Navigation – Plan du site

Vincent Chanson, Alexis Cukier, Frédéric Monferrand (dir.), La réification. Histoire et actualité d'un concept critique

Haud Guéguen
La réification
Vincent Chanson, Alexis Cukier, Frédéric Monferrand (dir.), La réification. Histoire et actualité d'un concept critique, La Dispute, 2014, 389 p., ISBN : 978-2-84303-249-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 G. Lukács, Histoire et conscience de classe, Chap. 3 « La réification et la conscience du prolétari (...)

1En faisant le choix de revenir sur le concept de réification, le présent ouvrage n’entend pas reprendre l’ensemble des analyses liées à son élaboration dans l’ouvrage de Georg Lukács, Histoire et conscience de classe (1923)1, dans lequel, rappelons-le, la notion de Verdinglichung désignait « le fait qu’un rapport, une relation entre personnes prend le caractère d’une chose ». Ce qui ne signifie pas non plus qu’il s’agisse de replacer la notion dans une simple histoire des idées, comme si la thématique de la réification, tributaire d’une période qui serait entièrement révolue, n’avait désormais plus rien à nous dire. Comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, le geste d’historicisation du concept se veut au contraire ici inséparable de celui de son « réinvestissement », faire ou interroger l’ « histoire » du « concept critique » de réification n’étant donc que la condition pour parvenir à en penser l’ « actualité » pour l’analyse de notre présent. Or, comme le soulignent les trois co-directeurs de l’ouvrage (tous trois du laboratoire Sophiapol), ce qui confère aujourd’hui à la problématique de la réification « toute sa centralité » (p. 12), n’est autre que ce pour quoi Lukács, au début des années 1920 du siècle dernier, l’avait lui-même élaborée : le projet, dans le sillage de Marx, de développer une critique du capitalisme, et cela en parvenant à l’envisager comme une « totalité » sociale pour montrer que ses effets délétères, loin de ne s’opérer « que » sur le plan économique, affectent en réalité l’ensemble de la vie sociale, jusque dans ses manifestations les plus intimes. Afin de mener à bien cette « entreprise de questionnement et de réactualisation du concept de réification » (p. 15), l’ouvrage est construit selon trois axes que, au vu de la densité des douze chapitres, nous ne pourrons ici présenter que de façon schématique.

2Faisant suite à une introduction déjà très riche sur le plan de l’historicisation et des pistes en vue d’un réinvestissement du concept, la première partie (« Aux sources de la réification : après Marx et Weber ») vise à retracer la généalogie de la thématique lukácsienne et à en dégager l’un des traits les plus saillants, lequel tient, comme le montre Frédéric Montferrand, à son inscription dans un projet plus global, et qui est de fonder la critique du capitalisme sur une « ontologie du social », c’est-à-dire sur une « théorie des propriétés, de la forme et de la dynamique de l’être social » (p. 117). Cette partie vise ainsi à montrer la façon dont le concept de réification – « concept séminal » (p. 46) de la pensée lukácsienne dont Vincent Charbonnier montre qu’il traverse l’ensemble de l’œuvre de Histoire du développement du drame moderne (1908) à Ontologie de l’être social, rédigé entre 1964 et 1968 - fut élaboré par Lukács à partir de la synthèse théorique de deux courants intellectuels ou de deux types de critique de la société, a priori difficilement compatibles. D’une part, la critique sociale opérée au sein du matérialisme historique de Marx, et qui s’attache donc essentiellement aux structures économiques du capitalisme et aux injustices sociales qu’elles impliquent (exploitation, inégalités de richesse), les contributions de Vincent Charbonnier et de Anselm Jappe permettant d’approfondir cet héritage marxien en montrant comment la thématique de la réification émerge chez Lukács sur la base d’une reprise de la problématique marxienne du fétichisme de la marchandise (Capital, Livre I, section 1) et du travail abstrait. D’autre part, la critique de la culture (Kulturkritik) opérée, dans le sillage de Nietzsche, par les pères fondateurs de la sociologie allemande – avec, pour Lukács, une influence particulière de Weber et Simmel - type de critique qui se fonde cette fois sur l’idée que le processus de rationalisation et de différenciation fonctionnelle des sphères d’activité propre à la modernité impliquerait un appauvrissement et une dépersonnalisation de l’expérience sociale. Analysée ici à partir de ses emplois chez Weber, Aurélien Berlan montre que la « chosification » revêt déjà la fonction d’un « concept diagnostic » (p. 121) visant, au moins au départ, à pointer les pathologies du présent (en particulier la perte de liberté et la prédominance à un mode d’action « sans considération de la personne »). Cette source du concept permet ainsi de comprendre comment celui-ci put se présenter à Lukács comme l’outil permettant de ressaisir d’une façon critique la totalité sociale.

  • 2 L. Goldamnn, Lukács et Heidegger, Paris, Denoël, 1973.

3Poursuivant une même visée généalogique, mais en s’attachant cette fois à la postérité du concept lukácsien, la seconde partie (« Destins et métamorphoses d’un concept critique ») présente quelques-uns des réinvestissements majeurs de la réification. Les différentes études qui composent cette partie permettent ainsi de prendre toute la mesure de la fécondité du concept lukácsien, dont l’introduction avait déjà souligné qu’il a frayé la voie à un marxisme hétérodoxe (non exclusivement économiciste), baptisé « marxisme occidental » par Perry Anderson. Hormis le recours heideggerien au concept de réification - dont Bruce Bégout propose ici une analyse interne qui, sans pour autant valider la fameuse hypothèse, émise par Lucien Goldmann2, d’une influence de Lukács sur l’œuvre de 1929 du philosophe allemand, montre la fécondité ontologique de la notion qui, dans Sein und Zeit, réfère d’abord au phénomène de l’ « absorption par le monde » -, cette partie permet en effet de montrer l’ampleur des développements que le motif lukácsien aura autorisés au sein du marxisme occidental. Dans l’École de Francfort, avec une analyse très précise, par Vincent Chanson, du rôle central de ce concept dans la « fondation ‘‘épistémo-critique’’ de la théorie sociale » adornienne, des hypothèses sur la dialectique de la raison à la thèse de la « société administrée ». Chez Henri Lefebvre et ses analyses pionnières de la quotidienneté, de l’espace et de l’urbanité, au sein desquelles André Tosel met au jour le statut complexe qu’occupe le concept de réification, pensé tantôt comme une « espèce particulière » de l’aliénation, tantôt comme « le moment culminant du procès d’aliénation ». Enfin, quoique d’une façon qui cette fois n’est pas directement reliée à la critique du capitalisme, dans la philosophie de Sartre dont Christian Lazzeri montre qu’elle opère une reformulation très originale de la réification, et cela par le biais de son articulation aux concepts de sérialité, de conflit et de reconnaissance, qui permet de penser une « éthique conflictuelle de la reconnaissance » (p. 237) à partir du caractère intersubjectif et indépassable de la réification.

  • 3 F. Fischbach, Sans objet. Capitalisme, subjectivité, aliénation, Paris, Vrin, 2009.
  • 4 S. Haber, L’aliénation. Vie sociale et expérience de la dépossession, Paris, Puf, 2007.

4Visant à interroger « l’actualité du concept de réification dans la perspective d’une critique du capitalisme aujourd’hui » (p. 37), la dernière partie (« Réification et critique du présent ») propose quatre perspectives distinctes. Une première perspective, ouverte par Alexis Cukier qui, à partir d’une reformulation de la réification en termes de « processus d’impossibilisation de l’exercice du pouvoir » (p. 283) sous l’effet des structures managériales, bureaucratiques et financières contemporaines, vise à faire valoir la réification comme une catégorie centrale pour élaborer une critique du néocapitalisme. Une seconde, où Franck Fischbach, dans le prolongement de son ouvrage Sans objet3 - et en accord sur ce point avec la position développée par Stéphane Haber dans L’aliénation4 -, défend au contraire l’idée que la critique du capitalisme et, plus encore, du néocapitalisme suppose de privilégier la catégorie marxienne d’ « aliénation » (Entfremdung) : à l’inverse de la réification, tributaire d’un dualisme sujet/objet et d’une valorisation du pôle subjectif, celle-ci permettrait de pointer la constitution du sujet comme la cause de la dissolution de la puissance d’agir, laquelle, loin d’être à penser en termes de « devenir-objet », devrait selon l’intuition du jeune Marx être analysée comme une « perte de l’objet ». Reprenant de façon critique la réactualisation opérée par Honneth, Marco Angella pointe quant à lui un certain nombre de limites inhérentes à la redéfinition de la réification comme « oubli de reconnaissance », et montre que celle-ci gagnerait à être reconsidérée sur la base des apports de la psychopathologie (en particulier les investissements libidinaux donnant lieu à des complexes psychiques de peur). Enfin, Félix Boggio Ewanjé-Epée propose une synthèse des différentes positions qui, dans le courant du marxisme féministe, ont cherché à articuler le concept de réification aux problématiques de travail domestique, de désir et de genre, et souligne la fécondité toute particulière des analyses qui, dans la perspective ouverte par la théorie queer de Kevin Floyd, invitent à analyser la réification « sous l’angle d’une subordination de la famille aux impératifs du capitalisme » (p. 357).

5L’ouvrage propose enfin une « bibliographie sélective » qui, de façon fort utile, présente un certain nombre de jalons dans l’histoire de la notion de réification, permettant du même coup de souligner l’importance de textes n’ayant pu être analysés ici (sans exhaustivité : Fanon, Jameson, Habermas, Marcuse, etc.).

  • 5 M. Horkheimer, « Théorie traditionnelle et théorie critique », in Théorie traditionnelle et théorie (...)

6Cet ouvrage représente donc un exemple très probant de la fécondité de l’une des caractéristiques méthodologiques les plus propres à la « philosophie sociale » : ce principe selon lequel les concepts, pour conserver leur charge critique, doivent toujours être pensés dans leur propre historicité, c’est-à-dire doivent sans cesse être reconstruits pour s’ajuster aux contours du présent. Ce que, à sa façon, Horkheimer, s’opposant justement à un type réifié et anhistorique de théorie, disait en soulignant que : « Les documents ont une histoire, mais la théorie n’a pas de destin »5 - les « possibles » du concept de réification étant ici particulièrement bien mis au jour.

Haut de page

Notes

1 G. Lukács, Histoire et conscience de classe, Chap. 3 « La réification et la conscience du prolétariat », Paris, Minuit, 1974, p. 110.

2 L. Goldamnn, Lukács et Heidegger, Paris, Denoël, 1973.

3 F. Fischbach, Sans objet. Capitalisme, subjectivité, aliénation, Paris, Vrin, 2009.

4 S. Haber, L’aliénation. Vie sociale et expérience de la dépossession, Paris, Puf, 2007.

5 M. Horkheimer, « Théorie traditionnelle et théorie critique », in Théorie traditionnelle et théorie critique, Paris, Gallimard, 1996, p. 78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Haud Guéguen, « Vincent Chanson, Alexis Cukier, Frédéric Monferrand (dir.), La réification. Histoire et actualité d'un concept critique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14567

Haut de page

Rédacteur

Haud Guéguen

Maître de conférences en philosophie (Cnam)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page