Navigation – Plan du site

Claude Poliak, Manuel Schotté, Laurent Willemez (dir.), « Syndicalismes en lutte », Savoir/agir, n° 27, mars 2014

Nicolas Simonpoli
Syndicalismes en lutte
Claude Poliak, Manuel Schotté, Laurent Willemez (dir.), « Syndicalismes en lutte », Savoir/agir, n° 27, mars, 2014, 112 p., Paris, Editions du Croquant, ISBN : 978-2-365-120-463.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro 27 de la revue Savoir/agir, nous retrouvons, au travers d’une approche mêlant rigueur scientifique et ambition critique, un dossier consacré à diverses luttes sociales françaises et internationales. Le dossier a pour ambition de présenter de quelles manières les luttes syndicales les plus récentes ont pu être influencées par la crise économique qui a éclaté en 2008. Cette dernière a entraîné une « généralisation des politiques d’austérité » qui ont transformé la nature des relations entre organisations syndicales, institutions étatiques et agents économiques, ces trois pôles étant appréhendés comme interdépendants. De ce fait, les centrales syndicales sont guidées, en fonction des situations sociales étudiées, par des logiques contradictoires tant « idéologiquement », que stratégiquement.

2Les articles s’articulent autour de trois grandes thématiques qui sont caractéristiques des débats scientifiques sur l’objet syndical. La première est celle de « l’indépendance syndicale ou refoulement du politique », qui questionne la proximité entre partis politiques et organisations syndicales. Cette focale est d’autant plus prégnante dans les textes présentés que ces derniers portent sur des pays où les partis travaillistes ou socialistes ont accédé au pouvoir gouvernemental. L’interrogation est alors de savoir comment doit se positionner l’action syndicale face à un parti de gouvernement « allié » ? C’est la question posée par Andréia Galvao à propos des manifestations brésiliennes de mars 2013, au sein desquelles la Centrale unique des travailleurs s’est vue reprocher sa trop grande complaisance vis-à-vis du Parti des travailleurs de Dilma Rousseff. Dans cette perspective, plusieurs auteurs reviennent sur les enjeux de l’institutionnalisation des centrales syndicales « majoritaires » dont la présence auprès des institutions (paritaires, étatiques, économiques etc.) peut les conduire à développer un rôle de « corps intermédiaires ». Autrement dit, ces centrales syndicales s’apparentent à des groupes que les salariés considéreraient comme « hors d’eux-mêmes » et de plus en plus hétéronomes vis-à-vis des logiques étatiques. De plus, dans un cadre plus général, le pouvoir politique apparaît comme le principal interlocuteur du champ syndical, en témoigne l’accroissement des « grèves politiques de masse », qui se développeraient au détriment des « grèves économiques devenues intenables pour les organisations syndicales face à un « capitalisme financier »qui ne leur laisserait que le choix de positions défensives.

3La seconde thématique abordée tente de comprendre comment la crise économique a impacté l’action des syndicats. En effet, la représentation syndicale s’est construite sur le modèle d’un marché du travail stable, au sein duquel les salariés occupent un emploi sur le long terme. Ce schéma représentatif s’adapte difficilement aux réalités d’un salariat plus précaire et moins présent sur le lieu du travail, du fait de l’augmentation des périodes de chômage et/ou du recours de plus en plus important aux contrats précaires (CDD, intérim…). Dans ces conditions, les effets de la crise économique tendent à distendre un peu plus la relation de représentation professionnelle. De plus, les affres de la conjoncture économique contraignent les syndicats à adapter leurs stratégies revendicatives. C’est ce que montre le cas des centrales espagnoles majoritaires. En effet, celles-ci ont été conduites à accepter le « paradigme de la flexibilité » proposé par le gouvernement et donc à légitimer, au moins temporairement dans le jeu du dialogue social, le cadre de pensée figurant « une opposition entre création d’emplois et solidité des droits des travailleurs » (p. 42). Toutefois, il semble qu’une situation économique critique puisse également devenir une ressource pour le mouvement syndical. Ainsi, H. Urban montre comment s’est constitué en Allemagne « un corporatisme de crise » participant à renforcer le poids des centrales dans les prises de décisions de l’État et entraînant une « revitalisation » temporaire des organisations.

4Enfin, un certain nombre d’articles permettent de penser les relations entre le militantisme syndical et d’autres formes d’engagement. À titre d’exemple, l’article de Sophie Béroud revient sur l’opposition trop souvent instituée entre mouvements syndicaux et nouveaux mouvements sociaux. Dans son étude de la « marée verte » de Madrid, elle explicite les continuités apparentes entre le mouvement des indignés madrilènes et la mobilisation intersyndicale qui a suivi ses manifestations, notamment au travers de la transmission d’un répertoire d’action devenu, en partie, commun. Cette continuité a été facilitée par le fait que de nombreux « indignés » se trouvaient être des militants syndicaux ou politiques et occupaient, notamment au travers d’un important soutien matériel, une position d’intermédiaire au sein des deux contestations. À ce titre, l’article de Louis Weber, qui retrace l’entrée de plusieurs dirigeants syndicaux dans le rassemblement du Front de gauche, démontre tout l’intérêt d’adopter conjointement une approche des organisations et des trajectoires individuelles.

5Dans l’ensemble, le dossier présenté dans ce numéro contient donc des articles solides, porteurs d’un regard précis sur l’actualité des luttes syndicales françaises et étrangères. Toutefois, le corpus de textes aurait mérité une harmonisation d’ensemble, notamment par la mise en œuvre d’une comparaison des différentes expériences européennes, pour éviter l’effet d’une juxtaposition d’articles que peut ressentir le lecteur. De plus, on peut signaler une tendance à l’homogénéisation et à la réification de la notion de « néo-libéralisme » : celle-ci est très souvent employée mais la pertinence de son usage scientifique n’est jamais interrogée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Simonpoli, « Claude Poliak, Manuel Schotté, Laurent Willemez (dir.), « Syndicalismes en lutte », Savoir/agir, n° 27, mars 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 16 mai 2014, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14626

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page