Navigation – Plan du site

Maria Dolores Vivero Garcia (dir.), « Humour et ironie dans la campagne présidentielle de 2012 », Langage & Société, n°°146, 2013

Alban Chaplet
Humour et ironie dans la campagne présidentielle de 2012
Maria Dolores Vivero Garcia (dir.), « Humour et ironie dans la campagne présidentielle de 2012 », Langage & Société, n° 146, quatrième trimestre 2013, 166 p., Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1607-2.
Haut de page

Texte intégral

1Ce dossier analyse les manifestations d’humour dans la campagne présidentielle de 2012, durant le débat opposant les deux candidats du second tour, mais aussi à travers la production française de dessins satiriques. Une pluralité d’approche est mobilisée pour cette étude relevant de la pragmatique, de la rhétorique, de la sémiologie et de l’analyse du discours.

2Maria Dolores Vivero Garcia, coordinatrice de ce numéro, et Anne-Marie Houdebine-Gravaud ont étudié une centaine de caricatures françaises (notamment celles de Plantu, de Willem ou encore de Serguei) manifestant l’affrontement entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, avant et après le premier tour des élections présidentielles, et d’autres concernant le débat télévisé qui a opposé les deux candidats le 2 mai 2012. Nicolas Sarkozy est généralement présenté comme un personnage agressif, alors que François Hollande a une attitude plus placide et défensive. Dans ces caricatures, les deux belligérants sont victimes d’assimilations insolites (à des compétiteurs sportifs, à des guerriers en duel, etc.). Ce que révèle cette analyse de caricatures françaises, produites dans un contexte bouillonnant politiquement, c’est la focalisation du dessin satirique sur des caractéristiques liées à la personnalité et au physique des candidats. Finalement, peu de ces dessins de presse portent sur l’orientation et les idées politiques des candidats ; seules les couleurs respectives qui les représentent renvoient explicitement à leur clan politique.

3L’article de Patrick Charaudeau établit une distinction entre les formes de discours tenant de l’ironie ou du sarcasme lors du débat présidentiel de 2012. L’ironie et le sarcasme sont une « dissociation entre le dit et le pensé ». Si l’une et l’autre procèdent d’une radicalisation, l’ironie s’inscrit dans un « rapport d’opposition » et le sarcasme dans un « rapport d’hyperbolisation ». Patrick Charaudeau présente l’utilisation de ces deux procédés humoristiques par les deux candidats. Il montre comment l’ironie et le sarcasme se prêtent parfaitement à une « stratégie de disqualification » de l’adversaire. L’utilisation de ces procédés humoristiques apparaît révélatrice de la personnalité des candidats : l’analyse révèle un Nicolas Sarkozy brutal et sans nuance et un François Hollande plus subtil et moins insultant, comme en témoigne par exemple cet échange.

Nicolas Sarkozy : C’est un mensonge.

François Hollande : Non. Lequel ? Lequel ?

NS : C’est un mensonge.

FH : Lequel ?

NS : Quand vous dites « je suis toujours content de moi », que je ne prends pas mes responsabilités, c’est un mensonge.

FH : Vous êtes très mécontent de vous. J’ai dû me tromper, j’ai dû faire une erreur. Je me mets à présenter mes excuses, vous êtes très mécontent de vous.

4Dans cet exemple, François Hollande répond à l’invective de Nicolas Sarkozy par une ironie subtile qui renverse la situation. Ou encore cet exemple d’une nouvelle invective de Nicolas Sarkozy :

Nicolas Sarkozy : Un mot sur vos propositions. Vous allez créer une banque publique. Formidable, elle existe déjà. La banque publique d’industrie, filiale d’Oséo, existe déjà. Voilà une promesse, Monsieur Hollande, si vous êtes élu, que vous n’aurez pas de mal à tenir puisque je l’ai déjà faite.

5L’ironie classique de Nicolas Sarkozy apparaît ici comme une approbation enthousiaste pour mieux discréditer François Hollande et remettre en cause les les promesses de son adversaire. Durant le débat, des assauts ironiques et railleurs ont fusé des deux côtés. Deux positions se sont dessinées : l’une teintée d’invectives brutales, incarnée par Nicolas Sarkozy cherchant à produire des « effets de mépris pour tenter de mettre en évidence l’incompétence de son adversaire » ; l’autre, celle de François Hollande, souvent acculé à répondre aux invectives de son adversaire, « démontant les attaques de son contradicteur et le renvoyant à ses propres défauts oratoires ». Ainsi, « là où la démocratie a permis que la violence physique cède la place à une violence symbolique faite de conflits de parole », la joute verbale s’arme d’ironie et de raillerie pour triompher de l’adversaire.

6L’article de Catherine Kerbrat-Orecchioni examine un corpus d’une soixantaine de moments à tonalité humoristique relevés lors du débat présidentiel. L’auteure analyse ces frasques humoristiques et montre que les procédés utilisés par chacun empruntent des styles différents. Il en ressort également que les manières de pratiquer l’humour dépendent de l’ethos des deux opposants. Chaque candidat peut exploiter les images que véhicule son adversaire ou « au contraire tenter de les remodeler, en fonction de l’idée qu’[il] se [fait] de l’ethos présidentiel ». Quoi qu’il en soit, l’objectif reste le même pour les deux candidats : l’humour est un moyen de disqualifier, de ridiculiser son adversaire, afin de le déstabiliser publiquement. L’auteure envisage également les effets produits sur le public ; ainsi, l’humour « vise à créer une “connivence” à la fois “ludique” (séduire en amusant) et “critique” (associer le public à l’entreprise de disqualification de l’adversaire) ».

  • 1 « [...] la position institutionnelle de l’orateur et le degré de légitimité qu’elle lui confère con (...)
  • 2 Patrick Charaudeau, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert, 2005, p. 91-96.

7« Toutes les postures, humoristiques ou ironiques, entrent en négociation avec des données factuelles : statut institutionnel, position dans les sondages, antériorité de l’image publique, c’est-à-dire de l’ethos préalable ». Dans leur article, Anna Jaubert et Damon Mayaffre, s’appuient sur la définition de l’ethos de Ruth Amossy1. Les auteurs montrent comment le candidat François Hollande a reconstruit son image publique antérieure pour devenir un personnage politique avec un ethos présidentiable qui le « recommande à son auditoire ». La reconstruction de son image publique procède de deux transformations. D’une part, François Hollande transforme son ethos préalable en un ethos sérieux2. Et d’autre part, son ethos se construit selon un double antagonisme : opposition à son ethos préalable et opposition à l’ethos de Nicolas Sarkozy. La construction de l’ethos présidentiable du candidat Hollande passe par la mise sous contrôle de son « humour légendaire ». C’est ainsi que, durant la campagne présidentielle de 2012, François Hollande a fait preuve de modération, car « le bon usage de l’humour répond à l’exercice d’équilibriste d’un bon ethos de candidat ».

8En guise de conclusion, ce dossier nous expose en détail que les pratiques d’humour au sein de l’arène politique relèvent d’enjeux multiples, allant du discrédit à la flagornerie, et que malgré la légèreté de la pratique, les conséquences peuvent être périlleuses pour le locuteur, tout comme pour le récepteur. De fait, la pratique de l’humour se caractérise comme une ressource langagière activable et pouvant faire sens sur la scène politique.

Haut de page

Notes

1 « [...] la position institutionnelle de l’orateur et le degré de légitimité qu’elle lui confère contribuent à susciter une image préalable. Cet ethos prédiscursif fait partie du bagage doxique des interlocuteurs, et est nécessairement mobilisé par l’énoncé en situation », In Ruth Amossy (dir.), Images de soi dans le discours, Paris-Lausanne, Delachaux et Nestlé, 1999, p. 147.

2 Patrick Charaudeau, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert, 2005, p. 91-96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alban Chaplet, « Maria Dolores Vivero Garcia (dir.), « Humour et ironie dans la campagne présidentielle de 2012 », Langage & Société, n°°146, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14522

Haut de page

Rédacteur

Alban Chaplet

Doctorant en sociologie (EHESS-CESSP).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page