Navigation – Plan du site

Éric Keslassy, Leçons d'introduction à la sociologie

Gaëtan Page
Leçons d'introduction à la sociologie
Eric Keslassy, Leçons d'introduction à la sociologie, Paris, Ellipses Marketing, coll. « Leçons de droit », 2014, 287 p., ISBN : 978-2-7298-8457-4.
Haut de page

Texte intégral

1La collection « leçons de droit » des éditions Ellipses, spécialisées dans les ouvrages de préparation aux concours de la fonction publique et d’entrée en classes préparatoires, publie un recueil de « leçons d’introduction à la sociologie ». Faisant suite aux « leçons d’introduction à la science politique », rédigées par Rémi Lefebvre1, elle fait montre d’une ouverture vers les sciences sociales.

2Cette collection est destinée à offrir, en peu de pages (ici elles s’étalent sur sept à douze pages), des leçons détaillées abordant les points classiques de la discipline traitée, en offrant des « repères » placés en fin de leçon résumant utilement les principaux points abordés, une courte sélection bibliographique afin de se repérer facilement dans la pléthore d’ouvrages de sociologie, une rubrique « pour gagner des points », des sujets corrigés en fin d’ouvrage afin de s’entraîner en vue des examens ou concours, un QCM de 70 questions, et enfin un bref index des notions renvoyant aux leçons concernées.

3On débute la lecture de cet ouvrage sous les auspices de Pierre Bourdieu – citation en exergue : « si le sociologue a un rôle, ce serait plutôt de donner des armes que de donner des leçons » - qui montre un certain parti pris assumé par l’auteur, qui n’entend pas faire un simple inventaire des thématiques obligées de la discipline, mais entend bien plutôt « rendre la sociologie intelligible au plus grand nombre », et – justement – donner des armes afin de comprendre le monde contemporain. Le livre, qui s’adresse plutôt aux novices et autres curieux, réussit à notre avis son pari d’intelligibilité : à contre courant d’une ambition encyclopédique qui font parfois – trop souvent – le lot de ces manuels dits d’introduction ou d’initiation, l’approche problématisée rend la lecture agréable, et permet à l’auteur d’éviter un catalogue rédhibitoire.

4Mais cette lecture est tout aussi indiquée pour les connaisseurs, pour ceux qui préparent des cours d’introduction à la sociologie, qui veulent indiquer des lectures à leurs étudiants, et bien entendu dans le cadre de la préparation de concours, comme le CAPES de sciences économiques et sociales (SES) par exemple. L’auteur, aujourd’hui professeur en classes préparatoires et à l’IEP de Lille, fut professeur certifié de SES, ce qui semble expliquer en grande partie les choix effectués en ce qui concerne les thèmes abordés. Parmi ceux-ci, on trouve « une société fluide, égalitaire et juste ? », « les instances d’intégration en crise ? », « la stratification sociale », et aborde en quelques points la sociologie politique, correspondant en grande partie au nouveau programme de sociologie de Terminale ES et son enseignement de spécialité « sciences sociales et politiques ».

5L’ouvrage débute par une présentation classique des « pères fondateurs » de la sociologie, ramassée à quatre auteurs : Tocqueville – l’auteur a rédigé une thèse sur Question sociale et démocratie dans l'œuvre de Tocqueville soutenue en 2005 -, Marx, Durkheim et Weber. On notera que Max Weber n’est pas, comme il l’est encore trop fréquemment dans les divers manuels qui prétendent introduire à la sociologie, présenté comme le père de l’individualisme méthodologique et opposé de manière réductrice et simpliste à Emile Durkheim !

6La deuxième partie (« Une société fluide, égalitaire et juste ? ») aborde la question des inégalités, thématique en vogue (on peut s’en convaincre en regardant, même rapidement, la somme d’ouvrages de disciplines diverses qui sont publiés à ce sujet, ou encore à l’activité de l’Observatoire des inégalités2). Cette partie permet à l’auteur de développer des analyses qui remontent à Alexis de Tocqueville, sur la question de l’égalité dans les sociétés démocratiques, au travers des thématiques de la mobilité sociale (les débats actuels entre Camille Peugny et Eric Maurin sur le déclassement social sont abordés), de la mesure des inégalités, du rôle de l’école dans l’inégalité des chances, etc. Eric Keslassy, qui a produit des recherches originales sur le thème des discriminations en particulier (ce qui alimente les deux leçons qui leur sont consacrées) offre un panorama particulièrement instructif des questionnements qui y sont liés.

7La troisième partie poursuit le raisonnement sur les inégalités économiques, sociales et culturelles en présentant ce qui apparaît à la fois comme leur cause et leur conséquence, à savoir la crise des instances d’intégration (famille, école, travail, Etat-providence), et se poursuit sur l’exposition des travaux sur la pauvreté et l‘exclusion (notamment ceux de Serge Paugam et Robert Castel), et la ségrégation spatiale et urbaine (en abordant les émeutes de décembre 2005, et les controverses autour de la « ghettoïsation » des banlieues françaises).

8La stratification sociale est abordée en quatrième partie, avec les polémiques sur les descriptions adéquates de la société française, les classes sociales et leur supposée disparition puis leur « retour », et poursuit sur les conflits du travail et leurs transformations contemporaines, avec la crise du syndicalisme et l’apparition de « nouveaux mouvements sociaux ».

9Enfin, l’ouvrage se termine sur six leçons de sociologie politique, sur la socialisation politique, le rôle des partis, le « métier » politique, et les explications du vote et de l’abstention. À noter : les deux leçons sur le vote et l’abstention, objets qui mènent parfois à un inventaire peu lisible de la profusion de travaux qui leur sont consacrés, sont d’une limpidité exemplaire (on pourra notamment regretter un « manque » dans la bibliographie, tel que l’ouvrage de Patrick Lehingue sur le vote [Le vote. Approche sociologique de l'institution et des comportements électoraux, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2011 : http://lectures.revues.org/​7528] qui n’est pas indiqué).

10Répétons-le : ce qui fait la plus value de cet ouvrage est sans conteste la clarté d’exposition et la facilité avec laquelle est abordé l’essentiel de chaque thème, permettant au lecteur de se repérer facilement dans les travaux de sociologie. L’entrée par les différentes leçons permet de naviguer simplement. On pourra utilement user de cet ouvrage pour aborder un point en particulier, et se reporter à d’autres ouvrages plus complets, afin d’approfondir ses connaissances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëtan Page, « Éric Keslassy, Leçons d'introduction à la sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 mai 2014, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14555

Haut de page

Rédacteur

Gaëtan Page

Doctorant en science politique, Université Paris Ouest.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page