Navigation – Plan du site

La Condition nucléaire : une réponse à Federico Brandmayr

Jean-Jacques Delfour
La condition nucléaire
Jean-Jacques Delfour, La condition nucléaire. Réflexions sur la situation atomique de l’humanité, Paris, L'Échappée, coll. « Pour en finir avec », 2014, 296 p., ISBN : 978-29158307-9-8.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1La critique de Federico Brandmayr, inscrit en thèse de sociologie, présente erreurs et contresens qui constituent une injustice à l’égard de mon travail1. J’en signale ici quelques-uns.

2Le point le plus embarrassant est l’incompréhension du plan du livre. Il écrit (n° 1) : « La tâche du philosophe, ainsi que conçue par l’auteur, est toute tracée : diagnostiquer le mal, établir son étiologie, puis y remédier, en indiquant la route pour sortir de cet état d’aliénation ». La partie consacrée aux « remèdes » tient en quelques pages : 220-222 et est manifestement secondaire.

3Le critique résume de manière erronée et lacunaire la partie « diagnostic » ou « étiologique » dit-il, comme si la recherche des causes était la seule appropriée : ma démarche philosophique intègre les approches historiques, politiques, industrielles, psychologiques et anthropologiques, laquelle ne consiste guère à user du schéma causaliste.

  • 2 La Condition nucléaire, L’Échappée, p. 34.

4Le critique ne dit mot de la perspective morale, pourtant explicite, comme l’illustre la citation suivante : « Le débat est exclusivement éthique : veut-on ou non que la sécurité des personnes soit plus importante que la sauvegarde des machines ? Veut-on ou non que la valeur de la vie humaine soit plus grande que la valeur du profit que l’on tire d’elle ? Tel est le problème fondamental, qui commande tous les autres. Le problème de la civilisation technique et industrielle revient à savoir qui a davantage de valeur : les êtres humains ou les êtres machiniques ? »2.

  • 3 Idem, p. 11.

5Ou cette autre : « Nul besoin d’être un savant en physique atomique pour avoir le droit moral et politique de penser le nucléaire. Tout être humain cerné et concerné directement, dans sa vie et sa liberté, par une puissante technologie est d’emblée fondé à en faire l’analyse. Prétexter sa complexité pour traiter chacun en enfant incapable de réfléchir n’est que l’alibi d’un pouvoir qui redoute les effets de résistance massive dès lors que les citoyens se mettraient à s’occuper de ce qui les regarde. La morale et le désir de liberté n’ont pas de diplômes universitaires. La situation de l’humanité sous les machines nucléaires est une crise radicale qui regarde chacun d’entre nous, où que nous soyons. Ose être conscient de ce que tu es devenu, c’est-à-dire un être dont la valeur est très inférieure à celle des êtres atomiques radioactifs qui sont générés par milliards de milliards dans les machines nucléaires. Tel est l’impératif cognitif (et donc moral) de l’ère nucléaire. »3

6Il affirme : « Comment est-il possible, en d’autres termes, qu’il y ait des individus favorables ou même indifférents aux technologies nucléaires ? ». Je ne me pose nulle part une telle question ; bien plutôt, il s’agit de savoir quels effets les machines atomiques, la bombe atomique et les centrales nucléaires, ont eu sur la politique, la société, le rapport au monde, à l’histoire et au droit, sur la valeur ontologique et pratique de l’être humain.

  • 4 Le critique ajoute : « Dans les deux cas, les motivations profondes n’ont aucun rapport avec les ju (...)
  • 5 Idem, p. 135.

7Il dit : « Pour y répondre, Delfour déploie deux registres explicatifs fonctionnant conjointement : premièrement, l’intérêt d’un petit nombre d’acteurs dans la diffusion des technologies nucléaires ; deuxièmement, une sorte de jouissance technologique largement partagée qui pousse même ceux qui n’en tirent aucun avantage à idolâtrer ces machines meurtrières4. ». En réalité, j’ai proposé trois dispositifs différents et fonctionnant en synergie : l’appui de la domination politique sur des technologies d’anéantissement, la jouissance technologique de la pulvérisation d’un morceau de réel, le nihilisme spécifique du capitalisme5. Trois directions et non deux. Cette triade est construite, parcourue, analysée, soulignée, répétée.

8Dès la première phrase (n° 3), le critique se trompe : « Le premier ensemble d’explanantia renvoie aux outils conceptuels typiques des analyses utilitaristes : il existe une caste de "nucléocrates", c’est-à-dire des décideurs qui contribuent à l’existence et à la poursuite du nucléaire parce qu’ils en tirent un intérêt : les industriels font des profits exorbitants ; les hommes politiques dominent mieux la population de leur pays en jouant sur la peur du nucléaire (étant donné qu’un peuple effrayé par la perspective d’une catastrophe est un peuple obéissant et docile) ; les ingénieurs, les techniciens et les physiciens gagnent de l’argent et du prestige en travaillant dans le secteur. ». Erreur : ces éléments ne sont pas des explications, mais des effets. La caste des nucléocrates est un effet de l’existence des machines-à-agiter-des-êtres-radioactifs, non une cause.

9Lorsque le critique se penche sur la notion de jouissance technologique laquelle joue un rôle primordial, il semble ne pas apercevoir le style phénoménologique de cette notion ni le recours explicite à la théorie foucaldienne des subjectivités produites par des formes d’assujettissements. Il semble n’y voir qu’une notion psychanalytique. La notion est pourtant expliquée sur une quarantaine de pages. Mais il présente comme des preuves deux indices qui occupent environ 10 lignes (n° 4) et passe sous silence toute l’argumentation principale, autrement plus étayée.

10Notre critique tombe plus loin dans l’accusation de dogmatisme (n° 6), mais elle n’a l’apparence d’être fondée que parce qu’il ne cite pas les arguments que je donne. Prenons la première allusion : « L’auteur qualifie d’« absurde" l’argument de l’indépendance énergétique et s’en débarrasse en quelques lignes dans une note ».

11Que dit cette note ? Ceci : « Je ne m’arrête qu’une seconde sur l’argument complètement absurde de l’indépendance énergétique : non seulement l’uranium vient d’autres territoires (Niger, Kazakhstan, etc.) mais les centrales nucléaires produisent des déchets gigantesques (en dangerosité et en durée) de telle sorte que la sécurité de toutes les générations suivantes devra dépendre de technologies qui ne sont même pas encore au point. L’indépendance d’aujourd’hui – qui n’existe pas – produit la dépendance de demain, laquelle a déjà commencé » (p. 28).

12Dire que l’uranium vient d’Afrique est-il un argument dogmatique ? Il me semble que non : il s’agit d’un fait qui, une fois qu’on en a connaissance, ruine le mythe de l’indépendance énergétique.

13À la suite, Federico Brandmayr écrit : « Cette approche est bien entendu le résultat d’un choix intentionnel et réfléchi : Delfour refuse la "modération prétendument objective" et affirme que "les raisonnements sont moins vrais s’ils sont anesthésiés par des ambages détaillées" (p. 22). Pour susciter l’indignation, stimuler l’action et sortir de la condition nucléaire, il faut renoncer à la prudence, à la précision, à la faillibilité des hypothèses. On pourrait alors se demander si cette attitude péremptoire ne conduit pas – quoique avec des conséquences bien moins tangibles – au même dogmatisme que celui que Delfour dénonce à juste titre chez les scientifiques et experts qui prétendent avoir une parfaite maîtrise des technologies nucléaires. »

  • 6 Cf. Michel Callon et Pierre Lascoumes, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie techni (...)

14En réalité, le passage cité signifiait le refus d’entrer dans le détail de l’expertise des experts. « Le nucléaire est une chose beaucoup trop sérieuse pour l’abandonner aux spécialistes et aux experts. Leur procédé consiste à exiger préalablement à toute discussion que l’interlocuteur connaisse techniquement le nucléaire dans tous ses détails (dans le dédale desquels il est aisé de noyer le regard global et la question de la responsabilité). Membres auto-proclamés d’un jury imaginaire aux sessions perpétuelles, ils font sans cesse passer des examens à tous ceux qui s’expriment sur le sujet et sélectionnent les candidats retenus sur des critères cognitifs qui reprennent strictement les leurs. Leur exigence de « sérieux » est un leurre destiné à cacher une stratégie du monopole de la parole légitime (qui ne pense pas comme eux n’est pas « sérieux »). Après avoir pointé la violence politique de l’expertise qui vise à rien de moins qu’à la censure des positions adverses, il est loisible d’en relever l’incohérence épistémologique, à savoir l’impossibilité du rôle de l’expert dont la parole, pourtant scientifique, donc fondamentalement provisoire, incertaine, objet de discussions et de controverses, revêt, dans cette hybridité monstrueuse, l’apparence de l’autorité de la chose jugée, dont par définition il n’y a plus lieu de discuter6. » (p. 39).

15D’autre part, c’était un renvoi (explicite) à la problématique longuement analysée par Carlo Ginzburg au sujet de la rhétorique de la preuve (pourtant signalée en note). Les lecteurs familiers de la philosophie du nucléaire peuvent y reconnaître également l’analyse (connue) du philosophe allemand Anders qui articule modération et minimisation.

  • 7 Hannah Arendt écrit, dans The human condition : « La Terre est la quintessence de l’homme moderne » (...)
  • 8 La condition nucléaire, p. 139 et 141.

16La thèse principale du livre n’est pas analysée ; les arguments fondamentaux, explicitement signalés, ne sont pas considérés. Le critique aurait pu étudier une des conclusions : « Ainsi, du point de vue anthropologique, le grand désir sous-jacent à l’entreprise atomique est un désir de transformation ontologique de l’être humain. Changer l’être de l’homme, le délester de sa partie biologique, de ce qui le lie profondément aux autres êtres naturels, aux fruits, aux légumes, aux plantes et aux arbres, aux autres vivants, aux vaches, aux chèvres, aux poules, aux oiseaux, aux poissons, bref à la Terre7 en tant que biosphère et milieu ambiant. Le projet nucléaire est un projet métaphysique : il s’agit d’anéantir l’homme archaïque, l’homme vivant, l’homme animal, au profit d’un autre homme, d’un « surhomme », dépourvu de chair et de sensibilité, ignorant le doute et la compassion, la faim et la soif, un homme sans corps, un pur esprit doté d’un corps-machine idéal invulnérable aux êtres-radioactifs (ce corps-machine existe : il est composé de toutes les machines nucléaires qui présentent, dans la réalité, d’innombrables fuites). L’homme nucléaire est l’homme tout entier raison, calcul, efficacité, rentabilité, insensibilité, puissance pure, sans finitude, sans faiblesse, sans émotion, sans vie. (…) Le nucléaire est une technologie de mort en deux sens : les êtres-radioactifs sont extrêmement dangereux pour tous les vivants (mort au sens sanitaire) ; deuxièmement, la technologie nucléaire présuppose un homme enfin débarrassé de la vie, c’est-à-dire finalement un homme immortel (mort au sens symbolique d’une métamorphose). Tel est le rêve secret de la condition nucléaire. Cependant, ce rêve n’est pas porté seulement par d’autres rêveries et par des rituels, c’est-à-dire par un dispositif de récits et d’images, mais aussi par des machines de mort ; si bien que la vérité ultime du désir atomique du point de vue objectif, celle qu’il ne peut pas reconnaître comme sienne, celle qu’il niera farouchement et qui est pourtant la conséquence dernière des machines nucléaires réelles, celle qui exigerait d’abandonner les récits mythologiques de substitution (l’Atome pour la paix, la légende de la sécurité) et de considérer la réalité des contaminations et des risques, la vérité ultime du désir atomique est l’extermination des vivants. »8

17Un autre lecteur a résumé très correctement les thèses du livre : Denis Collin9.

Haut de page

Notes

1 Pour une critique détaillée de cette critique, voir ici : http://www.jeanjacquesdelfour.fr/article-erreurs-et-contresens-dans-la-critique-de-la-condition-nucleaire-par-federico-brandmayer-123362481.html

2 La Condition nucléaire, L’Échappée, p. 34.

3 Idem, p. 11.

4 Le critique ajoute : « Dans les deux cas, les motivations profondes n’ont aucun rapport avec les justifications invoquées par les acteurs et sont conçues par Delfour comme imperméables à leur conscience » ; il est faux que j’affirme une telle chose.

5 Idem, p. 135.

6 Cf. Michel Callon et Pierre Lascoumes, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001.

7 Hannah Arendt écrit, dans The human condition : « La Terre est la quintessence de l’homme moderne » (Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2012, p. 60). Certes Arendt s’appuie, implicitement, sur les analyses d’Anders mais ne discerne pas une spécificité anthropologique du nucléaire : la subjectivité nihiliste-atomique n’est, à ses yeux, qu’un aspect du nihilisme de la technoscience moderne. Je défends ici l’hypothèse selon laquelle l’âge atomique est une transformation radicale de la condition humaine, donc une rupture au sein de la science moderne elle-même qui n’est pas fondamentalement nihiliste.

8 La condition nucléaire, p. 139 et 141.

9 http://denis-collin.viabloga.com/news/la-condition-nucleaire

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Delfour, « La Condition nucléaire : une réponse à Federico Brandmayr », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 mai 2014, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14644

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page