas cette hypothèse ni n’explicite sa méthodologie d’étude des réglementations en la matière. De la même manière, si l’auteure avance une idée intéressante quant à la transformation de la prise en charge de la pauvreté dans la société, elle n’étaye pas sa thèse de l’existence d’un droit à l’endettement : pour l’auteure, le microcrédit, noyant l’intérêt de l’emprunteur dans un discours financier, recevrait la préférence des agents sociaux au détriment de toutes autres formes de mesures de lutte contre l’appauvrissement qui seraient alors stigmatisées comme des mesures d’assistanat, qui plus est, inefficaces ; ce microcrédit reposerait sur l’idée d’un droit à l’endettement qui n’est cependant identifié dans aucune réglementation par l’auteure. Son étude ne permet pas par ailleurs de déterminer si l’État a un rôle actif ou non dans ce processus. Enfin, l’argument du durcissement des conditions d’attribution duquel découlerait l’échec du microcrédit comme remède à l’appauvrissement mériterait selon nous quelques développements.

6Pour conclure, le lecteur pourra apprécier de trouver dans ce recueil d’articles des études généralement accessibles et qui donnent à voir d’un point de vue concret la multiplicité des dimensions de l’industrie financière, tant au regard des types d’agents que de leurs intérêts personnels ou professionnels respectifs et de leurs relations entre eux. Si l’action de l’administration publique est parfois étudiée, l’analyse des intérêts et des moyens juridiques mis en œuvre par l’État en faveur de l’image classique de l’investisseur ou au détriment de l’emprunteur précaire est absente. Il faut par ailleurs et enfin remarquer que si l’étude de l’industrie financière porte sur la prise de décision d’investir résultant de l’interaction d’une multiplicité d’agents, elle ne fait pas l’économie de l’analyse de la place de l’emprunteur dans ces processus sociaux.

Haut de page

Notes

1 Il s’agirait d’une sociologie d’objets traditionnels de l’économie, où des thèmes tels que les réseaux ont une place centrale dans l’analyse et où la dynamique économique apparaît avant tout comme un processus social. Cf. Lebaron Frédéric, « Sociologie de l’économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 avril 2014. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/sociologie-de-l-economie/

2 Les auteurs en donnent la définition suivante : les gestionnaires d’actifs collectent des fonds auprès des classes moyennes, des entreprises, des fonds souverains ou encore des grandes fortunes, pour les allouer à différentes activités économiques et sociales selon des procédures standardisées dans un cadre bureaucratique.

3 Catillon Vincent, Le droit dans les crises bancaires et financières systémiques, Droit et économie, L.G.D.J., Lextenso, Paris, 2011, p. 18

4 Sénat, La régulation bancaire à l’épreuve de la crise financière, Les documents de travail du Sénat, Série : Études économiques, n°EC-05, Décembre 2009, p. 5

5 Si l’auteur énonce qu’il a réalisé soixante entretiens semi-directifs, il ne précise cependant pas quelle proportion représente chacun des trois types d’acteurs dans son échantillon.

6 Créée le 8 février 2001 par arrêté du ministère de l’Économie, des Finances et du Commerce extérieur, l’Agence France Trésor est un service à compétence nationale placé sous l’autorité du directeur du Trésor ; elle est chargée de la gestion de la dette et de la trésorerie de l’État.

7 S’il n’existe aucune définition légale ou réglementaire du microcrédit, on peut en distinguer de deux sortes :

« Le microcrédit « personnel » a été conçu initialement comme un crédit consenti à une personne particulièrement défavorisée pour lui permettre d’acquérir les moyens de trouver une activité ou de se maintenir en situation d’employabilité. Très rapidement, il a financé des objets divers […]. » Cf. Brabant Magali, Dugos Pascale, Massou Florent, Le microcrédit, Rapport n°2009-M-085-03, sous la supervision de Thierry Bert, Ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme d’État, Inspection Générale des Finances, Décembre 2009, p. 3.

Le microcrédit professionnel est un prêt qui permet de financer la création, le rachat ou la consolidation d’une entreprise artisanale ou commerciale. Cf. http://www.economie.gouv.fr/facileco/microcredit

8 Article 23, Loi n° 2010-737 du 1er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Melissa Paulet, « « L'agence financière (volume 1) », Sociétés contemporaines, n° 92, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14521

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page