Navigation – Plan du site

Frédéric Darbellay (dir), La circulation des savoirs.

Béatrice Mabilon-Bonfils
La circulation des savoirs
Frédéric Darbellay (dir.), La circulation des savoirs. Interdisciplinarité, concepts nomades, analogies, métaphores, Berne, Peter Lang, 2012, 245 p., ISBN : 978-3-03-431194-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Isabelle Stengers (dir.), D’une science à l’autre, des concepts nomades, Paris, Seuil, 1987.

1La nomadisation des concepts, des savoirs, des méthodes est constitutive de l’histoire des sciences. Les savoirs ont une dynamique qui relève à la fois de questions cognitives, épistémologiques mais aussi politiques. Les savoirs circulent. Ce n’est pas nouveau mais dans une société de la communication, la production et la diffusion des savoirs connaissent une accélération liée à la fois à la mondialisation du champ scientifique, et au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication. L’ouvrage collectif dirigé par Frédéric Darbellay, spécialiste d’inter- et de transdisciplinarité ouvre une réflexion salutaire après l’ouvrage collectif dirigé par Isabelle Stengers en 19871.

  • 2 Levy-Leblond, Jean-Marc, « Mais ta physique ? » in Hilary Rose et al., L’idéologie de/dans la scien (...)
  • 3 Stengers Isabelle, Schlanger Judith, Les concepts scientifiques : pouvoir et invention, Gallimard, (...)

2Une discipline scientifique ne peut être définie ni par son ou ses objet(s) ni par sa méthode d’appréhension du réel. La concurrence interdisciplinaire sur les objets tout comme la variabilité historique des objets de chaque discipline montrent que la question de l’objet d’une discipline n’a épistémologiquement pas de sens, tout objet étant construit par la discipline elle-même. Pourtant, si dans toutes les sciences sociales, des dizaines d’articles s’interrogent sur l’objet de la discipline, dans les sciences de la nature, la question n’est pas discutée et ne fait pas l’objet de débats. En outre, le même objet naturel peut être étudié par plusieurs disciplines scientifiques sans qu’aucune ne réclame un droit exclusif de traitement de cet objet. Ainsi, les frontières disciplinaires varient constamment, le nombre de disciplines change, chacune se divisant en micro-disciplines, devenant tour à tour des disciplines scientifiques à part entière. Les disciplines scientifiques sont donc « à géométrie variable » parce que la science construit à chaque moment ses objets. De même, le physicien Jean-Marc Lévy-Leblond affirme « La physique (...) comme toute autre science d’ailleurs, ne peut être définie une fois pour toutes, de façon abstraite et définitive, par référence, par exemple, à sa “méthode”, et encore moins aux “objets” de son étude »2. L’objet d’une discipline n’existe évidemment pas avant que celle-ci existe ; il est construit par la discipline elle-même. Une discipline ne se définit pas par son ou ses objets, elle les définit. Si la définition d’une discipline par l’objet se révèle donc illusoire, est-il possible de la définir par une méthode ? Observer la construction des règles disciplinaires, c’est aussi cerner les migrations conceptuelles de science en science, qui font obstacle à toute définition d’une discipline scientifique par une méthodologie spécifique. Une discipline scientifique procède d’une matrice disciplinaire largement partagée par ses praticiens : elle s’interroge sur la pertinence d’une définition a priori de la discipline par cette matrice, paradigme méthodologique supposé spécifique. Au fondement de toute discipline, il existe un ensemble, à la fois composite et assez bien partagé, de règles, de structures mentales, d’instruments, de concepts et de normes. Ces outils de pensée ne peuvent émerger qu’en résonance avec des conditions objectives et subjectives de production. Or, selon Isabelle Stengers et Judith Schlanger « poser le problème des concepts scientifiques, c’est immédiatement poser le problème de leur pouvoir. Et se poser le problème de leur pouvoir, implique que ce pouvoir ne peut être considéré comme normal ou allant de soi3 ». L’image dominante de la rationalité scientifique suppose que le scientifique dispose d’une méthode d’appréhension du réel qui lui soit propre et lui garantisse la scientificité de sa démarche. Tout comme il n’y a pas de définition opératoire an-historique de la rationalité, la définition d’un mode d’approche disciplinaire n’est que le résultat d’une croyance collective dans les fondements de celui-ci. Qui plus est, non seulement la classification des savoirs est un enjeu de pouvoir, mais encore la nomadisation des méthodes, concepts et techniques doit être comprise à la fois comme vecteur heuristique et comme « kleptomanie académique », dans un processus de légitimation scientifique.

3La nomadisation des concepts est ainsi constitutive de l’histoire des sciences et nie l’idée de frontières disciplinaires intangibles et intrinsèques. Les migrations conceptuelles et méthodologiques, pour constitutives qu’elles soient de la démarche scientifique, nous éclairent sur les distinctions disciplinaires par leur sens et leur portée, mais expriment que les découpages de savoirs en disciplines ne peuvent se fonder sur une méthode spécifique à chaque discipline, qui deviendrait un critère de démarcation disciplinaire. Dès lors, si une discipline scientifique ne peut se définir par un objet central, une méthode spécifique, voire un paradigme dominant, elle se définit… par ce qu’elle fait. Il s’agit donc d’appréhender ces rapports de pouvoir mais aussi les pratiques. S’il y a concurrence disciplinaire tant sur les objets que sur les méthodes, le découpage du savoir en disciplines scientifiques impose la définition en termes de pratiques sociales. Et c’est justement l’objet de cet ouvrage qui se demande en quoi la pratique interdisciplinaire de circulation des savoirs peut être, ou non, une « plus-value créative dans la production des connaissances nouvelles, dans l’analyse et l’explication de problèmes impossibles à résoudre à partir d’un seul regard discipliné ? »  (p. 13).

4Les auteurs eux-mêmes pluridisciplinaires (science politique, sciences de l’information et de la communication, philosophie, sciences de l’éducation, neurosciences, histoire, anthropologie psychologie, physiologie) relèvent le défi. Car la circulation des concepts, théories et méthodes entre les disciplines constituées, dont les frontières mêmes sont fluctuantes, pose toute une série de questions redoutables mais aussi très fécondes : transfert, capture, durcissement, détournement, analogie, métaphore, emprunt, performativité, catégorisation sont autant de moyens opératoires de création d’un dialogue entre des disciplines et plus largement des cultures scientifiques, qu’il n’est pas si simple de faire dialoguer dans un système universitaire et scientifique reposant sur une hyperspécialisation disciplinaire, une division du travail et une orthodoxie qu’Édgar Morin dénonce depuis ses premiers écrits.

5Au-delà et en deçà des disciplines, cet ouvrage stimulant ouvre un faisceau de réflexions sans pour autant les clore, sur le rapport du concept au mot, sur le rapport des savoirs profanes aux savoirs scientifiques, sur le rapport entre les cultures scientifiques, réflexions qui tissent un savoir-relation fait de réflexivité. L’enjeu dépasse celui de l’interdisciplinarité : le chercheur nomade est-il le chercheur de demain ? Bien sûr, il ne peut être l’honnête homme du XXIe siècle tant le volume des connaissances s’accroît exponentiellement. Mais à la fois dedans et dehors, toujours à la marge, il doit accepter le risque de se mettre en jeu par le dépassement de la stérile juxtaposition des disciplines et actionner une pensée sur le mode réticulaire du rhizome de Gilles Deleuze, de la grenade de Bruno Etienne ou du labyrinthe de Cornélius Castoriadis. C’est ce que font les chercheurs qui ont collaboré à cet ouvrage salutaire pour la science-se-faisant.

Haut de page

Notes

1 Isabelle Stengers (dir.), D’une science à l’autre, des concepts nomades, Paris, Seuil, 1987.

2 Levy-Leblond, Jean-Marc, « Mais ta physique ? » in Hilary Rose et al., L’idéologie de/dans la science, Seuil, 1977, p. 145.

3 Stengers Isabelle, Schlanger Judith, Les concepts scientifiques : pouvoir et invention, Gallimard, 1988, p.24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Mabilon-Bonfils, « Frédéric Darbellay (dir), La circulation des savoirs.  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 13 mai 2014, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14570

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page