Navigation – Plan du site

François Buton, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera (dir.), « L’ordinaire de la guerre », Agone, n° 53, 2014

Mathias Thura
L'ordinaire de la guerre
François Buton, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera (dir.), « L'ordinaire de la guerre », Agone, n° 53, 2014, 224 p., Marseille, Agone, ISBN : 978-2-7489-0203-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon laquelle les peuples européens voulaient la guerre, s’y sont engagés par avec volontarisme, t (...)
  • 2 Mariot Nicolas, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels découvrent le peuple, Par (...)

1Autour de ce numéro, se sont principalement rassemblés des historiens dont l’ambition est d’accéder au fonctionnement de l’ordre social dans la guerre, à l’arrière comme sur les fronts. À travers sept contributions (dont un entretien), il s’agit d’explorer la « guerre » – ici la guerre au XXe siècle – non plus pour ce qu’elle a d’exceptionnel et de paroxystique dans la mise en œuvre de la violence, mais dans ce qu’elle porte de « logiques sociales ordinaires ». En l’espèce, cette publication est une pièce engagée dans le débat historiographique entre les tenants de l’« école du consentement »1 et ses opposants, rassemblés autour des coordinateurs du numéro2. L’objectif est clair : instruire le rejet de la perspective d’Annette Becker et de Stéphane Audoin-Rouzeau. Critique qui ne porte pas tant sur la validité des sources que sur les opérations d’interprétation et de généralisation qui y sont appliquées et les impensés théoriques qui en découlent. Le dossier présente en soi un intérêt non négligeable et donne lieu au déroulement d’un raisonnement sociologique au service de l’histoire.

  • 3 Audoin-Rouzeau Stéphane et Becker Annette, 14-18, retrouver la guerre, op. cit.

2C’est d’abord l’argument du « consentement » qui est passé au crible de la critique scientifique par Philippe Olivera. Ce dernier dépeint « des soldats acteurs conscients et volontaires de la violence administrée […] tous portés par une même “culture de guerre” fondée sur la haine de l’ennemi » (p. 15). La question posée et la suivante : les sources mobilisées sont-elles adéquates pour fonder l’existence d’une culture de guerre largement partagée au sein des différents groupes constituant la société du début du XXsiècle ? Finalement, au travers du « consentement », la disparation de l’opérateur « domination » pose problème. Tout se passe comme si la domination des membres des classes sociales supérieures sur la population ouvrière et paysanne, et les effets d’imposition qui en découlent, étaient escamotés grâce à la « clé culturelle ». Dans le prolongement direct de cet argument, Blaise Wilfert-Portal indique que l’action de l’État est escamotée dans l’analyse, comme si ce dernier ne remplissait aucun rôle dans l’intériorisation du contrôle des pulsions tout au long du siècle précédent et, par entraînement, dans la mise en forme particulière du défoulement de la violence. Ce qui est constaté, c’est la disparition de la société dans le schéma d’analyse, voire une conception a-sociologique de la société portée dans l’ouvrage 14-18, retrouver la guerre3. Ce sont plus précisément les conditions organisationnelles du combat que retrouvent Dimitri Chavaroche et André Loez à la relecture du compte rendu d’une opération militaire exécutée durant l’été 1916 – en l’occurrence un « coup de main » visant à capturer ou à détruire de matériel adverse et à constituer des prisonniers. Ce compte rendu renseigne sur l’organisation de la guerre et fait rentrer dans l’analyse des conditions d’exercice de la violence, au sein d’une armée constituée comme institution sociale et non comme simple agrégat d’individus. Cette relecture met en évidence les indices de l’existence d’une violence particulièrement organisée durant ces opérations méticuleusement planifiées et coordonnées. Cette source instruit la thèse selon laquelle le « déchaînement de violence » dans les tranchées était socialement régulé et encadré.

  • 4 Témoignage composé ici d’un entretien accordé en 1984 à Arend-Jan Heerma van Voss et à Abraham van (...)

3Le second angle d’attaque est celui de la mobilisation des figures des témoins au service d’une approche psychologisante de l’expérience sociale de la guerre. Approche suivant laquelle la position sociale du témoin n’interfère guère, ou de manière négligeable, sur le rapport à l’événement puis sur le témoignage lui-même. L’invocation de Norbert Elias – jeune homme lettré au moment de son engagement dans la Grande Guerre et devenu sociologue au moment son témoignage sur cet épisode de sa vie4 – dessert la thèse du consentement, selon la relecture qu’en propose François Buton : Elias évoque explicitement la « pression sociale » diffuse au moment de son engagement et l’emprise entretenue par l’institution militaire sur les volontés individuelles. Réinterprété de la sorte, le témoignage d’Elias invite à utiliser ceux collectés sur la Grande Guerre en tenant compte des caractéristiques spécifiques des auteurs qui les ont produits : il faut différencier les témoins en fonction de leurs caractéristiques sociales et différencier les témoignages comme autant de points de vue socialement situés sur un évènement, et non comme valant illustration générale d’une expérience implicitement partagée. En dissociant le temps de l’expérience et le temps du témoignage, et en tenant compte du déplacement dans l’espace social induit par le vieillissement des témoins (changement de statut professionnel, de statut matrimonial ; évolution du contexte social général), l’usage des témoignages se fait réflexif et non plus illustratif. Nicolas Mariot en arrive à s’interroger sur les conditions scientifiques d’une histoire populaire des tranchées apte à « se saisir des écrits d’en bas pour eux-mêmes [et sans leur faire “violence”], en tant que la manière dont ils sont rédigés dit quelque chose de spécifique par laquelle les classes populaires supportent, endurent, voire subissent la guerre » (p. 158).

4La troisième ligne de critique identifiable tient dans une proposition de la reconstruction raisonnée de la perspective des individus sur les violences de guerre. Claire Zalc propose d’en revenir aux situations, et plus spécifiquement à la reconstruction des situations et des contextes qualifiés par ailleurs de « microsociaux », afin de tenter une qualification de la nature et du degré de consentement aux violences. Selon elle, ce n’est pas seulement en accumulant de nouvelles sources mais aussi en changeant de perspective sur celles existantes que des avancées historiographiques sont faites. Cette position reflète la perspective générale du numéro : réinterroger les sources et tenir une administration serrée de la preuve. Le jeu des échelles de lecture d’un évènement donne du relief aux conditions sociales de possibilité de déchaînement de la violence sur un tout autre terrain : l’épisode génocidaire rwandais, et par la comparaison de trois études s’inscrivant respectivement aux niveaux des préfectures, des localités et des structures politiques rwandaises héritées des années 1960. Grace à ce dispositif comparatif, Claudine Vidal saisit le rôle des élites politiques et de leurs relais dans la mise en œuvre du génocide par la population rwandaise, mais aussi de rendre compte des mécanismes de résistance locale au processus génocidaire. La preuve gagne en épaisseur, non par l’accumulation et la réitération d’indices, mais par la reconstitution du phénomène articulé à différentes échelles d’observation. En comparaison, une « culture génocidaire » apparaitrait être une clé explicative bien pauvre.

  • 5 Watkins Susan, « Editorial. The Nuclear Non-Protestation Treaty », New Left Review, n°54, 2008, p. (...)

5En marge du dossier, le numéro se conclut par la traduction d’un article de Susan Watkins, « Le traité de non-protestation nucléaire »5. L’auteure livre une analyse de l’usage stratégique du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP) par la puissance américaine. Elle constate que ce traité n’a pas empêché le renouvellement de l’arsenal nucléaire déjà existant. L’application différenciée des sanctions selon les pays entraîne des situations qu’elle qualifie d’injustices internationales entre les pays dont on tolère qu’ils contournent le traité, et ceux qui, bien que jouant son jeu, se retrouvent doublement pénalisés par un blocage diplomatique et administratif que la mise en œuvre du traité entraîne. L’auteure en tire deux conclusions fortes : le traité est un instrument de l’empire américain ; son existence empêche l’émergence d’un débat sur le désarmement.

6Parce que les raisons et les cibles des critiques portées par les contributeurs sont explicites, et parce que la qualité des arguments qu’ils engagent est indéniable, ce numéro laisse le lecteur mieux armé pour entrer dans la controverse scientifique dont il est question, et se faire une représentation, certes tranchée, des tenants et aboutissants de cette dernière.

Haut de page

Notes

1 Selon laquelle les peuples européens voulaient la guerre, s’y sont engagés par avec volontarisme, transcendant les différentes classes sociales. Audoin-Rouzeau Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècles), Paris, Le Seuil, 2008 ; Audoin-Rouzeau Stéphane et Becker Annette, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000 ; Audoin-Rouzeau Stéphane et Becker Annette, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du premier conflit mondial », Rioux Jean-Pierre et Sirinelli Jean-François (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997.

2 Mariot Nicolas, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels découvrent le peuple, Paris, Le Seuil, 2013 ; Loez André, 14-18, les refus de la guerre : une histoire des mutins, Paris, Gallimard, coll. « Folio », n˚ 174, 2010 ; Loez André et Mariot Nicolas (dir.), Obéir, désobéir : les mutineries de 1917 en perspective, Paris, Éditions la Découverte, 2008 ; Buton François, « Une “génération du feu” ? : Perspectives de recherche sur les appelés de la guerre d’Algérie », Pôle Sud, no 36, 2012, p. 31‑48 ; Mariot Nicolas, « Faut-il être motivé pour tuer ? », Genèses, vol. 53, no 4, 2003, p. 154‑177.

3 Audoin-Rouzeau Stéphane et Becker Annette, 14-18, retrouver la guerre, op. cit.

4 Témoignage composé ici d’un entretien accordé en 1984 à Arend-Jan Heerma van Voss et à Abraham van Stolk, ainsi que de cinq notes autobiographiques rassemblées dans Norbert Elias par lui-même, Paris, Fayard, 1991.

5 Watkins Susan, « Editorial. The Nuclear Non-Protestation Treaty », New Left Review, n°54, 2008, p. 5-26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathias Thura, « François Buton, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera (dir.), « L’ordinaire de la guerre », Agone, n° 53, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 14 mai 2014, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14600

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page