Navigation – Plan du site

Alain Desrosières, Prouver et gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques

Eric Keslassy
Prouver et gouverner
Alain Desrosières, Prouver et gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2014, 256 p., texte établi et introduit par Emmanuel Didier, ISBN : 9782707178954.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, La Découvert (...)

1Fondateur de la socio-histoire de la statistique, Alain Desrosières est décédé le 15 février 2013, sans malheureusement avoir pu achever cet ouvrage présenté par l’éditeur comme son « testament intellectuel ». Emmanuel Didier a pris la suite en établissant le texte livré au lecteur et en proposant une remarquable introduction : outre l’hommage justifié à l’auteur, il en retrace le parcours intellectuel. Trois grandes étapes sont alors dégagées : dans un premier temps, Alain Desrosières a travaillé avec Pierre Bourdieu autour des nomenclatures et des représentations sociales ; ensuite, il a fait partie du groupe de sociologie politique et morale (GSPM) ; enfin, il rejoint le Centre Alexandre Koyré (CNRS), spécialisé dans l’histoire des sciences et de la technique, et démontre combien on peut gouverner par les instruments. Le développement d’Emmanuel Didier autour de l’écho international de La politique des grands nombres1, l’ouvrage majeur d’Alain Desrosières – devenu un classique traduit dans le monde entier –, est également très instructif et indique, si besoin était, à quel point ce penseur a su marquer son temps. Comme le précise Emmanuel Didier, il est évident que « ‘‘l’effet Desrosières” se fera sentir encore bien longtemps. »

  • 2 Chapitres dont il a parfois fallu changer les titres pour éviter des répétitions.

2Son livre posthume, Prouver et gouverner, y contribuera très certainement. Les onze chapitres2 qu’il contient sont présentés dans trois parties séparées : « Du rôle de la statistique à l’ère néolibérale », « Scènes statistiques internationales » et « Du rôle de la quantification dans les sciences sociales ». Cet ouvrage rassemble ainsi différentes contributions d’Alain Desrosières ; communications universitaires et articles déjà publiés (parfois remaniés) forment finalement un ensemble globalement cohérent puisqu’il apporte des éléments de réponse à une question devenue centrale aujourd’hui : comment accepter les informations portées par des indicateurs statistiques dans la mesure où l’on sait pertinemment qu’elles servent le pouvoir ?

3De nos jours, alors que les chiffres semblent saturer l’espace public, l’ouvrage d’Alain Desrosières se donne comme première mission salutaire d’aider les citoyens à y voir plus clair. Au fond, les statistiques se traduisent par une tension qu’il faut en permanence avoir à l’esprit, une sorte de double nature contradictoire : apporter des preuves et, en même temps, être un outil de pouvoir. L’auteur nous rappelle opportunément que la formation des chiffres a longtemps été perçue comme un « outil de libération » tant cela a permis de mettre la lumière sur les inégalités subies par les classes populaires ; mais aujourd’hui, il convient de noter que le gouvernement néolibéral fait un usage abondant d’indicateurs pour justifier la mise en place de ses politiques. Si bien que maintenant les nombres servent d’abord à gouverner, dans la mesure où ils permettent avant tout de développer la concurrence que l’on retrouve à l’œuvre dans tous les domaines de la vie sociale (comme en témoigne bien la floraison actuelle de palmarès en tous genres).

4Derrière les statistiques, il y a toujours une certaine vision du monde qui se diffuse. Avec la quantification des performances, le but recherché est bien d’introduire le raisonnement associé au marché dans tous les champs de la vie sociale. Les statistiques cherchent en effet à inciter les individus à atteindre des objectifs chiffrés ; elles visent ainsi au dépassement de soi, à orienter les comportements individuels vers les pratiques les plus efficaces. On peut observer cette tendance très nette jusque dans la gestion des administrations publiques qui doivent sans cesse se rapprocher des modes de gestion privée – on parle du new public management.

5En même temps, ces statistiques sont autant de contraintes pour les acteurs qui doivent les utiliser : il devient impératif de « faire du chiffre ». On trouve alors des moyens de radier des chômeurs ou encore de ne pas enregistrer certaines plaintes. La statistique ne sert plus seulement à évaluer les politiques publiques, mais apparaît également comme un moyen de justifier la mise en place de certaines mesures. Comme le note très justement Alain Desrosières, on oublie trop souvent que les chiffres reposent sur des conventions qui, par définition, sont amovibles : il suffit de modifier un critère du calcul pour voir baisser les statistiques du chômage ou encore celles de la délinquance. Les chiffres servent bien à mesurer mais il faut au préalable « convenir » de ce qui doit être mesuré. C’est ici que se situe le véritable enjeu politique, selon l’auteur.

6La seconde partie du livre est consacrée à la façon dont les statistiques se sont imposées à l’échelle internationale. Après un chapitre centré sur l’histoire de la professionnalisation internationale des statisticiens, Alain Desrosières s’intéresse précisément à la mise en place des systèmes statistiques dans les pays en voie de développement. On sait par exemple que les données nécessaires au calcul de l’indice de développement humain (IDH) parviennent difficilement au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) – si bien que les résultats sont publiés avec un retard de deux ans. Enfin, il est enfin question de l’importance de l’harmonisation statistique à l’échelle européenne.

7La dernière partie de l’ouvrage renvoie à la façon dont les sciences sociales ont été progressivement quantifiées. Plus théoriques, ces chapitres reviennent sur les travaux d’Augustin Cournot, sur l’économie des conventions et sur la méthode d’analyse des données en sociologie.

8Prouver et gouverner est donc un ouvrage précieux pour mieux comprendre « le déferlement quotidien de chiffres ». Usant à la fois de la sociologie, de la science politique, de l’histoire, de l’économie et des statistiques elles-mêmes, l’auteur offre un panorama complet des questions qui se posent autour de l’usage des statistiques. Assez accessible, construit autour de chapitres relativement courts, l’ouvrage peut être lu par un large public.

Haut de page

Notes

1 Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, La Découverte, 2010 (1993).

2 Chapitres dont il a parfois fallu changer les titres pour éviter des répétitions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Alain Desrosières, Prouver et gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 16 mai 2014, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14625

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page